La géométrie sacrée

La Géométrie Sacrée : La Perfection Divine

 
     La Géométrie Sacrée est une source d'information appartenant à l'humanité que nous avons oubliée, résidant dans notre     subconscient. Elle représente le langage universel de la création.
Tout le cosmos est construit dans une harmonie parfaite.
      Les orbites des planètes autour du soleil sont structurées selon des proportions et des motifs très précis. Des rapports constants apparaissent aussi au sein de toute création, dans les cristaux, les plantes, les animaux et le corps humain.
 
    La Géométrie Sacrée a été enseignée, d'enseignements spirituels, comme une compréhension particulière du processus de la Création. Cette information ésotérique a souvent été maintenu «cachée», se transmettant d'initié à initié au sein des sociétés secrètes. Il était enseigné en Égypte sous le nom d 'École des mystères de l’Œil d’Horus. Les Égyptiens utilisaient la Grande Pyramide pour transmettre des initiations. Lors de ces rituels, les initiés «voyageaient» sur des spirales énergétiques de nature géométriques et accédaient à des états de conscience supérieurs.

“La géométrie sacrée exprime dans les formes le développement de la vie, de la graine à la fleur, du fruit à la graine, manifestant et répétant les structures à l’infini...
La géométrie est une représentation extérieure contenant la spirale sacrée, qui, en retour, crée et recrée la géométrie. Ces forces co-créatives sont des codes qui se correspondent les uns aux autres et ensemble, ils représentent le code pour un portail de possibilités infinies.
 
« A l’image des reflets infinis créés par deux miroirs se faisant face, ce système géométrique, tel un fractale, détient la clé de l’évolution consciente. L’unité est le point où le mécanisme de la serrure et la clé s’harmonisent pour ouvrir et révéler ce qui est à l’intérieur. La géométrie est le modèle visuel de l’unité à l’intérieur de nous et de sa relation avec notre potentiel illimité, sur le plan individuel, social et universel.” - Juliet Carter

 
                                                                 La Fleur de Vie                                                                           
  
  
La Fleur de vie est le modèle fondamental portant l'ADN de la Création. C'est une conception géométrique qui permet d'entrer et de sortir du plan de l'existence physique.
La Géométrie Sacrée reconnecte, par résonance, nos circuits bio-électromagnétiques, rétablissant la structure et la force du corps de lumière de l’être humain.
  
  
Les solides de Platon                                          
  
   Les Volumes d’Or de Platon reflètent les structures atomiques qui composent toute chose dans l'univers. Elles sont basées sur la Divine Proportion, Le nombre d'or. Évoquant l'intelligence archétypique de la création, elles rétablissent en nous l'intégrité de notre construction énergétique. 
 
Ce sont les formes basiques de la Géométrie sacrée, ils sont composés de cinq formes tridimensionnelles dont toutes les facettes se ressemblent. De plus, chaque volume représente un des cinq éléments de la Création :
  
1. Tétraèdre : le feu    
                                                                                       
2. Cube : la terre

3. Octaèdre : l’air

4. Dodécaèdre : l’éther

5. Icosaèdre : l’eau

Ces cinq volumes de Platon englobent la danse alchimique des éléments et de la Création elle-même. 

 
  
  
La Grande Pyramide - Modèle de la Géométrie Sacrée  
    
  
    La plupart des pyramides égyptiennes semblent avoir été bâties pour servir de tombeaux à la noblesse et à la royauté égyptienne, la Grande Pyramide de Gizeh avait pour but de faire passer les initiés de la conscience tri-dimensionnelle à la conscience cosmique.
La Grande Pyramide a été bâtie selon les géométries du corps humain. Tout comme il y a des spirales énergétiques qui émergent du corps humain, il existe des spirales énergétiques qui émergent de la Grande Pyramide. Une de ces spirales passait par le sarcophage qui se trouve dans la Chambre des Rois.
    Après des années de formation intensive, un initié se couchait dans le sarcophage de manière à ce que les spirales énergétiques passent à travers de la tête de l'initié. L'initié pouvait alors relier sa conscience avec la spirale, et était "projeté" dans une conscience plus élevée. Après trois jours, l'initié sortait du sarcophage et était amené à la Chambre de la Reine, où les effets d'une spirale énergétique différente l'aidait à se restabiliser dans sa conscience tri-dimensionnelle.
Le changement que l'initié expérimentait, passant de notre niveau de conscience à la conscience cosmique, est le même changement que nous pourrons expérimenter durant l'Ascension Planétaire.

Le Nombre D'Or ou la Divine Proportion              

   
     Les Romains, les Grecs, les Juifs et les Egyptiens semblaient tous d'accord : 1,618 était le nombre d'or, le nombre de l'harmonie universelle, le nombre de la création, le nombre de Dieu, le Créateur. C'était le nombre utilisé partout dans l'ordre caché de la Création et qu'il fallait donc employer dans les édifices dédiés au Créateur afin de s'en rapprocher. Empreint de mystère, objet d'un culte tantôt religieux, tantôt magique, le nombre d'or influence la vision occidentale de l'harmonie.
Chez les Grecs, avec le développement de la géométrie, la secte secrète des pythagoriciens en avait fait un symbole d'harmonie universelle, de vie, d'amour et de beauté. Au Moyen-âge, les savants, les pères de l'église, les bâtisseurs, les maîtres d'ouvrages ou maîtres d'œuvre, se réclament de la doctrine platonicienne des corps cosmiques, les cinq polyèdres réguliers, et ont fait du nombre d'or, "la divine proportion", un modèle de perfection esthétique et philosophique."
On le désigne par la lettre grecque ( phi ) en hommage au sculpteur grec Phidias (né vers 490 et mort vers 430 avant J.C) qui décora le Parthénon à Athènes.
 
Valeur du Nombre d'Or
Le nombre d'or est la solution positive de l'équation : 
Phi (= 1,618033988749895 ... fi le plus souvent prononcé comme l'"mouche," est simplement un nombre irrationnel comme pi ( p = 3,14159265358979...) mais avec beaucoup de propriétés mathématiques peu communes .
Le rapport, ou la proportion, déterminée par Phi (1,618...) a été connu avec les Grecs en tant que " division d'une ligne à l'extrême et le rapport moyen " et avec des artistes de la Renaissance car " la proportion divine " il s'appelle également la section d'or, le rapport d'or et le moyen d’or.
  
                                                                                                                                     
Phi, comme pi, est un rapport défini par une construction géométrique
Tout comme pi ( p) est le rapport de la circonférence d'un cercle à son diamètre, phi ( ) est simplement le rapport des segments de ligne qui résultent quand une ligne est divisée dans une manière très spéciale et unique.
  
Phi apparaît dans :

Les  proportions du corps humain   

 

 

 L'ADN                                           

 




L'art et l'architecture                   

                                                         
 

Le système solaire


La musique 


La croissance de population , le marché des actions


La bible 


La Nature :


On distingue des spirales sur beaucoup de végétaux comme par exemple les cœurs de tournesol, l'écorce des ananas ou bien l'écorce des pommes de pin. Ce qui est étonnant, c'est que la suite de FIBONACCI et l’ANGLE D'OR se retrouvent dans ces spirales. 
Exemple: Une fleur de tournesol est constituée de deux groupes de spirales. Différents chercheurs l'ont expliqué par la croissance des plantes et ont utilisés 
modèles informatiques et des expériences de laboratoire.

                 
    D'après les chercheurs l'apparition des spirales est basée sur l'angle d'or égal à 360°/(1+phi)=137,5°. La croissance de la plante forme deux séries de spirales tournant en sens contraire. Le nombre de ces spirales correspond dans chacun des cas à deux termes consécutifs de la suite de FIBONACCI*. Par exemple (13; 21) ou (34;55) ou (55;89) ou (89;144).
 
 
  
    Fibonacci est né à Pise en 1175. Son vrai nom est Léonardo Pisano.
Fibonacci est un surnom qui vient de filius Bonacci qui veut dire fils de Bonacci. (Bonacci signifie chanceux , de bonne fortune). Il était l'un des plus grands mathématiciens du moyen-âge.
C'est lui qui a introduit la numération décimale et l'écriture arabe des chiffres en Occident, en ramenant dans son livre Liber abaci, les connaissances acquises en Algérie où travaillait son père. En 1202, il écrit un livre "liber abaci" qui porte sur les méthodes algébriques et des problèmes. Dans cet ouvrage, il émet l'idée que l'arithmétique et la géométrie sont liés; mais aussi il met l'accent sur les neufs symboles indous de la numération ainsi que le signe zéro. Fibonacci fut sans doute le mathématicien le plus habile de toute l'époque médiévale chrétienne.
Le problème de son livre qui a le plus inspiré les mathématiciens est le problème des lapins : 

"Combien de couples de lapins obtiendrons-nous à la fin de chaque mois si commençant avec un couple, chaque couple produit chaque mois un nouveau couple, lequel devient productif au second mois de son existence." 
Ce problème donne lieu à la suite de FIBONACCI : 
1 ; 1 ; 2 ; 3 ; 5 ; 8 ; 13 ; 21 ; 34 ; 55 ; 89 ; 144 ; 233 ; 377 ;.... 
Chaque terme est la somme des deux termes qui le précèdent : Un = Un-1 + Un-2


Si vous souhaitez en savoir plus, je vous conseille le livre : L'ancien secret de la fleur de vie de Drunvalo Melchisedeck aux éditions Ariane
                                                                                                                                               .