Accueil

Collectif de fait, constitué d'associations et de personnes, créé à Grenoble* le 21 février 2013 dans le but de rendre hommage aux victimes du coup d’État  et de la dictature de Pinochet au Chili et aussi de témoigner de la situation politique, économique, sociale et culturelle depuis 40 ans.


Éléments historiques:
Grenoble, les localités voisines et plus généralement l’Isère a été un lieu particulièrement important pour l’accueil des chiliens qui, à la suite du coup d’état du 11 septembre 1973, ont dû quitter leur pays : dès le mois de novembre 1973, des «grenoblois » ont participé et aidé à cet accueil,  soutenus par des municipalités et des organismes publics. L’arrivée de réfugiés chiliens s’est poursuivie jusqu’aux dernières années de la dictature du général Pinochet. Grenoble a accueilli des réfugiés latino-américains (uruguayens, argentins, paraguayens,…) pendant les décennies 1970 et 1980. Quarante ans après, il convient de retracer cette histoire mais aussi de regarder le Chili d’aujourd’hui, lequel porte les stigmates laissés par le coup d’Etat et la dictature (et son système économique et social imposé à sa population) mais aussi l’espoir de résistances et de luttes renouvelées (étudiants, luttes sociales, Mapuches).


Principes :
  • Le collectif a pour but de développer tout type d’actions permettant de commémorer le coup d’État, de porter la mémoire des victimes de la dictature auprès de l’ensemble des isérois, de permettre le témoignage de tous les aspects de la situation actuelle au Chili.
  • Les associations qui participent au collectif souhaitent que ces objectifs soient mis en œuvre de façon concertée et convergente: organisation d’activités, demandes d’aides et de subventions, communication et contacts.
  • Le collectif sera vigilant à garder son indépendance par rapport aux partis et autorités politiques.
  • Le collectif regroupe des associations et des personnes physiques. Il reste ouvert à d’autres associations et personnes.

* Notre collectif est indépendant du collectif de Chambéry, formé bien plus tard que le nôtre, et qui porte le même nom.