Les bâtisseurs de cathédrales

L'origine

Tout commence en Île de France, vers le début du XIIIème siècle et progressivement, va toucher l'Europe entière car l'église romane est sombre est massive : pour la première fois, des voûtes d'ogives croisées, légères, s'appuient aux sommets de hautes colonnes et les transepts se flanquent de bas-cotés, larges comme les grandes rues. 

Ce nouveau style, auquel on donnera plus tard le nom de gothique, appelle à Dieu, à la lumière divine. Les murs ne sont plus que l'indispensable support matériel des rosaces et des fenêtres.

Ainsi, " le maître de l'œuvre", Villard de Honnecourt va construire en Hongrie et Etienne de Bonneuil en Suède. Les moines de Cluny font école en Italie, En Espagne, en Allemagne et en Autriche. L'Angleterre se pare de cathédrales en briques tandis que les bâtisseurs, Italiens, utilisent le marbre, tous, imitant ceux de Beauvais, qui ont élevés prodigieusement la hauteur de leur nef à 48 mètres.

La construction

Les tailleurs de pierres, les maçons "mortelliers",Allemands ou Italiens, sont devenus des maîtres dans l'art de construire et ils se déplacent dans toute l'Europe avec leurs secrets de fabrication (sur chaque lieu de construction, ils ne sont guère plus d'une vingtaine, de tailleurs de pierres spécialisés). Leur travail va de la taille de pierres à la réalisation de rosace d'une très grande complexité.


Le maître d'œuvre

Après avoir engagé sur place la main d'œuvre permanente et journalière, le maître de l'œuvre commence le chantier en faisant creuser une fosse immense, puis élève le chevet, ensuite, surgissant de la terre, viennent naîtrent les grandes lignes du transept et de la nef. Le maître d'œuvre  est un intellectuel passé maître dans l'art de la réflexion abstraite, capable de jongler avec les forces et les poussées et de les contrôler. Chaque soir, le maître de l'œuvre et les tailleurs de pierres dorment sur le chantier, dans des "loges" en bois qui servent aussi de réfectoire, de magasin d'outils et de lieu de réunion. 


Les manœuvres 

"manouvriers", les journaliers, apportent les pierres taillées aux dimensions voulues (les carrières de pierres à bâtir, en général, ne se situent pas très loin du chantier), qui sont mises en place par des moyens fort simples, tel le treuil.  A noter que pour le déplacement des pierres, les habitants prêtent facilement leurs bœufs, ou s'attellent  eux-mêmes aux charrois.

Les sculpteurs

Appelés "imagiers", les sculpteurs vont en équipe de chantier en chantier. Ils transmettent leur art seulement à leurs enfants et à leurs compagnons. Les 'maîtres" choisissent eux-mêmes parmi leurs "compagnons" ceux qu'ils jugent dignes d'exercer la maîtrise. 

Les Maîtres verriers

Les vitraux, véritable mémoire en couleurs, servent à se rappeler des épisodes des livres saints, à ne pas les oublier!. Puis, de peindre avec des morceaux de verre juxtaposés (XIIème siècle), ils se mirent à peindre sur le verre lui-même, le vitrail devint une vitre peinte (XIVème siècle). Le maître verrier trace les scènes sur un carton puis sur ce carton, il découpe les verres selon les couleurs voulues et les assemblent avec des fils de plombs flexibles et épais, bordant faiblement le verre, coupé au fer rouge. pendant toute la durée de l'époque médiévale, c'est à la mosaïque que reste apparenté l'art du verrier, non à la peinture. Les maîtres gagnent en moyenne cinq fois plus que leurs compagnons. Quant aux apprentis, ils sont seulement logés.

Les grandes oeuvres

  • 1131 : à Noyon, ou la construction du chœur fut commencée après l'incendie de la cathédrale précédente. Le chœur est consacré en 1157, tandis que le transept Nord fut achevé à la fin du XIIème siècle (voûte de 22 mètres de haut).


  • 1150 : à Laon, débute la construction. La cathédrale est terminée à la fin du siècle (voûte de 24,50 mètres de haut). 

  • 1153 : à Senlis ou la reconstruction est lancée. Elle sera terminée le 16 juin 1191 (voûte de 18 mètres de haut). 

  • 1163 : à Paris, ou l'évêque de Paris, Maurice de Sully, pose la première pierre. La construction commença par le chœur qui est consacré le 19 mai 1182.La nef fut élevée entre 1180 et 1200. Les chapelles de la nef seront en construction jusqu'en 1320 (voûte de 32,50 mètres de haut). 

  • 1194 : à Chartres, la cathédrale élève sa voûte à 36,50 mètres de haut. Son labyrinthe mesure 18 mètres de diamètre. 

  • 1212 : à Reims, la cathédrale élève sa voûte à 38 mètres de haut. Le maître d'œuvre, Jean d'orbais, entreprit le chœur en 1211. Jean de Loup termina le cœur et le transept et commença la façade. Gaucher de Reims terminera la façade en 1255. Bernard de Soissons, le maître d'œuvre, édifia la grande verrière de la façade Ouest de 1255 à 1290. Robert de Coucy commença les deux tours en 1290.

  • 1221 : à Amiens, ou sa voûte atteint 42,30 mètres de haut.

  • 1225 : à Beauvais, ou sa voûte du chœur atteint le record de 48 mètres de haut. Elle s'écroulera d'ailleurs par deux fois.





Comments