actualité locale et actions de la CGT


AGISSONS : URGENCE SALAIRES, EMPLOIS et JUSTICE SOCIALE

publié le 22 nov. 2018 à 23:25 par Jean Jullien

Des salariés actifs et retraités, des citoyens expriment une colère légitime pour avoir les moyens de vivre dignement, pour plus de justice sociale.

Cette colère, la CGT la comprend et la porte au quotidien depuis plusieurs mois et au travers de nombreuses journées d’actions et de grèves.

Alors que la France est en 2017 le 5ème producteur de richesses au monde, le chômage, le travail précaire s’accroissent et plongent dans le désarroi de plus en plus de familles, de citoyens. La préoccupation d’une partie grandissante de la population est de boucler les fins de mois : ça ne peut plus durer...

Une société qui n’offre pas de perspectives à ceux qui produisent les richesses par leur travail, ni à la jeunesse pas plus qu’aux retraités, est une société sans avenir.

Le gouvernement joue avec le feu en banalisant les revendications, en ignorant les organisations syndicales. Pire, le président de la république, ses ministres sont régulièrement méprisants vis-à-vis des citoyens au travers de « petites phrases ».

 

Cette politique lui revient en boomerang en plein visage. La responsabilité du gouvernement est énorme. Le surnom de président des riches est bien justifié. A force de tirer sur la ficelle, les premiers de cordée seront bien seuls au sommet.

 

IL Y A DONC URGENCE à REPONDRE AUX ATTENTES SOCIALES :

 

-       L’AUGMENTATION DU SMIC à 1800 € avec répercussion sur l’ensemble des grilles de salaire mais aussi des pensions et des minima sociaux.

-       LA PRISE EN CHARGE des transports par les employeurs.

-       UNE TVA à 5,5% pour les produits de première nécessité, notamment le gaz et l’électricité.

-       UNE FISCALITE JUSTE, tenant compte des revenus, avec en premier lieu le rétablissement de l’impôt sur la fortune.

-       LE DEVELOPPEMENT des transports en commun et LA RECONQUETE du Rail.

 

CES REVENDICATIONS SONT URGENTES ET LEGITIMES.

 

Le gouvernement instrumentalise les enjeux environnementaux, alors que rien ne se fera si on ne prend pas en compte le lien unissant cause SOCIALE et cause ECOLOGIQUE.

Nous refusons cette nouvelle division orchestrée par l’Elysée entre citoyens qui seraient responsables en matière environnementales et les autres.

Nous refusons de mêler nos voix avec ceux, comme le Patronat, qui font volontairement l’amalgame entre TAXES et COTISATIONS SOCIALES.

Dans cette période de clair-obscur où peuvent surgir les monstres, la CGT appelle les citoyens à ne pas laisser dévoyer leur colère par ceux distillant des idées xénophobes, racistes, homophobes.

C’EST BIEN TOUS ENSEMBLE QUE NOUS POURRONS INFLECHIR LA POLITIQUE du Président des riches.

 Par ses initiatives, sa volonté de rassemblement et d’unité, LA CGT est au service des salariés, des citoyens pour un monde de progrès et de justice sociale.

 Elle prendra toutes les initiatives dans la période pour permettre à ceux qui luttent de S’ORGANISER afin de GAGNER sur leurs JUSTES REVENDICATIONS.

 

Dans le cadre de l’appel à manifester des privés d’emplois, LA CGT APPELLE TOUS LES CITOYENS, les SALARIES ACTIFS et RETRAITES A LA MANIFESTATION du 1er décembre POUR EXIGER DES REPONSES IMMEDIATES ET PRECISES DE LA PART DU GOUVERNEMENT et DU PATRONAT.

   

Le 1er Décembre 2018 :

VALENCE : Manifestation 14h au Champ de Mars !

A lire pour comprendre la grève des cheminots

publié le 14 avr. 2018 à 05:00 par Jean Jullien   [ mis à jour : 14 avr. 2018 à 05:01 ]

UN PEU D'HISTOIRE : 

- Il y avait avant la SNCF des grandes compagnies, : Nord, EST, Midi, P.O, Etat, PLM... Et plein de petites compagnies, régionales, et départementales...

Ces compagnies avaient pour toutes des très grandes difficultés financières (endettement de 37 milliards de Franc, 2000 milliards d'euros actuels) , et afin de sauvegarder le train en France, on les a réunies en une seule, la SNCF, en 1938....

- Cette SNCF était donc un cheval bancal, car déjà lesté d'une très lourde dette.

A cela il a fallut déjà UNIFIER le réseau, car chaque compagnie avait sa méthode de fonctionnement, 

sa signalisation et les réseaux de chacune étaient délimités, faire une multitude de réseaux en 1 seul... Investissement d'unification....

- 2e guerre Mondiale : réseau détruit, gares détruites, matériel détruit, il a fallu tout reconstruire, tout rénover, et effectuer des achats en masse...

- Électrification du réseau : stations électriques à construite, installation caténaires, et évidemment commandes massives des trains en conséquences, locomotives, et rames... 

Pour exemple l'électrification simple de Gretz a Provins coûtera 179 millions d'euros...


> ALLONS AU CŒUR DE LA REFORME : 

oui il faut une réforme, il y a des choses qui fonctionnent et d'autres, non...

Comment a t'elle été présentée ??? 

- On a direct parlé de STATU QUO, basé en 2 catégories : Statut des Cheminots privilégiés, DETTE de la SNCF.

(Tout pour faire monter la grogne)

Oui les cheminots qui sont entrés a la SNCF avant l'âge de 30 ans, disposent d'un statut, celui ci donne des droits mais surtout des devoirs.

- Droits : non licenciement économique par exemple...

- Devoirs : spécificité de l'emploi par les horaires décalés, jours de repos décalés, et vacances en décalé, professionnalisme dans les missions de sécurité...

Certains parleront de la retraite, oui, AVANT les conducteurs partaient a 50 ans et les autres agent partaient à 55 ans, dans les faits, ils ne partaient pas, ils étaient d'office mis en retraite par la SNCF, et, ils touchaient une retraite en fonction des années cotisées uniquement, et non une retraite a taux plein...


> Aujourd'hui, c'est différent, la SNCF n'a plus droit de mettre d'office un cheminot à la retraite, c'est lui qui choisit...

A la TV on vous parle de 52 ans (conducteurs) et 57 ans (autres agents)....

- OUI, dans les textes c'est écrit comme ça, 

- MAIS, pour partir à la retraite, il faut cotiser un certain nombre d'années, 42 ans aujourd'hui (43 en 2035), et les textes disent aussi qu'une décote de 5% sera appliquée par année manquante... C'est idem pour tous les Français....

Donc admettons, je pars a 52 ans : sachant que j'ai commencé ma carrière professionnelle a 21 ans, je n'aurai donc que 31 ans de cotisation sur 42, et on appliquera ensuite les 5% de décote par année manquante, au final on perd 50 ou 60% sur cette future retraite... 

Ahhh oui, mais TF1 et BFM ne l'ont pas expliqué ça  !!!

Certains parleront de la médecine "dite gratuite" : La SNCF a des accords avec quelques cabinets médicaux, donc, pas d'avance de frais uniquement, mais les remboursement sont idem pour les gens qui sont a la sécu, c'est juste qu'il n'y a pas de mouvements de fonds, d'ailleurs c'est ce que souhaitait l'ex ministre Marisol Tourraine, éviter ces mouvements de fonds si je me souviens bien... 

Donc comme tout Français, je vais chez n'importe quel médecin traitant, et j'avance le tarif de ma consultation...


> Concernant la sécurité sociale spécifique SNCF, celle ci est bénéficiaire et ses bénéfices sont reversés dans la système général, BFM et TF1 ne vous l'ont pas dit ?

Venons en au CE, on lit partout qu'il est majestueux, à vrai dire je n'en sais rien, je n'y suis jamais allé, donc, je n'ai jamais profité d'une place de ciné a prix réduit ou autres...

Mais ces salauds de cheminots ont le train gratuit !!! 

- Vous croyez qu'on prend chaque jour le train pour aller à Nice, ou Bordeaux ? 

-Trains de banlieue et RER SNCF totalement gratuit... Idem TER et Corail.

- Pour les TGV, Trains de nuit, on a droit a 8 réservations offertes chaque année, au delà de ce quota on paiera la réservation... 

Je le confirme, c'est un bel avantage, mais nombreux d'entre nous n'utilisons pas.. Ou très peu, peut être un aller retour ou deux dans l'année.

- Concernant Eurostar, Thalys et autres, je ne connais pas forcément les conditions générales...  Mais nos réservations ne sont pas utilisables dedans, on doit payer notre place.

Et puis dans chaque métier il y a des contreparties, dans le commerce ils ont un tarif préférentiel (Chez Auchan par exemple, j'avais 5% sur tout le magasin, y compris l'alimentaire, et, pour l'électro ménager, le vendeur me faisait une remise supplémentaire), dans d'autres métiers c'est la voiture de fonction, celui qui bosse chez Microsoft paiera t'il son Windows ???  Certains ont le PC portable pro fourni par leur employeur......(il y a une multitude d'exemples).

N'oubliez pas qu'en temps que personnes dîtes Lambda, vous avez droit au billet de congés annuel...

Tapez : billet congé annuel sur un moteur de recherche...


> PARLONS DE LA DETTE dite de la SNCF :

Comme je le disais plus haut, la SNCF a été crée déjà endettée... C'est donc une dette HISTORIQUE des anciennes compagnies :

http://www.slate.fr/story/158311/naissance-sncf

"En 1937, les pertes cumulées des opérateurs privés atteignent la somme colossale de 37 milliards de francs –l’équivalent de 2.000 milliards d’euros actuels"

On peut donc séparer la dette en 2 catégories distinctes : 

la Dette du Réseau (les rails), et la dette de l'Opérateur Ferroviaire.... SNCF Réseau : 

https://www.challenges.fr/entreprise/transports/les-resultats-de-la-sncf-en-hausse-en-2017-grace-a-un-rebond-de-la-frequentation_570400


> "SNCF Réseau affiche une perte nette récurrente inchangée, de 157 millions d'euros, tandis que sa célèbre dette s'est alourdie de 1,7 milliard d'euros en normes IFRS 2017, pour finir l'année à 46,6 milliards.

"Si on regarde bien le détail des chiffres, elle s'accroît en fait de 2,1 milliards de manière structurelle", a précisé M. Jeantet: l'effort de rénovation du réseau a en effet obligé à emprunter 1 milliard, auxquels s'ajoutent 1,1 milliard de frais financiers."

Analysons la chose : Perte nette récurrente, 157 millions d'euros... 

On est presque sur un quasi équilibre, encore quelques efforts, et on peut descendre à 0, mais, alourdissement de la dette de  2,1 milliards, dont 1,1 milliards de frais financiers, c'est quoi ce nombre, d'ou vient il ???

Ce sont simplement les intérêts que les banques facturent pour la dette.... Mais d'ou provient cette dette ???

Dette historique je le rappelle, mais aussi tous les investissements que l'état devait financer, et qu'au final il a contraint la SNCF a s'endetter a sa place.

- on parle des lignes TGV depuis leur création, c'est à la base un aménagement du territoire, et son financement normalement revient a l'état.

http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2018/04/05/edouard-philippe-se-dit-ouvert-a-une-reprise-de-la-dette-de-la-sncf-mais-avec-des-contreparties_5280956_1656994.html

"Depuis cinq ans, l’accélération de l’endettement est due en grande partie aux projets de développement des quatre dernières LGV (le prolongement vers Strasbourg de la LGV Est, celui vers Bretagne-Pays de la Loire, le contournement Nîmes-Montpellier et la LGV Sud-Est Atlantique vers Bordeaux).

L’Etat actionnaire, également donneur d’ordres, a incité à créer, sous la pression des régions, des lignes à grande vitesse non rentables ou à acheter des trains pour soutenir l’industrie ferroviaire. Or, comme le note un rapport d’information parlementaire de 2016, la construction de ces LGV est devenue de plus en plus chère (4,9 millions d’euros actuels du kilomètre pour Paris-Lyon en 1981, contre 23 millions d’euros sur Tours-Bordeaux en 2015)."

ICI l'ex conseiller Financier de Nicolas Sarkozy, Raymond Soubie le dit :

https://mobile.francetvinfo.fr/replay-radio/tout-est-politique/tout-est-politique-dette-de-la-sncf-raymond-soubie-pointe-la-responsabilite-de-tous-les-gouvernements-qui-ont-refuse-de-financer-les-investissements_2668134.html

"Je pense que les cheminots se sentent, en partie, montrés du doigt pour tout ce qui ne va pas : les trains en retard, les dysfonctionnements de l'équipement... Or tout ça tient à quoi ? Ça ne tient pas à eux. Ça tient à l'absence d'investissement et aux priorités d'investissement qui ont été données, par tous les gouvernements, au TGV. Tous les gouvernements ont refusé de financer sur budget public ces dépenses d'investissement et ont dit : "On les finance sur emprunt." Et comme c'est l'État qui ne voulait pas emprunter parce que c'est la dette maastrichtienne - et que ça déséquilibre nos petits chiffres au-dessus et au-dessous de 3 % - on l'a laissé à une branche de la SNCF. "

Selon les estimations, sur ces 46,6 milliards d'euros d'endettement, il y aurait 23 milliards d'euros de véritable DETTE, le reste serait : 

les intérêts de cette dette qui s'ajoutent et étouffent le système....

https://www.bastamag.net/Comment-la-dette-de-la-SNCF-enrichit-les-marches-financiers-au-detriment-des


> DANS LES EXEMPLES FRACASSANTS des pertes pour la SNCF il y a la LGV de Tours à Bordeaux : 

https://france.attac.org/actus-et-medias/salle-de-presse/article/lgv-tours-bordeaux-vinci-nous-roule-a-grande-vitesse

https://www.challenges.fr/entreprise/la-verite-sur-les-cahots-de-la-ligne-tgv-tours-bordeaux_86850

(n'hésitez pas a lire cet article de Challenges qui vaut son pesant de cacahuètes sur les financements, sur les études biaisées et le fameux passage qui dit que si la SNCF veut faire passer ses trains par SA LIGNE, elle paiera aussi chez que si elle passe par la ligne privée LISEA : ""RFF a en effet dû signer une clause de coordination qui vise à aligner nos péages sur ceux de Lisea pour protéger le concessionnaire du risque de dumping", précise le propriétaire des rails.")

En 2014 l'état vote une règle d'or pour ne plus obliger SNCF Réseau a s'endetter à outrance....

http://www.liberation.fr/futurs/2014/06/19/les-deputes-votent-une-regle-d-or-pour-freiner-l-endettement-de-la-sncf_1045496

2016 : Dérogation à la "règle d’or" pour le financement du "CDG Express" : un nouveau coup dur pour la SNCF

https://www.senat.fr/presse/cp20160927.html

Comme vous pouvez le constater l'état joue au petit train, et impose des dépenses à SNCF Réseau.... 


> DETTE de SNCF MOBILITÉ : 

Toute entreprise est endettée... Dette pour investissements, avec un tableau d'amortissement, il faut juste que celle ci ne soit pas disproportionnée évidemment.

- SNCF Mobilités est endettée a hauteur de 7,9 milliards d'euros. 

Ce n'est pas une dette catastrophique...

http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2018/04/05/edouard-philippe-se-dit-ouvert-a-une-reprise-de-la-dette-de-la-sncf-mais-avec-des-contreparties_5280956_1656994.html#H8Y3i8xXFwWe9Whe.99

"SNCF Mobilités est chargée du transport des voyageurs (les différents types de trains, mais aussi des bus, métros ou tramway développés par le spécialiste du transport public Keolis) et des marchandises, principalement par rail mais aussi par cargo (groupe Geodis), ainsi que des gares. Elle affiche une dette commerciale de 7,9 milliards d’euros, qui s’explique en grande partie par les pertes de l’activité fret, ouverte à la concurrence depuis 2006, ainsi que par des acquisitions à l’international. Un montant soutenable pour une structure qui réalise 31,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires."


> ANALYSONS CETTE DETTE, on y découvre encore, comme pour Réseau, un petit florilège des achats imposés à la SNCF.

Des exemples : 2003, Alstom est en quasi faillite, l'entreprise est nationalisée pour sauver l'emploi, et quelques semaines après, commande de 500 locomotives : 

https://www.lesechos.fr/11/02/2004/LesEchos/19092-182-ECH_la-sncf-va-commander-500-locomotives-fret-a-alstom-et-siemens.htm

La SNCF commande 500 locomotives Fret, alors que l'activité FRET en grandes difficultés, est en pleine restructuration, ces locomotives ne correspondent pas aux besoins, car pas assez puissantes.. Et comme le Fret ferroviaire périclite et que le marché s'ouvre a concurrence, la SNCF annulera une partie de la commande (et forcément paiera des pénalités) : 

http://www.railpassion.fr/fret/011-12163-la-sncf-renegocie-ses-commandes-de-locos/

"la SNCF a d’ailleurs provisionné 255 millions d’euros dans ses comptes 2009 au titre des « risques sur commandes fermes de matériel »

Alors que l'ancien numéro 2 de la SNCF disait qu'il fallait en 2011 qu'on arrête d'imposer des commandes, quelques semaines après, le président de la république de l'époque en campagne,annonce 30 rames TGV en commande : 

https://www.challenges.fr/entreprise/la-sncf-commande-30-rames-de-tgv-duplex-a-alstom_3574

2013 : le président qui a suivi annonce 40 rames supplémentaires :

https://www.ladepeche.fr/article/2013/07/25/1678026-tgv-commande-1-2-milliard-euros-sncf-alstom.html

2016 : Alstom annonce fermer son site de Belfort, et, l'état impose a la SNCF de commander 15 rames TGV

http://www.lefigaro.fr/societes/2017/02/23/20005-20170223ARTFIG00251-la-sncf-commande-15-tgv-a-alstom-pour-480-millions.php

2018 : Commande de 100 TGV annoncée par Bruno Le Maire.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/03/22/97002-20180322FILWWW00167-alstom-le-maire-confirme-la-commande-de-tgv-du-futur.php

http://carfree.fr/index.php/2018/03/26/quand-bruno-le-maire-creuse-la-dette-de-la-sncf/

Le directeur des achats de la SNCF a twitté qu'il était heureux d'apprendre cette commande via la presse sans même avoir été consulté : 

https://twitter.com/lanzi78/status/976890691359051777  

Vous avez bien lu ??? 100 TGV, mais pourtant les ministres disent que la SNCF va très mal, que le statut quo n'est plus possible, et, que l'entreprise est très endettée...

Mais, comme tout est bien ficelé, on apprendra quelques jours après que : si il y avait trop de rames TGV, le Gendarme du rail, l'ARAFER propose :

- de les prêter a ses concurrents.

Vous avez bien lu de nouveau, certes, elles seront louées par la SNCF, mais qui doit s'endetter pour acheter ces rames ? Ce n'est pas un peu facile quand même ?

"Concurrence #ferroviaire. Pour lever la barrière à l'entrée des rames #TGV, l'@arafer_officiel suggère au législateur de prévoir une mise à disposition des rames inutilisées de l'opérateur historique aux nouveaux entrants sous condition d'investissements futurs"

https://twitter.com/Lecrametchou/status/978672648707297280


> LA REFORME 

- Ouverture a Concurrence, 

- fin du statut des cheminots, 

- 9000km de lignes menacées...

On a mis en avant le rapport Spinetta, mais déjà celui ci a été biaisé, Jean Cyrille Spinetta ne connaît pas le chemin de fer, il était patron d'Air France, 

il avait a la base un temps de 1 an pour rédiger son rapport, puis 6 mois, et, enfin 3 mois... Il le confirme dans la vidéo ci après : 

https://twitter.com/publicsenat/status/973887002264219648

Mais ne trouvons nous pas bizarre qu'a peine le rapport "bâclé (?)", la loi soit déjà écrite ???

il faut normalement décortiquer le rapport, auditionner les parties prenantes, et ensuite rédiger une loi... 

De là à imaginer que la loi était écrite avant même le rapport....


> L'OUVERTURE A CONCURRENCE :

- déjà actée, elle est effective depuis 2006 dans les trains de marchandises, et, elle a fait s'effondrer le trafic ferroviaire de Fret au détriment de la route, trafic réduit de 40%... 

Les concurrents de la SNCF ne sont pas en bonne posture.

le principal adversaire, Euro Cargo Rail en plan social a du être recapitalisé de 150 millions d'euros par sa maison mère la DB (équivalent de la SNCF en Allemagne)

http://www.actu-transport-logistique.fr/ferroviaire/fret-ferroviaire-euro-cargo-rail-optimiste-apres-sa-reorganisation-420312.php

On oubliera pas de dire que lorsqu'on a ouvert le trafic Fret français a la concurrence, on a imposé a la SNCF d'abandonner 10% de son trafic marchandises...

Demain on imposera la SNCF a prêter ses TGV comme je le mentionnais plus haut.

Concurrence Libre et non faussée ?

Ca a changé quoi pour le concitoyen cette ouverture ??? 

"Rien  !!!" 

Vous êtes sûrs ???

- Vous le voyez tous, les camions ont envahis nos routes, mais dans le but de maximiser leurs marges, ils n'empruntent pas les Autoroutes, ils défoncent donc nationales et départementales, et, qui paie.... Les régions !!! 

Régions à qui on a rétrocédé un bon nombre de ces routes, (les nationales sont en grande partie devenues des départementales), qui dit région dit : Le citoyen qui paie ses impôts... Nos impôts ont donc augmenté ...

Le camion ne paie pas de péage, contrairement au train quand il circule sur le réseau ferré...


> COMMENT SE PASSERA T'ELLE ?

- Une région passera un appel d'offres avec un cahier des charges défini pour une ou plusieurs lignes, et, l'entreprise qui remportera le contrat :

- utilisera les rames déjà en service, 

- reprendra les personnels affectés... 

Cela ne changera pas grand chose pour le voyageur...

Ensuite à l'entreprise de maximiser ses marges en fonction du revenu qu'elle percevra... 

- Elle peut déroger aux pas de maintenance des rames, par exemple : 

Si celles ci doivent rentrer en maintenance tous les 5 jours, si on augmente le délai a 7 jours... Imaginez le gain sur une année !!

- On peut baisser les salaires (un article un peu plus bas), 

- réduire les effectifs...

- Quand une entreprise privée vient sur un marché, elle cherche avant tout a effectuer des bénéfices, et, rétribuer ses actionnaires...


> A la TV les ministres disent : L'Allemagne et la Suède sont des ouvertures a concurrence réussies, étudions un peu...

https://info.arte.tv/fr/pourquoi-leurope-veut-liberaliser-le-train

"Au Royaume-Uni, la privatisation du rail dès le début des années 1990 a entraîné une explosion du coût des billets : certains sont trois à quatre fois plus chers qu’il y a vingt ans, hors inflation. Les retards et suppressions de train sont légion. À tel point que les Britanniques ont été obligés de renationaliser l’équivalent de "SNCF réseau" (la gestion des voies, c'est-à-dire ce qui coûte le plus cher). Et le débat monte en faveur d’une renationalisation complète… Même topo en Suède, où 70 % de la population se dit favorable au retour d’un monopole public sur les chemins de fer."

Ahhh ben zut alors, ils ne le disent pas ça sur TF1 et BFM ???

Dans le détail, en Allemagne, la concurrence s'est focalisée sur les trafics régionaux (35% du trafic), car, ceux ci ne demandent aucun risque financier : 

- Rames achetées par les régions, et, personnels déjà formés... Revenus assurés, car il n'y a pas de démarche commerciale pour vendre les billets de trains (publicités).

En revanche les trains grandes lignes, personne ne s'est engouffré, il faut investir, il y a des risques...


> - LE STATUT DES CHEMINOTS (encore)

Trop gênant, car il garantit des avancements de rémunération réguliers (50e environ tous les 4-5 ans), et ces entreprises s'y opposent, il empêche également les licenciements économiques, et, elles y sont farouchement opposées... L'état préfère créer un double statut plutôt que pérenniser l'actuel..

Au jour d'aujourd'hui, le projet de loi dit juste que : Le salarié transféré (obligatoire) aura une garantie d'emploi de 15 mois, et, un maintien de son salaire de 12 mois...

- Ces 12 mois sont assez importants, car, c'est exactement le laps de temps pour former un conducteur de trains, on peut donc estimer que, l'on formera notre successeur, 

qui sera payé 1000 euros brut au lieu de 2000 (pour une personne ayant 15 ou 20 ans d'expérience), et, s'il ne veut pas s'aligner sur le salaire du petit jeune, bye bye au bout de 15 mois...

Catastrophisme ??? Tiens, l'article de presse du jour..

SNCF : "En Allemagne, l'ouverture à la concurrence a provoqué une baisse des salaires"

https://www.marianne.net/economie/sncf-en-allemagne-l-ouverture-la-concurrence-provoque-une-baisse-des-salaires

- 9000km DE LIGNES : que le rapport Spinetta propose de fermer... 

On avance le fait qu'elles ne transportent que très peu de voyageurs, mais, volontairement on oublie de dire que ces lignes sont également vectrices de transport de marchandises (céréales, carrières..)

Supprimer 9000km de lignes c'est supprimer des centaines d'emplois, c'est désertifier des territoires (on s'en fout, nous on est en Ile de France ???). 

MAIS c'est aussi augmenter la pollution de l'air, car, on mettra des camions supplémentaires sur les routes, des cars supplémentaires...

Elles sont ou les belles promesses du Grenelle de l'Environnement ainsi que de la COP21  ??

La France d'il y a 100 ans avec 40 millions d'habitants avait 60000km de lignes, aujourd'hui nous avons 65 millions d'habitants, nous n'en avons plus que 29000....

Paradoxal NON ?

On peut citer le département de l'Ardèche qui n'a plus aucun train, il y a des vestiges, des gares, quelques voies, mais vite vite on les retire pour éviter que le train revienne...

- L'état se veut rassurant, en disant nous ne fermeront aucune ligne, nous transféreront cette responsabilité aux régions....

Les régions sont déjà endettées et asphyxiées, l'état se désengage sur elles pour de nombreux financements, pourront elles subvenir aux coûts supplémentaires ???


> Regardez un peu sur la presse en ligne : 

- La ligne de Saint Claude a Oyonnax dans le Jura, fermée en décembre 2017.

- ligne Limoux Quillan, 2018.

- Ligne de Limoges a Angoulème en Mars 2018.

- Bientôt la D'Abbeville au Tréport.

Et beaucoup d'autres sont déjà sur la sellette.

Regardez sur notre ligne, Verneuil L'Etang nous avions : 

- La ligne de la Bastille, aujourd'hui le RER A qui passait entre autres à Brie Comte Robert, Val de Fontenay, et Paris.

- L'embranchement Vers Marles en Brie ligne de Coulommiers, 

- Il y avait un petit train qui reliait Melun.

Ces 3 lignes ne seraient elles pas pertinentes ??? 

Les 2 premières assurément, surtout en cas de problèmes, elles permettraient aux voyageurs d'avoir d'autres alternatives.

Donc oui les grèves sont pénalisantes pour les voyageurs, mais les grévistes estiment que cette réforme est malsaine, 

CAR : 

- elle ne répond en rien a la logique de désendetter le réseau (la ou l'Allemagne a repris cette dette)..

- n'apporte rien au fonctionnement général, 

- oublie toutes les mobilités en France (transport voyageurs et Marchandises) et ne règle pas le souci des camions sur les routes.

- est un désastre écologique.

Et, en dernier ressort n'apporte pas de réponses sereines sur l'emploi des personnels transférés.


>
Voila donc la colère de ces "méchants" grévistes...

APPEL A LA GREVE - SYNDICAT CGT de LIVRON, La VOULTE et VALLEE de la DRÔME

publié le 10 avr. 2018 à 14:43 par Jean Jullien   [ mis à jour : 10 avr. 2018 à 14:45 ]

La France, soumise à la doxa libérale européenne au travers des politiques d’austérité menées par les différents gouvernements ces dernières années, n’a eu de cesse de remettre en cause les missions de service public et le statut des entreprises publiques.

Après la privatisation d’Air France, de France Télécom, d’EDF et GDF, c’est notre entreprise qui est aujourd’hui dans le collimateur des tenants du libéralisme économique avec, en tête, le président des riches, ex banquier.

Face aux grands enjeux d’avenir, la situation de la SNCF appelle légitimement à renforcer le service public ferroviaire et non à le livrer en pâture aux marchés financiers dont l’intérêt ne réside que dans la captation des richesses et l’atteinte d’objectifs de rentabilité, en totale opposition avec le sens et les valeurs du Service Public dont la sécurité, la préoccupation sociale, environnementale, et la réponse aux besoins prévalent sur toutes autres considérations.

La bataille du rail que nous menons n’est pas une bataille des « privilégiés de cheminots ». C’est, au contraire, une bataille de l’intérêt général, pour le service public ferroviaire, pour permettre aux usagers de circuler dans des conditions de sécurité optimales et d’être accueillis dans nos trains et dans nos gares, pour la remise en état des voies et ne pas fermer 9 000 km de lignes.

La ligne Livron-Veynes fait partie des nombreuses lignes dites « non-rentables » pour lesquelles les investissements pour la maintenir en état  ne sont pas une priorité pour le gouvernement. C’est la fermeture programmée d’ici 2 ans, si la réforme passe. Aucun opérateur privé ou public ne voudra d’une concession qui ne rémunère pas ses actionnaires. Nous devons nous battre becs et ongles pour sauvegarder notre ligne de chemin de fer !!!

 

Les syndicats CGT, UNSA, CFDT ont déposé un préavis de grève, couvrant la période du Jeudi 12 Avril 2018 à 20h00 jusqu’au Dimanche 15 Avril 2018 à 07h55.  Ce préavis de grève couvre l’ensemble des salariés du GPF et ceux appelés à les remplacer.

 

 

 Venez nombreux le Vendredi 13 Avril 2018 à 10h30 devant la gare de Livron pour participer à l’assemblée générale des grévistes afin de débattre démocratiquement sur les suites à donner au mouvement.

Ceux qui luttent sont ceux qui vivent

Je-m'en-foutisme criminel

publié le 29 juin 2017 à 14:24 par Jean Jullien

Un accident dramatique est survenu en gare de Loriol mardi après midi. (voir compte rendu sur radio france bleu )

Un homme traversant la voie pour composter son billet a été traîné sur 500 m par un TGV roulant à 160km/h sous les yeux de son épouse.

L’information donnée ce matin sur radio France bleue a été reprise plusieurs fois mais de façon moins détaillée.

Dans la première édition nous avons appris que des accidents similaires s’étaient déjà produits et que la mairie serait intervenue auprès de la direction SCNF pour sécuriser cet endroit, que des études avaient été faites préconisant un passage souterrain, mais … sans suite.

Le maire de Loriol s’exprimait dans l’interview en annonçant une motion en conseil municipal.

Le comportement de la direction SCNF est scandaleux et criminel. 

Cet événement confirme dramatiquement toutes les alertes que nos camarades cheminots lancent sur le démantèlement de la SCNF et les risques qui en découlent.

1er MAI : JOURNEE INTERNATIONALE DE LUTTE DES TRAVAILLEURS

publié le 25 avr. 2017 à 14:14 par Jean Jullien

En ces temps de répression antisyndicale, et de tentatives d’opposition des travailleurs entre eux, les organisations syndicales CGT, FO, FSU, appellent à une manifestation du 1er mai 2017 de lutte, de revendications et de résistance :

 Pour l’abrogation de la loi travail,
 Pour l’abrogation de la loi santé (pour la fin des Groupements Hospitaliers de Territoires) et de la loi HPST (Hôpital Patients Santé Territoires)
 Pour l’abrogation de la loi NOTRe,
 Pour la Défense et le Développement des Services Publics qui assurent une égalité de droits pour tous les usagers et les citoyens,
 Pour la Reconquête de la Sécurité Sociale ainsi que tous les droits sociaux acquis depuis 1936 et 1945.
 Pour l’augmentation des salaires, du SMIC, des minima sociaux, des retraites et des pensions,
 Pour la réduction du temps de travail,
 Pour une autre répartition des richesses.

Récusant toute forme de discrimination, de racisme, d’antisémitisme, de xénophobie ou d’homophobie, nos organisations syndicales rappellent leur attachement
aux valeurs de solidarité ouvrière et de paix entre les peuples

Oui ce 1er Mai 2017 sera à coup sûr un point d’appui supplémentaire pour construire la Résistance face à toutes les attaques portées et à venir contre les droits des salariés. Nous affirmons clairement que quel que soit le gouvernement qui sortira des urnes : NOUS NE LÂCHERONS RIEN !

C’est pourquoi la CGT  vous invite à participer dans l’unité la plus large aux manifestations du 1er Mai 2017 organisées dans la Drôme

SAINT -VALLIER : 10h30 Mairie 
ROMANS : 10h Maison des Syndicat
VALENCE : 10h : – Gare 
MONTELIMAR  : 10h : – Théâtre 
PIERRELATTE  : 11h  - Mairie

Le mardi 29 Novembre 2016 : FONCTION PUBLIQUE

publié le 8 nov. 2016 à 14:14 par Jean Jullien

Le mardi 29 Novembre 2016
FONCTION PUBLIQUE
DANS TOUTES LES PROFESSIONS ET DANS L’ENSEMBLE DES TERRITOIRES
MOBILISONS-NOUS POUR FAIRE ENTENDRE ET GAGNER SUR NOS REVENDICATIONS !

Les organisations syndicales de fonctionnaires considèrent que de nombreuses revendications restent encore aujourd’hui sans réponse. Parmi elles :

- L’augmentation significative des salaires, les mesures de rattrapage des pertes accumulées depuis l’année 2010.
- La poursuite de la politique de transfert prime/points pour en finir avec les indemnités constituant des compléments de salaire, comme le RIFSEEP, instaurant l’inégalité de traitement entre les agents.
- La revalorisation des filières et des corps à prédominance féminine afin d’appliquer le principe : « un salaire égal pour un travail de valeur égale ».
- L’amélioration des conditions de travail et de l’organisation du temps de travail qui pourrait être mis en cause dans les concertations faisant suite au rapport Laurent : aucun nouveau recul en la matière n’est acceptable.
- Le renforcement du Statut général des fonctionnaires, de leurs statuts particuliers, des droits et des garanties collectives des personnels.
- Le renforcement des garanties aux usagers d’un service public de pleine compétence et de proximité sur l’ensemble du territoire national, y compris en Outre-Mer.
- L’octroi des moyens budgétaires nécessaires à l’accomplissement des missions publiques dans les trois versants de la Fonction publique avec les créations d’emplois statutaires nécessaires, de nouvelles mesures visant à la résorption de toutes les formes de précarité, des crédits de fonctionnement et d’investissement à la hauteur des besoins.
- La fin de la précarisation des emplois publics par un plan de titularisations

En l’état actuel, les projets de lois de finances et de financement de la sécurité sociale 2017 restent marqués par l’austérité budgétaire, la poursuite des suppressions d’emplois, de nouvelles et conséquentes amputations de crédits,au détriment de la qualité et du financement de l’action publique et plus particulièrement celle mise en œuvre par l’Etat, les collectivités territoriales et les hôpitaux.

Dans un tel contexte, nos organisations syndicales décident de s’adresser à Madame Annick Girardin, Ministre de la Fonction publique, afin d’exiger que les discussions sur ces revendications soient rouvertes.

Elles organiseront une conférence de presse unitaire.


Nos organisations appellent les personnels des trois versants de la Fonction publique, dans toutes les professions et dans l’ensemble des territoires, à contribuer à la réussite du mardi 29 novembre 2016,journée nationale d’expressions de leurs revendications avec notamment:

- L’élaboration de cahiers revendicatifs professionnels et territoriaux.

- L’interpellation et des demandes d’audience auprès des hiérarchies administratives locales.

- L’envoi de motions aux préfets et l’organisation de rassemblements devant les préfectures.

- La distribution de tracts aux usagers du service public.

 

Enfin, nos organisations appellent les personnels à débattre des conditions de l’engagement, après le 29 novembre, de nouvelles étapes de mobilisation.

Paris, le 26 octobre 2016

manifestation le jeudi 15 septembre contre la loi travail

publié le 9 sept. 2016 à 04:56 par Jean Jullien


Lourde responsabilité de Rhodia Solvay dans l’incendie du 10 février 2016

publié le 12 avr. 2016 à 11:06 par Jean Jullien   [ mis à jour : 12 avr. 2016 à 11:07 ]

 Lourde responsabilité de Rhodia Solvay dans l’incendie du 10 février 2016

L’incendie :

25’après la découverte d’une fuite très importante de fluide caloporteur (DW) la décision est prise de maintenir les installations en service pour effectuer un arrêt « propre ».

Cet arrêt différé vise à éviter la prise en masse du nylon dans les canalisations et ses conséquences très onéreuses (démontage, brûlage des tuyaux, remontage).

Cependant le fluide DW circule à environ 300° et son point éclair se situe à 115°, pouvant s’enflammer au contact d’une étincelle. Dans ce cas la fuite de 600 l de DW présentait un risque majeur imminent imposant un arrêt d’urgence de toute l’installation : vidanges rapides du DW et mises hors tension au poste électrique.

L’incendie se déclare ¼ h après la procédure d’arrêt. Les pompiers de l’usine ne peuvent pas le maîtriser à cause des fumées et les pompiers de Valence arrivent en nombre ¼ h plus tard.

Ces derniers ignorants la configuration des installations n’ont pu qu’arroser les murs. Pire, ils ont attendu une autorisation à cause de la présence de sources radio actives.

Or ces sources à scintillomètre, destinées à la mesure de niveau dans les finisseurs, sont plombées et délivrent en Poly 1 une dose annuelle de 14,3 mSv équivalente à un scanner. Elles ne présentent un danger réel que dans l’axe du faisceau si l’obturateur est ouvert (environ 60m Sv/h correspondant à une zone contrôlée orange, et impliquant le port d’un dosimètre pour les intervenants à l’intérieur du finisseur). L’urgence consistait donc à les refroidir et non à s’en écarter.

 

Conséquences :

Le feu a donc détruit quatre étages dont la salle de contrôle, arrêtant toute la production, en particulier de la poly 1 pendant 6 mois, et causant environ 10 millions d’euros de réparation.

La communication sur l’absence de toxicité des fumées ne repose sur rien de sérieux. Quand on sait que la préfecture interdit l’écobuage, on voit que l’écologie est à deux vitesses : une écologie de classe.

Mais avant tout, les contrats de 13 intérimaires sont interrompus durant tout l’arrêt et 52 salariés ouvriers, les plus bas salaires, passent en chômage technique. Malgré l’opposition de la CGT ils ne touchent que 85 % du net.

 

Causes :

Il est clair que le risque d’incendie a été sous estimé par rapport au coût d’un arrêt d’urgence.

Mais cette décision lourde de conséquence n’est pas une faute individuelle :

Bien que le document unique HSE2SEC34 signale « le questionnement du BARPI* en ce qui concerne les accidents de fluide caloporteur » [*Bureau  d’Analyse des Risques et Pollutions Industrielles – Ministère], et bien que le CHSCT en ait averti la direction depuis longtemps, la formation aux risques, aux manœuvres, aux vidanges rapides sur le DW n’a pas été renouvelée depuis la séparation Rhodia / Sétila de l’usine.

La formation des pompiers usine (équipiers de seconde intervention) est délaissée alors que chaque étage dispose de robinets d’incendie armé, d’extincteurs à CO2 et à poudre, et que des appareils respiratoires isolants sont disponibles.

Pour compléter le tableau, l’usine n’a pas connu d’investissement depuis celui de 2001.

 

Encore une fois pour le patronat la recherche du profit passe avant tout, y compris les règles de sécurité. Les conséquences très graves de l’incendie découlent de l’abandon du principe de la sécurité interne avec des pompiers usine, et de l’abandon de la formation au DW.

Au fait la période de chômage pourrait être utilement mise à profit pour de telles formations en payant les ouvriers à 100 %. 

action du 24 novembre 2015

publié le 25 oct. 2015 à 01:08 par Jean Jullien

Bonjour,

Le Comité Général de l'Usr du 15 octobre a décidé d'une manifestation pour la journée nationale d'action du 24 novembre à l'appel des 9 organisations des retraités.
Vous avez reçu plusieurs mails précisant le contenu et les raisons de cette initiative notamment le communiqué de l’UCR sur le 0,1% d’augmentation des retraites

Depuis le Medef a obtenu satisfaction sur les retraites complémentaires. (voir communiqué de la Confédération)

Si le système des retraites complémentaires est remis en cause, ce sont nos retraites du régime général et spéciaux qui sont "visés"

L'Usr 26 a pris contact avec l'Usr 07 et l'UD 26 (les syndicats) pour leur participation
Les Usr des autres organisations ont été contactées

Le secrétariat de l'Usr propose

-rassemblement et pique-nique devant le Medef à GUIHLERAND-GRANGES à 12h30
-conférence de presse
-départ de la manif à 13h30 direction de la Sécurité Sociale et demande de RDV avec la Préfecture. Les horaires pouvant être modifiés (la CE de l'UD a lieu le 5 novembre) et nous n'avons pas de réponse de l'Usr07 à ce jour
-un BTL sera adressé à chaque adhérent

Nous proposons que des initiatives soient prises par les sections pour la diffusion d'un tract ou d'un journal, en sachant que la signature de la carte pétition se poursuit
D'autres informations vous parviendront

Fraternellement
Guy Arsac

non au licenciement à biotop

publié le 13 oct. 2015 à 00:06 par Jean Jullien   [ mis à jour : 13 oct. 2015 à 08:59 ]

la société Biotop de Livron est en redressement judiciaire depuis avril. 
Les salariés menacés de licenciement sont en grève et réclament des augmentations de salaires. 
Un salarié de 62 ans est menacé de licenciement pour une prétendue "faute grave". 

1-10 of 141

Comments