Flotille de la liberté 2

LA FLOTTILLE II : ILS SONT DE RETOUR
Voir la vidéo
Protection-Palestine le 21 juillet 2011

Retour à Roissy des militants du "Dignité Al Karam"




Ils sont rentrés !
Sous la pression, les israéliens ont relâchés TOUS nos camarades


"Nous avons été réceptionner ce mercredi soir nos amis du Dignité/Al Karama à Roissy, en France. Très émus par les retrouvailles avec nos camarades qui se sont comportés avec beaucoup de courage, nous avons appris de leur bouche un détail d'importance :
Lorsque les pirates israéliens ont attaqué le petit bateau de 16 mètres et ses 16 passagers (avec 10 navires de guerre et au moins 150 hommes!), nos amis se trouvaient dans les eaux internationales au large de l'Egypte, dans une zone qui n'est pas directement sous souveraineté égyptienne, mais où (selon le droit maritime international) l'Egypte a la responsabilité de venir au secours de toute embarcation en détresse. Donc, Israël a commis cet acte de piratage, non seulement dans les eaux internationales (et rien à voir avec la soit disant zone de sécurité qu'Israël impose en totale illégalité dans les eaux territoriales de Gaza), mais en sus elle a défiée effrontément l'Egypte, commettant ce nouveau crime contre des civils pacifiques et armés seulement de leur volonté de briser le siège mortel de Gaza, à quelques encablures d'au moins 2 navires de l'armée égyptienne que nos camarades venaient de saluer quelques instants auparavant !"


Flottille II "Restez humains": un nouvel acte de piraterie! Mais rien ne pourra camoufler le système israélien de colonisation et d'apartheid.

Communiqué de la coordination nationale de la CCIPPP
19-07-2011
Israël commet un nouveau crime, celui d’arraisonner un petit bateau au bord duquel se trouvent 16 personnes, incluant l’équipage et trois journalistes. Parmi les passagers, 3 personnes représentent les diverses campagnes nationales, en plus de la campagne française. le Dignité al -Karama est le porte parole de l’ensemble de la flottille II pour la liberté, dont certains navires ont été sabotés par les commandos israéliens, et les autres interdits de partir et séquestrés dans les ports grecs, fruit de la complicité du gouvernement grec avec Israël.
Israël essaie de déformer le but de la flottille en focalisant sur la nourriture et les médicaments que la flottille transportait, et qui sont effectivement bloqués en Grèce, proposant de les transporter par les voies "habituelles" !! Dans sa tentative de déformation, il vise à camoufler les objectifs de la flottille. Israël a reçu l’appui des autorités françaises, du secrétaire général de l’ONU, de Obama et du Quartet, qui ont eux aussi entretenu cette version sur les objectifs "humanitaires" de la flottille, et ont parlé de la dangerosité d’Israël, en demandant aux militants de se rétracter ! C’est aussi exactement ce qu’ils demandent aux Palestiniens, les victimes d’Israël. Cette position participe de l’installation de la loi de la jungle, celle de la domination de la force contre le Droit.
L’objectif de la flottille II "Restez humains" n’était pas essentiellement de secourir les gazaouis et de leur donner de quoi survivre. Son objectif est éminemment politique : Dénoncer le siège de Gaza, exiger sa levée, et la condamnation de la politique israélienne. Essayer de détourner ce message, ou de le noyer dans des mensonges, ne pourra en aucun cas masquer la politique de colonisation et d’apartheid que pratique Israël.

La lutte du peuple palestinien, la solidarité internationale, notre détermination commune, viendront à bout de cette politique. Vive la Palestine libre !

Un salut très chaleureux à tous nos camarades de la Flottille. Un salut chaleureux à notre camarade Thomas Sommer Houdeville, coordinateur de la CCIPPP, passager du Dignité al Karama, et l'un des porte paroles de la campagne "Un bateau français pour Gaza, et son représentant dans le comité de coordination internationale de la flottille.



Un militant tunisien des droits de l'homme arrêté par les forces israéliennes,
à bord du navire "Dignité-Al-Karama"
Tunisie soir le 20 juillet 2011

TUNIS (TAP)- Des commandos de la marine israélienne ont intercepté, mardi, le navire français "Dignité-Al-Karama" qui a réussi à quitter la Grèce pour Gaza, afin de briser le blocus maritime imposé par Israël. Après des heures d'encerclement, le navire a été conduit par trois bâtiments militaires vers le port israélien d'Ashod.

Parmi les passagers du navire, figure un seul ressortissant tunisien. Il s'agit du militant des droits de l'homme, Oumeya Naoufel Seddik, fils du penseur et du philosophe tunisien, Youssef Seddik.

Contacté par téléphone, M. Youssef Seddik a confirmé l'information de la présence de son fils à bord du navire intercepté, indiquant que le dernier contact avec son fils a eu lieu, mardi matin, alors que le navire se trouvait encore dans les eaux internationales non loin de la bande de Gaza.

Il a ajouté avoir pris connaissance, mardi après-midi, de la prise en otage par les autorités israéliennes des passagers du navire qui les ont déportés vers des centres de détention pour les interroger avant de les rapatrier.

M. Youssef Seddik a déclaré avoir informé le premier ministre du gouvernement de transition de l'arrestation de son fils, le priant de déployer tous les efforts nécessaires pour garantir la sécurité et le retour de son fils. Il a indiqué qu'en tant que ressortissant tunisien, son fils a le droit, tout comme les autres ressortissants pris en otage, de bénéficier de la protection de son pays d'origine.

Autant la famille est préoccupée par le sort de son enfant, autant elle est fière de l'action qu'il a entrepris, dès lors qu'elle traduit la position de principe et l'engagement des Tunisiens en faveur de la cause palestinienne, ainsi que leur détermination à lever le blocus injuste imposé par Israël sur la bande de Gaza.

Les membres de la famille de Oumaya Seddik s'attendent à ce que le gouvernement et, tout particulièrement, le ministère des Affaires étrangères, adoptent une position claire en faveur de ses ressortissants, en pareilles circonstances.

Il convient de rappeler que le navire français est le seul navire de la flottille internationale de Liberté II a avoir réussi à quitter la Grèce à destination de Gaza avec à son bord 16 passagers de nationalités différentes, en plus d'un journaliste de la chaîne "Al-Jazeera" et d'une journaliste israélienne du quotidien israélien "Haaretz".

Les agences de presse avaient omis de citer le nom du passager tunisien qui se trouvait à bord du navire aux côtés des ressortissants français, canadiens, suédois et grecques.

d'après : http://www.tunisiesoir.com/index.php?option=com_content&view=article&id=42218:&catid=42:politique

----------------
Une journaliste d'Haaretz retourne en Israël après 26 jours
avec des militants pro-palestiniens liés à Gaza.

Haaretz le 20 juillet 2011
Par Amira Hass

Trois navires de missiles et sept bateaux de commandos ont été envoyés pour reprendre le baquet connu comme "le Dignité Al Karama" hier, à environ 50 miles nautiques de la côte.

Au moins 150 soldats ont été envoyés à la mer tôt le matin pour éviter aux 10 activistes civils, trois membres d'équipage et trois journalistes de la "flottille de la liberté" d'atteindre le port de Gaza.

Les militants après que les unités de commandos ont pris le contrôle du navire, 19 Juillet, 2011

Photo: porte-parole IDF

Pendant une heure, hier, les militants ont pensé que la marine pourrait avoir renoncé à sa mission coûteuse pour les intercepter. Ils ont imaginé une autre fin, non-violente, à leur voyage, qui a débuté en Corse le 25 Juin, et a continué dans les eaux internationales, le samedi à partir de l'île grecque de Kastellorizo.

Le lundi, les militants et l'équipage ont décidé de jeter l'ancre à environ 80 miles nautiques de la côte de sorte que s'ils devaient être interceptés, ce serait durant la journée.

Mardi matin, le navire lève l'ancre et repart.

Vers 10 heures, un navire de la marine israélienne est apparu au nord. La radio du Karama a commencé à grésiller: «C'est la marine israélienne. Quelle est votre destination.?"

«Le port de Gaza."

Permission refusée, dit la voix.

Au même moment, la communication a été coupée. A environ 13 heures, un commando de quelques bateaux accélérait vers le Karama depuis l'ouest. Depuis le sud et le nord, trois bateaux de missiles sont apparus.

Nous étions tous vêtus de nos plus gilets de sauvetage orange fluo. Les huit personnes en dessous du pont ressemblaient à des personnages de dessins animés.

Mais ce qui approchait n'était pas une plaisanterie. Deux longs bateaux de missiles verdâtres avec des commandos à bord, des masques noirs cachant leurs visages, pointant toutes sortes d'armes sur les personnages orange.

Les bateaux de commando s'approchèrent ; à leurs côtés, deux canots pneumatiques gris.

Plus tard, trois de plus apparurent.

L'expatrié israélien Feiler Dror, aujourd'hui citoyen suédois, a crié en hébreu: "Arrêtez de pointer votre arme sur nous, nous ne sommes pas armés !" Il a joué une mélodie qu'il avait composé, avec des motifs juifs cantoriaux, sur son saxophone.

Juste quand il s'est arrêté de jouer, les bateaux de commando ont commencé à ralentir et à se replier. Les militants ont plaisanté en disant que la chanson avait fait son travail.

Autour de 14 heures, sept bateaux de commando sont venus à quelques mètres du yacht des deux côtés.

Les canons à eau ont été pointés sur la droite du pont. Les bateaux en caoutchouc s'approchèrent également, et l'équipage du Karama a commencé à descendre de la plate-forme supérieure humide. Le moteur s'est arrêté et les soldats, avec leurs masques noirs et de leurs armes pointées, ont ordonné à tous de rentrer dans la cabine.

"Nous n'allons pas vous blesser si vous obéissez", dit quelqu'un. Les activistes ont été entassés dans la cabine, et le pont rempli avec des hommes masqués qui les ont amenés un par un dans les vaisseaux en caoutchouc.

Les hommes masqués tendaient leurs mains et disaient des choses calmantes comme "prenez ma main; ici, laissez-moi prendre votre sac" Nous étions à peine monté sur le bateau en caoutchouc, qui avait le marquages de la ​​police des frontières, qu'on nous donnait de l'eau. Les soldats masqués sur les autres bateaux étaient occupés à prendre des photos de chaque acte humanitaire.

Des canots pneumatiques, nous avons été emmenés sur l'énorme bateau de missiles Kidon, parmi les missiles - manifestement destinés à Gaza - et des soldats dont les visages n'étaient pas masqués.

Plus tard nous avons été emmenés en bas dans des cabines sans air. Trois ou quatre jeunes hommes nous gardaient. Ils étaient gentils, ils nous ont apporté de l'eau et des fruits. Quelqu'un vérifié notre pouls. Quelqu'un a demandé si quelqu'un avait mal quelque part.

Quatre heures plus tard, quand nous sommes arrivés à Ashdod, nous avions mal à la tête à cause des cabines suffocantes.

A environ 19 heures, nous avons mis le pied sur le quai d'Ashdod. Des masses de soldats et quelques personnes en civil nous sont tombés dessus. Les gens ont été amenés à leurs bagages.

C'est là que nous nous sommes séparés: en tant qu'israélienne et journaliste, j'ai été mise de côté et libérée après que mon passeport a été tamponné. Les autres 15 passagers du Karama ont été arrêtés et n'ont pas été autorisés à voir leurs avocats.

d'après : http://www.haaretz.com/print-edition/news/sailing-on-a-bucket-surrounded-by-commandos-1.374116

-----------------------------
Lettre de M. Warschawski (Mikado) à Thomas Sommer

LETTRE A UN INTERNATIONALISTE OBSTINE

Mon cher Tom,
J'ai, sur le Dignité-Karama, pas mal de copains et de camarades, mais c'est a toi que j'ai envie d'envoyer cette courte lettre que, peut-être, un des avocats pourra te faire parvenir en mains propres.
Une fois de plus nous sommes très proches et très loin a la fois. Trente minutes en voiture, maximum, et impossible de se voir du lieu de rétention ou toi et tes camarades ont ete enfermés.
Tout comme avec la premiere flotille, vous etes dans la logique politique originelle des Missions Civiles, depuis la memorable 1ere mission avec Jose et Marcel Francis, en passant par la non moins memorable 9eme - judeo-arabe - et les quelques deux-cents suivantes, chacune avec sa specificite, sa composition propre, ses objectifs particuliers, mais toujours le meme but : exprimer un internationalisme actif, la ou ca se passe. Est-ce un hasard si tu t'es rendu en Irak, en pleine Guerre du Golfe?
Les mois de préparation, les semaines de travail en Grèce, puis les semaines de travail politique et logistique fournis pour que le Karama ne subisse pas le meme sort que les autres navires, sont, a mes yeux, un exemple de militantisme.
Tu symbolises aussi la continuite des deux flotilles et, je n'en doute pas, tu seras aussi de la troisieme qui, elle, arrivera bon port.
Embrasse tous les autres camarades et toi, reste celui que tu es. On a besoin de militants internationalistes de ta trempe.
Ton camarade,
Mikado


Le "Dignité al-Karama" a été arraisonné par la marine israélienne

France 24 le 19 juillet 2011

Des commandos de la marine israélienne ont pris le contrôle du navire français Dignité al-Karama, arrivé à 40 milles de Gaza, qui tentait de forcer le blocus pesant sur l'enclave palestinienne. Le navire a ensuite été conduit au port d'Ashdod.

Le Dignité al-Karama, le seul des dix navires de la flottille d’aide internationale qui a pu appareiller de Grèce dimanche - avec la ferme intention de forcer le blocus maritime israélien de la bande de Gaza -, a été encerclé puis arraisonné "sans incidents" mardi matin par la marine israélienne. Le bateau, qui devait rejoindre l’enclave palestinienne en fin de journée, a été remorqué vers le port israélien d’Ashdod, selon les informations recueillies par Gallagher Fenwick, le correspondant de FRANCE 24 à Jérusalem.

"Le dialogue a duré longtemps entre l’armée israélienne et la flottille car les passagers ont refusé de changer leur cap", a expliqué le lieutenant-colonel israélien Avidal Leibovitch, interrogé par Gallagher Fenwick. "Le chef d’État-major, le général Benny Gantz, a donc donné l’ordre d’intercepter le bateau. Sans résistance, les passagers ont été transférés sur un navire israélien et auscultés par un médecin. Ils font actuellement route vers Ashdod [au sud d’Israël, NDLR] où ils seront interrogés, leur navire inspecté, avant d’être expulsés dans leur pays d’origine."


Depuis le début de la matinée, l’association France-Palestine Solidarité, organisatrice de l’expédition, était sans nouvelles de l’équipage. "Vers 8h30, nous avons appris que le bateau français était encerclé par quatre navires de l’armée à 40 milles nautiques de Gaza, dans les eaux internationales", avait alors expliqué Julien Rivoire, un des porte-parole de l’opération contacté par France24.com. "Mais à partir de 9h15, toutes les communications ont été coupées. Internet et Skype ne marchaient plus", a-t-il ajouté, estimant qu'il y avait là la marque d'un "acte de censure militaire".

"Si ce bateau tente une action, nous l’intercepterons"

Un peu plus tôt dans la journée, l'armée israélienne avait avisé le Dignité al-Karama qu’il était "sur un itinéraire conduisant à une zone sous blocus maritime de sécurité au large de Gaza". Depuis le début de l’opération, le 27 juin, les autorités de l’État hébreu ont averti qu’elles ne laisseraient passer aucun bateau. "Si ce navire tente une action provocante, nous l'intercepterons", avait réaffirmé lundi le vice-ministre israélien des Affaires étrangères Danny Ayalon. Le Dignité al-Karama qui transportait 16 passagers, de six nationalités différentes, était "non armé et non violent", a rappelé de son côté Julien Rivoire. Selon lui, ce "petit poucet" de la Flottille ne constituait "en aucune façon" une menace. "Notre démarche a pour but de briser le blocus de Gaza et de faire respecter le droit international", a précisé le porte-parole.

Le Dignité al-Karama, intercepté une première fois le 7 juillet par les gardes-côtes grecs, avait quitté dimanche l'île grecque de Kastellorizo en appareillant officiellement pour le port égyptien d'Alexandrie. Les neuf autres bateaux qui composaient la flottille, avec à leur bord environ 300 militants venus de 22 pays, n'ont pas été autorisés à quitter la Grèce. Athènes a expliqué cette interdiction en invoquant la "sécurité des militants", après l'assaut des commandos de la marine israélienne sur une précédente flottille pour Gaza, qui avait provoqué la mort de neuf militants turcs, le 31 mai 2010.

Le gouvernement grec avait alors tenté de désamorcer la crise en proposant d’acheminer elle-même l’aide internationale à Gaza. Une offre aussitôt rejetée. "Ce qui nous importe, c’est de briser le blocus [imposé depuis cinq ans par Israël, NDLR] et d'amener directement notre aide humanitaire aux Gazaouis. Toute autre proposition d’Israël ou de la Grèce est irrecevable", avait alors expliqué la militante Claude Léostic, qui avait embarquée à bord du Louise-Michel, un des dix bateaux de la flottille.

Le Dignité al-Karama et l'armée israélienne le 19 juillet (source : Israel Defence Forces)




Bateau pour Gaza, l'abordage de l'armée israélienne est un acte illégal et un acte de violence

CCIPPP mardi 19 Juillet à 16h00

Le bateau français Dignité Al Karama a été capturé dans les eaux internationales par l'armée israélienne et amené dans le port d'Ashdod, Ses passagers ont été transférés sur un bateau militaire. Cet abordage est un acte de violence et un acte illégal.


Les commandos armés de l'armée israélienne ont abordé le bateau français à 40 miles des côtes de Gaza dans les eaux internationales, comme en mai 2010 quand l'armée israélienne avait attaqué la première flottille de la liberté. C'est un nouvel acte de piraterie, contre un « Petit poucet citoyen ».

Nous ne sommes pas pour le moment certains qu'il n'y a pas eu de violence, comme le prétend l'armée israélienne, car aucun contact avec les passagers n'est possible. La censure militaire est toujours appliquée. Dans tous les cas amener de force un bateau et ses passagers dans le port d'Ashdod sous la menace d'armes, avec des bateaux militaires, est un acte de violence qui doit être condamné, comme doit l'être le blocus de Gaza.

d'après : http://www.unbateaupourgaza.fr/index.php/Nouvelles/Bateau-pour-Gaza-l-abordage-de-l-armee-israelienne-est-un-acte-illegal-et-un-acte-de-violence
----------------------------

Flottille pour Gaza: le bateau français encerclé par des navires israéliens

L'express.fr - publié le 19/07/2011 à 09:30, mis à jour le 19/07/2011 à 11:07


afp.com/Murielle Kasprzak

Photo datant du 25 juin 2011 du bateau français "Dignité-Al Karama"
JERUSALEM - Le navire français de la flottille internationale qui projette de forcer le blocus maritime israélien de la bande de Gaza, était encerclé mardi matin par plusieurs bâtiments de la marine israélienne, ont annoncé les organisateurs.

"Le bateau est entouré par au moins trois navires israéliens et depuis 09H06 heure de Paris (07H06 GMT), toutes les communications sont brouillées, nous ne pouvons plus communiquer avec eux (les militants à bord du bateau, ndlr) par téléphone ni par internet", a déclaré à l'AFP Julien Rivoire, joint au téléphone à Paris.

"Depuis 08H30 heure de Paris (06H30 GMT), plusieurs bateaux militaires israéliens entouraient le Dignité-Al Karama, alors que celui-ci était dans les eaux internationales à 40 milles de Gaza. 45 minutes plus tard, l'ensemble des communications étaient coupées", ont indiqué les organisateurs dans un communiqué.

"Il s'agit d'un acte de censure militaire qui montre la logique choisie et viole la liberté de communication et d'information", selon le texte.

Dans un communiqué, l'armée israélienne a fait état d'un "contact initial il y a peu de temps entre la marine israélienne et le navire Al Karama".

"La marine israélienne a avisé l'Al Karama qu'il était sur un itinéraire conduisant à une zone sous blocus maritime de sécurité au large de Gaza", d'après le texte.

"Le Dignité-Al Karama transporte 16 passagers, de six nationalités, non armés et non violents. Ce +petit poucet+ de la flottille ne constitue en aucune façon une menace", ajoutent les organisateurs, exprimant leur "inquiétude au vu des menaces proférées par Israël contre la flottille".

Julien Rivoire avait auparavant indiqué que le bateau voguait "lentement" vers la bande de Gaza où il était censé arriver à la mi-journée.

Les 16 militants à bord du navire avaient pour leur part transmis des messages en français et en anglais par l'intermédiaire du réseau social twitter, précisant qu'ils avaient interrompu la navigation pendant la nuit.

"Si ce bateau tente une action provocante, nous l'intercepterons", avait réaffirmé lundi le vice-ministre israélien des Affaires étrangères Danny Ayalon, faisant allusion à une tentative de rallier Gaza.

Le Dignité-Al Karama, intercepté le 7 juillet par les garde-côtes grecs, a quitté dimanche l'île grecque de Kastellorizo en appareillant officiellement pour le port égyptien d'Alexandrie. Mais son véritable objectif est d'atteindre la bande de Gaza, ont dit les organisateurs.

Les neuf autres bateaux qui composaient la flottille, avec à leur bord 300 militants venus de 22 pays, n'ont pas été autorisés à quitter la Grèce. Athènes a expliqué cette interdiction par la "sécurité des militants", après l'assaut des commandos de la marine israélienne sur une précédente flottille pour Gaza, qui avait provoqué la mort de neuf militants turcs, le 31 mai 2010.

Le bateau français transporte des militants français, canadiens, suédois et grecs, ainsi que la journaliste renommée du quotidien israélien de gauche Haaretz Amira Hass et une équipe de la chaîne de télévision du Qatar Al-Jazira.

Israël impose un blocus à Gaza depuis l'enlèvement d'un de ses soldats en juin 2006. Il a été renforcé après la prise de contrôle du territoire par le mouvement islamiste Hamas un an plus tard.

Avec les critiques internationales déclenchées par l'arraisonnement meurtrier de la première flottille, il a ensuite allégé ce blocus, essentiellement pour les produits de consommation courante.
Par AFP
d'après : http://www.lexpress.fr/actualites/1/actualite/flottille-pour-gaza-le-bateau-francais-encercle-par-des-navires-israeliens_1013078.html
---------------------------
communiqué du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israeliens
Mardi 19 Juillet 2011 10h04

Depuis 9h15 heure la communication est coupée à bord du bateau français Dignité Al Karama. Nous sommes sans nouvelles des passagers et exprimons notre inquiétude au vu des menaces proférées par Israël contre la Flottille

Depuis 8h30 (heure de Paris) plusieurs bateaux militaires israéliens entouraient le Dignité Al Karama, alors que celui ci se situait dans les eaux internationales à 40 miles de Gaza. 45 minutes plus tard, l'ensemble des communications étaient coupées. Il s'agit d' un acte de censure militaire qui montre la logique choisie et viole la liberté de communication et d'information.

Le Dignité Al Karama transporte 16 passagers, de 6 nationalités, non armés et non violents. Ce « petit poucet » de la Flottille ne constitue en aucune façon une menace.

Nous rappelons que notre démarche a pour but de briser le blocus de Gaza et de faire respecter le droit international.

Au gouvernement français, nous demandons de prendre ses
  responsabilités, de protéger les passagers et d'appeler Israël à ne pas recourir à la violence. Dans l'impossibilité de les contacter, nous demandons au gouvernement l'envoi de radars pour localiser le bateau.

Les biens et les personnes doivent pouvoir arriver librement et durablement dans la bande de Gaza sans autorisation israélienne, que ce soit par la mer ou par la terre et les airs. Le bateau Dignité-Al Karama et ses passagers doivent être libre d'aller à Gaza.



Flottille: le bateau français vogue "lentement" vers Gaza
TV5 Monde - Mardi 19 juillet 06h15

JERUSALEM (AFP) - 19.07.2011 06:15
Le navire français de la flottille internationale, qui projette de forcer le blocus israélien autour de Gaza, s'approchait "lentement" de ce territoire palestinien où il devrait arriver mardi à la mi-journée, a annoncé un des porte-parole de l'opération.

voir le zoom : Photo datant du 25 juin 2011 du bateau français  Dignité-Al Karama

Photo datant du 25 juin 2011 du bateau français "Dignité-Al Karama"

Le navire français de la flottille internationale, qui projette de forcer le blocus israélien autour de Gaza, s'approchait "lentement" de ce territoire palestinien où il devrait arriver mardi à la mi-journée, a annoncé un des porte-parole de l'opération.

"Le bateau qui vogue lentement sur une mer calme devrait arriver d'ici cinq à sept heures, c'est-à-dire à la mi-journée, en vue des côtes de Gaza", a affirmé à l'AFP Julien Rivoire, joint au téléphone à Paris.

Les militants à bord du navire ont pour leur part transmis des messages en français et en anglais par l'intermédiaire du réseau social twitter en précisant qu'ils avaient interrompu la navigation pendant la nuit.

"On s'est fait un peu propres pour l'arrivée. Le moral est comme le ciel et la mer : au beau fixe. Gaza, c'est parti. Restez attentifs", ont-ils également écrit.

Interrogée par l'AFP, une porte-parole militaire israélienne s'est bornée à affirmer que "l'armée israélienne suit ce bateau". Elle s'est refusée à préciser à quelle distance des côtes de Gaza, la marine israélienne pourrait intercepter le navire.

Le Dignité-Al Karama, intercepté le 7 juillet par les garde-côtes grecs, a quitté dimanche la petite île grecque de Kastellorizo en appareillant officiellement pour le port égyptien d'Alexandrie. Mais son véritable objectif est d'atteindre la bande de Gaza, selon les organisateurs.

Les neuf autres bateaux qui composaient la flottille, avec à leur bord 300 militants venus de 22 pays, n'ont pas été autorisés à quitter la Grèce. Athènes a expliqué cette interdiction par la "sécurité des militants", après l'assaut de la marine israélienne sur une précédente flottille pour Gaza, qui avait provoqué la mort de neuf Turcs, le 31 mai 2010.

Israël a réaffirmé qu'il ne permettrait pas au navire de briser le blocus qu'il impose à Gaza. Il transporte 16 militants français, canadiens, suédois, grecs ainsi que la journaliste renommée du quotidien israélien de gauche Haaretz, Amira Hass, et une équipe de la chaîne de télévision du Qatar Al-Jazira.

"Si ce bateau tente une action provocante, effectivement nous l'intercepterons", a prévenu lundi le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon.

Israël impose un blocus à Gaza depuis l'enlèvement d'un de ses soldats en juin 2006.

© 2011 AFP

d'après : http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911-Flottille-le-bateau-francais-vogue-lentement-vers-Gaza.htm?&rub=2&xml=newsmlmmd.14dde984fb4e07f033f428f7d39110bb.4b1.xml

Lundi 18 juillet 2011 10h00
Dignité-Al Karama : Gaza dans 24h.

Depuis près de 12h le Dignité Al-Karama vogue en eaux internationales, faisant cap sur Gaza. Il devrait atteindre les côtes palestiniennes dans les 24h.

Parti depuis le 25 juin de France, le Dignité-Al Karama, un des deux bateaux de la campagne « Un bateau français pour Gaza », se dirige actuellement vers Gaza. Il est aujourd'hui le porte parole de l'ensemble de la Flottille de la liberté II, dont tous les bateaux ont été empêchés de prendre la mer par décision du gouvernement grec, satisfaisant ainsi une demande israélienne explicite. Deux bateaux ont été sabotés. Les passagers du Dignité-Al Karama avaient échappé le 5 juillet dernier au blocus grec. A son bord aujourd'hui se trouve une seconde équipe représentant des campagnes nationales de la coalition Freedom Flottilla II.


Ce « petit » bateau symbolise la détermination du mouvement de solidarité internationale à briser le blocus de Gaza et à apporter son soutien aux 1.6 millions de palestiniens enfermés depuis 2007. La première flottille avait obligé le gouvernement israélien à annoncer un allégement du blocus.  Mais sur le terrain, les ONG et institutions internationales ne constatent que peu de changement
(1)."L'ouverture du passage de Rafah" avec l’Egypte n'est possible que pour 500 personnes par jour, et n’est pas aménagé pour le transfert de produits.


La présence en mer du Dignité-Al Karama constitue un revers pour le gouvernement israélien qui par la force ou les pressions cherche à perpétuer un blocus illégal et criminel et à faire taire les mouvements des sociétés civiles du monde entier. Tant que les Palestiniens ne jouiront pas de leur liberté de circuler et d'échanger, notamment entre Gaza et la Cisjordanie, nous poursuivrons nos campagnes et les actions non violentes pour la levée du blocus de Gaza.

Vendredi, 15 Juillet 2011 18:09
Dernières nouvelles :
Le Dignité Al Karama se trouve dans le port de Kastellorizo, une île au sud de Rhodes. Cette ville, sous occupation italienne durant la seconde guerre mondiale, a subi les bombardements de l'aviation britannique. Beaucoup de ses habitants l'ont fui pour se réfugier à Gaza, certaines d’entre eux sont revenus et continuent aujourd'hui à vivre dans l’île. Le Dignité Al Karama attend l’autorisation de quitter le port. A suivre.

Pour suivre le bateau :
http://www.unbateaupourgaza.fr

http://www.facebook.com/unbateaufrancaispourgaza

https://twitter.com/#!/BateauGazaFr




Flottille pour Gaza : une semaine à quai avec les militants français



Une vue du bateau de Stefano Chiardini qui fait partie du collectif de la «Flottille pour la liberté 2», à Corfou, en Grèce qui devrait partir pour Gaza. Photo : 30 juin 2011.
REUTERS/Marko Djurica
300 militants d’une vingtaine de nationalités sont arrivés en Grèce pour embarquer le 28 juin sur la « Flottille de la liberté 2- Restez humain » à destination de Gaza. Pendant une semaine, ils vont être ballotés entre espoirs et déceptions, organisant des actions et subissant sabotages et blocages administratifs. Jusqu’au jour où le gouvernement grec interdit formellement le départ de tout navire à destination de Gaza. Les capitaines qui ont défié l’ordre ont été arrêtés.

Les pressions sont énormes sur ce pays en crise mais la flottille est fragile. Tous les bateaux sont sous pavillon grec et les organisateurs ont choisi d’annoncer publiquement leurs agissements, certains que la médiatisation protégerait la flottille. Aucun pays occidental, l’ONU ou la commission européenne ne soutiennent cette initiative de la société civile. L’année dernière, 9 militants turcs ont été tués par les soldats israéliens dans les eaux internationales, au large de Gaza. La Flottille 2 est restée à quai.
pour écouter le reportage : http://www.rfi.fr/aef_player_popup/rfi_player#
d'après : http://www.rfi.fr/emission/20110711-flottille-gaza-une-semaine-quai-militants-francais

Le « Dignité Al Karama », tout est en règle
 

Image d'archive
Après avoir été bloqué en Crète plusieurs jours par les autorités grecques, le « Dignité-Al Karama » remplit toutes les conditions pour prendre la mer.


Les autorités grecques, après plusieurs jours de harcèlement administratif, aux motifs politiques clairs, ont conclu que le bateau français remplissait les conditions de navigabilité. Une partie de ses passagers est rentrée vendredi soir, rappelée en France pour des motifs professionnels. Une dimension plus internationale devrait être donnée au bateau, qui sera ainsi le porte-parole de la Flottille de la liberté.

La campagne Un bateau français pour Gaza appelle maintenant les autorités grecques à respecter les autorisations signées et à ne pas poser créer d’obstacles supplémentaires au « Dignité Al Karama ».


Le Blocus de Gaza commence ici ! C’est ici qu’il faut le combattre !
JLM. CCIPPP 34  - publié le samedi 9 juillet 2011.


Le 30 juin apprenant la décision du gouvernement grec de refuser le départ du Pirée aux bateaux et aux passagers de la Flottille de la Liberté2, Thomas Sommer, membre de la coordination internationale de la flottille2 déclarait : « On savait qu’il y avait un blocus autour de Gaza, aujourd’hui on s’aperçoit que le blocus est en train de traverser la Méditerranée pour arriver jusqu’en Grèce ». Cette idée a été reprise par la Coordination Nationale France du Bateau pour Gaza : « Le blocus de Gaza ne doit pas s’étendre aux portes de l’UE » et par la plupart des porte-paroles des bateaux français. Nous aurions tort de la considérer comme une simple formule percutante destinée aux médias. Il s’agit d’un constat dont il faut mesurer toute la portée et tirer toutes les conséquences.

La Flottille 1 avait reçu l’appui direct de l’état turc et le Mavi Marmara avait reçu tous les soutiens et les aides nécessaires. A la veille du départ de la Flottille 2, la mise sur cale du bateau symbole a porté un coup décisif à la Flottille2. Au mépris des martyrs, en bloquant le Mavi Marmara, le gouvernement turc annonçait son revirement politique au profit d’Israël. De la même manière le gouvernement Grec avait soutenu la flottille en facilitant son départ de Grèce. La décision du gouvernement grec d’interdire, manu militari, le départ des bateaux de la flottille à destination de Gaza a brutalement révélé au monde entier le revirement du gouvernement Grec.

Comment expliquer les changements survenus en moins d’un an. ? La facilité serait d’y voir seulement le signe d’une progression de l’influence israélienne et de la force des lobbies sionistes de par le monde. Les apparences nous y encouragent : Le blocage Grec de la Flottille2, le blocage de plusieurs centaines de passagers à Roissy - Charles De Gaulle sur injonctions de l’état israélien semblent attester de l’élargissement du périmètre d’intervention d’Israël au cœur même de l’Europe et de la soumission de nos états aux injonctions de l’état sioniste.

Le premier inconvénient de cette lecture – superficielle - conduirait à sous estimer l’événement majeur survenu durant l’année écoulée entre les deux Flottilles, à savoir les révolutions survenues dans le monde arabe.

Prendre comme cause des revirements politiques cet événement majeur, permet de comprendre l’épiphénomène israélo-gréco-français comme le symptôme de la panique provoquée par le séisme dont l’épicentre sont les révolutions du monde arabe et dont les secousses à venir sont perçues comme lourdes de menaces par les états unis bien sûr mais aujourd’hui également par l’Union Européenne.

Ce qui signifie que les changements sont moins l’effet de la « force » d’Israël que le résultat du basculement du « monde occidental » dans la peur des conséquences des révolutions arabes. Ce n’est pas Israël qui « commande » aux états européens mais ce sont les états européens qui ont rejoint et partagent les positions états-uniennes et israéliennes.

Il n’y a qu’à voir la guerre qui est menée par cette coalition contre l’accord Hamas-Fatah. Parce qu’il ouvre la voie à une possible recomposition de l’unité du peuple palestinien (sous occupation, sous apartheid et des réfugiés) dans le contexte d’une Égypte nouvelle, cet accord est la cible de toutes les attaques.

Dire que le blocus israélien s’est déplacé au cœur de l’Europe n’est pas suffisant, il faut dire que le blocus commence ici ! Non pas parce qu’Israël nous le demande mais parce que les intérêts politiques, économiques et idéologiques de l’union Européenne des capitalistes, des banquiers, du FMI etc. l’exigent.

La guerre contre Gaza a prouvé à ceux qui en doutaient qu’Israël ne veut pas la paix mais le nettoyage éthnique de la Palestine. Les événements récents de la Flottille2 et de Roissy-Charles de Gaulle devraient convaincre ceux qui en doutent encore que l’Europe soutien l’occupation de la Palestine, la colonisation et le blocus de Gaza.

Alsthom, Véolia construisent le tramway de la colonisation, le Conseil Régional Languedoc Roussillon finance dans le port de Sète un terminal fruitier pour la seule entreprise Agrexco, ils participent directement à l’occupation, la colonisation et au blocus de Gaza ! Leur collaboration est directe. C’est ici qu’il faut les combattre ! La campagne BDS nous offre le cadre et les perspectives stratégiques pour mener cette bataille.

JLM-CCIPPP 34
d'après : http://www.protection-palestine.org/spip.php?article10846


Dernières nouvelles ! Flottille pour Gaza : le « Dignité » intercepté par les garde-côtes grecs ! Mobilisation

 internationale pour soutenir et protéger Al Karama-Dignité ! Communiqué - Bateau pour Gaza, halte au

 harcèlement du gouvernement grec
Protection Palestine - publié le jeudi 7 juillet 2011.

 Le « Dignité Al Karama » bloqué en Crète. La campagne « Un bateau français pour Gaza » dénonce fermement la bataille administrative engagée par le gouvernement grec dont l’objectif est clair : l’arrêt définitif de la Flottille de la Liberté.
Les passagers du Dignité Al Karama sont déterminés à briser le blocus de Gaza. L’ensemble des organisations de la campagne les soutiennent et au delà, les milliers de citoyens en France qui ont donné pour que les deux bateaux français voient le jour. La Flottille de la liberté n’est pas morte, ce bateau la représente. (La campagne « Un bateau français pour Gaza ».)

Communiqué - Bateau pour Gaza, halte au harcèlement du gouvernement grec

07/07/2011 21:12
Les autorités grecques, sans fondement juridique, continuent de retenir le Dignité Al Karama en Crète. Leur harcèlement administratif est continu depuis ce matin. La campagne « Un bateau français pour Gaza » condamne une nouvelle fois la complicité grecque avec le gouvernement israélien et en appelle à la France.

Lors d’une étape technique en Crète le 7 juillet, obligatoire pour pouvoir se rendre à Gaza, le « Dignité Al Karama », a été interpellé par les gardes côtes grecs et escorté vers le port de Sitia. La raison officielle était le non paiement d’une taxe liée à l’entrée du port de ravitaillement.

Après plusieurs heures de vérification, tous les papiers du bateau sont en règle et la taxe payée. Les obstacles administratifs se succèdent alors les uns aux autres, compromettant un départ vers Gaza ce soir. La campagne « Un bateau français pour Gaza » dénonce fermement la bataille administrative engagée par le gouvernement grec dont l’objectif est clair : l’arrêt définitif de la Flottille de la Liberté.

Les passagers du Dignité Al Karama sont déterminés à briser le blocus de Gaza. L’ensemble des organisations de la campagne les soutiennent et au delà, les milliers de citoyens en France qui ont donné pour que les deux bateaux français voient le jour. La Flottille de la liberté n’est pas morte, ce bateau la représente.

Nous demandons au gouvernement français de faire valoir auprès du gouvernement grec le droit des passagers du Dignité Al Karama de naviguer librement. Nous lui demandons qu’il intervienne afin que cesse ce harcèlement administratif aux objectifs politiques. Les heures qui viennent seront décisives.

Flottille pour Gaza : le « Dignité » intercepté par les garde-côtes grecs

lire l’article : http://www.protection-palestine.org...
07/07/2011
le « Dignité Al Karama » bloqué en Crète

Depuis hier soir, le « Dignité Al Karama » est retenu par les autorités grecques dans le port de Sitia, en Crète. Le « Dignité Al Karama » se ravitaillait en fuel, en Crète, avant de repartir vers la bande de Gaza. Les démarches administratives sont en cours. Nous vous tiendrons informés de la situation au fur et à mesure de son évolution.

La campagne « Un bateau français pour Gaza ».
Les nouvelles du départ de Grèce du Dignité Al Karama jusqu’à son blocage en Crète :
http://www.protection-palestine.org/spip.php?article10823

Entretien de Euronews avec Nahla Chahal

Israël a menacé d’utiliser la force contre la flottille pour Gaza. La Grèce justifie son action par la nécessité de protéger les passagers.

Il y a des rumeurs de dissensions au sein de la flottille. Les organisateurs se demandent si l’opération va pouvoir se poursuivre. Une centaine de militants a été obligé de repartir.

Le point, par téléphone, avec l’une des porte-paroles de la flottille, Nahla Chahal :

“Nous ne pensions pas que les autorités grecques auraient tout fait pour empêcher la flottille de quitter les ports grecs et se seraient emparés des bâteaux. Je voudrais dire que les actions des autorités grecques nous ont choqués.

Je voudrais ajouter qu’il n’y a aucun problème interne entre les membres de la flottille. Notre seul problème, ce sont les gardes-côtes grecs qui agissent comme s’ils étaient des garde-côtes israéliens.

Enfin j’aimerais dire que notre objectif n‘était pas de briser complètement le siège de Gaza. Notre objectif était de provoquer une réaction sur la scène internationale, de Ban Ki Moon au Quartette, en passant par le président américain Barack Obama, et je peux dire que nous avons atteint notre but.”

http://fr.euronews.net/2011/07/07/flotille-pour-gaza-l-attitude-de-la-grece-nous-a-choques/

d'après : http://www.protection-palestine.org/spip.php?article10825


Message de la délégation française embarquée sur le Dignité Al Karama :

la flottille de la liberté n’est pas morte !

Mercredi 6 juillet

"Notre présence en mer, sur le Dignité-Al Karama, nous permet de continuer à porter le message de la campagne internationale de la Flottille de la liberté II et de la campagne française un bateau pour Gaza. Les affirmations des autorités israéliennes annonçant la fin de la Flottille de la liberté II, se félicitant des entorses du gouvernement grec à la liberté d’expression et d’action des sociétés civiles sont aujourd’hui lettre morte.

Nous sommes en mer, et les différentes coalitions nationales ne renoncent pas. Les États ne doivent plus se rendre complices de ce blocus criminel et ne peuvent faire taire cette exigence des sociétés civiles qui demandent simplement, à travers cette action non violente l’application du droit par la levée totale et permanente du blocus de Gaza.

Nous appelons l’ensemble des citoyens épris de justice à renforcer la mobilisation, pour permettre au Dignité-Al Karama et à tous les bateaux de la Flottille de pouvoir se rendre à Gaza."

d'après : http://www.protection-palestine.org/spip.php?article10823

Qui se trouve à bord du « Dignité » ?




Sur le bateau français, douze passagers naviguent vers Gaza. Un groupe composé de huit militants, trois hommes d’équipage et un journaliste de Libération.fr. Ils racontent pourquoi ils ont embarqué sur la flottille.
Photos et texte Quentin Girard, envoyé spécial à bord du « Dignité »

http://www.liberation.fr/monde/11011573-qui-se-trouve-a-bord-du-dignite:i-2

Oussama passager du DIGNITE - AL KARAMA


Julien passager du DIGNITE - AL KARAMA


Jacqueline passagère du DIGNITE - AL KARAMA

Nicole Passagère du DIGNITE AL KARAMA

Annick passagère du DIGNITE - AL KARAMA

Olivier passager du DIGNITE - AL KARAMA


Diaporama (Libération.fr) et des vidéos de passagers du Dignité-Al Karama, qui s’expriment sur leur engagement

d'après : http://www.protection-palestine.org/spip.php?article10831


Entretien exclusif avec Annick Coupé, en direct du "Dignité-Al Karama"
Oumma TV -  5 juillet

Entretien exclusif avec Annick Coupé, en direct du "Dignité-Al Karama"


L’équipage Français du « Dignité-Al Karama » a levé l’ancre lundi depuis le port de Salamina, et a réussi à briser le blocus Grec pour voguer en ce moment dans les eaux internationales.

Jointe par la rédaction d’Oumma.com par téléphone satellitaire, Annick Coupé, porte-parole et déléguée générale de l’Union Syndicale Solidaires, nous a accordé un entretien exclusif, quelque peu part en haute mer et en route vers Gaza.

d'après : http://www.oummatv.tv/Entretien-exclusif-avec-Annick


En route vers Gaza, le «Dignité» en appelle aux médias
Libération-Monde 05/07/2011 à 16h26 (mise à jour à 20h13)

Le bateau français de la «flottille de la liberté» navigue dans les eaux internationales, au large de la Grèce. L'équipage est décidé à aller jusqu'à Gaza.
Par QUENTIN GIRARD envoyé spécial à bord du «Dignité»

Les passagers du «Dignité» mardi 5 juillet dans l'après-midi. (Q.G.)

16 heures en Grèce, quelque part dans les eaux internationales, mardi après-midi. Après de longues discussions, les passagers du Dignité ont enfin pris leur décision. Ils iront jusqu'à Gaza. Moment un peu surréaliste où au milieu de la mer, ballotés par les vagues, ils installent des banderoles et font une déclaration officielle.

Lorsqu'ils ont quitté le port industriel de Salamina, lundi matin, ils ne savaient pas vraiment jusqu'où ils tenteraient d'aller. Là, alors qu'ils sont enfin arrivés dans les eaux internationales un peu vers 15 heures – après avoir mouillé la nuit dans une petite crique – ils se disent déterminés. «Nous allons jusqu'à Gaza. Les collectifs français et internationaux ont annoncé officiellement qu'ils nous soutenaient quelle que soit notre décision», s'enthousiasme Julien Rivoire, l'un des porte-paroles de la campagne. «Mais pour y aller, nous avons aussi besoin des médias, que des télés nous rejoignent pour montrer notre action et pour des questions de sécurité», continue-t-il.

Au loin on ne voit aucune île, même pas quelques cargos, ces petits points noirs d'ordinaire rassurants qui s'éparpillent à travers l'horizon. «Nous voulions montrer que nous pouvions bloquer le blocus grec, explique Julien Rivoire. C'est une fois que c'était fait que nous nous sommes demandés ce que nous faisions ensuite.»

Rentrer en France? Impossible

Le matin même, la discussion a été comme toujours intense sur le Dignité. Que faire? Rentrer en France? Impossible pour eux. Aller dans un autre pays symbolique comme la Tunisie pour attendre, pour montrer que ce n'est qu'une escale? Pourquoi pas, c'est déjà mieux, estiment-ils. Mais non. La seule solution viable selon eux s'impose. Aller jusqu'à Gaza. «Il faut que le Dignité représente jusqu'au bout les comités français et internationaux», argumente Olivier Besancenot.

«L'important c'est la faisabilité politique qui conditionne la faisabilité technique, Il faut être le plus représentatif et soutenu possible», continue Nabil Esnari, président du Collectif des musulmans de France. «On ne veut pas être vu comme des islamo-gauchistes-khmers-verts qui agissons dans notre coin», soutient la député Europe-écologie Nicole Kiil-Nielsen.

«Ma préférence serait d'aller sans attendre vers Gaza», prend alors position Olivier Besancenot, comme d'autres. «Notre protection, c'est la preuve qu'on existe, qu'on continue d'avancer. On ne peut pas se permettre de devenir le bateau fantôme.»

Reste la question des moyens techniques. Le Dignité est un petit yacht de 15 mètres de long, catégorisé plaisance. C'était au départ l'un des bateaux les moins importants de la flottille. Il n'a pas l'autonomie pour aller au large de la Crête jusqu'à Gaza. Il aurait forcément besoin d'être ravitaillé en carburant et en eau en route. D'où la difficulté qu'il y aura dans les prochaines heures pour coordonner les ambitions politiques et les moyens techniques.

Une petite crique, des chèvres, et... la mer

Mais ils se veulent confiants. Les douze passagers (1) sont ragaillardis par leur deux jours en mer après une semaine d'embûches à Athènes. Même si, du coup, les paysages grecs donnent une coloration particulière à l'aventure. Dans la capitale, enfermés dans des salles de réunion à multiplier les points et  planifier des actions de protestation, l'ambiance était sérieuse et solennelle. Même pas le temps d'aller voir l'Acropole.

Là, dur d'échapper aux les îles grecques. Dans la nuit de lundi et mardi, le Dignité a fait mouillage dans une crique d'une petite île. Au matin, les passagers ont été réveillés par les chèvres dont les clochettes tintinnabulent gaiement. Un berger longeait la falaise, le chant du coq, quelques petites maisons blanches aux volets bleus, des
falaises escarpées, l'eau si belle... «Le matin, tu passes par trois étapes», raconte Olivier Besancenot. «D'abord tu te réveilles, tu ne sais plus où tu es, ensuite tu regardes autour de toi et tu te dis: "ah oui, c'est beau". Et juste après tu te demandes quelle est la prochaine réunion, quel est le plan qui va être mis en place

Le plan: Gaza, en ayant avec embarqué des télés. Peut-être changera-t-il dans les prochaines heures. En attendant, le Dignité vogue. Le bruit du moteur rend sourd. L'odeur du fioul enivre un peu. Devant, rien. La mer, juste la mer.

(1) A bord se trouvent trois hommes d'équipage, huit militants – outre Olivier Besancenot il y a aussi Nicole Kiil-Nielsen, députée Europe-écologie, Annick Coupé, porte-parole de l'union syndicale Solidaires, ou Nabil Ennasri, président du Collectif des musulmans de France – et un journaliste, l'auteur de ces lignes.

d'après : http://www.liberation.fr/monde/01012347236-le-dignite-vogue-vers-gaza-et-en-appelle-aux-medias

pour ceux qui veulent suivre les militants, l'équipage et le journaliste de Libération du Dignité, lien vers Twitter : http://twitter.com/#!/quentingirard


Mobilisation internationale pour soutenir et protéger Al Karama-Dignité !

Cliquez sur "détail" (en rouge) vous irez sur le site de France inter (mardi5 à 13h) et à nouveau vous cliquerez pour démarrez la séquence et vous aurez le plaisir d'entendre quelques secondes la voix d'olivier Besancenot qui nous parle depuis le "Al Kamara-Dignité" en pleine mer.

ou :
http://www.franceinter.fr/sons-actu/tous-les-sons/2011-07#86059-un-bateau-francais-quitte-les-eaux-grecques-pour-gaza


Al Karama-Dignité, le bien nommé !


Il est le seul bateau de la Flottille de la Liberté 2 qui a réussi l'exploit d'échapper au blocus israélo-grec et qui navigue dans les eaux internationales.
Il représente et porte à lui seul toute la mobilisation internationale de plusieurs mois de travail intense, il est à lui seul - aujourd'hui -  toute la Flottille de la Liberté2 .
Il représente et porte à lui seul toute la volonté internationale de briser le blocus illégal de Gaza.
Il représente et porte à lui seul tout l'espoir du Peuple Palestinien et de la population de Gaza en butte au blocus, à l'égard de la Flottille2.

Ils sont douze hommes et femmes d'un courage exemplaire, dans une coquille de noix, peut-être est-ce le plus petit bateau de la Flottille2, qui au risque de leur vie (eh oui ! on n'est pas au cinéma!)  ont pris la décision qui s'imposait et qui les honore : celle de ne pas fléchir, celle de résister et de se lancer dans la bataille avec toute leur énergie sans rien connaître des pires issues possible !!

- Nous devons les remercier pour la preuve qu'ils apportent : Face à un blocus soutenu par l'ONU, le Quartet, L'Union Européenne, la France et appliqué par la Grèce, ils montrent que quand on lutte pour la justice, la force de la détermination peut soulever des montagnes et ouvrir les mers ! 
- Nous devons les remercier pour la preuve qu'ils apportent : Israël n'est pas invincible !  Il est possible de passer outre leurs dispositifs de contrôle.
- Nous devons les remercier pour l'espoir que leur audacieuse rébellion fait naître et entretient dans les rangs de la solidarité internationale.

- Nous devons remercier tous les passagers, hommes d'équipage et journalistes qui ont pris le risque d'embarquer sur la flottille2. Sans eux le Karama-Dignité n'aurait pas existé.
Nous partageons avec eux la rage de n'avoir pu prendre le large,  mais aussi maintenant la joie que le départ du Karama-Dignité  procure à tous.
- Nous remercions tous ceux qui comme le bateau d'Espagne "Gernika" ont décidé de rester et ainsi continuer sur place l'action et le soutien au Karama-Dignité.

ILS ONT PRIS TOUS LES RISQUES, ILS PORTENT NOTRE DIGNITÉ
ALLONS NOUS LES LAISSER TOMBER ?


MERCREDI 6 JUILLET : SOUTIEN AU KARAMA-DIGNITÉ !!

SPOT FLOTTILLE DE 14H A 19H PLACE DE LA COMÉDIE
TOUS-TOUTES AU RASSEMBLEMENT PLACE DE LA COMÉDIE MERCREDI 6 À 18H
CONFÉRENCE DE PRESSE À 17H30 AU SPOT FLOTTILLE 
EN PRÉSENCE DE RAYMOND FABRÈGUES REPRÉSENTANT DE LA COALITION SUR LE LOUISE MICHEL
MARCHE SUR LA PREFECTURE VERS 19H

Dernière minute : Dans la presse egyptienne, ( http://www.almasryalyoum.com/en/node/474497) aujourd'hui un appel est lancé pour accueillir la flottille de la liberté2 afin qu'elle parte d'Egypte vers Gaza...
Un second bateau serait en passe de rejoindre les eaux internationales...
à suivre....


CCIPPP34





A bord du «Dignité», en route pour Gaza

Libération 04/07/2011 à 13h35


REPORTAGE :
Par QUENTIN GIRARD envoyé spécial à bord du «Dignité»

Un bateau français avec quelques militants à bord, dont Olivier Besancenot et Annick Coupé, a finalement quitté Athènes et mis le cap sur Gaza malgré les embûches. La «Flottille pour Gaza» est ainsi réduite à sa plus simple expression. Le récit de notre envoyé spécial sur le pont du «Dignité».

Le «Dignité», l'un des bateaux français de la flottille pour Gaza. (DR)


«Les chevilles dans le plastique, ça ne va pas être possible», déclare Olivier Besancenot, en pleine séance de bricolage. 11 heures ce lundi, dans un petit port grec. Le Dignité Al-Kamara, l’un des deux bateaux du comité français pour Gaza, a quitté à l’aube la crique industrielle près de la petite ville de Salamina où il s’était caché depuis trois jours. Dans une autre anse où il a fait une première étape, les passagers — parmi lesquels Besancenot, donc — tentent d’installer l’antenne satellite pour pouvoir communiquer avec le monde extérieur.

3 heures ce matin, Julien Rivoire, membre du NPA et l’un des porte-parole de la campagne appelle: «Réveille le capitaine, nous sommes de retour». Entre eux et la petite annexe qui fait le lien avec le bateau, des chiens de garde du port ou des entreprises adjacentes. Ils aboient violemment dans la nuit. Ils manquent de réveiller tout le quartier. Le Tunisien Omeyyaa Sedic et Julien Rivoire, munis des derniers chargements nécessaires, n’arrivent pas à passer. Dernier épisode d’une série d’événements tragicomiques qui ont rythmé la semaine de la flottille. «Nous, on n’est pas James Bond, on est OSS 117», essaye de s’en amuser Julien Rivoire en montant enfin sur le Dignité.

Plaisance

Dimanche soir, la décision a été prise. Elle fut longue à venir, entrecoupée d’appels vers l’Iniohos Hotel où se trouve le reste de la délégation. Un consensus émerge: le Dignité tentera de partir quoi qu’il arrive. Ce petit yacht de 13 mètres de long, ayant quitté la France dix jours plus tôt, a un statut «plaisance» et n’est théoriquement pas soumis à la même interdiction de départ que les autres embarcations de la délégation.

Vendredi, le bateau américain a tenté un départ seul. Samedi, son capitaine a été incarcéré. Il risquerait plusieurs années de prison pour être parti sans autorisation. Après plusieurs annonces bravaches, pour marquer leur détermination et leur volonté toujours aussi forte d’aller à Gaza pour apporter de l’aide humanitaire, les derniers comités ont fait défection les uns après les autres. Les capitaines des bateaux espagnol puis canadien ont annoncé qu’ils ne souhaitaient pas prendre autant de risques alors qu’ils étaient certains qu’ils ne pourraient pas faire plus de trente mètres. L’ancien président de Greenpeace France, Alain Connan, capitaine du principal bateau français le Louise Michel, après avoir longuement hésité, s’est rangé à cette position, peu attiré par les geôles grecques.

Il est allé demander l’autorisation de départ à la capitainerie. Refusée évidemment. Les passagers ont ensuite organisé une manifestation sur le pont du Louise Michel. Ils ont simulé un départ. Ils doivent tous porter plainte pour entrave à la liberté de circulation dans l’après-midi.

Parano

5 heures ce matin, le Dignité s’élance. Le soleil n’est pas encore levé. Quelques cargos se déplacent au loin. Autour de lui, deux ou trois carcasses qui rouillent depuis trop d’années, des ferrys peut-être prêts à partir mais qui semblent, à l’aube, désespérément immobiles. De douze bateaux, vingt-deux nationalités différentes et plusieurs centaines de passagers annoncés, la flottille est désormais réduite à trois hommes d’équipage, huit militants — outre Olivier Besancenot il y a aussi Nicole Kiil-Nielsen, député europe-écologie, Annick Coupé, porte-parole de l’union syndicale Solidaires, ou Nabil Ennasri, président du Collectif des musulmans de France — et un journaliste, l'auteur de ces lignes.

Le Dignité s’engage dans le chenal. Au loin, des phares, des ombres indistinctes, mais aucun garde-côte. Grande surprise chez les passagers. Ils étaient persuadés qu’ils étaient repérés et qu’une petite vedette surgirait soudainement d’entre deux cargos pour les stopper. Depuis deux jours, chaque mouette, chaque barque de pêcheur, chaque jet-ski avec des gros bras qui passent, chaque homme qui pisse dans la nuit sous l’éclairage blanchâtre du port est l’occasion de moment de parano.

A tribord rien. A babord, rien. Au loin derrière, déjà, les lumières d’Athènes. Le soleil apparaît entre deux collines. Après une semaine d’échecs où la désorganisation et les coups du sort se sont associés pour les garder à quai, pour la première fois le comité français réussit concrètement quelque chose en Grèce. Ils ont l’impression d’avoir déjouer les contraintes, même s’ils sont fatigués, même si la tension est de temps en temps palpable entre eux, même si les discussions et l’attente n’en finissent parfois pas.

Détermination

Certes, ils savent que ce petit bateau ce n’est pas grand chose. Qu’Israël, de toute évidence, a gagné la partie cette fois-ci et que le seul enjeu qui reste est de montrer qu’ils ont tout tenté, que ce n’est pas un «putain d’échec», comme le dit Besancenot. Certes, ils savent qu’il est peu probable qu’ils aillent jusqu’à Gaza, surtout seuls. A moins qu’un bateau grec se joigne à eux. Le comité piloté par Vengelis Pissias a annoncé qu’ils en avaient un nouveau, un troisième, une «surprise», que les autorités ne connaissent pas. Mais ils ont promis tellement de chose depuis le début de la semaine dernière…

Le Dignité vogue. Il atteindra les eaux internationales dans quelques heures s’il n’est pas arrêté par les garde-côtes avant. Là, ses passagers feront des déclarations officielles. Ils marqueront leur détermination contre le blocus de Gaza et dénonceront l’attitude de la communauté internationale contre eux. Ils annonceront alors la suite des opérations. S’il y a une suite.

d'après : http://www.liberation.fr/monde/01012347018-a-bord-du-dignite-en-route-pour-gaza




Flottille pour Gaza : la Grèce de Papandreou fait le sale boulot pour le compte des Israéliens

Saed Bannoura - Imemc
publié le samedi 2 juillet 2011.

Avec le bateau américain de retour dans un port grec sous escorte de commandos militaires, avec le bateau canadien arraisonné par la police grecque et deux autres bateaux de la Flottille sabotés par des des plongeurs professionnels, les militants de la paix de la flottille humanitaire, peuvent affirmer que le blocus de Gaza a été étendu aux rivages de la Grèce.
Un des organisateurs du bateau canadien, appelé « Tahrir » en honneur du soulèvement populaire et démocratique en Egypte, a déclaré : « Israël a étendu dans les faits le blocus illégal de Gaza jusque dans les ports grecs, en utilisant les difficultés économiques de la Grèce pour influencer la position du gouvernement. »

Selon une déclaration faite par les organisateurs du bateau canadien, après avoir surmonté de nombreux obstacles de dernière minute [et voulu prendre la mer] le Tahrir a été arraisonné par la police du port local à Agios Nicolaos, en Crète.

Les autorités portuaires ont d’abord tenté de se saisir des documents officiels de transit du Tahrir (qui sont nécessaires pour le déplacement en mer). Les délégués ont refusé de remettre les documents originaux et se sont rendus à la capitainerie du port pour demander une explication. Lorsque les autorités portuaires ont vu des photocopies au lieu des documents originaux, elle ne se sont plus intéressées aux documents.

« Le gouvernement d’Israël, honteusement, avec le soutien tacite du gouvernement Harper [canadien], fait tout ce qui est en son pouvoir pour maintenir le blocus. Pourtant, nous allons persévérer dans nos tentatives jusqu’à ce que le blocus soit levé », a déclaré Irene McInnes du comité d’organisation du Tahrir.

« Nous restons absolument clairs sur le fait que le bateau canadien pour Gaza n’a jamais eu et n’a aucune intention de ne pas respecter toutes les lois. C’est le blocus de Gaza qui est illégal en vertu du droit international. Nous avons une obligation légale et morale de contester ce blocus, étant donné l’incapacité de la communauté internationale à agir », explique Dylan Penner du comité d’organisation.

« C’est pourquoi nous devons poursuivre nos tentatives de naviguer vers Gaza : pour contester le blocus illégal et immoral et pour cela contester le soutien [au blocus] du gouvernement fédéral canadien. »

Source : http://www.imemc.org/article/61592 http://www.info-palestine.net/artic...








Comment Israël a acheté la Grèce
(Haaretz, in English)
publié le samedi 2 juillet 2011.


Netanyahu’s big fat Greek Wedding Netanyahu has invested in his relationship with Greece over the course of the past year-and-a-half, and his gamble has finally paid off as Greece blocks Gaza-flotilla-bound departures from its ports.

By Barak Ravid

Prime Minister Benjamin Netanyahu sometimes seems almost too arrogant and self assured for his own good. However, unlike in most instances, this weekend he actually has justification for his haughtiness. Netanyahu’s personal investment in his relationship over the past year-and-a-half with Greek Prime Minister George Papandreou in which he increased diplomatic ties with the floundering European nation seems to have put the final nail in the Gaza flotilla’s coffin.

In his speech Thursday night for the Israeli Air Force Flight School graduation ceremony, Netanyahu discussed diplomatic efforts being made to prevent the Gaza flotilla from setting sail. The only leader that Netanyahu mentioned by name in his address was Greece’s George Papandreou. Just a day earlier, the prime minister spoke with his Greek counterpart, imploring him to issue an order preventing ships from disembarking from Greece toward the Gaza Strip. Unlike in the past, Papandreou responded positively, and a top Israeli official involved in the talks between the Greek prime minister and Netanyahu said that Israel knew as early as Thursday afternoon that Greece was planning to block ships from leaving its ports toward the strip.

The romance between Netanyahu and Papandreou began in February of 2010, when the two met coincidentally at the “Pushkin” restaurant in Moscow. Netanyahu took advantage of their chance encounter to speak with the Greek prime minister about Turkish extremism against Israel and the two quickly became friends. The Israeli and Greek leaders have spoken to each other at least once a week ever since they met in Moscow.

The Turkish flotilla to Gaza in May of 2010 led to serious concern among the intelligence and military ranks in Greece, who began pressuring the government to strengthen diplomatic ties with Israel. Papandreou did not need much convincing.

In July of 2010 he arrived in Jerusalem, the first official visit of a Greek prime minister to Israel in 30 years. A few weeks later Netanyahu travelled to Athens, spending a whole day with Papandreou and other officials on a nearby island.

Israeli diplomats can attest that the budding friendship between the two countries over the course of the past year-and-a-half has been nothing short of dramatic. Intelligence communication has increased, the IAF has conducted a number of joint exercises with Greece’s air force and Netanyahu has requested Papandreou’s assistance in passing on several messages to Palestinian Authority Chairman Mahmoud Abbas. Many of Netanyahu and Papandreou’s talks in the past few months have revolved around the severe financial crisis Greece is currently suffering. Netanyahu recently decided to come to the aid of his newfound friend in a meeting of foreign ministers and European leaders, imploring them to provide Greece with financial aid.

“Netanyahu has become Greece’s lobbyist to the European Union,” an Israeli diplomat said.

In recent weeks, as efforts to stop the impending pro-Palestinian flotilla to Gaza came to a head, Netanyahu reaped the benefits of his investment in Israel-Greece ties and his gamble on the European country paid off. He was able to create a viable alternative to relations with Turkey in several regards, showing Erdogan that Israel will not hesitate to become close to its greatest enemy in the West.

And when the moment of truth came, Greece followed through and ordered all Gaza-bound departures be blocked from leaving its ports. Greece’s decision, along with the Turkish Humanitarian Relief Foundation’s (IHH) announcement that it would not be sending the Mavi Marmara and the president of Cypress’s statement forbidding ships from sailing to Gaza sealed the fate of the flotilla almost entirely.

“The flotilla organizers did not take into account that Greece of July 2011 is not the Greece of May 2010,” said a top Israeli official that worked intensively in the past few months to prevent the Gaza flotilla mission from taking place.

“Today there is a different Greece when it comes to Israel,” he added. “The organizers of the flotilla did not understand this, and now they are paying the price.”





FREE GAZA


Vous savez sans doute que la FREEDOM FLOTILLE 2 "Stay Human", dans les jours à venir, essayera d'atteindre les côtes de Gaza... d'autres bateaux sont encore à quai certains ont été sabotés ...
Il s'agit de 12 bateaux de toutes nationalités portant des tonnes d'aides humanitaires et des centaines de personnes.
Des AIDES, car en plus de la situation sanitaire dramatique, depuis les bombardements Israéliens de 2008/2009 à Gaza il est impossible de reconstruire les infrastructures essentielles, faute de matériaux de construction. Mais surtout, des hommes et femmes qui partent en guise de TEMOINS, de nombreuses personnalités politiques, écrivains, artistes, journalistes, activistes. Ces gens sont des "boucliers humains" (le sort tragique de la première mission de la Freedom Flotilla, en 2010, témoigne de ce qualificatif) qui se mobilisent aux cotés de la société civile palestinienne, en obligeant la communauté internationale à ouvrir les yeux.
Leur but : percer le blocus illégal sur la bande de Gaza, par une action PACIFIQUE, et se positionner clairement contre l'état de siège et d'oppression que représente le quotidien des gazaouis.
Ce départ, cette mobilisation, est un évènement important.

SAMEDI GRAND RASSEMBLEMENT A KLEBER
ET CE DIMANCHE à 19h, sous la Tour Eiffel de Paris, une action spontanée de soutien est organisée :
VENEZ FORMER une CHAINE HUMAINE de personnes se tenant par la main pour écrire " FREE GAZA ".
Une photo sera prise du haut.
C'est une action de visibilité, forte mais non violente, pour marquer le coup du départ de la Freedom Flottille et dénoncer les pressions qui veulent empêcher le départ de cette flottille

vous êtes dispo ? SVP REPONDEZ VITE ! On a besoin de mains et on a besoin de savoir combien nous sommes

Faites s'il vous plait CIRCULER CE MESSAGE dans vos inbox, à vos amis parisiens, à vos réseaux à tous ceux qui vous semblent susceptibles de se sentir concernés par cette action concrète d'appui et de prise de conscience!

Qui dit que l'activisme est inutile MENT.... démontrons le !
Une pression forte et obstinée sur les gouvernements occidentaux (USA et EU) est susceptible d'affaiblir les bases du soutien que nos gouvernements, indépendamment de leur orientation politique, garantissent à l'Etat sioniste et criminel


contact
samidoun48@yahoo.fr

URGENT!!!
Belgium to GazaInformation de dernière minute : « le gouvernement grec vient d'interdire le départ de la flottille - les bateaux sont encerclés par les services de polices
Mobilisation générale demain SAMEDI 2 JUILLET devant l’ambassade grecque à Bruxelles »



Thomas Sommer-Houdeville, porte-parole de la Flottille française,
appelle à la mobilisation générale


Thomas Sommer-Houdeville, porte-parole de la Flottille française, appelle à la mobilisation générale




Face aux obstacles dressés par le gouvernement Grec, à la solde d’Israël et des Etats-Unis, qui barrent la route de la Flottille française, l’appel à la mobilisation générale vient d’être lancé par le porte-parole Thomas Sommer-Houdeville pour faire pression sur les autorités grecques, en France et sur place, à Athènes.

La détermination de l’équipage reste inébranlable, la Flottille humanitaire pour Gaza mettra bien le cap vers les eaux internationales.
APPEL A MOBILISATION :

Participez aux rassemblements de vendredi et du week-end

Téléphonez à l’ambassade de Grèce en France, envoyez des mails, en votre nom et/ou au nom d’une organisation (coordonnées : cliquez sur le lien ci-dessous. Inondez tous les services de vos coups de fil, de vos fax et de vos mails !)

http://www.protection-palestine.org/spip.php?article10805
d'après : http://www.protection-palestine.org/spip.php?article10804


Gaza : Israël poursuit ses menaces


    
  

Communiqué
Bateaux pour Gaza : Israël poursuit ses menaces
 
Paris, le 29 juin 2011
 
Israël accuse sans preuve et continue ses intimidations. Le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liebermann, a accusé certains bateaux de la Flottille de transporter des « éléments radicaux » et des « produits dangereux ». La campagne « Un bateau français pour Gaza » reste déterminée. La Flottille partira.
 
Le sabotage d’un bateau grec en début de semaine et les différentes pressions sur d’autres bateaux montrent la logique choisie par Israël : ce sera celle de la force. C’est pourquoi une protection des autorités françaises, autre que seulement diplomatique, est nécessaire. Nous en renouvelons la demande.
 
Nous le répétons, nous ne cherchons pas la confrontation. Notre action est non violente et se base sur le droit. Au contraire d’Israël. 
 
L’ensemble des passagers de la Flottille et des deux bateaux français ont signé une promesse solennelle de ne pas recourir à la violence. Aucun « produit dangereux » ne sera transporté à bord. Les seuls produits à bord seront ceux nécessaires pour la traversée vers Gaza.
 
A bord des deux cargos, la cargaison est composée de médicaments et de ciment. A plusieurs reprises la coalition internationale a demandé à plusieurs organisations internationales que soit inspectée cette marchandise, cette proposition formelle est toujours d’actualité.
 
Tous les bateaux de la Flottille sont maintenant surveillés de près et sous protection des passagers. Sur le « Louise Michel », des relais sont organisés jour et nuit. Le « Dignité-Al Karama » (parti de Corse samedi dernier) est en cours de route et ne devrait pas tarder à arriver en Grèce.
 
Notre détermination ne change pas. Tous les obstacles seront surmontés et nous partirons pour Gaza.




Communiqué de la délégation française à Athènes



Les obstacles s'accumulent sur le départ de la Flottille de la Liberté II. Après le sabotage du bateau gréco-suédois, compte tenu des tracasseries administratives concernant 3 autres navires et de l'avarie d'origine inconnue sur le bateau irlandais, nous ne pouvons envisager le départ de la Flottille avant la fin de cette semaine.

Dans la situation politique explosive que connait la Grèce aujourd'hui, il est difficile d'imaginer que le gouvernement puisse résister aux diverses pressions visant à nous empêcher de partir.

Malgré ces difficultés, les participants à la Flottille restent totalement déterminés à mener à son terme son projet de briser le blocus de Gaza et à le faire ensemble.

La délégation française, composée de 30 hommes, dont 5 pour les équipages, et de 16 femmes, ne reste pas inactive. Elle appelle également toutes celles et tous ceux qui en France sont mobilisés derrière la Flottille à poursuivre leurs initiatives et à interpeller les parlementaires afin qu'ils obligent le gouvernement à reconsidérer sa position de désapprobation de notre initiative citoyenne et qu'il assure la protection de ses ressortissants lorsqu'enfin nous serons en mer en direction de Gaza.

29-6-2011
--------------------------------------------
 
Plateforme des ONG françaises pour la Palestine
14, passage Dubail
75010 Paris
Tél. :  33 1 40 36 41 46
E-mail :
contact@plateforme-palestine.org
http://plateforme-palestine.org

Membres : AITEC, Association France Palestine Solidarité, Association des villes françaises jumelées avec des camps de réfugiés palestiniens, CBSP, CCFD, Cedetim, CEMEA, CICUP, Cimade, Comité Gaza Jérusalem Méditerranée, CVPR, Enfants du Monde - Droits de l'Homme , Enfants Réfugiés du Monde , Fédération Artisans du Monde, FSGT, Génération Palestine, GREF, Le Mouvement de la Paix , Ligue des Droits de l'Homme, LIFPL, Mouvement International de la Réconciliation, MRAP, Palestine 33,  Pax Christi, Secours Catholique-Caritas France, SIDI, Terre des Hommes-France, Union Juive Française pour la paix.

Observateurs : ACAT, Afran-Saurel, Agir ensemble pour les droits de l'Homme , Amnesty International , Association Pour Jérusalem , Collectif judéo-arabe et citoyen pour la paix, Coordination SUD, CRID, Francas, GAIC, Handicap International, Médecins du Monde, Ritimo, TVEAC.



Un bateau français pour Gaza] Nouvelle vidéo



My People Yusuf Islam (Cat Stevens) with LYRICS



L'écrivain Henning Mankell fera partie de la nouvelle flottille pour Gaza

AFP publié le 25/05/2011


L'auteur suédois de romans policiers Henning Mankell fera de nouveau partie de la flottille internationale qui doit tenter d'acheminer de l'aide humanitaire à Gaza fin juin, a annoncé la section suédoise de l'ONG Ship to Gaza.

Le "père" du commissaire Wallander, qui avait déjà participé il y a un an à un premier convoi intercepté en mer par l'armée israélienne au cours d'un raid meurtrier, fera partie de la délégation suédoise à bord de la "flottille de la liberté 2", indique-t-elle dans un communiqué.

Huit Suédois figureront au total parmi les centaines de militants pro-palestiniens qui doivent embarquer sur une quinzaine de navires, dont un député écologiste né au Kurdistan irakien, Jabar Amin, une infirmière et une sage-femme.

Le 31 mai 2010, une première flottille avait été interceptée par l'armée israéliennes dans les eaux internationales.

Neufs ressortissants turcs, dont une personne ayant aussi la nationalité américaine, avaient été tués lors de l'opération à bord du navire amiral de la flottille, le Mavi Marmara, affrété par une ONG islamiste turque.

Le drame avait provoqué la réprobation internationale et de vives tensions entre la Turquie et Israël.

d'après : http://www.lepoint.fr/culture/l-ecrivain-henning-mankell-fera-partie-de-la-nouvelle-flottille-pour-gaza-25-05-2011-1334896_3.ph

Comments