Le mot du Président

publié le 14 sept. 2014 à 10:36 par Cercle d'Escrime du Pays de Vannes   [ mis à jour : 21 sept. 2014 à 09:09 ]
Lors de l’assemblée générale du 31 août dernier, le comité directeur du Cercle d’Escrime du Pays de Vannes a été renouvelé. J’ai été élu président du cercle et c’est avec beaucoup d’émotion que j’ai accepté cette charge.

Beaucoup d’émotion en effet car je suis un ancien élève de Maître JUBIN, le fondateur de notre cercle. A ceux qui ne me connaissent pas, permettez-moi de me présenter. J’ai été élève de Saint-François-Xavier de 1966 à 1978. J’ai débuté l’escrime à l’âge de 10 ans. J’ai appartenu à l’équipe escrime du collège des jésuites dont j’ai été le chef en Terminale. Belle époque où je pouvais faire 6 à 8 heures d’escrime par semaine. Je suis certain que la pratique de ce sport exigeant m’a aidé à réussir dans mes études de médecine. Dès la 2ème année de médecine, j’ai repris au Bordeaux Étudiant Club (BEC) le chemin des pistes et redécouvert le goût des compétitions surtout militaires puisque j’étais élève de l’école de Santé Navale. Ma carrière de médecin de marine m’a amené à Tahiti et en Nouvelle-Calédonie où n’existait pas à l’époque de salle d’armes. Par contre à Cherbourg et à Lorient, j’ai continué à titiller le fer. Je pensais en partant une seconde fois à Nouméa ne plus faire d’escrime. Mais après avoir quitté le service de santé pour m’installer à Séné, le virus de l’escrime a ressurgi et je me suis réinscrit au Cercle d’Escrime du Pays de Vannes. L’esprit de compétition est toujours là. J’espère que j’arriverai à le transmettre à nos jeunes escrimeurs.

J’ai observé en arrivant au CEPV de grand changement par rapport à ce dont je me souvenais quand je l'ai quitté en 1978. Je veux redonner au maître d’armes  toute sa place au sein du cercle. C’est l’âme du cercle. Je serai à ses côtés, avec le comité directeur, pour aider Virgile FINET, notre maître d’armes à être performant, c’est-à-dire à permettre à nos jeunes et moins jeunes escrimeurs de s’épanouir sur les pistes, à l’entraînement et en compétition, à fidéliser les jeunes tireurs qu’ils aient ou pas de bons résultats en compétition.

Je pense que la réussite sportive ne doit pas être notre seul but. Il faut que les membres du cercle se retrouvent dans des manifestations extra-sportives que je vous laisse le soin de nous proposer. Les séniors et vétérans ont pris déjà l’habitude de se retrouver 1 à 2 fois par an dans un restaurant. On peut imaginer des sorties pédestres, une sortie sur sinagot, la galette des rois … C’est un excellent moyen de cultiver l’amitié, indispensable à la vie de notre cercle.

Le Cercle d’Escrime du Pays de Vannes ne peut rester seul. Il doit reprendre sa place au sein de la ligue d’escrime de Bretagne. Nous devons cultiver les bonnes relations avec tous les autres cercles. J’y serai particulièrement attentif.

Nous allons fêter les 70 ans du Cercle d’Escrime du Pays de Vannes. Je travaille sur l’histoire de la pratique de l’escrime à Vannes depuis 1850. Maître JUBIN avait fondé en 1943 une salle qui portait son nom. Elle est devenue une association en mars 1944. Mais avant le Cercle d’Escrime du Pays de Vannes, il a existé des salles plus ou moins éphémères, en dehors des salles d’armes des régiments et du collège Saint-François-Xavier. Le 27 septembre 2014, c’est-à-dire demain, si la mairie nous accorde les autorisations et les moyens, nous organisons cet anniversaire. Nous aurons besoin de la participation de tous. Nous vous donnerons les détails de cette manifestation dès que la mairie nous aura donné le feu vert.

Le cercle n’est pas l’affaire que du maître d’armes ou du président et du comité directeur, c’est l’affaire de tous. J’ai dit en introduction que j’acceptais la charge de président. Effectivement cette fonction nécessite un investissement. Je ne pourrai pas tout faire. Je pense entre autre au covoiturage lors des compétitions, à votre aide lors des compétitions organisées par le cercle, etc…

A tous les escrimeurs, je souhaite une excellente saison sportive. A tous les parents, je souhaite que vos enfants soient heureux et fiers d’être escrimeurs.

Maître JUBIN rappelait souvent à ses élèves la formule suivante : « avant tout ne pas se précipiter ». Elle me convient bien.

 Le Président Even DE GEYER D'ORTH