News‎ > ‎

Ciao Bella !

publié le 14 mai 2013 à 10:13 par Frédéric Nedelec   [ mis à jour : 14 mai 2013 à 10:15 ]
La côte ouest de l'Italie est bordée de nombreuses petites îles.
Mis à part la célèbre Capri, destination de villégiature pour touristes "matuvu" trop fortunés, il en existe toute une enfilade heureusement moins connues et qui ont gardé intact leur charme et leur authenticité.
A l'opposé de la baie de Naples, Ischia répond à Capri par des petits villages multicolores dans les tons pastels, disposés aux détours de lacets qui arpentent son relief abrupte, au milieu d'une dense végétation.
Île volcanique des champs phlégréens, son petit port circulaire est niché dans un cratère éteint.
Un peu plus au nord, on trouve la petite île de Ventotene, avec son ancien pénitencier panoptique et son incroyable port que les esclaves romains ont taillé dans la roche pour y loger les galères d' Aggripa.
Les quelques 200 habitants de l'île ont pour compagnons des nuées d'oiseaux colorés qui jouent avec le vent au-dessus des plages volcaniques de sable noir.
Ponza, plus massive, est dans le même esprit et délivre avec pudeur ses somptueux joyaux, comme la baie de Bagno Vecchio, à l'eau turquoise, cerclée d'anciens repères de pirates...
Beaucoup plus au nord apparaît le fabuleux archipel toscan.
La minuscule Giannutri, tout d'abord, réserve naturelle en forme de croissant de lune, compte plus de goélands que d'hommes.
Puis Gigglio, qui exhibe tristement la dépouille du Costa Concordia, échoué juste à l'entrée de son petit port.
Pourtant, l'île recèle aussi des trésors, comme son village médiéval perché sur un de ses pics rocheux.
Enfin, si Napoléon avait été un fan de trekking, il n'aurait jamais fuit l'île d'Elbe !
Avec sa forme de poisson, elle abrite quatre petits massifs montagneux boisés qui font la joie des trekkers et des vététistes (et la nôtre !) dans une explosion florale sans précédent.
Il semble que l'île toute entière s'est embrasée de senteurs et de couleurs qu'un aquarelliste inspiré a transfiguré.
Si le paradis existe, il se pourrait bien que ce soit sur l'île d'Elbe !
Mais déjà Starlight file en direction du cap Corse, dans la nuit seulement éclairée par l'arc immense de la voie lactée.
Vers midi, le cap est devant nous, le vent forcit, la mer se forme, désordonnée. L'option de franchir le cap avec le vent portant est décidément la bonne !
Les rafales restent raisonnables, et le cap est franchit !
Une centaine de mètres plus loin, le vent tombe soudainement puis change plusieurs fois de direction ! Heureusement, je n'ai plus de cheveux à arracher !
Finalement, il s'établit de travers et Starlight se régale avec des pointes à 8 nœuds.
Au fond du cap Corse, Saint Florent nous accueille pour le stand by météo en vue de la... dernière traversée : Corse > Continent, le retour...

A bientôt sur l'Île de Beauté !

Comments