1958 Products Spéciaux


cliquez sur une photo pour l'agrandir

Antennes : Pendant les années 60, Canadair décroche deux contrats de Northern Electric pour la conception, la construction et l'érection sur place de deux antennes de satellite. Le premier accordé en janvier 1965, est en rapport avec un radar de détection précise (CL-210) d'un diamètre de 9 m (30 pi.) destiné au Centre de recherche sur les télécommunications de la défense (C.R.T.D.). On érige l'antenne à Shirley's Bay (Ontario) en 1966. L'objet du second contrat est une antenne (CL-225) d'un diamètre de 13.7 m (45 pi.) qui sera utilisée par une station terrestre pour les communications domestiques par satellite. On érige l'antenne au Lac Bouchette (Québec) à quelques 113 k (70 mi.) au nord d'Ottawa, en août 1968. Ce qui caractérise ces produits, c'est l'utilisation massive du nid d'abeilles d'aluminium dans la fabrication de l'assiette de l'antenne (photo fournie par Roge Roy).

Véhicules à coussin d'air : En, 1964, Canadair conçoit et construit deux véhicules à coussin d'air pour démontrer la capacité à produire de tels véhicules si le marché se développait comme on croyait que cela était possible à l'époque. L'un de ces véhicules (CL-212) présentait deux moteur distincts pour la sustentation et la propulsion ; l'autre (CL-216) était muni de moteurs assurant à la fois la sustentation et la propulsion. 

Trieur de courrier : En décembre 1958, Canadair obtient un contrat du ministère canadien des Postes pour aider à la mise au point d'un trieur de courrier automatique. Le trieur est fabriqué conjointement par Arsenaux Canada, Ferranti-Packard Electric et Pitney-Bowes Inc., mais les premiers essais donnent des résultats décevants. Postes Canada demande donc à Canadair de concevoir et de fabriquer de nouveaux disques de codage et de modifier certaines parties de l'appareil. Le trieur modifié subit des essais de janvier à avril 1961 à l'usine 4, puis est expédié au siège social des Postes à Ottawa et mis en place.

 

Télécabine pour Hydro-Québec : En 1965, Hydro-Québec demande à Canadair de concevoir et de construire un téléférique pour le déplacement de son personnel le long de la ligne de transport de 750,000 volts reliant Montéal à Manicouagan, à 400 km (250 mi.) au nord-est de Québec. La ligne de transport consiste en quatre cables de 2,5 cm (1 po.) qu'on doit maintenir à une distance précise l'un de l'autre et la télécabine doit transporter les personnes dont le travail consiste à poser des espaceurs en forme de croix à des intervalles réguliers le long de la ligne. Lorsque cette dernière traverse le Saguenay, les câbles s'abaissent à environ 150 m (500 pi.). La cabine doit donc pouvoir descendre et monter, avec deux personnes à bord et une charge d'espaceurs, sur une pente de 45 degrés. Conçue et construite par l'atelier expérimental de Canadair en six semaines, la cabine, propulsée par quatre moteurs de perceuses de 3/4 de pouce, a transporté douze personnes à la fois lors d'un essai. Elle est encore en usage. 

Installation de traitement des eaux usées (CL-250) : En août 1971, la Compagnie affecte une partie de son budget de recherche et développement à la conception initiale d'une station de traitement des eaux résiduaires en collaboration avec l'École polytechnique de l'Université de Montréal. Une équipe d'ingénieurs de Canadair élabore et construit une installation pilote capable de traiter environ 230,000 litres (50,000 gal. imp.) d'eaux résiduaires par jour. D'abord utilisée à l'usine d'épuration de Saint-Rose au Québec, la station est déménagée à l'École polytechnique à des fins de recherche. Bien que des essais ultérieurs confirment la faisabilité du concept et que les États-Unis délivrent un brevet,  la société n'obtient pas les fonds nécessaires à la poursuite du projet parce que celui-ci ne correspond pas à une «priorité de recherche critique».

 

Produits médicaux : En 1962, les ingénieurs de Canadair conçoivent et fabriquent une ceinture d'accouchement pour le Centre hospitalier St. Mary de Montréal. Le dispositif, ajusté sur l'abdomen de la mère, entraîne une décompression qui permet au bébé de prendre plus facilement la position favorable à sa sortie. Il fonctionne grâce à un aspirateur domestique. À la même époque, l'Atelier expérimental fabrique un fauteuil inclinable motorisé pour le département d'oto-rhino-laryngologie de l'hôpital Notre-Dame de Montréal. Le fauteuil sert à détecter les symptômes de la maladie de Ménière, caractérisée par une perte de l'équilibre.