Partitions de Solos transcriptions d'improvisations (pour instruments en Sib, en Ut ou en Mib)

Pour accéder directement aux partitions cliquez sur les liens en bas de page

La transmission des Solos de jazz est bien réelle. Par exemple tous les clarinettistes connaissent le Solo de Picou dans une interprétation de "High Society". Les guitaristes connaissent et jouent un certain Solo de Django Reinhardt dans  "Nuages".  Ces improvisations, ces performances, à vocation  éphémère ont été enregistrées et sont devenues des oeuvres.
Un musicien de Jazz improvise et trouve parfois une mélodie qu'il finit par reproduire. Si vous écoutez Sidney Bechet jouer "Roses de Picardie", vous constaterez que son improvisation tourne souvent autour des mêmes éléments. Et son Solo est maintenant aussi célèbre que le thème de ce standard. Un style de jazz est donc constitué des thèmes et des improvisations dont la mémoire a pu garder la trace. Il est convenu qu'une improvisation au risque d'être "décalée" est le plus souvent exécutée dans un style, c'est à dire  en "imitation", en conformité avec des improvisations de musiciens confirmés.
 Une tournure, une phrase de solo devient alors une "routine" que l'on adapte aux structures harmoniques des autres standards de jazz.
 Les solos des musiciens expérimentés servent en quelque sorte de "modèles" et de points d'appuis pour les autres improvisateurs. Car les tournures mélodico-rythmiques (que l'on appelle aussi structures ou "patterns") d'un Solo peuvent être adaptées dans le contexte d'un autre standard. Ces "trouvailles", leur maîtrise, constituent la base du langage de l'improvisation. Souvent, on retrouve là, des éléments du Thème lui-même, et des variantes rythmiques et mélodiques de celui-ci. Evidemment, l'idéal serait de trouver par soi même un phrasé qui serait personnel. Les musiciens de génie ont commencé en imitant, et puis ont imaginé des structures originales, renouvelant parfois complètement la musique de jazz. Ainsi Charlie Parker écoutait le musicien qu'il admirait, Lester Young, sur des disques vinyles. Il pouvait saisir chaque note en passant un disque 33 tours en 16 tours. Ensuite il écoutait le phrasé rendu quand il passait le disque en 45 tours. Cette écoute lui a inspiré le phrasé du Be-bop.
    Ces remarques confirment le principe souvent mentionné qu'une musique est presque toujours une réponse à une autre musique. (Tout comme un tableau de peinture est souvent une réponse à d'autres tableaux et tout comme un livre est souvent un écho à d'autres livres. Dans ce dernier cas on parle d'intertextualité...)
    Est-ce qu'une intervention en solo, une improvisation, peut se préparer ?  Oui, si l'on en croit un grand saxophoniste qui disait qu'il avait en mémoire, pour chaque morceau qu'il interprétait en concert, 3 Solos d'une durée de 3 grilles d'accords chacun,....  au cas où l'inspiration lui ferait défaut.
 Les Solos qui sont proposés ici ont été en partie inspirés "sur le vif" en improvisation libre. Ils ont fait l'objet d'une transcription et d'une réécriture sur la longueur d'une grille d'accords.  Ils sont souvent le fruit des réflexions de tous les membres de l'orchestre. C'est pour cela qu'il nous plait tant de les partager.
 Vous observerez des notes -points d'appui qui terminent ou commencent les phrases musicales. Souvent ces notes sont conjointes (à intervalles de seconde. C'est ainsi qu'en visant ces notes on construit une mélodie. Ces notes, ce sont les fameuses "notes-cibles" dont parle Jacques Siron dans son livre fantastique "La partition intérieure". Dans un Thème de standard vous constaterez aisément ce qui vient d'être dit. Et pourtant, ces remarques, concernant la mélodie des thèmes et des improvisations, ne sont qu'exceptionnellement mentionnées dans les traités de composition et d'improvisation ....
Vous observerez les mouvements qui relient ces notes : les mouvements conjoints, ceux qui égrènent les notes de l'accord, les mouvements chromatiques (avec l'emploi des Blue Notes), les mouvements qui alternent mouvements ascendants et descendants.
Vous remarquerez les éléments de structures reportés directement d'un solo à l'autre.
Vous remarquerez que des formules rythmiques (triolets de blanches, triolets de noires.... suites de noires et de blanches) sont davantage adaptées à des morceaux rapides.
Les triolets de croches et les doubles croches sont quasi réservés aux morceaux lents...
Vous verrez que des  formules rythmiques se répètent . Ce sont des balises de perception nécessaires. Les rythmes syncopés alternent avec les rythmes non syncopés. Les phrases se terminent tantôt près ou sur le premier temps de la mesure tantôt sur ou près du troisième temps de la mesure.  Le phrasé est toujours ternaire. Tout cela participe au rendu du "swing".
Vous verrez que des silences (longs) existent.  Le public n'y trouvera rien d'anormal. il faut des respirations.... Et puis, pendant que le soliste ne joue pas, la rythmique, elle, continue à jouer ... La musique est toujours là... la grande qualité du soliste est de savoir s'adapter et d'accepter ce qui se passe. Il joue avec les autres, et tient compte de ce qui se joue et de ce qui a été joué....

Les solos font l'objet de fichiers commentaires (partitions de Solos pour instruments sib seulement) qui portent l'attention sur des structures particulièrement intéressantes et à retenir pour d'autres improvisations. Les observations faites conduisent à des exercices systématiques. C'est ainsi que s'acquièrent les techniques de l'improvisation.... ce que certains appellent les idées... Il n' y a pas de compétences possibles sans un entraînement systématique.
Vous pouvez jouer les Solos proposés en vous appuyant sur les orchestrations supports pour l'interprétation des thèmes et pour l'improvisation
 
Les Solos  sont ici transcrits pour les instruments transpositeurs.
La trompette, la clarinette, le saxophone ténor, le saxophone soprano.....   sont des instruments en Sib.
Le saxophone alto, le saxophone baryton..... sont des instruments en Mib.
Le piano, la guitare, la guitare basse....  sont des instruments en Ut.
La mélodie est soutenue par les accords, les harmonies de l'accompagnement. Les accords sont eux-mêmes à  situer dans le contexte d'une gamme parfois notée en surplomb en encadré. Exemples  (F)   (encadré) signifie que, à partir de ce signe,  le thème et les improvisations sont à comprendre dans le contexte de la gamme de Fa majeur,  (Gm)   (encadré) signifie que, à partir de ce signe, le thème et les improvisations sont à comprendre dans le contexte de la gamme de Sol mineur

Partitions de Solos pour instruments en Sib


Partitions de Solos pour instruments en Ut

Partitions de Solos pour instruments en Mib