BUJUMBURA News
Updated Sep 15, 2012, 3:57 AM
Informations sur le Burundi
Use template

    Stats

    Le MAP

    B-Z-8868

    B  U  J  U  M  B  U  R  A        N e w s
    L'information au cœur de la capitale burundaise
    BUJUMBURA News
    (+32) 493355488
     bujanews@gmail.com

    Forum du siteRéagir à l'article sélectionné

    Réduire le train de vie de l'État ou taxer les consommateurs

    Pour de nombreux Burundais, la récente hausse des taxes qui frappe les consommateurs, entre autres sur les boissons et les alcools, est injuste. Pour rétablir l'équilibre du budget de l'État, iI vaudrait mieux, selon eux, réduire le train de vie de l'État, lutter contre la corruption et encourager les petites entreprises.

    Lundi 20 et mardi 21 août, l’association des consommateurs du Burundi a appelé au boycott de la bière et des limonades pour protester contre la hausse du prix de ces produits, intervenue fin juillet, pour financer le déficit budgétaire. Malgré cette hausse des taxes, qui pèse essentiellement sur les consommateurs, il manque encore à l'État 73,5 milliards de Fbu (50 millions de $), soit 6 % du budget total. Les prélèvements fiscaux ne suffisent pas à couvrir les dépenses et l’Union européenne n’a pas donné les 26,6 milliards de Fbu (17 millions de $) d’appui budgétaire promis. Selon le ministre burundais des Finances, à cause de la crise financière mondiale. Selon la société civile, à cause du non respect des droits humains, du niveau élevé de la corruption et des malversations économiques.

    Trop de dépenses coûteuses

    Entre 2005 et 2011, la hausse du budget de l'État a dépassé les 200 %. Cette envolée suscite l’indignation de la société civile qui ne cesse de demander la réduction du train de vie du gouvernement et des dépenses de l’État. Elle pointe notamment les 16 milliards de Fbu (10 millions de $) budgétisés pour le charroi de l’État. La récente acquisition d’une quarantaine de coûteux véhicules pour les hautes personnalités du pays va à l’encontre de la politique du "charroi zéro" initiée en 2009. Autre source d’indignation : les frais de missions, notamment à l’intérieur du pays, sont jugés exagérés. Les exonérations octroyées par le code des investissements à ceux qui investissent, par exemple dans l'importation de mobilier pour les nombreux hôtels construits actuellement, sont aussi de plus en plus importantes.

    L’Observatoire de la lutte contre la corruption et les malversations économiques relève qu’elles se sont élevées à 100 milliards de Fbu en 2011, soit cinq fois plus que prévu au budget. Ces exonérations bénéficient par ailleurs essentiellement à ceux qui ont de gros moyens à investir. La Parcem (Parole et action pour le réveil des consciences et l'éévolution des mentalités), elle, s’inquiète de l’absence de contrôle de l’exécution du budget de l’État depuis 2009 par l’Assemblée nationale dont c'est pourtant le rôle. Pour Faustin Ndikumana, président de l’organisation, s’exprimant dans les médias locaux, le détournement de fonds publics et le manque de liquidités dans les caisses de l’État sont les conséquences de ce laxisme. Selon lui, l’enrichissement illicite et le blanchiment d’argent atteignent un niveau alarmant.

    Trop de taxes, pas assez d'investissements

    Mais pour faire face au déficit, outre les recettes externes, le gouvernement a augmenté fortement les taxes sur certains produits dits "de luxe" : le sucre à 400 Fbu/kg, la bière et les limonades de 5 à 26 %, l’eau minérale à 10 %, les vins et spiritueux à 70 %, le tabac à 120 %, les véhicules usagés à 1,5 millions de Fbu par véhicule. Une taxe de consommation de 10 % du chiffre d’affaires de la téléphonie mobile sera également prélevée. La société civile s’insurge contre ces hausses qui obligent le consommateur moyen à se serrer davantage la ceinture. Vingt-quatre milliards (15 millions de $) de Fbu de recettes sont attendues. S'y ajoutent normalement, les 2 milliards de Fbu d’impôt sur le revenu des salaires de hauts dignitaires, notamment les parlementaires et les cadres de la présidence de la République. Mais ils ne seront pas décaissés, car les élus ne sont pas pressés de voter la loi pour mettre fin à cet avantage. Pour Charles Nihangaza, ex-ministre des finances, le système fiscal burundais est loin d’être égalitaire : "Si on frappe les prix, on diminue le pouvoir d’achat des petits alors que celui qui a de l’argent n’est pas touché. Le principe de l’égalité en fiscalité n’est pas respecté", explique-t-il.

    Pour Faustin Ndikumana, il faudrait taxer les gros revenus et imposer les signes extérieurs de richesse : "On ne peut pas construire un immeuble de 500 millions de Fbu sans crédit et sans détenir aucun compte fiscal", s’indigne-t-il. Pour lui les biens acquis illicitement devraient être saisis pour les faire rentrer dans le Trésor public. "Quand il n’y a pas de guerre, il faut investir dans le développement", martèle F. Bamvunginyumvira. Il estime qu’il faudrait investir plus dans les services économiques pour dynamiser la production. Or, plus de la moitié du budget va aux services généraux tels que la présidence, le parlement, la fonction publique… Un tiers va aux services sociaux et les services économiques (agriculture, commerce et industrie, énergie et mines, environnement, transports) en touchent seulement 12,7 %. Frédéric Bamvunginyumvira, vice-président du parti d’opposition Frodebu, déplore ainsi le fait que le budget soit davantage un budget de consommation plutôt que d’investissement. Selon Busokoza Bernard, député de l’Uprona, l’ancien parti unique, frapper toujours les mêmes entreprises privées qui emploient le plus de gens freine la croissance. Il faudrait ajuster les dépenses aux recettes budgétaires et créer un environnement favorable aux affaires, estime C. Nihangaza, en particulier en encourageant les petites et moyennes entreprises.

    Gaudence Kubwimana, (Syfia Grands Lacs/Burundi),
    Jeudi, 23 Août 2012 11:01, http://guinee7.com

    Retour à la page des News

    Webmaster en chef  NGENDAKUMANA Landry-Isidore
    BUJUMBURA News
    Website counter
    Copyright © Archives BUJUMBURA News 2009 - 2012
    Si la publication d'un article sur ce site entrave les droits de quiconque, veuillez nous le faire savoir par mail sur bujanews@gmail.com
    Comments