L'histoire des arts pour l'ensemble des niveaux

Contact

Les courants artistiques

Fichier transmis par Monsieur Fabreguettes, professeur d'arts plastiques au collège Albert Camus.


  • Le Romantisme : Vaste mouvement artistique européen, il s'oppose au néo-classicisme et refuse de rechercher le beau idéal dans l'Antiquité. Théodore Géricault (1791,-1824), à qui l'on doit Le Radeau de la Méduse (Musée du Louvre, paris) et Eugène Delacroix (7798-1867) sont, en France, les principaux représentants de ce courant. En  Angleterre, William Turner (1775-18511 s'intéresse aux effets atmosphériques et aux jeux de lumière alors qu'en Allemagne Caspar David Friedrich (1774-1840) réalise des paysages qui traduisent une angoisse et une mélancolie liée à la nature.

  • L'Orientalisme : Eugène Delacroix popularise l'Orient et les paysages du Maroc qu'il visite en 1832. De nombreux artistes  l'imitèrent et cherchèrent l'inspiration dans les voyages.

  • Le Réalisme : Gustave Courbet (1819-1877) est le chef de file de ce mouvement. Attiré par les paysages et la nature, il déclare peindre sans apporter de corrections ou de modifications aux sujets qu'il observe. Avec L'Enterrement à Ornans (Musée d'Orsay, Paris), il donne à une scène populaire les grandes dimensions réservées traditionnellement à la peinture historique officielle.




1850 - 1945


L'architecte Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879) est chargé de restaurer les plus importants monuments français (Notre-Dame de Paris...) et Charles Garnier (1825-1898) réalise l'Opéra de Paris (1861-1875). Dans les années 1850, le fer et les charpentes métalliques font leur apparition dans la construction (Bibliothèque nationale et gare de l'Est à Paris). L'orfèvrerie, avec Charles Christofle (1805-186t), exploite toutes les nouvelles découvertes concernant les alliages et les patines.

  • L'école de Barbizon : Jean-François Millet (1814-1875) et Théodore Rousseau (1812-1867) sont les principaux représentants de cette école qui apparaît au milieu du XIXème siècle. Elle doit son nom à un hameau de la région de Fontainebleau. Un goût puissant pour la nature pousse les peintres, comme l'avait fait d'abord Camille Corot 1796-1875), à quitter leurs ateliers pour travailler directement en plein air. Les sujets sont essentiellement des paysages.

  • L'impressionnisme : Il doit son nom à l'oeuvre de Claude Monet (1840-1926) : Impression, soleil levant, 1872. Le nom n'est donné qu'en 1874,lors de l'exposition des impressionnistes chez le photographe Félix Nadar (1820-1910). La couleur et la lumière deviennent le sujet des toiles, même si, les impressionnistes, Camille Pissaro (1830-1903) en particulier sont attirés par les paysages et la surabondance des couleurs de la nature et de la campagne. Ils font preuve d'un optimisme et d'une joie de vivre qui leur permettent d'oublier les sujets graves pour se concentrer sur une nouvelle manière de représenter. Les touches successives de couleurs sont apposées côte à côte pour composer le sujet lorsqu'on regarde la toile à une certaine distance. Cette technique est bien visible dans l'oeuvre de Claude Monet. Edouard Manet (1832-1883) fait scandale à l'exposition officielle du "Salon" avec Le déjeuner sur I'herbe (1863, Paris, Musée d'Orsay) dont le modelé et la perspective sont contestés. Paul Cézanne (1839-1906), en marge de ce mouvement, travaille toute sa vie sur les mêmes thèmes (baigneuses, montagne Sainte-Victoire...).

  • La peinture pompier :  Appellation d'origine péjorative qui désigne la peinture officielle et académique, à un moment très particulier de l'histoire de l'art, qui débute entre 1860 et 1874. Ce style de peinture est opposé à la peinture dite d'avant-garde, d'abord impressionniste, qui bouscule les traditions de la représentation. Les sujets sont souvent des allégories ou des sujets religieux comme chez Alexandre Cabanel (L824-1889), avec un souci de réalisme très poussé, grâce à l'utilisation minutieuse des valeurs. Les volumes d'une grande précision aboutissent souvent au trompe-l'oeil, comme chez William Bouguereau (1825-L905). Les compositions sont d'une extrême complexité.

  • Le symbolisme : Courant artistique qui se développe en Europe à partir de 1885 environ, en réaction à l'impressionnisme. Les symbolistes abordent des sujets inventés par l'esprit : les légendes, la mythologie, le rêve ou l'hallucination. Les proportions ne sont volontairement pas respectées, comme chez Odilon Redon (1340-1916) pour, parfois, obtenir des compositions déséquilibrées. C'est le cas dans certaines ceuvres de Gustav Klimt (1862-1918). Dans des compositions souvent complexes, Gustave Moreau (1826-1898) donne libre cours à ses grandes qualités de coloriste (Salomé, Paris, Musée Gustave Moreau).

  • Les nabis :  Groupe d'artistes français qui, vers 1890, réagit contre l'impressionnisme. Le nom de "nabis", signifie "prophète" en hébreu. Ils sont influencés par les estampes japonaises, l'art primitif et l'art populaire. Pierre Bonnard (1867-1947) et Edouard Vuillard (1868-1940) sont les principaux représentants de ce groupe.

  • L'art nouveau : Style, et courant européen qui apparaît vers 1895 et s'impose surtout en architecture, dans les arts décoratifs et les arts appliqués. Les motifs et sujets sont souvent d'inspiration naturaliste. C'est l'apogée de la pâte de verre avec l'école de Nancy et en particulier Émile Gallé (1848-1904) et les frères Daum (Coll. du musée des Beaux-Arts de Nancy). Le métal est largement utilisé en architecture ou pour le mobilier urbain (Hector Guimard, 1867-1942). Les lignes sont harmonieuses et douces. Les couleurs sont proches de celles de la nature, avec principalement des tons d'automne.

  • L'expressionnisme : Mouvement européen de la fin du xxème siècle qui privilégie l'expression d'une émotion ou d'une angoisse au détriment d'une représentation qui doit également renforcer l'expressivité. Les compositions sont simplifiées, les couleurs très vives, la trace du geste du peintre très présente. Tout concourt à provoquer chez le spectateur un certain malaise, parfois renforcé par des sujets inquiétants, comme Le Cri (1893, Oslo, Nasjonalgallery), æuvre du peintre norvégien Edvard Munch (1863-1944).

  • Le fauvisme : Mouvement né au Salon d'automne de Paris, en 1905, avec le scandale que provoquent certaines oeuvres. Les couleurs sont très vives, voire pures et utilisées en larges touches proches de l'aplat. Les valeurs sont utilisées pour exalter la lumière et les contrastes comme dans l'oeuvre de Maurice de Vlaminck (1876-1958) intitulée Arbres rouges (1906,Paris, MNAM), ou celle de Raoul Dafy (1877-1953) intitulée Marseille (1926, Bruxelles, Musée des Beaux-Arts). Henri Matisse (1869-1954) simplifie le modelé et les formes (Intérieur aux aubergines,Musée de Grenoble) utilise la ligne droite et les courbes.

  • Le cubisme : Mouvement né avec l'oeuvre de Pablo Picasso (1881-1973), Les Demoiselles d'Avignon (New York, MOMA) en1907. Influencé par les peintures de Cézanne et l'art nègre, le cubisme géométrise et cerne les formes d'un sujet observé de plusieurs points de vue en même temps. En 1911, Georges Braque (1882-1963) introduit dans ses toiles des lettres peintes au pochoir. En 1912, ce sont les premiers papiers collés qui apparaissent dans les oeuvres des deux artistes et six mois plus tard, Picasso réalise un premier collage en insérant dans une de ses oeuvres, un morceau de toile cirée figurant un cannage (Nature morte à la chaise cannée, 1912, Musée Picasso, Paris). L'oeuvre de Picasso connaît plusieurs périodes, le cubisme est l'une d'elles.

  • L'art abstrait : C'est un courant majeur qui apparaît au début du xxème siècle. Les artistes de ce courant ne cherchent plus à représenter ou copier une réalité. A force de simplifier ou de refuser I'image figurative, ils en arrivent à ne plus travailler qu'avec des formes géométriques simples. La force de leurs oeuvres réside dans les couleurs autant que dans les compositions. Yassily Kandinsky (1866-1944) est l'un des premiers artistes de ce courant (Tache rouge, 1974, Paris, MNAM). Dans les années trente, l'art abstrait est un courant international.

  • Le futurisme : Mouvement d'origine italienne qui apparaît vers 1909. Les futuristes, dont on retiendra Giacomo Balla (1871-1958), s'inspirent du modernisme des villes, de l'industrie et de la vitesse, en décomposant les mouvements (Dynamisme d'un chien en Iaisse, 1972, Albright-Knox Art Galéry).

  • Le suprématisme : Mouvement artistique russe qui apparaît en 1913 sous l'impulsion de Kasimir Malevitch (1373-1935). Il reste le principal représentant du mouvement. Les formes géométriques simples deviennent sujets des oeuvres (Carré blanc sur fond blanc,1918, New York, MOMA).

  • Dada : Mouvement qui apparaît à Zurich et à New York en 1915. Il se caractérise par la désacralisation des formes et du sens (c'est à dire par un comportement de l'artiste qui laisse penser que l'oeuvre n'a plus de caractère sacré), par l'utilisation d'objets récupérés, détournés, Ready-made de Marcel Duchamp (1887-L968), Roue de bicyclette (7973, Paris, MNAM). Le mouvement Dada se révolte contre la bourgeoisie.

  • Le Bauhaus : École d'art et d'architecture fondée en 7979 par Walter Gropius (1383-1969). Elle s'interroge sur la place de l'artisanat dans la production industrielle. Des artistes tels que Vassily Kandinsky (7866-19M) ou Paul Klee (1879-1540) y furent professeurs.

  • Le constructivisme : Mouvement artistique russe des années vingt qui rejette l'émotion pour se consacrer à la ligne dans l'oeuvre. Les frères Anton Pevsner (1886-1962) et Naum Gabo (1890-1977), à qui l'on doit structure linéaire n° 2 (1949-1953, Musée de Grenoble), réalisent des sculptures suivant ce principe, en utilisant des matériaux nouveaux, translucides et transparents, qui jouent avec la lumière.

  • L'art déco : Style et courant européen qui apparaît en 1920, en particulier dans l'architecture, avec Emile-Jacques Ruhlmann (1879-1933) et dans les arts d.écoratifs. On assiste à une épuration, une simplification, une géométrisation des formes. La symétrie est utilisée dans des compositions bien équilibrées. L'Art déco n'est pas sans rapport avec le cubisme, le futurisme et le constructivisme. Dans la peinture, celle de Tamara de Lempicka (1898-L980) par exemple, les couleurs sont vives et contrastées, utilisées presque en aplats. L'art du verre connaît un second souffle avec René Lalique (1860-1945). On retiendra encore le nom de Le Corbusier (1887-1965), architecte et urbaniste, qui développe l'utilisation du béton armé (Unité d'habitation de Marseille,7946-1952). En peinture, un nombre important de mouvements se succèdent.

  • Le surréalisme : Mouvement artistique et littéraire qui naît en France avant de s'étendre à l'Europe. Il est, à l'origine, proche du dadaïsme. L' orientation esthétique est théorisée en 1924 par l'écrivain André Breton (1896-1966) dans le premier Manifeste du Surréalisme. Les surréalistes sont influencés par la psychanalyse et l'univers du rêve. Les sujets picturaux se caractérisent pas d'étranges associations d'éléments qui donnent à voir ce que seule l'imagination peut créer : des mondes extraordinaires ou des réalités impossibles. On les retrouve dans l'oeuvre de Max Ernst (1891-1976), Loplop présente une ieune fille (1930, Paris, Musée National d'Art Moderne) ou dans celle de Salvador Dali (1904-1989), Hallucination partielle. Six apparitions de Lénine sur un piano (1931, Paris, MNAM).



1945...

  • Art brut : Terme qui apparaît en 1945. Il désigne, selon le peintre français Jean  Dubuffet, les ceuvres spontanées, immédiates,  brutes, fortement influencées par l'art primitif, les dessins d'enfants, ou ceux d'aliénés mentaux.

  • Abstraction lyriqueNé en France en 7947, sous l'impulsion d'artistes tel que Georges Mathieu (né en 1947),l'abstraction lyrique ressemble à une sorte d'écriture plastique, de calligraphie (Royaume blanc,1949, New York, MOMA).

  • CobraMouvement fondé en 1948. Le nom vient de l'utilisation des premières lettres de trois villes : COpenhague, BRuxelles et Amsterdam. Ce mouvement est influencé par l'expressionnisme, l'abstraction (expressionnisme abstrait) et la figuration primitive, qùi désigne les formes les plus anciennes de la figuration. Les couleurs sont vives et la peinture utilisée en épaisseur, Fleuve et Oiseau (1953, Paris, MNAM) du peintre Hollandais Karel Appel (né en 1927),les supports inattendus (factures ou pages de livres) dans l'oeuvre de Pierre Alechinsky (né en 1927).

  • Pop art : Abréviation du terme anglais Popular art. Ce mouvement est né en Angleterre au début des années 50 et trouve un large écho aux États-Unis, quelques années plus tard. C'est le retour à la figuration, celle propre à la publicité, aux affiches, aux bandes dessinées et aux représentations populaires. Les reproductions mécaniques et le multiple sont très employés, comme chez Andy Warhol (1931-1987), ou imités comme chez Roy Lichtenstein (né en 1923).

  • Art cinétiqueCourant artistique international qui apparaît à la fin des années cinquante. Les artistes poursuivent les recherches que le futurisme avait entrepris sur le mouvement, en explorant de nouvelles pistes : les effets d'optique, les mouvements mécaniques divers intégrés dans l'oeuvre ainsi que les installations lumineuses. Certaines oeuvres sont interactives. On retiendra les noms du sculpteur Jean Tinguely (1925-1991) qui réalise la fontaine de la place Stravinsky en 1983 à Paris, des peintres Victor Vasarely (né en 1908) et François Morellet (né en 1926).

  • Minimalisme : Mouvement qui apparaît à la fin des années 50. Les formes représentées  sont simplifiées à l'extrême, aussi bien en peinture qu'en sculpture. Les artistes semblent s'impliquer le moins possible dans leurs oeuvres et prennent de la distance par rapport à leurs créations. On retiendra le nom du peintre américain Frank Stella (né en 1936) qui travaille sur des châssis en formes de U, de H, d'hexagone ...

  • Arte povera(art pauvre). Mouvement artistique qui apparaît au milieu des années soixante en Italie et aux États-Unis et se caractérise par l'utilisation de matériaux de récupération et d'éléments divers (fruits, bois, pierre, etc.). Son principal représentant est Mario Merz (né en 1925).

  • Nouveau réalisme : Ce mouvement pose la question du statut de l'objet dans l'oeuvre d'art comme dans notre propre société. Les objets sont à la fois sujets et composants des oeuvres. Regroupés sous forme d'accumulations par Fernandez Arman (né en 1928) ou de compressions par César (né en 1921), assemblés et mis en scène de manières inhabituelles par Daniel Spoerri (né en 1930), ils obligent le spectateur à poser un regard nouveau sur la production de masse (oeuvres de ces artistes visibles à Paris, MNAM).

  • Art Conceptuel : Les artistes s'intéressent avant tout à la démarche artistique, quitte à ne plus produire d'oeuvre d'art. Yves Klein (1928-1962) ira jusqu'à exposer du videOn retiendra également l'artiste Allemand Joseph Beuys (1921-1986) qùi propose des installations surprenantes (Infiltration homogène pour piano à queue, 1966, paris, MNAM), parfois minimalistes.

  • Supports-surfacesGroupe d'artistes qui se réunissent autour de Nice à la fin des années 60 et travaillent sur les relations de la matière peinture avec le support et la surface. On retiendra les noms de Louis Cane (né en 1943) et Claude Viallat (né en 1936).

  • Land Art : Le paysage devient le support de l'expression artistique et l'artiste y intervient de manière à donner à ce paysage une dimension et un intérêt nouveau. En mai 1983, l'artiste bulgare Christo (né en 1935), appartenant également au nouveau réalisme installe 550 000 mètres carrés de tissu rose qui flotteront autour de onze petites îles de la baie de Biscayne (Floride, U.S.A.). En 1985, il emballe le Pont-Neuf à Paris. Richard Long (né en 1945) et Jan Dibbets (né en 1941) sont très représentatifs de ce courant.

  • Nouvelle figuration ou figuration narrative : Mouvement qui apparaît au milieu des années 60. Il subit l'influence du peintre Francis Bacon (1909-1992) et s'inspire de diverses-techniques figuratives, bandes dessinées ou publicité, et aborde des sujets nouveaux, d'actualité, comme la politique ou les conflits militaires. Les toiles, souvent de format important, se caractérisent par une grande maîtrise technique ou le geste du peintre est invisible. Les principaux représentants sont Valerio Adami (né en 1935), Eduardo Arroyo (né en 1937) ou Jacques Monory (né en 1934).

  • Figuration libre : Mouvement né en 1982 sous l'impulsion de peintres Français, Robert Combas (né en 1957), et de peintres américains, Keith Haring (1958-1990). Les oeuvres sont rapidement exécutées avec une liberté de représentation qui s'inspire des graffitis, des bandes dessinées appelées comics, jouant sur les disproportions et les rapports de couleurs vives. Des textes sont quelquefois intégrés dans la peinture.

  • HyperréalismeCourant américain des années 1980 où les artistes cherchent les effets de ressemblance photographique. Les compositions sont extrêmement sophistiquées et la réflexion sur l'espace est très poussée. Richard Estes (né en 1936).