Belgian Chamber of Representatives • Session of 19 October 1926

<< Previous page Page 2/12 Full Session Facsimile / Text Next page >>

CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS. — ANNALES PARLEMENTAIRES.

TIRAGE AU SORT ET COMPOSITION DES SECTIONS.

M. te président — Je propose à la Chambre de comprendre les Bonis de MM. Souplit, Kreglinger et Boddaert parmi les noms des membres appelés à constituer les sections du mois d'octobre, sous réserve de la vérification complémentaire de leurs pouvoirs. {Adhésion.)

■V-'— H est. procédé au tirage au sort des sections pour ie mois d'octobre 1926. Les sections sont composées comme suit :

„ 1" section (1° afdeeling) : MM. Anseele, Beckers, Brenez, Brunet, .Carton de Wiart, Debruyne (R.), Dejardin, de Liedekerke, de Pier-pont, Desaegher, Destrée, .Elbers, Ernest, Falony, Fischer, Gelders, .Gevaert, Goffaux, Golenvaux, Hallet, Jennissen, Maenhaut, Masson, Meriot, Meysmans, Reynaert, Standaert, Van Cauwelaert, Verdure, Yergels, Vos.

2° section (2° afdeeling) : MM. Bouchery, Cuelenaere, De Bruyc-ker, Declercq, Defaux, Delacollette, Delannoy, Delattre, De Schutter, Duchesne, Herbert, Huart, Lambrechts, Lepage, Maillen, Mampaey, Mansart, Mathieu, Mernier, Niezette, Périquet, Ramaekers, Schaetzen, Schinler, Van den Eynde (J.), Vandervelde, Van de Vyvere, Van Hoeck, Van Hoeylandr, Verlinden, Wauwermans.

' 3e section (3° afdeeling) : MM. Berloz, Boddaert, Bologne, Briarï, Buyl, Cartier, Chalmet, Cnùdde, Cocq, Colaert, CoIIeaux, Debacker, De Bruyn (P.), De Bruyne (A.), Debunne, de Burlet, Devèze, De iWiride, de Wouters d'Oplintér, Dierkens, Duchatel, Goetgebuer, Huys-niansj Jaspar, Poullet, Rubbens, Somerhausen, Tibbaut, Uytroever, Vanden* Corput, Winandy.

! 4e section (4° afdeeling) : "MM. Boedt, Carton, Catteeuw, Clynmans, !de Géradon, De Keersmaecker, Delvign'e, de Selys Longchamps, Eèkelers, Gendebien, Heyman, Hoen, Jacquemotte, Janson, Marteaux, Max, Melckmans,.Neujean, Pécher, Petit, Piérard, Renkin, Rombauts, Sàmyn, Soudan, Straus, Theelen, Van Ackere, Vandemeulebroucké, Vàn Overstraeten, van Schuylenbergh.

5e section (5* afdeeling) : MM. Amelot, Baels, Blavier, Branquart, Brassinne, Brunfaut, Brusselmaris, Claee* Doms, Fieullien, Galopin, Hbbin, Kreglinger, Lemonnier, Mostaert, Nichels, Pierco, Pirmcz, Poncelet, Pussemier, Raemdonck, Rutten, Sap, Siffer, Van Caenegem, iVandêvèlde,' Van Isàcker, Van Lahdeghem, Van Opdenbosch, Ver-cammen, Vindevogel.

V 6" section (6e afdeeling) : MM. Allewaert, Boël, Boens, Butaye, David, de Béthune, de Ker-chove d'Exaerde, Delor, de Montpellier, Drion, Gris, Hessens, Housiaux, Hymans, Libbrecht, Lombard, Marck, iMissiaen, Merget, Pater, Pépin, Sinzot, Souplit, Troclet, Van Belle, rVanden Broeclc, Vanden Eynde (G.), Van Dievoet, Van Severen, Van Walleghem, Verachtert, Wauters.

. ■ COMMUNICATION du BUREAU.

M. le président se lève et prononce les paroles suivantes, que la ..Chambre écoute debout : ' _r

Messieurs et chers collègues, durant la suspen sion de nos travaux, la mort a frappé deux de nos collègues qu'entouraient l'estime ot la sympathie de tous : Henri Léonard et Arthur Buysse.

Léonard était membre de notre assemblée depuis 1894.

11 faisait partie du groupe de* premiers députés socialistes que le suffrage universel envoya siéger dans cette Chambre.

La classe ouvrière renouvela constamment le mandat de confiance affectueuse dont elle l'avait honoré.

Elle savait gré à l'ancien ouvrier forgeron de l'incessant effort personnel, du travail opiniâtre qu'il avait fournis pour étendre ses connaissances, afin de pouvoir apporter à ses camarades de travail tout à la fois l'appui d'une volonté tenace et le concours d'une intelligence éclairée.

Léonard s'était donné tout entier aux œuvres de solidarité ouvrière.

La coopération, la mutualité, les syndicats firent l'objet de' ■es incessantes préoccupations. «

L'activité parlementaire de Léonard se cantonna dans la dis-ussion des questions se rattachant à ces importants problèmes.

L'aspect de Léonard révélait toutola force de sa volonté comme il portait la marque de sa grande bonté et de son carat» tère bienveillant.

En ces derniers temps, notre regretté collègue ne put tenif dans notre assemblée le rôle qu'il eût souhaité.

La maladie le minait.

Néanmoins, il continua u venir assidûment parmi nous, temoi» guant ainsi la conscience qu'il avait de son devoir.

Il resta de même jusqu'au dernier jour A la têto de l'adml» nistration communale de La Hestrt,, remplissant avec ponctualité et dévouement les nombreuses tâches que lui assignait ,$a fonction de bourgmestre.

Durant l'exercice de .sou long ù^znHûi) Léonard entretint avet tous ses collègues des rapports do la plus pâtialia eoartoisie.

Sa bonne humeur, sa large tolérance, sa serviabilité lui valurent d'unanimes sympathies.

Sa mort suscite parmi nous d'unanimes regrets.

Mous souhaitons que leur expression apporte quelque consolation à l'épouse et aux enfants du collègue dont nous déplorons la perte. (Très bien ! très bien ! sur lotis les bancs.)

Le 2S septembre, Arthur Buj-sse s'éteignait, vaincu par la maladie.

Depuis de longs mois, le mal inexorable dont il souffrait l'avait contraint — quejquc stoïque que fût le courage avec lequel il luttait contre la souffrance — à s'abstenir de participer à nos délibérations.

Buysse avait fait partie de notre assemblée de 1999 à 1921.

Elu député suppléant en 1921, il reprit dès 1924 sa place parmi nous après le décès de notre toujours regretté vice-président Albert Mechelynck.

Buysse était, lui aussi, uni modeste, ayant le dédain de l'emphase et du bruit.

Servi par un jugement solide, par une claire intelligence et par une profonde connaissance du droit, il n'intervint dans nos débats qu'avec discrétion, limitant ses observations aux questions dont il possédait tous les éléments. "

Il était très attaché à sa terre natale, ainsi qu'à l'idéal politique à la défense duquel il cousuera une vie de dévoùinent et d'abnégation.

Cette fidélité obstinée ne fléchit à aucun moment malgré les inévitables déceptions auxquelles se heurte l'homme public.

Cette âme fortement trempée ne connut jamais le décourage* ment. .

Quelque ardeur qu'il mit à certains moments à combattre des tendances qu'en toute conscience il considérait comme pernicieuses, ses interventions dans nos débats ne laissèrent aucune trace d'irritation, car tous connaissaient la sincérité des sentiments de l'orateur et la loyauté do son caractère.

Nous prions la veuve éplorée de ce collègue, qui laisse dans notre assemblée un souvenir honoré et sympathique, do croire à la part bien vive que nous prenons à sa grande douleur. (Non-oelle approbation sur tons les bancs.) »

La parole est à M. le premier ministre.

M. Jaspar, ministre de l'intérieur et de l'hygiène. — Le gouvernement apporte, à son tour, son tribut d'hommages à la mémoire de nos regrettés collègues Henri Léonard et Arthur Buysse.

Henri Léonard appartint à la Chambre pendant de nombreuses années. Il y apporta la i>rofonde connaissance qu'il avait des questions sociales et ouvrières, une conscience dans le devoir, un soin dans la défense des intérêts qui lui étaient confiés, qni avaient forcé notre estime.

Il était l'exemple vivant de ce que peuvent l'ardeur au travail et le dévouement au pays, joints à une grande force de volonté, car, sorti de la classe ouvrière, il était devenu l'un des mandataires les plus honorés de la Nation.

Léonard ajoutait à ces qualités exceptionnelles celles d'une aménité de caractère et de bienveillance qui lui avaient conquis la sympathie de tous ses collègues. Sous une apparence rude, il cachait un cœur tendre et dévoué. Nous conserverons toujours un souvenir ému de cet homme de bieu qui s'est dévoue aux intérêts sacrés dont il avait la gardo.

Comments