Belgian Chamber of Representatives • Session of 4 August 1914

<< Previous page Page 2/10 Full Session Facsimile / Text Next page >>

CIUMBRE DES REPRÉSENTANTS.

— ANNALES PARLEMENTAIRES.

M. le président. — Je pense qu'il est plus rationnel que les membres prêtent serment individuellement. Je les invile à prêter serment à l'appel de leur nom.

MM. Woeste, Moyersoen, de Béthune, Rens, Daens, Thienpont, Behaeghel, d'Hauwer, Begerem, Siffer, Van Cleemputte, Maenhaut, Verhaegen, Huyshauwer, Ver-gauwen, Buysse, Lampens, Raemdonck, Nobels, Van Brussel, Persoons, Tibbaut, Bruyninckx, Vermeersch, Van Damme, Ooms, Ramaekers, Peten, Helleputte, Schaetzen, Gielen et Neven prêtent successivement serment en flamand, et

MM. Braun, Mechelynck, Auseele, Bôval, Janson, Jouret, Royer, Levie, Pirmez, Drion, Buisset, Briart, Destrée, Brunet, Cavrot, Léonard, Lambillotte, Gaelu-waert, Harmignle, Servais, Masson, Maroille, Pépin, Brenez, Bastion, Mabille, Boël, Mansart, Branquart, Oendebien, Warocqué, Berloz, de Liedekerke, Impérial!, Wauters, Goblet, Dallemagne, Polet, de Ponthière, Van Hoegaerden, Nenjean, Journez, Troclet, Demblon, Dejardin, Davignon, Borboux et Hoyois prêtent successivement serment en français.

M. le président. — Je déclare ces honorables membres installés dans leurs fonctions. (Applaudissements.)

Je vous propose aussi, messieurs, d'admettre sans autre formalité M. Hanssens comme membre de la Chambre en remplacement du regretté M. Monville. M. Hanssens est le premier suppléant de la liste sur laquelle figurait M. Monville et il a conservé les conditions d'éligibilité requises par le code électoral. (Adhésion unanime.)

Je proclame donc l'admission de M. Hanssens en qualité de membre de la Chambre des représentants.

formation du bureau définitif.

M. le président. — L'ordre du jour appelle maintenant la nomination du bureau définitif.

MM. Hymans et Journez. — Nommons l'ancien bureau en bloc, pir acclamation ! (Oui ! oui ! Applaudissements prolongés.)

M. le président. — Vous entendez, messieurs, la proposition qui vous est faite de nommer l'ancien bureau par acclamation. Puisque la Chambre est unanimement d'accord, il en sera ainsi. (Nouveaux applaudissements sur tous les bancs.)

Je prie M. le président de la Chambre et MM. les secrétaires de venir prendre place au bureau.

allocution di m. le président.

"M. Schollaert, président, monte au bureau, accompagné de MM. Borboux et Mansart, secrétaires, et, après avoir donné l'accolade à M. le doyen d'âge, aux applaudissements répétés de l'assemblée, s'adresse en ces termes à la Chambre, qui l'écoute debout :

Messieurs, le Belge, peu expansif, sent profondément, mais il faut des événements extraordinaires pour l'amener à manifester ses sentiments.

L'Europe est aujourd'hui témoin de la vigueur de son patriotisme.

Probe et honnête, la Nation belge a scrupuleusement rempli ses devoirs Internationaux envers toutes les puissances et particulièrement envers ceMes qui lui ont imposé la neutralité et s'en sont porté les garants. (Très bien! de toutes parts.)

Nous avons pris soigneusement les mesures qui doivent nous permettre d'assurer le respect de cette neutralité, quel que fût l'Etat qui songerait à la violer. (Nouvelle et vive approbation.)

Nous devions et nous pouvions espérer que plus de quatre-vingts ans de pratique rigoureuse de ces obligations auraient continué à nous valoir le respect de nos droits garantis par les traités.

La Belgique ne demande qu'à vivre pacifique et libre. (Bravos!)

Et, cependant, nous voilà menacés! et, des ce moment, dans un admirable élan patriotique, tous étroitement groupés, nous avons fait taire tout ce qui peut partager, pour assurer dans la dignité et l'honneur, le respect de notre droit. (Vifs applaudissements.)

Etrangers à toute cause de conflit, nous nous trouvons, malgré nous, Impliqués dans l'une des plus graves mêlées qui ait jamais éclaté en Europe !

Suit!

Nous saurons remplir les nouveaux devoirs qui nous sont imposés avec courage, abnégation et virilité. (Longs applaudissements.)

Dès l'ordre de la mobilisation, on vit dans les campagnes les hommes rentrer hâtivement ce qu'ils pouvaient de récoltes, puis aller livrer leurs beaux chevaux à la remonte de l'armée et enfin tous, de toutes les conditions, de tous les points du pays, abandonnant leurs parents, leurs jeunes femmes, leurs petits enfants, reprendre leur régiment, tout cela simplement, sans une défection, sans une plainte, sans un murmure, pour la défense de la Patrie. (Applaudissements et acclamations.)

M. Ramaekers. — Vivent nos soldats! Vive notre armée!

Un membre : Vive la paix !

M. le président. — Ah ! les braves gens, et comme on est fier d'être

Belge! (Nouvelles acclamations.)

Et cette nuit du dimanche !... Le soir, la menace éclate. La nuit, sous la conduite de Notre Roi, les résolutions viriles sont prises pour assurer le respect de nos obligations internationales ; aux premières lueurs du jour, nos vaillantes troupes volent à la défense de nos frontières, et, depuis, sans cesser, nos Jeunes gens, par milliers, viennent grossir nos bataillons. (Bravos et salve d'applaudissements.)

Messieurs, l'heure grave des durs sacrifices a sonné. Faisons tous notre devoir, tout notre devoir, et que le Dieu tout-puissant bénisse nos efforts et protège la Belgique. (Très bien !)

Vive la Belgique Indépendante et libre ! (Bruyantes aeclamations et cris répétés : Vive la Belgigue.)

Messieurs, je serai votre interprète'* tous en remerciant notre vénéré et toujours vaillant doyen d'âge et les secrétaires du bureau provisoire.

Ces derniers, l'un et l'autre, si vous le permettez, iront, en sortant d'Ici, prendre service dans l'armée. (Ovation prolongée.)

communication du bureau.

M. le président. — Messieurs, durant notre séparation, nous avons perdu un excellent et distingué collègue, M. Alfred Monville, représentant de l'arrondissement de Bruxelles depuis le mois de mai 1900.

C'était un patriote dévoué, particulièrement préoccupé de l'amélioration de notre système de défense nationale. Rien de ce qui concernait celle-ci ne lui était étranger. Il se consacrait tout entier à l'étude et à la solution de ces problèmes. Bon, cordial, aimable, il ne comptait parmi nous que des amis, qui garderont affectueusement son souvenir. (Très bien! très bien!)

autres communications du bureau.

M. le président. — Messieurs, nous avons pour première obligation de nommer une commission chargée de rédiger une adresse en réponse au discours du Roi; mais je crois que nous serons unanimes pour charger le bureau d'adresser à Sa Majesté l'expression de notre profonde reconnaissance pour la démarche qu'Elle a faite et pour lui jurer la plus absolue fidélité à la défense de la Patrie. (Très bien! très bien ! Applaudissements unanimes.)

dépôt d'i'K projet de loi.

M. de Broquerille, ministre de la guerre. — D'après les ordres du Roi, j'ai l'honneur de déposer sur le burean de la Chambre un projet de loi ouvrant au gouvernement un crédit de 200 millions de francs pour faire face aux dépenses résultant des diverses mesures extraordinaires pendant l'année 1911. (Très bien! sur tous les bancs et cris : Aux voix! Aux voix !)

vote des articles du projet de loi ouvrant au gouvernement un crédit de 200,000,000 de francs.

M. le président. — Voici, messieurs, les articles de ce projet de loi :

« Art. 1er. Il est ouvert au gouvernement un crédit de deux cent millions de francs (fr. 200,000,000) pour faire face aux dépenses résultant des diverses mesures extraordinaires, pendant l'année 1914. »

Comments