NOTRE ECOLE‎ > ‎

Hanshi Jean CHALAMON

                                                                 

             04/08/1935 :Naissance à Cap St Jacques au sud-Vietnam, de père français de mère sino-vietnamienne

        1947-1953 :Entrée à l'école militaire d'enfants de troupe de Dalat, au sud Vietnam, où il s’initie au judo, au Jiu jitsu, au close-combat et à la boxe.

        1953-1954 : A la sortie de Dalat, en pleine guerre d’Indochine, il s’engage dans l’armée et il se porte volontaire pour participer à tous les combats dans le delta tonkinois où les accrochages sont violents, âpres, durs. Avec son unité, il estenvoyé à Dien Bien Phu. Pendant l’assaut des soldats vietminh, Jean est blessé et laissé pour mort parmi des tas de corps éventrés, déchiquetés. Tout le bataillon de Jean a été anéanti. Un camarade l’a sauvé en se portant à son secours. Il est décoré de la croix de guerre avec étoile d’argent.

        1955-1957 : 1er séjour en Algérie (4/6/55 au 17/7/57). Blessé à nouveau au cours d’un accrochage avec un commando rebelle, il est décoré de la croix de la valeur militaire, puis rapatrié en France.

        1957-1959  : Entraînement au judo et au karaté Shotokan avec maître KAWASHI 6e dan, l’un des pionniers du judo en France, et Jim ALCHEIK 3e dan qui a introduit le karaté au club de la montagne Sainte Geneviève à Paris. Là il rencontre HIROO MOCHIZUKI, Henri PLEE et HOANAM.

        1960-1962 : Deuxième séjour en Algérie en grande Kabylie (18/11/59 au 30/6/62).

Ses actions sur le terrain et ses résultats au combat lui ont valu d’être à nouveau décoré de la croix de la valeur militaire. Rapatrié en France, il est affecté au 6e bataillon des chasseurs alpins à Grenoble. Il reprend l’entrainement dans le dojo de la caserne.

        1965 : Le 22 mars, Jean se marie avec Michèle BAROT à Grenoble.

        1966 : Naissance de sa première fille Myriam.

        1970 : Naissance de sa deuxième fille Cécile.

Il part à Paris avec sa famille pour chercher du travail. Après avoir suivi les cours chez BULL et IBM, il passe un concours pour entrer comme informaticien au  CAM  (centre d’automatisation pour le management). Affecté au département des études, Jean a exercé tous les postes du métier : programmeur débutant, programmeur confirmé, analyste-programmeur,analyste,analyste-concepteur, ingénieur d’étude, ingénieur concepteur. Sa deuxième carrière comme informaticien va de 1970 à 1993.

        1972 : Jean donne des cours de karaté dans le gymnase de sa société à Arcueil. Pour rester à son meilleur niveau technique, Jean consacre désormais une heure d’entrainement personnel par jour avant d’aller travailler.

        1974 : Ouverture d'un Dojo à l'école d'élèves ingénieurs militaires de l'armement à Bagneux.

        1979 : Nommé 3e dan Kokusai ButokuKkai par O’Senseï KIM, 9e dan, expert dans divers arts martiaux, représentant officiel international du Shorinji Ryu, a une culture martiale tellement vaste qu’on le surnomme « l’encyclopédie vivante des arts martiaux ».

        1982 : O’ senseï KIM charge Jean de reconstituer le Butoku Kai en France et en Europe.

        1983 : Ouverture d’un nouveau dojo à Paris 7e, rue Cler.

        1983 : Obtention du brevet d’état d'éducateur sportif pour l’enseignement du karaté et des arts affinitaires. Les titres de guerre obtenus en Indochine et en Algérie lui ont valu d’être promu chevalier de la Légion d’honneur par le Président de la République, François MITTERRAND.

        1986 : Nommé 4e dan Butoku Kai par O’ senseï KIM.

        1990 : O’ senseï KIM invite Jean à venir à ses  stages d’été à Guelph au Canada.

        1992 : Nommé 5e dan Butoku Kai par O’ senseï KIM.

        1993 : Ouverture d’un nouveau dojo à Villabé en Essonne. Jean prend sa retraite. Il consacre désormais tous les matins à son entrainement personnel et à la méditation.

        1996 : Création du Butoku Kai Europe. 

        1998 : Nommé 6e dan Butoku Kai par O’ senseï KIM.

        1999 : Promu officier de la Légion d’honneur par Jacques CHIRAC Président de la République.

        2001 : Décès de O’ senseï KIM, 10e dan. Création du Butoku Kai Allemagne.

Nommé Kyoshi par le Butoku Kai Europe.

Jean Quitte Paris et rejoint ses filles à Chambéry où il ouvre un nouveau dojo. Puis il se lance dans l’écriture de livres techniques en karaté, kobudo, taichi, chikong et méditation.

        2003 : Création du Butoku Kai Espagne.

        Remise du 7e dan Butoku Kai par le Zen Bei Butoku Kai.

        2005 : Création du Butoku Kai Pologne.

Remise du 8e dan Butoku Kai par le Zen Bei Butoku Kai.

        2006 : Le Butokukai international devient Kokusai Butoku Kai qui regroupe les USA, le Canada, l’Allemagne, l’Espagne, la France, la Pologne. Remise du titre de Hanshi par le Kokusai Butoku Kai.

        2008 : Remise du 9e dan Butoku Kai par le Zen Bei Butoku Kai.

        2011 :Création du Butoku Kai Ecosse.

Remise du 10e dan Butoku Kai par le Kokusai Butoku Kai.

        2012 :Création du Butoku Kai Luxembourg

 

Après plus de 65 ans de pratique et d’enseignement, il ressent le devoir de partager son expérience et sa connaissance des arts martiaux à toux ceux qui s’y intéressent. Selon Jean, l’activité physique et technique ne doit pas être dissociée du travail énergétique et de la spiritualité. Tout cela doit être mené de front, ensemble. Car il ne s’agit pas seulement d’élever le niveau technique du pratiquant, mais aussi de son évolution dans la totalité de son être. Tout ce qui constitue l’ensemble de l’être humain doit être pris en compte :

le corps physique, le corps technique, le corps énergétique, le corps émotionnel, le corps mental, le corps intellectuel, le corps spirituel.

Si la technique peut être acquise en quelques années, la maîtrise de l’énergie interne, des émotions, du mental, de l’intellect et de la spiritualité, requiert beaucoup plus de temps encore. 

Le développement de ces différents corps est donc indispensable. On doit veiller particulièrement à leur harmonie afin que ces corps s’influencent mutuellement les uns les autres jusqu’à leur  épanouissement maximum, vers un idéal humain.

  

Source : KKTC Chambéry 

Comments