Infos Science‎ > ‎

Actualités

Ce qui c'est passé dernièrement en lien avec le ciel et l'espace
  _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

09 décembre 2016 : L'astronaute John GLENN est décédé

John GLENN aura marqué l'histoire spatiale, il est le premier américain a avoir effectué un vol orbital autour de la terre, c'était le 20 février 1962. Il est décédé à l'âge de 95 ans.

Un aller et retour pour l'espace semé d'embuchesDès le départ, les choses tournent mal, le système de pilotage automatique du vaisseau tombe en panne après la première rotation autour de la Terre. « Je me suis mis en mode manuel et j’ai gardé les commandes pour les deux autres rotations autour de la Terre », a raconté l’astronaute, soulignant qu’il avait toujours eu confiance dans ses capacités à piloter l'engin 
Johnn Glenn embarque dans la capsule «Friendship 7» qui l'emportera vers l'espace, le 20 février 1962  > 
Image AP/SIPA

02 décembre 2016 : Le ravitailleur de l'ISS s'est consumé dans l'atmosphère  !
Le lanceur russe, chargé de mettre en orbite un cargo Progress, (modèle différent du Soyouz qui a envoyé les trois astronautes vers l'ISS le 17 novembre, parmi lesquels le Français Thomas Pesquet)  vient de rater sa mission. 
Le vaisseau Progress, qui devait ravitailler la Station spatiale, a été déclaré perdu moins de sept minutes après son lancement...    Lire la suite  > ICI 

19 novembre 2016 : L'équipage de Soyouz est entré dans l'ISS

Vidéo YouTube

MINUTE PAR MINUTE - Après avoir fait 34 fois le tour de la Terre depuis le décollage de SOYOUZ, les trois astronautes de la mission Proxima ont pénétré à bord de la station spatiale internationale dimanche 20 novembre à 1h43 (heure de Paris).
Après 48 heures confinés au sein des cinq mètres cubes de la minuscule capsule Soyouz en compagnie du commandant russe Oleg Novitski et de l'américaine Peggy Whitson, Thomas Pesquet a rejoint dans la nuit de samedi 19 à dimanche 20 novembre la Station spatiale internationale, sa demeure pour les six prochains mois. L'amarrage a débuté aux alentours de 23 heures, et les passagers à bord de la capsule ont pu pénétrer dans la station. L'ISS compte désormais à son bord six habitants. La nouvelle équipe a rejoint l'astronaute américain Shane Kimbrough, et les cosmonautes Sergueï Ryjikov et Andreï Borissenko, à bord depuis octobre dernier.


https://sites.google.com/site/belfortastronomie/accueil/T.%20Pesquet%2014-11-2016%20-1%20-%20copie.jpg
 
17 novembre 2016 
Thomas Pesquet en route vers l'ISS...  

https://lh3.googleusercontent.com/d7qNVMq3zPVAo6lPLWTxMkjg7ERwD-DR_0ubLeyx4CJXRv6QUtnDMsAsvh5DCOljbi3rsKuxFbFR38DwEwgNj3EOf-fve3gRv4u2AFoczyEzCZ4i-rrTree2sZ3gXguv6Jti0rFqvYTCYjQCi7nk4TR-UPS77MbcZ8dwJ4kbVx2GFf1J_XI61mUuHok3HqQx5o_t5HMTmcAwNj2DrNiYI9RgBQ4bZEoxhRC78rfew6UWiH1JF880fkudbvhAxq0XFmxZL5BgZBMO5NFfntLwCNLNzbcBq8N688QiTtGC9Ph7Jj257H9aBOefUwbPU6o4Sftuz1DFMW0SG8f_cz346CUZ43-NuuweUCh4ocfCHkVd26PiXMq7nbSXV1Fgqk8B-ssivskm0WX9d96wI4gplZPd-ZZnKY0Jf5Ii6xovEx8xycYbNa5zW9jVuT4pWmTn_o3Z2xYI3oZeO0j7Rl1qjXAq8JbF4Nbc2w0ugLfJf3Ss8s3n1IxbYpxnS7d0Hg1zIZFyET67YwL1ngAjkqSFHVvgmFUm_qCq4NdWXWqNZ1phC5Q2SS88YZEiJXrKcVlHxvqYkFDZvW2Ykii8keOZdQmZaNEwOLYAxnEPCmkYBR6GmIwOMsUS=w612-h385-no

A 21h20, ce jeudi 17 novembre 2016, l'astronaute français Thomas Pesquet s'est envolé pour la Station spatiale internationale depuis le cosmodrome de Baïkonour. lls étaient 3 cosmonautes à bord de la fusée : L'Américaine Peggy Whitson, le Russe Oleg Novitsky et le Français Thomas Pesquet.

 Q ui est Thomas PESQUET ?  

Thomas Pesquet est né à Rouen le 27 février 1978 
https://lh3.googleusercontent.com/K8V4h4-OxJJzqb6fNNQnNNihw0N7CbqmYrA3CN5ba-a2_FM1-mmmd5JDs5gO8TXRKVUbV5QR8Uh8-1LTOeAYRJu_yBsdSCDvEp_I-d8QAY687FsBw1dqelXnq9K0NwMWG7eacu3raZJy4um3h1-ZWSeArstM5NJlCidxfMKz1bs8dfpS5ZFVlXr6KHtshgLoBJo0xbYvTPzLVGmewk2vQknc7cw3S8eTdmCLqnWxWCYG6CspQy1cUeTgryqjbcudFb5bdrYdFXxPLvnDqpJjJzJKEKx3mS0IpbUB4m9Y4bFoxJyKLHF8vkOMKQHM4AdLY3SEWqx5GKkq3Xynoue80FCOyRBijBexc1oKI9Jy-YyvAiJqFyWmKeuojSyAxdhIm0PTHBXSVmV31U28hrNuU8wqcjrYgm_13m3k6DOSJU1h9hB_U0PDm7Ufd6pEEi1jQOYFssLJV-XX3OpxyO5RWitbW4S0b19zrkD0-z9EltSxGHN3F6X6jzleRUdwxp91CSQJ7_rS7r9zb9A4AcAnSJKoC3aP8iuJnfmbWOlgRq1d5xigv3FnE369xY8mIpAFhslFLsQZ9JHOsIpqFOx1AugL1WBezED-UwXTDpIvA990TCxPLRM0=w858-h429-no
En 2001, alors ingénieur aéronautique, Il est recruté par le Centre national d'études spatiales (CNES). 
En 2006 il devient pilote de ligne et instructeur sur A 320 
En 2009, il est sélectionné par l'Agence spatiale européenne (ESA) afin de compléter le Corps européen des astronautes
En 2014, Thomas Pesquet est choisi par l'ESA pour prendre part à une mission de longue durée de six mois, nommée PROXIMA, à bord de la station spatiale internationale (ISS) 
Thomas Pesquet, est aussi parachutiste, plongeur et ceinture noire de judo, en plus du français, il parle l'anglais, l'espagnol, l'allemand, le chinois et le russe...
Il sera membre de l'expédition 50 devant se dérouler du 17 novembre 2016 à mai 2017. 




13 décembre :  Les Rencontres du Ciel & de l'Espace 2016 

Vous n'avez pas pu assister aux dernières Rencontres du Ciel et de l'Espace de la Cité des sciences  et vous souhaitez revoir les conférences ?  C'est possible, l'AFA - Association Française d'Astronomie - vous propose de revoir la plupart des 33 conférences données lors de ces 3 journées entièrement consacrées à l'astronomie...         À retrouver  >  ICI




21 octobre 2016 : Déconvenue de la Mission ExoMars 
https://sites.google.com/site/belfortastronomie/accueil/Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202016-12-06%20a%CC%80%2023.13.48.png

Pas de nouvelles depuis deux jours, et, finalement, l'abandon de tout espoir. Le module européen Schiaparelli "s'est écrasé à la surface de Mars" mercredi, a annoncé vendredi 21 octobre à l'AFP Thierry Blancquaert, responsable de l'atterrisseur à l'Agence spatiale européenne (ESA). Schiaparelli "est arrivé à une vitesse beaucoup plus rapide que prévu à la surface de Mars", a-t-il expliqué. 

16 octobre 2016 : L'atterrisseur Schiaparelli a entamé sa descente vers Mars...

L'atterrisseur européen Schiaparelli, transporté par La sonde TGO (Trace Gas Orbiter), lancée le 14 mars 2016, a commencé sa descente vers la planète Mars. Le grand saut de Schiaparelli est la première étape d'ExoMars, une ambitieuse mission scientifique européano-russe, qui vise à rechercher des indices d'une vie actuelle et/ou passée sur Mars...      Lire la suite > ICI

16 octobre 2016 :  L'atterrisseur Schiaparelli 

L'atterrisseur européen Schiaparelli, transporté par  La sonde TGO (Trace Gas Orbiter), lancée le 14 mars 2016, a commencé sa descente vers la planète

https://sites.google.com/site/belfortastronomie/Dosssiers-science/videos/6215388_exomarslanding_1000x625.jpg
Mars, Le grand saut de Schiaparelli est la première étape d'ExoMars, une ambitieuse mission scientifique européano-russe en deux volets, qui vise à rechercher des indices d'une vie actuelle et passée sur Mars.

Volet 1 : poser l'atterrisseur Schiaparelli sur Mars en 2016.

Schiaparelli a été largué aujourd'hui avec succès et se posera le 19 octobre sur Mars…

Volet 2 : poser un robot sur Mars en 2020, le plus dur reste à faire…

Schiaparelli, qui a une masse de 577 kilos au départ, est une capsule de 2m40 de diamètre qui ressemble un peu à "une piscine gonflable pour bébé", selon Michel Denis.

La descente vers Mars durera trois jours, mais il n'y aura que six minutes entre le moment où Schiaparelli entrera dans l'atmosphère martienne et son impact au sol. Et pour cause, il pénétrera dans l'atmosphère, à une vitesse de 21.000 km/heure.

Un bouclier thermique le protègera de l'important échauffement né du contact avec l'atmosphère et le ralentira.

A 11 km de la surface, un parachute s'ouvrira et lui permettre de se poser  sur la plaine équatoriale de Meridiani Planum, sur laquelle a déjà atterri en 2004 le rover américain Opportunity.

Enfin, neuf rétrofusées seront allumées à environ 1 km de la surface pour diminuer encore l'allure et les moteurs seront ensuite coupés à 1 ou 2 mètres du sol. L'impact final sera amorti par la structure écrasable du module.

Les capteurs de Schiaparelli seront entrés en action un peu plus d'une heure avant le choc pour enregistrer toute une série de données.

Le module est équipé d'une petite station météo qui mesurera la pression, la température, la vitesse du vent mais aussi les champs électriques à la surface de Mars.

Mais la vie de Schiaparelli sera de courte durée: deux à huit jours environ car il est seulement équipé d'une batterie non rechargeable.

Source France Info

Note : Giovanni Schiaparelli 1835 - 1910, astronome italien, observe les objets du système solaire, principalement  Mars dont il nomme les mers (régions sombres qu'il nomme mare) et les continents (régions claires qu'il baptise terra)


30 septembre 2016 : ROSETTA : c'est fini !     
https://sites.google.com/site/belfortastronomie/accueil/Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202016-12-06%20a%CC%80%2023.14.10.png

Cela aurait pu être triste, la fin d'une aventure de 12 ans pour Rosetta, mais après une longue chute de 14 heures, Rosetta est allée retrouver son petit robot Philae qui à fait rêver tous les enfants du monde...   L'ESA a diffusé les images de la chute jusqu'à ce dernier tweet : mi
ssion accomplie   

https://lh3.googleusercontent.com/ek8FwHX0-u4Fo8eQBZ0fvKIw-n009VhA6ioT8WI638gTjZN2Q1IT_ydyB7v7aHCz36lIEsEFk-3CQA33Rq_ca2rsycRt51Gnq0pQFQKx1uNJQDdo_kfDgaga7xfektFH-7d0JA-4QB7XzXvLnmijA4_4pr1TOEjRobbhuTegZrNhUPaide7j64o7_PHGNR5sJHqRxPYgcjg4KlP2hwfdQxyy69tppWqntMA1ZHQ59NoKMPzix34RdhSiuN9yCsuHdoRpHeTPYjkyYBTkTvjw7KIITItVDiad5u6BL6KTv8LcBjHvu6folRAJ_alB3jMp6myAi_9ID4pQq22m2Ur0Ky3BQlzcC_qt3zSICtRfK3w-AfXQm_xO5AzBf-mIWXXN4gpT9MTSnt3CQG3ZIkc9c6AOpbIreH1cSNQuty6YxIZ05n-MW0BoriLgruW0bRamylsYXzH8r45CIDobkLVP9yz4rku3J_ZZA-SPrxm7_9VhbZMNsHGkOpH04mSGk-tGajPXU_MmeJPkCcg678LSGqu4UgmIZvIBlI7MdZsLRrNNZrVL70J85oQHUlKK3TcGHgleiv65KwOmSg12yZlz_eQk8pxHIJ9hecUuPej7neJXbxQQBlY6=w356-h401-no

Cliquer pour agrandir >

27
 août 2016 : Le ciel se déchire au dessus du Ballon d'Alsace 

Un petit orage local...   

pas de quoi rafraichir l'atmosphère caniculaire !
  
<  Cliquer pour agrandir  






______________________________________________________________

 09  mai 2016 :  C'était le transit de Mercure.

Vidéo YouTube

En effet ce lundi 9 mai, la planète Mercure passait entre le Soleil et la Terre. Mercure aurait alors été visible depuis la Terre comme un point noir devant le Soleil... si la météo avait été clémente !
Hélas, ce sont les nuages qui avaient rendez-vous avec les télescopes installés devant le Planétarium... au cas où une éclaircie serait apparue, ce qui ne fut hélas pas le cas !
Contentons-nous donc de cette vidéo ci-contre montée par la Nasa pour comprendre ce qui s'est joué devant le Soleil aujourd'hui.
Notons que deux classes de l'école de Meroux avaient fait le déplacement pour découvrir le phénomène sous le dôme du Planétarium grâce à une simulation de son système de vidéoprojection numérique.
Le transit de Mercure est un événement très rare, le précédant transit a eu lieu le 8 novembre 2006 et le prochain aura lieu le 11 novembre 2019... le Cerap - Planétarium & Club d'Astronomie de Belfort - sera bien évidement présent ce jour là avec ses télescopes pour tenter d'observer le phénomène !

11 février 2016 - Ondes gravitationnelles : l’hypothèse majeure d’Einstein

Une représentation d'artiste d'ondes gravitationnelles se propageant dans le tissu de l'espace-temps et rayonnées par un couple de trous noirs spiralant l'un vers l'autre. Ce mouvement leur fait perdre de l'énergie, et c'est elle qui s'échappe sous forme d'ondes. © K. Thorne (Caltech)-T. Carnahan (Nasa GSFC)

Le boson de Higgs avait été découvert en 2012, 50 ans après avoir été prédit par le calcul !
Les ondes gravitationnelles, elles, avaient été prédites par Einstein et c'est ce jeudi 11 février, 100 ans plus tard qu'elles viennent d'être découvertes !
En effet, des chercheurs du MIT et du Caltech viennent d'observer une déformation de notre propre espace-temps produite par la collision de 2 trous noirs, il y a de ça, plus d'un milliard d'années, mais vu la distance, ces ondes, qui se déplacent tout de même à 300 000 km/s, arrivent seulement sur notre Planète... Plus d'infos > ICI


23 janvier 2016 : Cinq Planètes alignées...

Sur les huit planètes du Système solaire (et même peut-être neuf aux dernières nouvelles), 5 sont observables à l'oeil nu. Il s'agit de Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne. 

Circonstance assez rare : en fin de nuit, entre le 20 janvier et le 20 février 2016, ces 5 planètes seront visibles ensemble, une heure environ avant le lever du Soleil. C'est bientôt la fin...       Voir l'image du ciel du 15 février 2016 >  ICI


L' Unesco déclarait : 
2015 an
née internationale de la lumière 
C'était une occasion de montrer notre prise en compte des enjeux environnementaux et sociétaux  de nos
usages actuels de la lumière !
Le Cerap vous a fait vivre cet événement tout au long de l'année 2015, avec plusieurs manifestations, c'était notamment le cas avec une conférence de l'astrophysicienne Yaël NAZE de l'Université de Liège, qui a été  notre invitée  aux Journées de l'Astronomie  au Centre de Congrès Atria de Belfort                         
______________________________________________________________ 

V

endredi 5 décembre 2014 : Orion, le vaisseau qui emmènera des humains sur Mars !

https://sites.google.com/site/belfortastronomie/Dosssiers-science/videos/13515822-orion-le-vaisseau-qui-amenera-des-humains-sur-mars.jpg?attredirects=0


La Nasa vient de réussir le premier test de la capsule Orion, une première étape vers les voyages habités permettant d'atteindre un astéroïde en 2025 en attendant la première mission humaine 
vers la planète Mars.

Crédit image : Nasa
Vue d'artiste de la capsule Orion 

  


Mercredi 12 novembre : Rosetta, une sonde autour Churyumov-Gerasimenko !


https://sites.google.com/site/belfortastronomie/Dosssiers-science/videos/OSIRIS_spots_Philae_drifting_across_the_comet.jpg?attredirects=0

10 ans et 8 mois après son lancement, la sonde Rosetta de l'ESA - Agence Spatiale Européenne - a réussi une manoeuvre complexe : poser Philae, un petit robot, à la surface de la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko. Le mercredi 12 novembre 2014 la caméra OSIRIS-NAC de Rosetta a suivi la descente et le premier rebond de Philae sur le noyau de la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko.
                                             Crédit image : ESA / Rosetta / OSIRIS Tea  
 

Du samedi 8 novembre au lundi 10 novembre 2014 : Les rencontres du Ciel & de l'Espace 
L'édition 2014 est un grand cru : 150 conférences et près  de 10 000 visiteurs.
A voir ou à télécharger : les minutes de l'espace ICI
 

 

30 octobre 2015 : Le Désert d'Atacama en fleurs

  
https://sites.google.com/site/belfortastronomie/Dosssiers-science/videos/Atacama%203.jpg?attredirects=0


Le Désert d'Atacama au Chili, paradis des astronomes et sans doute l'endroit
   



le plus aride au monde, 
vient de subir des pluies diluviennes. Il est tombé, en l'espace de quelques heures, l'équivalent de 7 ans de 
précipitations. Résultat : des millions de fleurs roses envahissent le désert. 

 ...C'est juste magnifique. Reste qu'avec ou sans fleur, l'endroit est sublime ! 

https://sites.google.com/site/belfortastronomie/Dosssiers-science/videos/Ciel%20du%2015%20fe%CC%81vrier%202106.jpg?attredirects=0


12 octobre 2015 : Trois Planètes en vue 

Actuellement, nous pouvons voir à  l'Est, entre 6h30 à 7h30 du matin Vénus, Mars et Jupiter, avec une conjonction remarquable le 28 novembre 2015...   à suivre 





06 octobre 2015 : Un prix Nobel pour les neutrinos - 

Le prix Nobel de physique 2015 a été décerné au japonais Takaaki Kajita et au Canadien Arthur B. McDonald. Une récompense pour leur découverte de l'oscillation des neutrinos, qui montre que les neutrinos ont une masse.  Cette découverte, réalisée en 2 temps grâce aux détecteurs Super-Kamiokande au Japon, en 1998, et Sudbury Neutrino Observatory (SNO) au Canada, en 2001 - 2002...       

28 septembre 2015 : Eclipse de Lune - 

28 septembre 2015, de 2h30 à 7h00, c'était la Super-éclipse de Lune
En effet, la  Lune était au plus près de la Terre et se trouvait éclipsée par l'ombre de la Terre ce qui en faisait un événement très rare. 25 insomniaques belfortains ont assisté à cette belle manifestation céleste...   Toutes les images >  ICI 

   
        
23 septembre 2015 Nous sommes en automne - 
Ce 23 septembre 2015, c'était l'équinoxe d'automne pour l'hémisphère Nord. C'est l'une des deux journées de l'année au cours de laquelle le jour a la même durée que la nuit. Le satellite Meteosat 10 était idéalement placé pour saisir cet instant. À partir de cette date, et jusqu'au 20 mars 2016, dans l'hémisphère Nord, les nuits seront plus longues que les jours... Une aubaine pour les astronomes !  Dans l'hémisphère Sud, cette date correspond à l'équinoxe de printemps, à partir duquel les jours deviennent plus longs que les nuits.                                                  
                                                                          


23
 juillet 2015 : Une cousine de la Terre à 1400 années-lumière 

Kepler-452b -  Le 23 juillet, la Nasa annonçait la découverte d'une exoplanète de 1,6 rayon terrestre située dans la zone habitable d'une étoile comparable au Soleil... La Nasa vient d'annoncer la découverte d'une exoplanète de 1,6 rayon terrestre située dans la zone habitable d'une étoile comparable au Soleil.
La zone habitable est la région ni trop proche ni trop éloignée, autour d'une étoile, où la température à la surface d'une planète permet la présence d'eau liquide.
Si les propriétés de Kepler-452b sont encore trop floues pour estimer sa composition
Crédit image : Nasa (sa masse, notamment, est inconnue), il s'agit tout de même, d'une étape intéressante vers la découverte d'une « Terre 2.0 ».
Kepler-452b a été découverte par le satellite américain Kepler par la méthode dite « des transits ». C'est l'infime baisse d'éclat de son étoile, lorsque l'exoplanète est passée devant, qui a trahi sa présence.
Depuis son lancement en 2009, Kepler a découvert 1030 planètes extrasolaires sur les 1935 découvertes à ce jour. Cependant, Kepler ne permet de connaître que la taille d'une exoplanète, pas sa masse.
Celle-ci, essentielle pour se faire une idée de la composition (gazeuse ou rocheuse), est déterminée essentiellement par la méthode « des vitesses radiales ». L'exoplanète est pesée grâce au subtil mouvement de va-et-vient qu'elle imprime sur son étoile. Pour une planète de masse terrestre située à 150 millions de kilomètres de son étoile (la distance Terre-Soleil), ce mouvement n'est que de 10 cm/s.
Une planète habitable ?
Cette mesure extrêmement difficile n'a pas été possible pour la lointaine Kepler-452b. Aussi, il est impossible à ce jour de dire si elle possède une surface où pourrait couler de l'eau liquide, ou s'il s'agit d'une planète gazeuse,
Les astrophysiciens, s'appuyant sur la statistique de planètes déjà découvertes, estiment qu'il y a une chance sur deux pour que Kepler-452b soit rocheuse. Dans ce cas, l'exoplanète pourrait posséder de l'eau liquide.
Mais ce n'est pas obligatoire : dans le Système solaire, Mars et (marginalement) Vénus circulent dans la zone habitable du Soleil, mais sont désespérément sèches.
En plus de la taille, de la masse et de la situation d'une planète, sa composition interne et celle de son atmosphère, voire son histoire, semblent essentiels pour qu'elle soit effectivement habitable.
521 nouvelles planètes potentielles
L'équipe de Kepler a aussi annoncé ce 23 juillet 2015 la détection de 521 nouvelles « planètes candidates », à confirmer par des observations depuis le sol. Parmi elles, douze font entre 1 et 2 fois la taille de la Terre et circulent dans la zone habitable de leur étoile.

Source David Fossé Ciel & Espace                                                                          

_____________________________________________________________________


https://sites.google.com/site/belfortastronomie/Dosssiers-science/videos/Nh-pluto-in-true-color_2x_JPEG%20-%20copie.jpg?attredirects=0

14 juillet 2015 : Pluton visité par New Horizons 

https://sites.google.com/site/belfortastronomie/Dosssiers-science/videos/Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-08-22%20a%CC%80%2022.30.55%20-%20copie.png?attredirects=0

New Horizons est une mission de l'agence spatiale américaine dont l'objectif principal est d'étudier la planète naine Pluton et ses satellites, grâce à une sonde spatiale qui les a survolés mi-juillet 2015. 

<  L'image de Pluton (dieu des enfers ) revisitée 

Photographie de Pluton par New horizons >



12 mars 2015 : Retour du Soyouz TMA-14M 
Les Russes Elena Serova et Alexandre Samokutyaev et l’Américain Barry Wilmore sont revenus avec succès sur Terre à bord du vaisseau Soyouz TMA-14M après 167 jours à bord de l’ISS.

La relève par moitié de l’équipage de la Station Spatiale Internationale a commencé peu avant la moitié du mois de mars.  Jusqu’à maintenant, 6 personnes étaient là-haut et formaient l’Expédition 42. Les Russes Elena Serova et Alexandre Samokutyaev et l’Américain Barry Wilmore arrivés en Soyouz TMA-14M le 26 septembre 2014. L’Italienne de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) Samantha Cristoforetti, le Russe Anton Shkaplerov et l’Américain Terry Virts qui ont rejoint l’ISS le 24 novembre 2014 avec le Soyouz TMA-15M.
Chaque trio restant 6 mois là-haut, le premier (à savoir Serova, Samokutyaev et Wilmore) devait donc revenir un peu avant la mi-mars. Tout d’abord, la traditionnelle cérémonie de passage de commandement de la Station s’est déroulée le 10 mars. Barry Wilmore a ainsi transmis le poste de commandant à Terry Virts (vidéo ci-dessous) et salué le travail accompli par ses collègues.

Deux jours plus tard le 12 mars, Serova, Samokutyaev et Wilmore prenaient place dans leur Soyouz TMA-14M et entamaient leur retour sur Terre. Le vaisseau russe met environ 3 heures et 20 minutes pour réaliser ce voyage, du moment où il quitte l’ISS à celui où il se pose sous parachute dans les plaines du Kazakhstan qui étaient enneigées en raison de la saison hivernale. La vidéo ci-dessous résume le départ puis l’arrivée et la récupération au sol du trio qui cumule ainsi 167 jours dans l’espace.


27 décembre 2015 : A quand Mars au plus près de la Terre ?              

La question de savoir quand Mars sera au plus près de la Terre nous était récemment posée  au Planétarium de Belfort. Nous nous souvenons de Mars passée

 à seulement 55 millions de km de la Terre, c'était en 2003. Aujourd'hui, Mars se trouve à 250 millions de km de la Terre.

Son prochain passage à proximité de la Terre sera en mai 2016, où Mars sera
 à 76 millions de km de la Terre. C'est pas aussi près qu'en 2003, mais ce sera tout de même un beau spectacle !


02 novembre 2015 : Le ciel du Ballon d'Alsace 




C'était l'automne... brume en plaine et soleil sur les sommets. C'était le cas ce matin du 2 novembre au Ballon d'Alsace !

En voici quelques images, rien que pour les yeux...    à voir >  ICI

       



Mardi 9 décembre 2014 : Curiosity dans le fond d'un ancien lac martien ! 

https://sites.google.com/site/belfortastronomie/Dosssiers-science/videos/des-lacs-et-des-rivieres-sur-mars/Mars%20curiosity.jpg?attredirects=0

Il est aujourd'hui communément admisque Mars a possédé de grandes quantités d'eau très tôt dans son histoire. Il y aurait eu des rivières, 
des lacs, et peut-être même des océans. Cette eau liquide a disparu aujourd'hui, mais de nombreuses traces subsistent ! 


Curiosity serait aujourd'hui dans le fond d'un ancien lac martien ! Crédit image : Nasa 
                                                     Lire la suite  > ICI

 ________________________________________________________________________________________

Décembre 2014 La comète Lovejoy est toujours là !

En ce mois de décembre 2014,  une comète est visible à l'oeil nu, je vous l'accorde il faut bien ouvrir les yeux !  la voici à proximité des Pléiades - photo prise sur les hauts du Salbert.   Voir l'image  > ICI 

_____________________________________________________________________


Le 6 octobre 2014 : Un prix Nobel pour les neutrinos

Le prix Nobel de physique 2015 a été décerné à Takaaki Kajita et Arthur B. McDonald


Une récompense venant « pour leur découverte de l'oscillation des neutrinos, qui montre que les neutrinos ont une masse. »

Cette découverte, réalisée en deux temps grâce aux détecteurs Super-Kamiokande au Japon, en 1998, et Sudbury Neutrino Observatory (SNO) au Canada, en 2001-2002, aura montré d'une part que le Modèle standard de la physique des particules est incomplet, et mis fin d'autre part à une controverse de plus de trente ans à propos de la physique solaire.

Bataille autour du Soleil

Imaginé dans les années 1930 et découvert vingt-cinq ans plus tard, le neutrino est produit au cours de réactions nucléaires et a longtemps été considéré comme une particule de masse nulle. Trois variétés (ou « saveurs ») de ce « petit neutre » ont été découvertes entre 1956 et 2001 : les neutrinos électroniques, muoniques et tauiques.

La fusion nucléaire au cœur du Soleil produit énormément de neutrinos électroniques. Cependant, cette particule interagit très peu avec la matière et d'énormes cuves remplies de centaines de tonnes d'eau, comme Super-Kamiokande et le SNO, sont nécessaires pour espérer la détecter.

Le détecteur super-Kamiokande, au Japon. Crédit : Kamioka Observatory/ICRR/Tokyo University

Le détecteur Super-Kamiokande, au Japon. ©Kamioka Observatory/ICRR/Tokyo University.

Au cours des années 1980, il est apparu que le flux de neutrinos émis par le Soleil et reçu sur Terre ne valait que 30% de ce que prédisait la théorie de la physique solaire. Les astrophysiciens devaient-ils revoir leurs modèles ? Ou quelque chose clochait-il dans les mesures des physiciens des particules ?

Au tournant du XXIe siècle, il est devenu clair que les prédictions des physiciens solaires étaient parfaitement correctes. Le déficit de détections au niveau de la Terre devait être dû à une transformation des neutrinos électroniques en leurs alter ego muoniques et tauiques, pour lesquels les expériences au sol n'avaient pas été conçues.

C'est la confirmation de cette hypothèse grâce à Super-Kamiokande et au SNO qui vaut aujourd'hui le prix Nobel de physique à Takaaki Kajita et Arthur B. McDonald.

Une nouvelle physique est nécessaire

L'oscillation du neutrino entre ses trois « saveurs » implique que deux d'entre elles au moins possèdent une masse, ce que le Modèle standard de la physique des particules ne prévoit pas.

Elle invite donc les physiciens à chercher, au-delà de celui-ci, une « nouvelle physique ».

Une nouvelle physique que réclament d'ailleurs deux autres observations astronomiques : l'existence de la matière noire (dont les neutrinos pourraient d'ailleurs être une petite part) et l'expansion accélérée de l'Univers sous l'effet de l'énergie noire.

David Fossé, Ciel & Espace - le 6 octobre 2015