Accueil‎ > ‎Articles‎ > ‎

Analyse des indicateurs économiques

Un indicateur économique est un signe, un indice ou une mesure sur un événement qui peut avoir des conséquences sur les consommateurs, les entreprises et les gouvernements.

Ces informations sont fournies par différentes sources : les statistiques des gouvernements, les rapports des banques, les rapports financiers des entreprises.

Il est important d'être capable de lire ces informations, de les comprendre et de les interpréter, de saisir leur logique et d'en mesurer les conséquences, et de savoir dans quelle phase économique on se situe.

Plus le chef d'entreprise voit les signes d'avance, plus il est en mesure de se préparer.

Les gestionnaires prévoyants voient venir les ralentissements et les récessions économiques et planifient déjà la reprise.

Dans notre contexte économique, il y a trois principaux intervenants : le consommateur, le chef d'entreprise et le gouvernenement. Pour chaque intervenant, il existe des indicateurs économiques spécifiques.


Indicateurs économiques


Pour le consommateur

Pour le consommateur, les indicateurs économiques qui ont une incidence sur son comportement sont illustés dans le modèle suivant :

Le modèle s'explique ainsi : chaque boîte identifie un indicateur économique; chaque flèche représente une interaction entre deux indicateurs économiques. Les boîtes jaunes concernent directement les consommateurs, les boîtes vertes les chefs d'entreprises et les boîtes oranges le gouvernement.



Par exemple, une diminution des impôts et des taxes occasionnera une augmentation du revenu disponible du consommateur et par conséquent une augmentation de ses dépenses de consomation ou de ses épargnes. Une augmentation de son salaire ou une diminution des prix ou une diminution du taux d'inflation produira le même effet.

Par contre, une augmentation de prix produira une augmentation du taux d'inflation et une diminution des dépenses de consommation.


Pour le chef d'entreprise

Pour le chef d'entreprise, on retrouve d'autres indicateurs économiques qui concernent plus spécifiquement l'entreprise.



Par exemple, une diminution des dépenses de consommation, et par le fait même une diminution des ventes au détail, aura pour effet de diminuer les profits de l'entreprise qui amènera une diminution de la production, une diminution des investissements et des mises à pied du personnel. Cette diminution continue des ventes pourra produire une faillite (si elle est trop forte et dure trop longtemps) et d'autres mises à pied du personnel. Ces mises à pied font disparaître des salaires et contribuent à augmenter le taux de chômage.

Inversement, les augmentations des ventes contribuent à augmenter les profits, les investissements, les embauches et les salaires des employés et par le fait à diminuer le taux de chômage.

Les prix comprennent les prix du pétrole, des métaux, des matières premières, des produits des entreprises, des maisons et des devises monétaires.


Pour le gouvernement

Pour le gouvernement, son rôle consiste à essayer de converver un équilibre des forces en gardant un niveau raisonnable d'impôt et de taxes, un taux minimum d'inflation, des taux d'intérêts modérés, un taux de change acceptable, un taux de chômage pas trop élevé et à maintenir la croissance du PIB.



Mais, dans la pratique, cet équilibre est difficile à maintenir à cause surtout de l'augmentaion constante des dépenses gouvernementales qui exercent des pressions à la hausse sur le niveau des impôts, des taxes et des taux d'intérêt. Ces pressions à la hausse contribuent à diminuer les dépenses de consommation et les profits des entreprises. Et évidemment, ces diminutions augmentent le taux de chômage.


Modèle systémique

Si on intègre tous ces indicateurs économiques dans un modèle, on obtient le modèle systémique des indicateurs économiques où l'on voit que tous les indicateurs sont interreliés et s'influencent mutuellement formant un système continuellement en mouvement.

Quels sont les indicateurs les plus importants ? Ça dépend sous quel angle on examine le modèle. Si on l'examine à partir des effets ou des causes. Certains indicateurs sont les résultats de d'autres indicateurs alors que certains indicateurs sont les causes de d'autres indicateurs.



Par exemple, le PIB est la résultante ultime de l'ensemble des indicateurs économiques dont, entre autres, les dépenses de consommation, les taux d'intérêt, le taux d'inflation, le taux de change. D'un autre côté, les dépenses de consommation est un indice qui a une influence sur beaucoup d'indicateurs tels que : les ventes des entreprises, les profits ou les pertes, les investissements, les emplois ou les mises à pied, le taux de chômage.


Cycle économique

Il y a quatre phases dans un cycle économique : le sommet, le ralentissement, le creux et l'expansion. À chacune des phases, les indicateurs économiques se comportent différemment.


Le sommet

On est à un sommet lorsque les indicateurs suivants sont élevés :

  • les prix
  • le taux d'inflation
  • les taux d'intérêt


Le ralentissement

On est en période ralentissement lorsque les indicateurs suivants diminuent :

  • le PIB (Produit Intérieur Brut)
  • les dépenses de consommation
  • les ventes au détail
  • les profits des entreprises
  • les inventaires
  • les investissements des entreprises
  • la construction résidentielle
  • la production industrielle
  • le taux d'utilisation de la capacité industrielle

et lorsque les indicateurs suivants augmentent :

  • les mises à pied
  • le nombre de faillites
  • le taux de chômage


Le creux

On est dans un creux, une récession ou une crise économique, lorsque les indices suivants sont élevés :

  • le nombre de faillites
  • le taux de chômage

et lorsque les indicateurs suivants diminuent ou sont à leur niveau le plus bas :

  • le taux d'inflation
  • les taux d'intérêt
  • le taux de change

La diminution de ces trois derniers indicateurs contribuera, d'ailleurs, à relancer l'économie.


L'expansion

On est en période d'expansion, de reprise, lorsque les indicateurs suivants augmentent :

  • le PIB (Produit Intérieur Brut)
  • les dépenses de consommation
  • les ventes au détail
  • les profits des entreprises
  • les inventaires
  • les investissements des entreprises
  • la construction résidentielle
  • la production industrielle
  • le taux d'utilisation de la capacité industrielle
  • les embauches de main-d'oeuvre
  • les investissements gouvernementaux

et lorsque le taux de chômage diminue.


Articles complémentaires :



Suite ...


 http://sites.google.com/site/barometredegestionstrategique/Accueil