Ecole Normale d'Institutrices

d'El Biar à Alger (E.N.I.E.B.)


Cliquez ici pour voir les photos!!!!

En fait, je n'ai pas trop eu le temps de m'y  implanter!! Rentrée le 1er octobre 61, n'est-ce pas, et dès le mois de mai 62, CFEN et CAP en poche, on nous a gentiment priées d'aller voir ailleurs si l'air y était plus frais ou, plus sain!!!! Ils ont bien profité de notre statut de fonctionnaire pour nous faire faire des remplacements même dans des circonstances plus que limites, passer le CAP dans Alger bouclé, à nous de trouver le bon filon pour se présenter à l'heure au bon  groupe scolaire mais quand le 'vent 'tournait nous redevenions les élèves qui devaient s'aligner!!!
Bref nous nous sommes adaptées !!et npos  avons trouvé dans notre groupe de 4ième année, toutes venues d'autres établissements, une façon toute nouvelle de vivre à part!
Les dortoirs? Connais pas !! Les douches non plus d'ailleurs!!! Emigrées "au Pigeonnier", nous avons si je puis dire dominé la situation!  Spartiate l'installation!!! Des lits superposés comme à l'armée ! Des casiers de métal comme dans les vestiaires! Entassées à douze dans une pièce riquiqui mais dont les baies condamnées, donnaient sur les terrasses ! Très vite j'ai convaincu les filles de me suivre et coloniser  cet espace pour prendre l'air et profiter du soleil!! Ouvrir une fenêtre, même sans poignée quoi de plus simple!! J'ai ramené de ma Ferme un clou de charpentier qui en quelques secondes remplaçait allègrement le loquet !!! A nous les lectures au grand air, la cigarette après le repas malgré les interdits les séances brèves de bronzage et, cerise sur le gâteau, les crises de rire rentré quand les "autres" s'inquiétaient de voir souvent les hélicos de l'armée, au-dessus des bâtiments!
D'accord nous avions 5 lavabos pour 12, pas d'accès aux douches mais une super pionne qui a  fait semblant de ne rien voir ni entendre quand nous fêtions nos anniversaires, a bien souvent partagé nos coupes de champagne où la galette des rois! La surveillante générale aussi a accepté notre invitation, sans doute pour se faire pardonner de ne pas nous héberger confortablement!!!
L'autre point très sympa c'était notre place privilégiée, près de l'infirmerie, je devrais dire de l'infirmière!! Anne-Marie, si agréable, nous aidant au maximum, me passant la clef  de la chambre d'isolement (non pas parce que j'avais la gale bédouine, mais pour que je puisse me laver en paix!!) Elle nous ravitaillait le cas échéant et était toujours prête, en cas de coup dur, à aider et payer de son temps ! Un petit coup de blues et hop une tasse de thé ou une verveine pour faire passer le cap difficile!!
De cette  EN j'ai le souvenir des COPINES, du parc en friche où nous avons "révisé" pour un CAP précoce, des virées la nuit pour cueillir quelques fleurs, avec Anne-Marie justement, des parcours en stop pour économiser nos ressources, la journée à Sidi- Ferruch où nous avons passé notre temps, sous l'oeil épaté des paras,  code soleil sur les genoux et tabac près de nous, malgré le risque d'attentat à la bombe, et aussi de moments plus tragiques que je n'évoque quasiment jamais!!
La formation aussi qui, comme disait Wurce, nous dynamisait pour 10 ans et ensuite... Les stages au centre audio-visuel, l’école ménagère le jeudi, les séances de remplacement au pied levé à Fort L'Empereur, dans le chaos le plus complet, ce petit de maternelle à El-Biar qui m'appelait Petite Fille et claironnait à tue tête qu'il n'avait pas de Père, que sa mère était fille-mère, tout en annonçant son patronyme à double particule SVP!! Pédagogie active s'il en fut!!!
Plus tard, j'ai assisté à une conférence pédagogique, dans les années 72:73 où on nous présentait en tant que nouvelle pédagogie des méthodes éprouvées LA- BAS !!! Etonnement ? Ouiiii! un brin de suffisance ? Peut- être ! Mais j'étais bien contente de glisser "Nous le pratiquions  déjà à l'E N d'Alger" l'air mi-figue mi-raisin!!!! Plutôt raisin d'ailleurs!
De ses retours à nos 18 ans qu'en reste -t-il pour vous ? Je glisse quelques photos en espérant qu'elles vous apporteront une bouffée de jeunesse !!! La meilleure! LA NÔTRE!!!!!

      *****************************************************************************************************

PENSEES :Sylvette Leblanc-Cyrille vient de nous quitter. Elle a accompli son dernier souhait :éditer son livre et réunir les normaliennes et normaliens.

Que l'éternité te soit douce Sylvette!! Avec parfums et senteurs du Jardin d'Essais en guise d'Eden !!