Dana Rappoport (Centre Asie du Sud-Est, Ethnomusicologue. Indonésie)

Autorité et oralité dans l’Est insulindien

Mots-clés : Ethnomusicologie : Indonésie, monde austronésien, musiques rituelles


Quel est le lien entre autorité et oralité ? Je répondrai à cette question à partir de l’étude de deux petites sociétés d’Indonésie aux structures sociales antagonistes, l’une située sur l’île de Sulawesi, l’autre sur l’île de Flores. Ces sociétés diffèrent notamment dans leur structure sociale, l’une étant très stratifiée et pas l’autre. Chacune fait usage de formes musicales et poétiques au service de certains modes d’autorité.

1) Le premier cas concerne une société très hiérarchisée. Les Toraja, montagnards de l’île de Sulawesi, sont organisés en grandes familles, qui se distinguent selon trois ou quatre rangs. Avant la christianisation, les familles de rang noble avaient la prérogative du langage formel et poétique. Musique, poésie et danse servaient à légitimer l’ascendance divine de la noblesse qui protégeait le reste de la société. Dans un contexte socio-religieux en pleine mutation où le statut des familles est bouleversé par de nouvelles stratégies économiques, les formes esthétiques sont réinventées, au service d’un certain type de domination.

TORAJA (île de Sulawesi, Indonésie) décembre 2015
Chanteurs de manimbong lors de la consécration d’une maison, Tanite,
Chanteurs de ma’badong, lors des funérailles à Nonongan

2) Le second cas concerne une société où la structure sociale est peu hiérarchisée. Chez les Lamaholot, qui habitent à l’Est de l’île de Flores, la structure traditionnelle de l’autorité repose sur la complémentarité entre quatre clans principaux. Les tâches d’oralité sont généralement attribuées à un clan seulement. Un certain type d’oralité fait autorité. Les bardes, qui maîtrisent les grands récits, ont un savoir-pouvoir que n’ont pas les autres chanteurs. L’autorité des bardes est-elle enchâssée dans un autre mode d’autorité qui lui serait supérieur ? Pour qui agissent ces bardes ? De quoi sont-ils responsables ?


LAMAHOLOT (île de Flores). Rituel lodon’ ana’ du clan Liwun, 2006.

Deux chanteurs à l’aube

Barde Bapa’ Platin Maran




Ile de Flores : société lamaholot  grand récit chanté et dansé ‎(vidéo @Dana Rappoport)‎


Ile de Sulawesi, société toraja, grand récit chanté et dansé en  ronde funéraire (vidéo @Dana Rappoport)



Sur le site du Centre de Recherche en Ethnomusicologie :
Archives sonores online Toraja et Flores

 





Contact : dana.rappoport
[at]cnrs.fr

Page personnel sur le site du CASE : http://case.ehess.fr/index.php?385