LAW OFFICE DECOR - OFFICE DECOR

LAW OFFICE DECOR - OREGON LAW FIRM - LOS ANGELES HEAD INJURY LAWYER.

Law Office Decor


law office decor
    law office
  • A lawyer, according to Black's Law Dictionary, is "a person learned in the law; as an attorney, counsel or solicitor; a person licensed to practice law.
  • A lawyer's office
  • a small, free-standing office of a lawyer
    decor
  • The furnishing and decoration of a room
  • interior decoration: decoration consisting of the layout and furnishings of a livable interior
  • The style of decoration of a room, building
  • The decoration and scenery of a stage
  • Interior design is a multi-faceted profession in which creative and technical solutions are applied within a structure to achieve a built interior environment.
law office decor - Your Perfect
Your Perfect Home-Based Studio: A Guide for Designers and Other Creative Professionals
Your Perfect Home-Based Studio: A Guide for Designers and Other Creative Professionals
Creative professionals who work out of their homes face a number of challenges, both anticipated and unexpected. Simply knowing where to start is perhaps the most difficult obstacle of all. In Your Perfect Home-Based Studio, everything from taxes and setting up a workspace to the psychological aspects of working at home is covered. Whether the reader is a graphic artist, a new media designer or an illustrator, all the information they need is here, including:
* the basics of setting up and running a business
* sure-fire methods for getting clients and getting paid
* suggestions for structuring a studio environment
* guidelines for putting together a powerful business plan
* how to get the best deals in equipment and furniture
* information on getting legal and professional advice
* how to stay in compliance with federal and local tax and zoning regulations
Designers will also find invaluable sidebars full of tips and advice, and samples of business forms and bookkeeping systems that make Your Perfect Home-Based Studio the perfect home business reference.

80% (7)
Le Jour ni l'Heure 0074 : Rouen, Seine-Maritime, fontaine d'Alphée et d'Aréthuse, ou du Gros Horloge, 1733, par Jean-Pierre Defrance, 1694-1768, mardi 16 juin 2009, 15:50:21
Le Jour ni l'Heure 0074 : Rouen, Seine-Maritime, fontaine d'Alphée et d'Aréthuse, ou du Gros Horloge, 1733, par Jean-Pierre Defrance, 1694-1768, mardi 16 juin 2009, 15:50:21
Jean-Pierre Defrance1 est un sculpteur et architecte francais ne a Rouen le 8 decembre 1694, et mort dans la meme ville, le 22 mars 1768. Defrance est principalement connu pour ses nombreuses interventions dans les anciennes eglises de Rouen et pour sa contribution au decor de l’un de ses monuments emblematiques : la fontaine du Gros-Horloge. La fontaine du Gros-Horloge de Rouen par Defrance - 1731 Sommaire 1 Biographie 2 Defrance, l'architecte 3 Defrance, le sculpteur 3.1 La fontaine du Gros Horloge 4 Les grands decors des eglises de Rouen 5 Autres sites 6 Notes 7 Bibliographie Biographie Fils de Jean Defrance, tourneur sur bois et de Catherine Beaufour, Jean-Pierre Defrance nait pres de la porte Guillaume-Lion, sur la paroisse Saint-Maclou2 ou ses parents s’etaient unis le 20 aout 1690. C’est probablement dans l’atelier de son pere, que Defrance s’initie a la sculpture car il est qualifie de « maitre peintre-sculpteur-doreur » lors de son mariage, le 25 fevrier 1718, avec Catherine Le Mirre3 : « 25 fevrier 1718. Jean-Pierre De France [sic], age de 23 ans, fils de Jean et de Catherine Beaufour, maitre peintre-sculpteur-doreur, demeurant derriere les murs de la porte Guillaume-Lion, et Marguerite Le Mirre, agee de 22 ans, fille de Charles et de feue Marie-Marthe Malherbe, l’un et l’autre libre de condition pour contracter mariage, ont ete solennellement maries en notre eglise par discrete personne Messire Nicolas Mesnieres, presbyterien, vicaire de S. Paul-les-Rouen, avec la permission de M. le cure, apres la publication des trois bancs faite en cette eglise, des deux cotes, qui est leur paroisse de leur naissance, les fiancailles et autres ceremonies de l’eglise dument observees sans aucune opposition, presence et du consentement, du cote dudit, de Jean De France, son pere, demeurant derriere les murs de la porte Guillaume-Lion, et de Romain Beaufour, son oncle, demeurant rue des Marqueurs ; et, du cote de la dicte, presence et du consentement de Charles Le Mirre, frere de la dite, demeurant rue de l'ecu-de-verre, tous lesquels temoins nous ont atteste ce que dessus, et, apres lecture a eux faite, ont signe ce dit jour et an. Signe ; Defrance, Marguerite Lemire, J. Defrance, Romain Beaujour, Jacques Lemirre, Le Mire, la marque de Jacques Le Mirre. » Les actes de baptemes de ses enfants nous permettent ensuite de suivre les deplacements du foyer : rue du Porche-fourre puis rue du Platre, sur la paroisse Saint-Maclou ; rue des Faulx, non loin de la, sur la paroisse Sainte-Croix-Saint-Ouen ; puis sur la paroisse Saint-Godard4. Le couple revient ensuite sur la paroisse Sainte-Croix-Sainte-Ouen, mais rue Bourg-l’Abbe cette-fois, dans l’enclos de l’abbaye Saint-Ouen toute proche. De son mariage naissent plusieurs enfants dont Charles de Beaurepaire a retrouve la trace : Louis-Jean, baptise a Saint-Maclou le 7 fevrier 1724. Marie-Marthe-Madeleine nee le 22 juillet 1721, baptisee a Saint-Maclou le 24 juillet suivant. Genevieve-Dorothee, baptisee a Saint-Maclou le 19 juin 1725. Marguerite-Clotilde, baptisee a Saint-Maclou en 1726. Marie-Louise, baptisee a Saint-Maclou en 1727. Suzanne-Francoise-Aimee, baptisee le 19 janvier 1727 et decedee le 10 novembre 1738. Marie-Catherine, baptisee le 19 mars 1738 a Sainte-Croix-Saint-Ouen. Marie-Sophie, baptisee le 4 novembre 1731 a Sainte-Croix-Saint-Ouen. A partir de 1748, et durant quelques annees, on retrouve le sculpteur en residence a Paris ou a lieu son second mariage, avec Marie-Jacob-Therese d’Orgherviel, alors veuve en secondes noces de Pierre-Martin Carbon. Jean-Pierre Defrance meurt le 22 mars 1768, a l’age de 74 ans, et est inhume dans l’eglise Sainte-Croix-Saint-Ouen. Sa veuve le rejoint deux ans plus tard6. Defrance, l'architecte Nomme officiellement « expert-jure des batiments, prieur et arpenteur pour la ville et le bailliage de Rouen », le 13 juillet 1744, Jean-Pierre Defrance travaille dans cet office, aux cotes de Pierre Le Brument, dont le fils Jean-Baptiste devait, par un coup du sort, le supplanter en tant que architecte de l’abbaye de Saint-Ouen et batisseur de l’eglise de la Madeleine, l’un des rares edifices religieux rouennais, de style classique. L'architecte dispose alors d'une maison, rue Bourg-l'Abbe (ou il mourra), et fournie par les religieux pour en jouir, « ainsi que la dame son epouse, pendant leur vie ». Au deces de la veuve de Defrance, les abbes disposeront de la maison en faveur de Jean-Baptiste Le Brument, qui travaillait deja aupres de Defrance contre 300 livres par an, et qui fut considere comme le veritable architecte de l'edifice. Ce choix indisposera Gravet, autre architecte, fils de la veuve de Defrance d’un premier mariage, et donnera lieu a un factum qu’il fera paraitre contre eux. Il semble que Defrance travaille rapidement avec son fils Louis, qui est qualifie d’architecte et domicilie avec son pere, rue des Faulx, le 30 mai 17457. En sa qualite d’expert-jure des batiments, l'artiste se voit confier le dressa
Disney comes to the law office
Disney comes to the law office
I never thought of the Disney princesses as holiday decor, but clearly I underestimated the reach of the Disney Princess brand!

law office decor
law office decor
Dept. 56 Monopoly Citilights " Three-Twenty Pennsylvania Ave Law Offices, Inc."
Reputable, honest, and ethical best describe the professional conduct of the attorneys at this firm-there are no loose cannons, even the token cannons are securely attached. Whether you've had a brush with the law or inherited a bundle of money, if you're not sure of your legal rights, it may be wise to consult one of the partners for sound advice before the statute of limitations is up. Reminiscent of the old-fashioned urban architecture of the 1930's, "Law Offices, Inc." contains its own pewter accessory, has a game token masterfully worked into its design and is painted in authentic Monopoly Money colors. The front entrance resembles a deed card, and when lined up with the other Monopoly Brand Citylights buildings, the sidewalk looks like the spaces on the Monopoly Game Board.

Comments