Jean-Pierre Ippolito est né le 26 mars 1943

Études primaires et secondaires normales, bac philo.

Après deux courtes années de droit, il rentre à l’I.S.C (Institut Supérieur de Commerce) à Paris.

Puis il s’inscrit en 1968 à l’Université Internationale du Théâtre patronnée alors par Jean-Louis Barrault et dirigée par Périnetti ; c’est là que se confirme son ouverture à l’art contemporain.

Puis c’est le temps du service militaire.

Sorti du service, il séjourne un an à Madrid intéressé par la littérature Sud Américaine et le PRADO.

En 1972, il va rejoindre par la route, l’Afrique du Nord : Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Egypte, puis le Soudan, le Tchad et la République Centre Afrique où vit sa future compagne Jocelyne Nicolas.

En 1973, il rentre à la Poste (PTT) d’abord au Ministère puis au centre de Tri de Montparnasse.

Il démissionne et part un an en Italie pour peindre et dessiner.

Au retour d’Italie il se réfugie à la campagne pour guérir de sa bipolarité au milieu des bois et de 150 moutons.

Il dessine alors les buissons, les guérites de la ligne de chemin de fer qui traversent la forêt, les souches arrachées par la charrue landaise, les pistes forestières, l’arboretum, les arbres morts, les cailloux blancs, les marées qui bordent la Gironde.

Il dessine sans cesse dans sa tête : L’ÉCRITURE.

Il dessine l’écriture et écrit le dessein.

Cette forêt qui le retient, l’imprègne et l’ennuie parfois lui donne beaucoup, il prend, il se souvient et continue à chercher en elle toutes les formes qu’elle enferme, la lumière qui la baigne, la découpe et la fait vibrée et est présente là même où elle est la plus abstraite.

Sous-pages (1) : Expositions & récompenses
Comments