Accueil‎ > ‎

Flash Spécial

Affaire Uramin : Sherpa se constitue partie civile dans la plainte contre AREVA pour corruption d'agents publics étrangers le 8/12/2015

Contraints d'aller en CEDH......

Retrouvez l'article sur le Niger et l'uranium de "Geo" de Janvier 2015 dans la rubrique "informations diverses".

Ca y est.....le mémoire est déposé en cassation! Les dés sont jetés!!!! Croisons les doigts pour que Me LC ait bien bossé, et que nous obtenions gain de cause DEFINITIVEMENT!

Interview faite par le Cercle des volontaires

http://www.cercledesvolontaires.fr/2013/12/05/proces-areva-interview-de-peggy-venel-catrin/


Vous pouvez nous aider en signant cette pétition mise en ligne ce jour. Merci à vous tous pour votre soutien!

http://www.avaaz.org/fr/petition/Petition_pour_que_la_justice_francaise_fasse_respecter_les_droits_de_lhomme_dans_les_mines_duranium_du_Niger_1//?launch

 

 

INACCEPTABLE !

L’Association Serge VENEL pour les anciens de la Cominak et Somair veut vous faire part du dernier rebondissement dans le combat mené contre AREVA afin de faire reconnaître la faute inexcusable de l’employeur dans les cas de cancers dus à l’inhalation de poussière d’uranium.

Le procès mené par Peggy VENEL pour défendre la mémoire de son père, Serge VENEL, a été perdu en appel aujourd’hui....


C’est la colère qui a accueilli le verdict absolument inexplicable et c’est la colère qui autorise les membres de l’Association à se demander qui a fait ce qu’il fallait pour faire taire la presse, c’est la colère qui anime les enfants des salariés d’AREVA Niger qui ont perdu un parent et c’est la colère qui va pousser mon amie Peggy a poursuivre sa route vers la cassation, puis vers la CEDH.

C’est aussi la déception, bien sûr, mais nous allons rebondir.

Si l’injustice vous dérange, aidez-nous et partagez largement ces quelques lignes
.
 
 
 
 

Pour une meilleure lisibilité l'article est disponible en pdf dans la rubrique

https://sites.google.com/site/assokanlit/informations-diverses

 

Areva condamné après la mort d'un ex-salarié

 

 

Enfin la condamnation d'AREVA que nous attendions tous avec grande impatience. C'est avec beaucoup d'émotion que nous avons appris que nous avions remporté ce combat! 

Merci à tous ceux qui ont cru que nous pouvions gagner. Et un grand merci aux avocats, et à la justice qui nous permet à tous de faire un énorme pas en avant.

Nous espèrons sincérement que cette décision importante aura des répercussions au Niger, et plus encore...

 

 Articles du Parisien du 04 /02/ 2012

Pour une meilleure lisibilité l'article est disponible en pdf dans la rubrique https://sites.google.com/site/assokanlit/informations-diverses

 

========================================================================

 

Articles du Parisien du 03 /02/ 2012

Pour une meilleure lisibilité l'article est disponible en pdf dans la rubrique https://sites.google.com/site/assokanlit/informations-diverses

 

 

====================================================================== 

NIGER
Lack of Data on Causes of Death Buffers French Company
Julio Godoy


PARIS, Apr 22 (IPS) - French state-owned company Areva continues to deny any wrongdoing after findings that populated areas in Niger remain contaminated with high levels of radio-activity. The company seems to be escaping censure partly because of lack of data on cancer-related causes of death among Nigeriens working at or living near the uranium mines.

Environmental organisation Greenpeace International’s recently released research shows that high radioactivity can be still be detected on the ground near Nigerien uranium mines, especially in the mining towns of Arlit and Akokan, some 850 km northeast of the poor West African state’s capital of Niamey.

This confirms that nothing has changed since 2007 when an inspection by the independent investigative commission on radioactivity CRIIRAD (after its French name) and the Nigerien environmental organisation Aghir In’Man discovered high levels of radiation in the streets of Akokan.

Last September, following CRIIRAD's report, Areva publicly claimed that a detailed mapping of radioactivity and a thorough programme of decontamination had been performed in Akokan under control of the local Nigerien authorities.

In a communiqué released after Greenpeace's recent research was made public, AREVA said that its mining activities in Niger "are carried out in strict compliance with international health, safety and environmental standards".

As proof, Areva referred to "many international inspections and audits … (which have) been carried out on several occasions over the last few years."

For Peggy Venel, daughter of a former Areva worker at the uranium mines of Arlit, "it is not a surprise to learn that Areva continues lying when it comes to explaining the open air radioactivity in Niger." Venel's father, Serge, died in 2009 of lung cancer. He was 59.

"My father worked seven years at the uranium mines of Arlit -- between 1978 and 1985," Venel told IPS. "He was diagnosed with lung cancer in 2008. When he told his physician that he had worked in a uranium mine, the doctor said: 'That's it. Uranium is killing you'," Venel recalled.

Her father worked in the uranium mines "wearing t-shirts and using neither masks nor gloves. He and his colleagues were all in daily direct contact with radioactive material."

Venel told IPS that she has been collecting information on the whereabouts and health conditions of the 350 French citizens who worked in the uranium mines Areva operated in Niger at the same time as her father.

"I could trace 110 people," Venel said. "Of these people, 70 died -- all victims of cancer, particularly of the respiratory system. I know nothing about the other 240, or about their families."

Asked whether she knew of similar disease cases among Nigerien workers at the mines, she said: "Hundreds of Nigerien people have died of all types of cancer, but their cases are extremely difficult to document."

Venel said that whenever consulted by the ill uranium mine workers, Areva doctors would always diagnose AIDS-related causes or other diseases but never cancer. "Until today, Areva doctors deny any causal link between the working conditions in the mines, the radioactivity, and the numerous cases of cancer among the workers."

Rianne Teule, nuclear energy campaigner for Greenpeace International, and Laure Antoine, spokesperson for the French health organisation Medecins du Monde, confirmed that it is practically impossible to document causes of death among Nigerien mine workers because of lack of access to data.

"There is no doubt that many people in Niger have died as victims of the radioactivity in water and ground and the streets of the mining towns," Antoine told IPS. "But we have no data to support this claim."

Since 2007, Medecins du Monde has cooperated with Areva and a French lawyers' association to supervise the application of health and labour safety measures in the uranium mines that the state-owned company operates in Niger, Gabon and other African countries.

"We are very dissatisfied with Areva’s behaviour," Antoine said. "When we started the cooperation with the company, we thought that we could change things but Areva does not move at all."

Against this background, the major political crisis Niger has confronted since 2009 comes as no surprise. On Feb 18, a coup d'etat deposed president Mamadou Tandja who in May 2009 had dissolved the parliament in an effort to change the constitution and to obtain a third mandate as head of state.

Many observers said at the time that Tandja's political manoeuvring was motivated by corruption.

The financial windfall that Niger receives from foreign investments in the uranium, gold and oil fields has not improved the lives of the Nigerien rank and file. Tandja and his relatives and aides have been accused of amassing fortunes on the backs of their own people. (END/2010)

Send your comments to the editor

=============================================

URANIUM l'héritage empoisonné

http://www.dailymotion.com/video/xbf99q_uranium-l-heriatge-empoisonne-1-3_news

http://www.dailymotion.com/video/xbf9wu_uranium-l-heriatge-empoisonne-2-3_news?start=386

http://www.dailymotion.com/video/xbf8t7_uranium-l-heriatge-empoisonne-3-3_news

 

 

 

Jeudi 22 avril 2010 4 22 /04 /2010 05:03

Uranium, l'héritage empoisonné (documentaire sur les activités

 criminelles d'AREVA (ex COGEMA) en Afrique (52')

Internationalnews
 

http://2.bp.blogspot.com/_Pa6A7VxNbx4/Sww5ELA3NvI/AAAAAAAAAag/T0ubtadRVmo/s1600/siegeareva.JPG 


 Un documentaire de 52' de Dominique HENNEQUIN.
Une production Nomades TV et Public Sénat avec le soutien du CNC et de la Région Lorraine.

A Mounana au Gabon, AREVA a cessé les activités de sa filiale, la COMUF, en 1999. Sur place, une pollution radioactive des sols et des maisons construites avec des stériles miniers provoque de nombreuses maladies


A Arlit, au nord du Niger, AREVA exploite deux mines depuis quarante ans. On relève aux alentours les mêmes effets : des mineurs locaux et des expatriés souffrent principalement de cancers des poumons.


Pendant 18 mois, Dominique HENNEQUIN et Pascal LORENT ont enquêté sur les conséquences de l'exploitation de l'uranium au Gabon et au Niger et rapporté des images exclusives. A Mounana, Dominique HENNEQUIN et Pascal LORENT ont filmé un vaste site contaminé à la radioactivité et rencontré des victimes. Dans les mines d'Arlit, au Niger, l'équipe entre dans le futur site minier d'Imouraren et donne la parole à la rébellion Touareg.


Une enquête étayée par de nombreux témoignages et les analyses d'échantillons réalisées par la CRIIRAD (Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité).

 

 

 ==================================================================================

 

Info rédaction, publiée le 11 mai 2010

 

Niger - Greenpeace a présenté à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) un rapport sur la dispersion des déchets radioactifs engendrée par l'extraction d'uranium menée par Areva depuis plus de 40 ans au Niger. L'association écologiste accuse le groupe français de mettre en danger la santé des riverains.

Depuis 40 ans, Areva exploite des mines d'uranium au nord du Niger, aux alentours des villes d’Arlit et d’Akokan. Greenpeace y a réalisé divers prélèvements et mesures en novembre 2009, en collaboration avec la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad, France) et le Réseau des organisations pour la transparence et l'analyse budgétaire (Rotab, Niger).

Cette étude a révélé des concentrations très élevées d'uranium dans le sol, ainsi que de radon dans l'air. Enfin, quatre échantillons d'eau sur cinq prélevés dans la région d'Arlit mettent en évidence une concentration d'uranium supérieure à la limite recommandée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'eau potable.

Greenpeace demande désormais à l'OMS de mener sa propre enquête au Niger, et d'exiger du groupe Areva qu'il prenne rapidement des mesures pour préserver la santé des riverains des mines. "L’extraction de ce minerai fait appel à des procédés particulièrement polluants et destructeurs" affirme l'association écologiste, dénonçant "les effets catastrophiques sur les communautés vivant à proximité des mines et sur l’environnement".

Ce sont 80.000 personnes qui vivent aux alentours des mines et cités minières. Selon Greenpeace, elles seraient empoisonnées depuis des dizaines d'années par les activités d'extraction minière du groupe nucléaire français.

 

http://www.maxisciences.com/areva/greenpeace-accuse-areva-d-039-empoisonner-la-population-du-niger_art7294.html

 

===================================================================

Vidéo YouTube




Areva extrait de l’uranium au Nord du Niger, autour des villes d’Arlit et d’Akokan, depuis 40 ans. Greenpeace a pu accéder à certaines zones d’extraction minière en novembre 2009 pour prélever des échantillons de sol, d’eau et d’air. La CRIIRAD, laboratoire indépendant; les a ensuite analysés en France. Résultat : la radioactivité dans ces zones habitées et les déchets produits par l’extraction minière sont alarmants, et Areva n’a pas pris toutes les mesures qui s’imposent.

Pour en savoir plus :
 http://bit.ly/rapport_areva_niger

et pour vous mobiliser avec nous :

 http://www.facebook.com/pages/STOP-NUCLEAIRE-/10150106667925651


============================================

http://www.dailymotion.com/video/xa2c34_de-la-servitude-moderne-1ere-partie_shortfilms

=======================================================

Le Niger, un pays au sous-sol convoité

LEMONDE.FR | 19.02.10

Le Niger, vaste pays de 1 267 000 km², dispose d'un sous-sol qui est l'un de plus riches de l'Afrique sub-saharienne, avec d'importantes réserves d'uranium dans le massif de l'Aïr, de phosphates, d'or dans le Liptako nigérien, du charbon à Anou-Araren et d'étain à El Micki. L'exploitation de l'uranium place le Niger au troisième rang mondial, avec 70 % des exportations du pays, derrière le Canada et l'Australie. Le secteur des mines et de l'industrie représente 10 % de la population active nigérienne et participe pour 16 % au PIB.

Numéro un mondial du nucléaire civil et premier employeur privé du Niger, Areva exploite dans ce pays plusieurs gisements d'uranium. En janvier 2009, le groupe nucléaire français a signé avec le gouvernement nigérien une convention qui attribue au groupe le permis d'exploitation de la mine géante d'uranium d'Imouraren, "la mine d'uranium la plus importante de toute l'Afrique et la deuxième du monde" selon Areva. En mai, le président Tandja a donné le coup d'envoi des travaux sur le gisement, mettant fin à deux années de brouille entre Paris et Niamey. Mille cinq cents Français vivent au Niger, dont une majorité travaillent pour Areva.
Depuis début 2007, les autorités du Niger sont confrontées aux actions de la rébellion touareg, qui réclame une plus grande part pour les populations locales des bénéfices tirés de cette exploitation. Le Niger, peuplé de 15 millions d'habitants, occupe la dernière place au classement annuel de l'indice de développement humain publié en 2009 par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) sur 182 pays membres de l'ONU.
En mars 2008, s'était déroulée une conférence de presse à l'Assemblée nationale, à l'invitation de Noël Mamère, pour le lancement de la campagne “Areva ne fera pas la loi au Niger". Extrait;
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2010/02/19/le-niger-un-pays-au-sous-sol-convoite_1308277_3212.html#xtor=AL-32280184

 

 

 

 

============================================================================

 

Un lien intéressant à regarder. Vive le développement durable .

 

 http://nosenfantsnousaccuseront-lefilm.com/bande-annonce.html

 

=============================================================================

 

http://www.nordeclair.fr/Locales/Villeneuve-d-Ascq/2010/02/09/survie-et-greenpeace-contre-areva.shtml

VILLENEUVE D ASCQ / LE MÉLIÈS

Survie et Greenpeace contre Areva

Publié le mardi 09 février 2010 à 06h00

L'exposition se déroule jusqu'au 13 février. Le 25, diffusion de «La bataille de l'uranium», à 20h.

L'exposition se déroule jusqu'au 13 février. Le 25, diffusion de «La bataille de l'uranium», à 20h.

Avec leur exposition « Areva ne fera pas la loi au Niger », Survie Nord et Greenpeace veulent éclairer « une réalité emplie d'aberrations ».


GIULIA DE MEULEMEESTER > Correspondante locale
Troisième producteur mondial d'uranium, le Niger est pourtant l'un des pays les plus pauvres du monde. L'association Survie, qui milite pour les droits de l'homme en Afrique et s'intéresse de près à la politique africaine de la France, s'associe au Méliès avec Greenpeace pour dénoncer « les méfaits de l'exploitation » uranifère dans ce pays : depuis 40 ans, Areva extrait et produit en effet l'uranium à Arlit et Akokan, deux villes artificielles créées dans l'intérêt de cette activité.


L'exposition « Areva ne fera pas la loi au Niger », jusque samedi au Méliès, zoome ainsi sur les conséquences « dramatiques » de la situation : pollution et épuisement de l'eau, exploitation des ouvriers et sous-traitants, pollution de l'air par le radon (un élément très nocif pour la santé), spoliation des richesses du pays... « C'est une véritable catastrophe sanitaire et environnementale, souligne Anne Merckaert, de Survie. Le taux de radioactivité au Niger augmente dangereusement d'année en année. » L'exposition liste également les revendications émises par les associations, la principale étant l'installation d'un observatoire indépendant qui contrôlerait la situation. Car à l'heure actuelle, « tout est sous la poigne d'Areva et du gouvernement Nigérien qui exposent la population au danger sans la protéger ». Pour illustrer ce combat, le Méliès projettera le film La bataille de l'uranium le 25 février, à 20 h (entrée libre). La séance sera suivie d'un débat avec Danyel Dubreuil de Survie.w Expo visible jusqu'au 13 février, de 14 h à 21 h 30, au Méliès 9, rue Trudaine. 03.20.61.96.92. Entrée libre.



========================================================

AREVA et KEPCO signent leur partenariat dans le développement de la mine d'Imouraren et prévoient d'élargir leur coopération

 

Regulatory News:
http://bourse.lci.fr/bourse-en-ligne.hts?urlAction=bourse-en-ligne.hts&idnews=BNW100204_00005848&numligne=0&date=100204
 
 
Anne Lauvergeon, Présidente du Directoire d'AREVA, et Sang Soo Kim, Président de KEPCO (Korea Electric Power Corporation), ont signé ce jour à Paris l'accord entérinant l'entrée du groupe coréen dans la mine d'Imouraren, au Niger.
Cet accord fait suite à celui déjà noué entre le groupe coréen et AREVA sur l'usine d'enrichissement Georges Besse 2 et confirme la volonté de collaboration des deux groupes dans l'amont du cycle.
Aux termes de l'accord, KEPCO entre de manière indirecte à hauteur de 10 % dans la société d'exploitation Imouraren SA - détenue conjointement par AREVA et l'Etat du Niger. KEPCO pourra enlever 10 % de la production de la mine sur sa durée de vie pour l'alimentation exclusive des réacteurs coréens. L'entrée de KEPCO dans ce projet industriel majeur apporte un soutien significatif aux partenaires déjà investis dans le développement de la mine d'Imouraren.
Situé au nord du Niger, à 80 kilomètres au sud d'Arlit, le gisement d'Imouraren est aujourd'hui considéré comme l'un des principaux gisements d'uranium au monde. L'exploitation de la mine démarrera en 2013 avec une capacité de production de 5 000 tonnes d'uranium par an. Elle sera conduite par la société « Imouraren SA » et s'échelonnera sur une durée de plus de 30 ans.
AREVA et KEPCO ont également discuté des possibilités d'élargir leur coopération aux activités de conversion d'uranium, d'enrichissement et de recyclage des combustibles usés.
A PROPOS
Partout dans le monde, AREVA fournit à ses clients des solutions pour produire de l'énergie sans CO2 et acheminer l'électricité. Le groupe a développé une expertise et un savoir-faire qui font de lui un acteur de référence, au c?ur des grands enjeux énergétiques.
Numéro un mondial du nucléaire, AREVA propose une offre intégrée unique qui couvre toutes les étapes du cycle du combustible, la conception et la construction de réacteurs nucléaires et les services associés. Par ailleurs, le groupe développe un portefeuille d'activités dans les énergies renouvelables. AREVA est également l'un des leaders mondiaux du transport et de la distribution de l'électricité et offre à ses clients une gamme complète de solutions pour améliorer la stabilité et l'efficacité énergétique des réseaux.
Parce que le développement durable est au c?ur de la stratégie industrielle du groupe, ses 75 000 collaborateurs travaillent quotidiennement à faire d'AREVA un acteur industriel responsable, qui contribue à fournir, au plus grand nombre, une énergie toujours plus sûre, plus propre et plus économique.


========================================================


 Accusations de radioactivité : Areva va faire inspecter ses sites au Niger - Lead

PARIS,  6 janvier 2010 (AFP) - Areva organisera une inspection de ses sites d'exploitation d'uranium au Niger en vue de démontrer l'absence d'exposition radioactive de la population, a indiqué mercredi le groupe nucléaire français qui a été critiqué par Greenpeace.
Face à la "récurrence des accusations relatives à la dispersion de matériaux radiologiquement marqués", Areva confirme son projet "d'organiser d'ici fin 2010 une inspection générale des villes d'Arlit et Akokan", deux cités minières du nord-ouest du Niger, a affirmé à l'AFP une porte-parole du groupe à Paris.
"Cette étape devrait permettre de résoudre définitivement cette problématique et d'assurer l'absence d'exposition radiologique du public en lien avec des matériaux issus de l'activité minière uranifère", a ajouté Mme Patricia Marie.
L'inspection sera menée "sous la conduite d'une entité indépendante incluant la société civile et les autorités nigériennes", a-t-elle précisé.
L'organisation de défense de l'environnement Greenpeace a récemment dénoncé les niveaux de radioactivité jugés trop élevés à Akokan.
"Des décennies d'exploitation minière uranifère ont créé un danger pour la population d'Akokan, un exemple typique de menace environnementale et sanitaire posée par l'industrie nucléaire", a estimé Greenpeace dans un récent communiqué.
Lors d'une visite fin novembre des mines d'uranium exploitées par Areva au Niger, l'organisation a "identifié des niveaux de radiation élevés dans les rues d'Akokan", selon le communiqué.
En réponse, Areva avait annoncé un "plan d'action" pour faire la lumière sur ces informations.
"Plusieurs étapes clefs ont d'ores et déjà été menées à terme : contrôle des mesures de Greenpeace, retrait des zones identifiées, ckeck up final en présence de la société civile et des autorités, mise en place d'un plan de déploiement d'actions à moyen terme permettant d'assurer l'absence d'impact radiologique", a indiqué mercredi la porte-parole d'Areva.
"S'il y a un plan d'action nous n'avons pas été associés à son élaboration. A Akokan, ils ont dégagé certains endroits, on a vu des engins travailler", a déclaré à l'AFP Alhacen Almoustapha, responsable de l'ONG de protection de l’environnement Aghir In'man, à Arlit.
M. Almoustapha, qui travaille également à la Société des mines de l'Aïr (Somaïr), l'une des deux compagnies d'Areva à Arlit, a poursuivi : "Nous avions signalé depuis 2006 des endroits à risques qui n'ont toujours pas été décontaminés. Ce sont ces mêmes lieux que Greenpeace a indexés".
Craignant notamment des risques pour les populations civiles qui "par ignorance" récupèrent "bidons, ferrailles et textile issus des mines" pour s'en servir à la maison, il a appelé Areva à agir.
"Nous lançons un appel à Areva pour nous comprendre et entreprendre des opérations de décontamination, notamment de vastes opérations de récupération de matériels et objets contaminés que l'on retrouve dans les rues des cités minières".


NIGER-MINES-URANIUM-AREVA-SÉCURITÉ-ENVIRONNEMENT - 06/01/2010 18h52 - AFP


========================================================



 
 

========================================================

Areva : Greenpeace pointe des risques de contamination radioactive

Un employé de la mine d'uranium à ciel ouvert exploité par Areva dans le désert de l'Aïr au Niger.

(Photo : AFP)

Par RFI

Greenpeace vient de publier un rapport sur les mines d'uranium du nord du Niger. Une équipe de cette organisation s'est rendue du 1er au 9 novembre 2009 dans ces mines exploitées par le groupe français Areva. Le rapport de Greenpeace évoque d'importants risques de contamination radioactive pour les populations locales.

 

L'association de défense de l'environnement Greenpeace reléve des niveaux élevés de radiation dans les rues d'Akokan l'ouest d'Arlit. « Les enfants qui jouent dans ces rues, explique le rapport, sont exposés à des risques inacceptables des rayonnements radioactifs.» A certains endroits de cette citée minière du Niger, la dose de radiation au niveau du sol est 500 fois plus élevée que le niveau naturel constate Greenpeace. « Même les passants peuvent être exposés gravement » note le mouvement écologiste.

Ces rayonnements proviendraient des roches radioactives utilisées pour remblayer les routes. Greenpeace, qui recommande « une action immédiate pour protéger la population», affirme n'avoir pas pu se déplacer librement autour de la zone des mines en raison des restrictions imposées par les autorités locales.

 

Joint par RFI, Areva s'est dit « surpris par le résultat de ce rapport ». Le groupe soutient que «les emplacements identifiés comme radioactifs ne comportent pas un risque de problème de santé majeur.»
Areva rappelle qu'un plan de décontamination est en route depuis 2007 sous le controle des autorités administratives.


========================================================




Samuel Gontier-Télérama-07-12-09
Afrique, comment ça va avec l’extraction d’uranium ?
lundi 7 décembre 2009
Enquête salutaire au Niger et au Gabon où le travail dans les mines fait des victimes. Sans bruit. Un document qui fait froid dans le dos, diffusé ce lundi à 18h et 22h30 sur Public Sénat. 

Dominique Hennequin correspond assez peu à l’image que l’on se fait du grand reporter baroudeur. Bien mis, très discret, voix posée… Pourtant, il a beaucoup voyagé, notamment pour Envoyé spécial. Cette fois, pour Public Sénat, il a pénétré avec Pascal Lorent un des lieux les plus secrets du monde, les mines d’uranium exploitées par Areva à Arlit, au Niger.

« Notre visite était tellement encadrée, elle m’a rappelé la Corée du Nord », témoigne l’auteur des Deux Corées. Les enquêteurs ont bénéficié d’une opération de communication de la multinationale du nucléaire. Trois jours d’une visite très guidée pour promouvoir les Observatoires de la santé, structures mises en place avec Médecins du monde suite aux revendications d’anciens salariés français relayées par l’ONG Sherpa.

Car l’extraction du minerai tue. A petit feu. Sournoisement, la pollution engendrée étant inodore, invisible. Et pas seulement à Arlit mais aussi à Mounana, au Gabon, où se déroule la première partie de l’enquête autour des mines fermées en 1999 et des populations abandonnées sur un territoire contaminé. Au Niger, les auteurs ont réussi à rencontrer clandestinement le responsable d’une ONG locale. Et à prouver l’ampleur du danger avec les ingénieurs de la Criirad (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité) – « Il fallait une expertise scientifique pour être inattaquables. » Ils sont même passés par l’Algérie pour rencontrer des rebelles touareg exaspérés de voir leurs terres spoliées et polluées.

Alors, enquête à charge ? Certainement. Pourtant, avec le même calme qui donne sa crédibilité à l’enquête, Dominique Hennequin se défend de tout procès d’intention. « Je ne suis pas contre le nucléaire, j’en utilise tous les jours. Mais comment ne pas être indigné par le sort de ces gens qui meurent en silence, dans la souffrance ? »

Le déni – à Arlit, il n’y aurait pas eu un seul cas de cancer en quarante ans ! – et la langue de bois opposés par les responsables d’Areva – « On ne connaît aucune victime cachée », s’emmêle toutefois l’un deux – en deviennent indécents. Ils ne parviennent pas à masquer l’inanité du discours convenu, selon lequel le nucléaire est une énergie propre qui assure notre indépendance énergétique. Exploitation d’un pays pauvre, guerre, pollution… l’uranium n’a rien à envier au pétrole, comme le prouve cet excellent reportage, fruit de deux ans d’enquête.

Samuel Gontier

Visionnez !


========================================================




Le Niger, l’uranium et les communicants excommunicateurs
Le 11 décembre 2009 à 4h29    -    

 
 
 

 

Jacques-Emmanuel Saulnier, brillant porte-parole d’Areva, leader mondial du nucléaire, fait savoir par courrier (1) que « [s]es équipes ont pour instruction de ne plus donner suite à vos sollicitations ». Il s'adresse au réalisateur Dominique Hennequin, à qui il reproche ses propos tenus dans Télérama pour parler de son film Uranium, l'héritage empoisonné, diffusé ce soir sur Public Sénat.  Avant de revenir sur la polémique, attardons-nous d'abord sur deux enquêtes effectuées à Arlit, au Niger, où Areva exploite des mines. 

Jacques-Emmanuel Saulnier dénie à la visite de Dominique Hennequin le caractère d’une « opération de com (…) : Nous aurions choisi une autre audience que celle offerte par Public-Sénat, soyez-en assuré ». On appréciera le compliment adressé à une chaîne pas franchement subversive, qui, dans la mesure de ses faibles moyens, mène cependant une politique ambitieuse en matière de documentaire. Et on n’osera contester cette information fournie par Areva : « Plus de 50 journalistes se sont rendus à Arlit l'an passé. » Parmi eux, Patrick Forestier, qui a réalisé pour Spécial investigation une enquête, Trafic d'uranium, diffusée début novembre sur Canal+. Un petit comparatif avec le travail de Dominique Hennequin, fondé sur quelques extraits, se révèle particulièrement édifiant.

Pour les deux reporters, la visite des mines d’Arlit ne constitue que la seconde partie de leur document. Dans sa première partie, très intéressante, Patrick Forestier enquête sur l’extraction périlleuse et la destination douteuse de l’uranium des mines clandestines situées en République démocratique du Congo (RDC). De son côté, Dominique Hennequin se rend au Gabon pour mesurer les désastreuses conséquences sanitaires et environnementales de l’exploitation par la Comuf (filiale d’Areva) d’un site fermé en 1999.

Nous voici au Niger. Patrick Forestier y est allé à l’occasion d’une cérémonie bien fréquentée.

Patrick Forestier descend ensuite dans une mine de la Cominak, qui, « fait exceptionnel, accepte de nous ouvrir les portes de ses boyaux souterrains ». « Exceptionnel », c’est un peu exagéré. Si j’en crois Jacques-Emmanuel Saulnier, cette mine est un vrai moulin à vent. Le reporter y recueille des témoignages sur les conditions de sécurité.

Visitant lui aussi une mine souterraine de la Cominak, Dominique Hennequin est confronté exactement au même discours. Mais il se permet d’émettre des doutes

 

Au fait, où va le radon dont un mineur explique à Patrick Forestier qu’il doit être ventilé pour ne pas les intoxiquer ? L’enquête de Canal+ donne une réponse plutôt succincte. 

Suivra le discours calibré des salariés d’Areva évoqué plus haut. Dominique Hennequin, lui, s’intéresse de plus près à cette pollution atmosphérique. Exprimant de nouveau son scepticisme.


Chaque gisement d’uranium possède son usine de traitement du minerai qui broie la roche puis en extrait l’uranium naturel pour produire l'uranate, ou « yellow cake », exporté vers les usines d'enrichissement françaises. En visitant l'installation de la Cominak, Patrick Forestier s’arrête d’abord devant le tas de minerai prêt à être traité.

Patrick Forestier ne le sait peut-être pas, mais il assiste à un rituel très prisé des dirigeants d’Areva, une ordalie qui établit l’innocuité de leur industrie : prendre dans la main un objet peu radioactif et, si l’exposition n’est pas prolongée, peu dangereux (sauf par inhalation ou ingestion, d’où la phrase « Je vais me laver les mains. »). Dominique Hennequin, lui aussi, visite l’usine de traitement de l’uranium. Mais il ne s’attarde pas sur le beau minerai doux au toucher, il s’interroge sur le devenir des boues qui sont produites lors de fabrication de l’uranate. Des boues stockées à l’air libre.

 

Au final, le contraste entre les deux enquêtes est saisissant. N’accablons pas Patrick Forestier : il ne s’intéressait pas à la pollution engendrée par l’extraction d’uranium mais aux risques géopolitiques (la prolifération) qu’elle implique. De ce point de vue, son enquête est réussie. N’empêche que le message des communicants est passé. Les abominables mines clandestines de RDC semblent avoir été filmées pour mieux faire admirer le soin avec lequel Areva extrait de l’uranium nickel au Niger – et pour annoncer en conclusion que l’entreprise va implanter son formidable savoir-faire… en RDC (!). 

Dominique Hennequin, de son côté, a creusé son sillon avec rigueur, multipliant les sources d’information : associations, scientifiques, médecins, victimes, juristes, opposants politiques… et Areva, bien sûr. Le tout sans jamais remettre en cause la nécessité d’exploiter l’uranium du Niger pour alimenter les centrales d’EDF. Cette démarche simplement rigoureuse n’a pourtant pas l’heur de plaire aux apôtres de la communication.

Dans sa lettre, le porte-parole d'Areva met particulièrement en cause une impression confiée à Télérama par Dominique Hennequin. « Notre visite était tellement encadrée, elle m’a rappelé la Corée du Nord », dit le réalisateur (qui a effectué un reportage au pays de Kim Il-sung). « Il est outrancier de comparer l’accueil d’Areva à celui de la Corée du Nord, s’indigne Jacques-Emmanuel Saulnier. Que vous vous livriez à un amalgame géopolitique de ce type pour qualifier la manière dont notre Groupe vous a ouvert ses portes est insultant pour celles et ceux de mes collègues qui, au siège ou au Niger, se sont mobilisés à cet effet. »

Le porte-parole d’Areva voudrait faire croire à une attaque contre des personnes ? Mais Dominique Hennequin parlait d’une ambiance qu’il a ressentie, pas des salariés d’Areva. Le Niger n’est pas la Corée, les communicants de la multinationale ne sont pas les robots d’un régime totalitaire. Ils ont loyalement accepté de répondre aux questions les plus dérangeantes posées par un reporter bien documenté dont la pugnacité les a parfois contraints à exprimer quelques ambiguïtés révélatrices. Quant aux mesures sécuritaires auquel est soumis le Nord Niger, il va de soi qu’elles ont été « décrétées » par le gouvernement, pas par Areva… même si la spoliation de leurs terres pour les besoins de l’exploitation minière n’est pas étrangère aux motivations des rebelles touaregs.

Dominique Hennequin a donc enfreint le catéchisme d’Areva. Celui-ci est d’une simplicité biblique : « Nous ouvrons grand nos portes et nos fenêtres à quiconque nous sollicite », prêche régulièrement Jacques-Emmanuel Saulnier, moine-soldat du combat pour la « transparence », dans de grands élans œcuméniques. Et c'est vrai (2). Ensuite, si l’enquêteur prend l’initiative de vérifier les dires des communicants, de chercher d’autres sources, d’interroger des personnes « dont on connaît les engagements » – disent-ils pernicieusement… comme si Areva n’avait pas d’engagements ! –, bref, s’il fait son travail de journaliste… Sacrilège ! Le mécréant a abusé de la confiance de ses hôtes, usant de « pratiques déloyales » pour mener une enquête « à charge ». 

Si cela peut le consoler, Dominique Hennequin n’est pas le premier (et sûrement pas le dernier) à subir ce genre d’excommunication de la part d’Areva (ou de la part d’autres entreprises familières du même bréviaire). Au diable les sermons ! Leur seule existence confirme la pertinence du travail réalisé. Après tout, le triste sort réservé aux salariés et riverains des mines africaines ne méritait-il pas une enquête « à charge » ? 

.

Samuel Gontier


Uranium, l'héritage empoisonné, samedi 12, 22h, Public Sénat (le débat qui suit la diffusion a été enregistré avant qu’Areva prenne la mouche en lisant Télérama).

========================================================

CRITIQUE TÉLÉRAMA

Documentaire de Dominique HENNEQUIN (France, 2009). 52 mn. Inédit.

La première partie de cette enquête ressemble comme deux gouttes de boue radioactive à Uranium, le scandale de la France contaminée, le numéro de Pièces à conviction sur France 3 qui avait défrayé la chronique en février dernier. Remplacez « France » par « Gabon », vous aurez une bonne idée de la situation à Mounana, où la Comuf, filiale d'Areva, exploitait une mine jusqu'en 1999. L'entreprise a laissé derrière elle des milliers de tonnes de déchets radioactifs et chimiques. Les habitants vivent dans des maisons construites avec des stériles radioactifs, tandis que les moyens médicaux, eux, sont partis avec la Comuf, laissant les anciens mineurs mourir dans la souffrance et le silence.

Est-ce un problème isolé ou concerne-t-il toute l'industrie de l'uranium ? s'interroge Dominique HENNEQUIN. Pour le savoir, il visite des mines encore en activité, à Arlit, au Niger. Cornaqué par les communicants d'Areva, il réussit pourtant à dévoiler une sinistre réalité : puits contaminés à l'uranium, radon dispersé dans l'air, mineurs mal protégés, population maintenue dans l'ignorance... Seuls les salariés expatriés réussissent à faire entendre leur voix. C'est grâce à leur action que Dominique HENNEQUIN et Pascal Lorent livrent cette remarquable enquête, rendue plus implacable encore par sa sobriété.


========================================================



partenariat avec KEPCO pour une mine située au Niger
 
(CercleFinance.com) - Areva et KEPCO (Korea Electric Power Corporation) ont annoncé un accord de partenariat dans la société d'exploitation du gisement d'Imouraren, situé au Niger. 

Le gisement d'Imouraren est considéré actuellement comme l'un des principaux gisements d'uranium au monde. L'exploitation de la mine débutera en 2013 avec une capacité de production initiale de 5 000 tonnes par an. 

Cet accord permettra à KEPCO d'entrer de façon indirecte à hauteur de 10 % dans la société d'exploitation ' Imouraren SA ', détenue conjointement par Areva et l'Etat du Niger. Le groupe coréen pourra récupérer 10% de la production de la mine sur sa durée de vie. Cet uranium sera exclusivement utilisé pour alimenter ses réacteurs nationaux. 

KEPCO, par le biais de sa filiale KHNP, avait pris en juin dernier une participation minoritaire dans le capital de la société d'exploitation de l'usine d'enrichissement Georges Besse II en France. 

Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter. 
 

Copyright (c) 2009 Cercle Finance.


 ========================================================

L'ultimatum climatique : qui va payer l'addition ? "Ben comme d'habitude, nos collègues noirs, là-bas, au fond de la salle".



========================================================
 

 
 


===========================================================



 
 
 
 
 
 
Comments