Actualités

Opération hérisson

Deux membres situés sur Montpellier ont découvert dans leur cité universitaire...des hérissons !

Le Hérisson, qui est-il ?

C'est un petit mammifère de 20 à 30 cm de long. 
Son poids varie entre 400 g et 700 g, pouvant parfois atteindre les 1,2 kg.
Ces grandes différences sont dues à l'hibernation, c'est une période d'inactivité durant laquelle sa température corporelle peut descendre jusqu’à 4 c°, il doit donc faire des réserves pour survivre à l'hiver et bien repartir au printemps !

Il dispose d'un statut de protection totale en France depuis le 17 Avril 1981.
Cependant il reste menacé par l'activité humaine : trafic automobile, empoisonnement, incendie, disparition progressive des haies,...





Les quelques hérissons aperçus dans la cité universitaire du Triolet, avaient du sang sur leur épines. Mais aucune trace de blessure apparentes.
La raison ? 

De nombreux chats peuplent également la cité du Triolet, et ceux-ci tentent parfois d’attraper quelques hérissons. Mais seuls les plus expérimentés savent déjouer les aiguilles effilées.

Pourquoi aider le hérisson ?

Tout simplement car la population de hérisson est en constante baisse malgré sont statut de protection.
En effet l'activité de l'Homme est responsable d'environ 50% de sa mortalité (trafic routier: 30%; empoisonnement: 20%) contre seulement 9% dû a la prédation naturelle.
Seulement 4 hérissons sur 1000 atteignent leur espérance de vie, c'est à  dire 10 ans.

De plus si on le retrouve fréquemment dans nos jardins c'est parce qu'il vient y trouver refuge, notamment sous les haies !
Malheureusement il n'est pas rare qu'un jardinier, lorsqu'il passe la tondeuse ou qu'il brûle des tas de feuilles mortes, tue ou blesse un hérisson par mégarde...


Comment allons nous l'aider ?

Notre projet est de construire des abris en bois, qui lui offrent une protection contre :
- le froid
- l'humidité
- les prédateurs

Avant d'installer les abris nous procéderons à la localisation des différents nids pour être sur de ne pas le déranger lors des installations.

Nous prévoyons aussi de lui donner un peu d'eau et de nourriture, mais seulement si l'hiver est rude car sinon il risque de s'habituer à être nourri par la main de l'Homme et de perdre ses habitudes de chasse. 

Enfin nous allons stériliser les chats errants de la cité du Triolet et les offrir à l'adoption par le biais d'associations.

Et après ?

Une fois les abris construits et les chats adoptés, nous réaliserons un suivi régulier de la population de hérisson afin de voir si les hérissons s'habituent à leurs abris et peut-être même s'y reproduire !


Une feuille artificielle

Des chercheurs du MIT (Massachusetts Institut of technology) ont mis au point une feuille artificielle qui est en fait une plaque de silicium bordée d'un coté de cobalt, de l'autre de nickel.

Pourquoi "feuille" ?
Simplement car l'objet est aussi épais qu'une carte de jeu et capable de produire de l'énergie stockable grâce à la lumière et l'eau



Détail  du fonctionnement : 
Le silicium est le matériau communément utilisé dans les cellules photovoltaïques
Le cobalt et le nickel sont deux matériaux catalytiques.

On plonge la "feuille" dans de l'eau, et on voit apparaître des bulles.
Il y a en fait libération de deux gaz : Le dihydrogène et le dioxygène.
Il suffit donc d'isoler chaque cotés de la feuille pour créer un système de récupération de chacun des gaz.



L'énergie est stockée et après ?...
Les deux gaz peuvent ensuite être utilisés pour créer de l'énergie grâce a une pile à combustible par exemple.

Cependant il n'y a pas eu assez de travaux sur la récupération et le stockage des deux gaz pour que cettefeuille puisse être commercialisée.
Mais on estime qu'avec 4 Litres d'eau elle pourrait produire assez d'énergie pour alimenter une maison d'un pays en développement.

Pour optimiser la création d’énergie les chercheurs on envisagé la création d'algues artificielles, qui seraient en réalité des billes composées des mêmes matériaux, cela permettrait d'augmenter la surface d'échange et donc de produire plus d'énergie en moins de temps.

               -http://cambodgetour.wordpress.com/



SUPER TRASH

Nous nous sommes rendus à la projection du film "Super Trash" à Aix-en-Provence, organisée par Attac pays d'aix.
Réalisé par Martin Esposito, ce film dénonce les pratiques de la décharge de Villeneuve-Loubet, et quelique part, de toutes les décharges françaises et de leur mode de fonctionnement.
Présent lors de la projection , il a répondu aux questions, avec beaucoup d'humour et de sincérité.
Pendant presque 18 mois il a vécu près de cette décharge et a été le témoin de l'enfouissement de tonnes de déchets.
Un film qui nous fait prendre (encore plus) conscience de l'impact de nos déchets et de l'importance de les réduire.


A voir absolument ! Le site du film ICI
Ainsi que l'article sur le tri


Bande Annonce : Super Trash




Souk des Sciences !

Le 25 Septembre, nous étions à Marseille devant l'Alcazar !

Nous y avons été très bien accueillis, des repas préparés pour chaque manifestant avec un badge à son nom, rien à redire concernant l'organisation, c'était vraiment super. Donc un GRAND Merci à Monsieur Hassane Bitar !

Pour cette manifestation nous avions préparé des maquettes évolutives réalisées par nos soins, 3 au total, traitant de l'impact de l'Homme sur différents milieux : les Calanques de Marseille; la banquise; et la Nouvelle-Zélande.

Nous avons n'avons pas eu énormément de public, mais tous ceux qui sont venus était intéressés et/ou se sentait concerné par ces problème écologiques.


Nous avons également reçu la visite de Monsieur le Député : Patrick Mennucci.



Pour les absents !

L'histoire de la première maquette en images : Les Calanques de Marseille

Dans les calanques de Marseille, on trouve l'animal le plus rapide du monde en piqué: et oui, le faucon pèlerin ! Jusqu'à 220 km/h !

On trouve aussi des aigles de Bonelli (très rares : 1 seul couple dans les calanques, pour seulement 30 en France!), ainsi que des puffins (oiseaux pélagiques).

Une autre habitante des Calanques, beaucoup plus discrète, vit dans les grottes des calanques : la chauve-souris, ou plutot 3 espèces de chauves-souris. Le Vespertillion de Bechtein, le Vespertillion de Capaccini ainsi que le Minioptère de Schreibers.

Tout ce beau monde a bien du mal a subsister face à l'anthropisation et à la pratique de l'escalade qui est en plein essor. En effet, les grimpeurs gênent parfois les oiseaux qui nichent, et qui donc, stressés, abandonnent leurs petits ou ne reviennent plus dans les mêmes nids (comme l'aigle de Bonelli qui est sédentaire).

Les grimpeurs peuvent aussi être susceptibles de déranger les colonies de chiroptères (chauves souris) car nichant dans les grottes, leur territoire concorde parfois avec les plus belles voies d'escalade...

D'autant plus que certains grimpeurs,décident parfois de s'amuser sur des voies interdites, entrent donc danc la pratique de l'escalade dite "sauvage" ce qui dérange d'autant plus la faune : si ces voies sont interdites, c'est qu'il y a une raison!

Les VTTistes, les promeneurs, qui parfois coupent a travers les santiers contribuent à l'érosion et donc augmentent le risque d'éboulis.

Attention donc à suivre les chemins !

Fort heureusement, des politiques de protection ont été mises en place, notamment les patrouilles vertes et bleues en charge de la protection terrestre et côtière, et, la création en 2012 du Parc National des Calanques!



La seconde maquette : La banquise, généralités sur la fonte des glaces.

Sur la banquise, l'homme aussi a un impact. En effet, chaqe jour de nombreux blocs de glace se détachent de la banquise.

La taille de la banquise se réduit d'ailleurs d'année en année : 

fonte-neiges

Ceci étant, le territoire de chasse des ours polaires est réduit. La montée du niveau des eaux provoque l'inondation de leurs tanières , et les mères ours sont obligées de laisser leurs oursons plus longtemps, de s'en éloigner. Il n'est pas rare que ces derniers se retrouvent donc coincés sur un morceau de banquise dérivant, et que de ce fait, leur mères les perdent de vue et seuls, ils meurent.

Cette maquette était simple et son explication courte mais elle avait surtout pour but le rappel de la fonte des glaces.


Et enfin la troisième : La Nouvelle-Zélande, royaume des oiseaux aptères.

Pour ceux qui ne savent pas ce qu'est un oiseau aptère, en voici un exemple ici ( Voir "

GL : Petit oiseau si tu n'a pas d'ailes" sur cette page)

Donc, sur une île telle que la Nouvelle-Zélande (en réalité le pays est composé de trois grandes îles : l'île du Nord, l'île du Sud, et l'île de Stewart ) on ne trouvait avant l'arrivée des hommes aucun réel prédateur. L'évolution des oiseaux s'est donc faite en privilégiant les pattes solides plutôt que les ailes agiles, même si on trouve une espèce de Faucon (Karearea) sur lequel on ne connait presque rien.

Ainsi nous connnaissons tous le Kiwi austral , cet oiseau qu'on parierait poilu mais dont le plumage est presque totalement constitué de duvet.

Nous connaissons moins bien le Kakapo, le plus gros perroquet du monde (environ 5kg) mais également le seul à ne pas voler). Il est endémique a la Nouvelle-Zélande, c'est à dire qu'on ne le trouve qu'à cet endroit du globe! Pour plus d'infos voir l'article

"NZ : Le Strigops Kakapo" sur cette page


On rencontre aussi le Nestor Kea, autre perroquet et d'autres.

nestor-jea

L'introduction des prédateurs tels que le chien par les Maoris vers 900 et du chat, des rats et des furets par les Européens en 1450 a entraîné une forte prédation sur ces oiseaux qui ne pouvaient pas s'envoler pour fuir...Le kakapo est un est donc très en danger : en 2012, il restait seulement 112 kakapos en Nouvelle Zélande, donc dans le monde entier !

Cette baisse des effectifs est due à la prédation des oiseaux adultes, mais surtout à la prédation des oeufs et des poussins.

Il faut se rendre compte que cette espèce doit être protégée, caar elle risque de disparaître et donc d'entraîner la disparition d'autres espèces ( comme la disparition du moâ qui, en 1400, a causé la disparition du seul représentant des Accipitridés, l'aigle de Haast, superprédateur (lhttp://oiseauxdeproie.tcedi.com/aigle_de_haast.html )).

Heureusement, la conservation du kakapo occupe désormais une place très importante dans l'écologie néo-zélandaise !

Les effectifs augmentent, peu à peu... en 2013, on compte 124 kakapos !



Randonnée en Ardèche

Nous voici revenus d'Ardèche, une randonnée inoubliable aux belles observations qui vous sera bientôt racontée !

En attendant, une petite photo preview : 




Nature en Fête, 3 Aout


L'association Un geste pour Un sourire, est un association de loi 1901 dont le but est de promouvoir la scolarisation en Inde et l'évolution de la société, par le biais de la création d'une école ouverte à tous les enfants de la rue en 2009 à Vârânasî.

Cette association humanitaire et culturelle organise une journée "Nature en Fête" le 3 Aout, et ayant découvert nos actions lors de la Fête de la Nature en mai, nous a contacté pour que nous participions à cette journée placée sous le signe de l'écologie et de l'environnement.

Une vingtaine de stands sur l'écologie, le tri ou encore l'environnement seront présent dans le parc, ainsi qu'un concert en soirée.

Tous les bénéfices de cette journée seront reversés à l'association un geste pour un sourire, afin qu'ils puissent réaliser leurs projets de scolarisation en Inde.



Rendez-vous donc le 3 août 2013 de 13 à 23h 
au Parc François Mitterand à Chateauneuf-Les-Martigues,
Pour un jeu de l'oie géant intitulé "Course contre la pollution",
"AiDez-Nous", un jeu pour en apprendre sur les oiseaux
et l'atelier "Manges-moi si tu peux !"








La fuite...

Nous somme récemment retournés voir la batisse abritant la Chouette Effraie, mais la mise en place très..."artisanale" d'un terrain de paintball a entraîné sa fuite !

Peut-être reviendra-t-elle, espérons-le, mais rien n'est sur...

Cependant, camouflés dans les fourrés cernant la ruine, nous avons pu observer un couple de Rollier d'Europe, cet oiseau migrateur au plumage bleu chatoyant dont on vous montre les couleurs !




Merci au Soroptimist !

Nous avions eu la chance de présenter notre association et nos projets au Club Soroptimist d'Aix en Provence le lundi 6 mai. 
Intéressées par notre implication et et par nos perspectives d'actions, le Club Soroptimist a décidé de nous faire un don, qui nous a été remis le mardi 11 juin.
Nous remercions énormément le club Soroptimist d'Aix en Provence pour ce don, qui nous sera fort utile à l'avenir !

Ci-dessous une photo de nous,



et de toutes les associations à qui ont été accordées des dons, telles que SOS Femmes 13La Croix Rouge, Aix Alhzeimer




AIX'PERIENCE NATURE

Nous participons à la Fête de la Nature en collaboration avec l'association Aix-En-Lama , événement annuel en faveur de la protection de la biodiversité, au Parc St Mitre à Aix en compagnie de plusieurs autres organismes.

Cet événement se déroule sur 3 jours, lors desquels de multiples activités seront faites, principalement axées sur la découverte des insectes.

Pour rajouter un peu de gaieté et de dépaysement surtout, nous aurons le plaisir de vous présenter un lama, en poils et en touffes, dimanche 26 mai.

Nous espérons vous rencontrer afin de partager notre passion pour la Nature et de passer un bon moment !

Cette manifestation s'adresse à tous, des petits aux plus grands !

Pour plus d'information, rendez-vous ICI


19 mai 2013


URGENCE, CHOUETTE EN DANGER !

Hameau des Branches, Berre l'Etang

La chouette effraie que nous avions aperçue est en grand danger !


Le parking réservé a la chasse du Hameau des Branches sert maintenant d'aire de paint-ball sauvage.
Des jeunes de 17 à 20 ans environ s'y retrouvent depuis plus d'une semaine...
Et ils sont bien décidés a y rester, car d'après des témoignages de personnes habitant à proximité ils ont passé à peu près 3jours a monter les obstacles, et s'y rendent maintenant quotidiennement  pour y jouer.

Lorsque nous nous sommes rendus sur place, ils jouaient, nous avons donc attendu qu'ils partent pour évaluer l'ampleur des dégats... Dans chaque salle de la ruine nous avons trouvé des éclaboussures de peinture et tout était déplacé...

Si cela continue la chouette fuira, si cela n'est pas déjà fait...
Il s'agit d'un animal sédentaire, et qui a de plus en plus de mal a trouver des lieux ou nicher à cause de la destruction des vieilles bâtisses, ou pire ici, de leur utilisation en aire de jeu sauvage !

De plus, le problème, en plus de la fuite de la chouette effraie qui est une espèce protégée, est que cet espace est un lieu où sont posés des pièges pour la régulation des nuisibles, que les jeunes ont surement du déplacer ou rendu non fonctionnels en construisant leurs jeux. 

Les photos sont à venir !
Nous allons prévenir les associations de chasse, et la mairie pour pouvoir agir et cesser cela.

18 mai 2013


Vue !

Aujourd'hui deux de nos membres sont retournés près de la maison en ruine où ils avaient trouvé les pelotes, et ont aperçu la chouette effraie s'envoler des ruines.

Ils ont quand même réussi à avoir ces quelques clichés : 






22 avril 2013


Le retour des milans

Le milan noir, oiseau estival de la région PACA, grand et majestueux rapace d'un mètre trente à un mètre quarante-cinq d'envergure, est revenu dans nos contrées avec son lot d'agitation et de facéties !


Pour la petite histoire, le milan noir est un rapace qui se nourrit de poissons, de charognes et de déchets, chose dont il n'a aucune difficulté
à se procurer à Berre l'Etang...

Le début des parades nuptiales et des conflits de territoire tout juste retrouvés, ce retour annonce le début de l'été





16 avril 2013 


Une découverte innatendue et fragile



Le dimanche 31 Mars,  des membres ont découvert une maison en ruine, dans les environs de Mauran, sur la commune de Berre l'Etang. 



Jusqu'ici rien d'étonnant, mais en explorant un peu le bâtiment ils y ont découvert des pelotes de réjection en grande quantité. Il en ont donc déduit la présence d'une chouette, mais laquelle ?

En visitant les différentes salles ils ont pu constater la présence d'ossements provenant de vieilles pelotes décomposés, et d'autre plus fraiches, noires et luisantes, certes peu ragoûtantes mais caractéristiques de la chouette effraie...



Surpris par son envol, elle même dérangée par la présence des ces visiteurs, ils ont eu confirmation de leurs suppositions !

Cette masure abrite donc une chouette effraie !
 Notre but est maintenant de mettre le lieu sous protection, sachant que la bâtisse est située à coté d'un site de chasse, et qu'elle sert parfois à ces chasseurs (plumes de faisans et sang retrouvés dans une des pièces) et comme parking, ce qui peut occasionner un dérangement.





Miramas, l'Etang dans l'Etat

Vendredi 29 mars 2013, nous avons eu le plaisir de nous rendre à la projection d'un film intitulé "Berre, un étang dans l'Etat". 
Ce film a été réalisé par Marcel DALAISE et produit par le CNRS, et a été achevé en décembre 2012. 
On y voit différents intervenants du GIPREB, du Conservatoire de Littoral ou du CNRS.

Voici un petit résumé du long-métrage : 

"L'étang de Berre est un des plus grands étangs d'eau saumâtre d'Europe. Situé aux portes de Marseille, il constitue aujourd'hui une des lagunes les plus étudiées du pourtour méditerranéen. Des intervenants de différentes disciplines (historien, écologues, industriel, politiques) évoquent l’histoire industrielle de ce lieu et démontrent comment il est devenu un espace menacé et menaçant. Ils tentent de trouver des solutions à la réhabilitation de cet étang et de son écosystème pour qu'il redevienne un lieu de vie pour les riverains."


On y évoque le manque d'oxygène dans l'étang, l'impact de la raffinerie dans les années 30, et depuis l'ouverture de la centrale EDF à St-Chamas en 1966, l'étang reçoit les apports très importants du canal de la Durance, ce qui a entraîné des modifications très importantes de l'écologie de l'étang (la baisse considérable de la salinité). 
On y affirme que les conséquences chimiques sur les sédiments de l'étang sont irréversibles mais peuvent être limitées.



Après la projection du film, s'est tenue une conférence en interaction avec les réalisateurs du film. Une confrontation de points de vue intéressante de part les arguments avancés, notamment sur le projet de dérivation des eaux de la Durance utilisées par EDF vers le Rhône.

Selon Raphaël Grisel,  "Le nombre d’espèces très inférieur à ce qu’il devrait être. "Étant donné ses caractéristiques - profondeur, salinité, courants - l’étang devrait abriter entre 50 et 100 espèces différentes. Au mieux, on en dénombre 17. Et seulement dans la zone d’influence marine", précise le scientifique. Le manque d’oxygène des fonds de l’étang de Berre a plusieurs causes. "Le fait que tout ce qui périt tombe au fond, se décompose sous l’effet de bactéries consommatrices d’oxygène, ceci au détriment de la faune et de la flore. C’est dû au fait que les sédiments sont pleins de matières organiques qui n’arrivent pas à se transformer en minéraux. Elles restent à l’état de putréfaction. À la moindre présence d’oxygène, elles l’accaparent."

Mais pour Raphaël Grisel, la principale raison est que "l’étang de Berre se compose de deux masses d’eau superposées qui ne se mélangent pas car elles sont de densité différente : une couche supérieure, composée en grande partie des rejets d’eau douce de l’usine EDF de Saint-Chamas, est riche en oxygène car au contact de l’air. Une couche inférieure, pauvre en oxygène et avec un taux de salinité plus important. Ces masses d’eau ne se mélangent que lors qu’il y a à la suite plusieurs jours de Mistral très violent." 

Il est vrai que les rives de l'étang de Berre ont subi l'aménagement acharné de ses rives depuis le début du xxe siècle, raffineries de pétrole, aéroport, etc.

Malgré cela, l'étang recèle encore des richesses naturelles insoupçonnées. La diversité des espaces naturels offre aux oiseaux une multitude de milieux. L'étang de Berre et ses alentours accueillent plus de 250 espèces d'oiseaux sédentaires ou migrateurs.

Cette conférence nous a permis de rencontrer des membres de l'association L'Etang Nouveau  ( pour leur blog c'est ici : http://letangnouveau.wordpress.com/), association militante pour la réhabilitation de l'Étang de Berre, et Nosta Mar, association ayant pour but la découverte du patrimoine culturel de l'Etang. 


Sources : http://videotheque.cnrs.fr/index.php?urlaction=doc&id_doc=3967

http://www.laprovence.com/article/actualites/2163454/letang-de-berre-toujours-aussi-trouble-et-letat-toujours-pas-clair.html





Une faune dérangée


Berre l'Etang :

Aujourd'hui nous nous sommes rendus près des Salins, dans un cours d'eau lent longeant la ville et passant derrière la station d'épuration.



Nous y avons rencontré un couple de martins-pêcheurs, certainement nicheurs en ces lieux.
Ces animaux se nourrissent de petits poissons et de petits animaux aquatiques. 



Une famille de ragondins, avec leurs petits, espèce envahissante considérée comme nuisible mettant en danger les couvées des foulques



Plusieurs foulques macroules


Un couple de cygnes tuberculés nicheurs



Un busard des roseaux chassant au dessus des salins, animal nichant dans les roselières des marais et se nourissant de jeunes foulques et poules d'eau.


Des gallinules poules d'eau


Tout un écosystème, mais en vérité ...


Ces animaux sont tous d'une façon ou d'une autre dérangés par la pollution présente.

Les cygnes mangent des flotteurs en polystyrène 




et les déchets plastiques et autres (ménagers) s'entassent sur les rives du cours d'eau.


Les foulques nichent dans des roselières, et comme la poule d'eau, la foulque construit généralement un nid de branchages et matières végétales, posé sur une souche ou des végétaux à la surface de l'eau, souvent à faible profondeur et bien visible. La pollution des rives peut donc constituer un dérangement pou la reproduction.



Les déchets plastiques peuvent être ingérés par les animaux qui les confondent avec leur nourriture.

Les algues y sont abondantes ce qui peut présager une eutrophisation du cours d'eau.

C'est donc sur ce site que nous allons sans doute commencer à agir.





Enfin créée !

Après un long moment d'attente, de nombreuses hésitations et, une grande recherche, ça y est, l'association est créée, les membres du bureau officiel élus, les statuts rédigés, et toute la démarche administrative préalable achevée, nous avons enfin notre place dans l'univers associatif !



Nous allons donc commencer à organiser des actions, de nettoyage des plages de l'Etang de Berre et des berges de l'Arc. 

Les plages sont pleines de déchets en tout genre, tout comme les berges de la rivière sont pleines de déchets, certains endroits sont même bouchés par les ordures ménagères.

Des photos sont à venir, pour montrer l'étendue des dégâts ...

En effet, les déchets  présents sur les berges de l'arc et/ou sur la totalité de la largeur de la rivière, 

mettent en danger l'aval de celle -ci. Car si certaines ordures sont stoppées par le barrage ainsi formé, d'autres le traversent et descendent ainsi le cours de la rivière, risquant de s'entasser un peu plus loin, ou pire, d'arriver dans l'étang.



L'objectif serait donc d'arriver à dépolluer une partie de l'Arc (à partir de l'embouchure), et les plages les plus polluées de l'étang.

Les dates ne sont pas encore fixées, dès que nous les saurons elles vous seront communiquées alors regardez régulièrement les actualités (elle seront toujours affichées en page d'accueil)

Une fois fixées, vous aurez un délai pour vous inscrire (il sera défini par les commandes du matériel nécessaire et du temps de livraison), au delà de cette date toute demande de participation sera rejetée.



Comments