Le Poêlito

>>> Prochain stage <<<
 8 au 12 janvier 2018

Le prochain stage Poêlito aura lieu à la communauté Emmaüs de Pau/lescar (64) du 8 au 12 Janvier 2018.

Pour vous inscrire à cette session merci de remplir obligatoirement le formulaire.

Mais avant toute chose prenez connaissance des conditions du stage (hébergement, formules, coût ...)
dans le Programme détaillé

----------------------------------------------------

>> La version enrichie "déc 2017" du GUIDE DE CONSTRUCTION est téléchargeable ! <<

NOUVEAU : feuille de calcul avec les volumes de béton ! Merci à Loïc MARTIN ;-)

En complément de cette page de présentation, voici un témoignage d'un auto constructeur (hors stage) qui a fait une très belle page bien documentée. Et une vidéo de découverte de son poêle en action. Merci à David MERCEREAU pour cette contribution !

Et si vous voulez organiser un stage en local : Plaquette/affiche stage Poêlito en pdf


Poêlito démo/chofo à Alternatiba                                         Montage du Poêlito démo en stage.


CONCEPT

Il s’agit d’un poêle à bois à inertie destiné aux habitats légers et mobiles (camion, yourte, caravane, mobil home, péniche …). Ces habitats sont caractérisés par :

                - une petite surface à chauffer, donc une faible puissance de chauffe requise (malgré un manque fréquent d’isolation). De ce fait un  poêle habituel est souvent surdimensionné (on a vite trop chaud). L’habitant l’utilise donc au ralenti, ce qui induit encrassement, pollution et performances médiocres. Beurk !

                 - une faible inertie, c'est-à-dire peu de masse permettant d’absorber la chaleur excédentaire pour la restituer plus tard. Il y fait donc rapidement froid après l’extinction du poêle. Brrr !

                  - un risque important de départ de feu. La traversée d'un toit ou mur en matériaux léger avec un tuyau contenant des fumées souvent très chaudes est un point dangereux. L'encrassement du conduit de fumée augmente le risque de feu de conduit, cause fréquente de départ de feu dans ce type d'habitat. Aïe !

Un poêle à accumulation correspond parfaitement à ces contraintes. Il stocke beaucoup de chaleur, permettant de faire seulement 2h de feu toutes les 12 à 24 heures. Fini l’entretient permanent du feu  et les matins glagla. Le tout proprement et efficacement (pollution et consommation réduites) avec un risque d'incendie réduit (peu d'encrassement, pas de feu pendant la nuit).

Chouette non ? Mais comment concilier « masse importante » et « mobilité » ?

CONCEPTION

C’est un foyer de type « Rocket » construit dans un bidon métallique à partir de matériaux réfractaires et de tuyaux de poêle. La partie supérieure de la masse d’accumulation est constituée de sable ou de terre fine prise à proximité. Cette masse est laissée sur place en cas de déplacement.

 Ainsi le poêle est aisément déplaçable au moyen d’un diable, car seule la partie inférieure en béton réfractaire reste dedans au déménagement.


PERFORMANCES

Les analyses au Testo montrent une qualité de combustion exceptionnelle. Le CO, témoin de la présence d'imbrûlés, oscille couramment entre 500 et 1000 PPM. Sachez que la norme NF EN 13240 demande aux poêles et foyers fermés d'être en dessous de 3000 PPM.

Niveau rendement les fumées sortent à environ 250°C sans option banquette, soit un rendement de l'ordre de 75%. Avec des banquettes, les fumées sortent aux alentours de 120°C, soit un rendement qui peut être porté à 90% ! Qui dit mieux ?

MODELES

On peut faire 3 modèles de base, de taille différente. Chaque modèle est destiné à un type d’habitat.

                - bidon 60 litres (Ø35 cm H 65 cm) : pour un camion ou une petite caravane. Compter 80kg.

                - bidon 120 litres (Ø45 cm H 75 cm): pour une yourte jusqu’à 5m de diamètre, une grande caravane ou un mobil home. Compter                     160 kg.

                - bidon 200 litres (Ø60 cm H 90 cm) : pour une yourte de plus de 5 m de diamètre, une petite maisonnette, une petite péniche …                 Compter 250 kg.

OPTIONS

Chacun de ces modèles est équipé d’une plaque de cuisson fonte ou vitro céramique (mieux !). En plus de la cuisine, cela permet d’avoir de la puissance immédiate pendant la flambée, et avec la vitre, une vue sur le feu ...

Les modèles 120 et 200 litres peuvent avoir un petit réservoir que l’on remplit d’eau manuellement, pour avoir toujours 10, 20, 30 litres d’eau chaude disponible pour la vaisselle par exemple.

Ils peuvent être équipés de 2 sorties de fumées latérales pour connexion à une banquette chauffante. Cela améliore le confort, la performance de l’appareil (rendement et capacité d’accumulation), la vie du chat … et de toi !

Le modèle de 200 litres peut carrément alimenter un cumulus de 150 litres pour produire de l’eau chaude sanitaire (schéma hydraulique testé et approuvé). Mais ceci est l’objet d’un autre stage ! Ici le PITO 200 avec option ECS fabriqué (en stage) et modifié (après) par Loïc.

On peut aussi, sur le même concept de poêle à sable, réaliser un vrai poêle de masse de 2m de haut et de 800 kg. Mais c’est une autre histoire !

MATERIAUX

Le bidon qui constitue l’enveloppe extérieure doit obligatoirement être décapé avant le stage : à la sableuse, la ponceuse, la brosse métallique sur perceuse, ou mieux, au disque à décaper … Vous pouvez aussi le faire cramer, c’est malodorant mais très efficace !

Le fond du bidon est tapissé de 3 à 6 cm de mélange isolant : vermiculite + ciment fondu. Cela ne dispense pas de poser son poêle sur un support incombustible !

La partie inférieure (là où le feu se développe) est coulée dans le bidon en béton réfractaire dense (chamotte alumineuse + ciment fondu) autour d’un coffrage perdu en tubes de carton. Ces tubes forment des réservations creuses : le circuit du feu.

La moitié supérieure est constituée de tuyau de poêle amovibles et de sable jetable !

Le conduit d’évacuation (tube acier simple paroi) est à l’extérieur du bidon. Il doit obligatoirement être isolé à la traversée du plafond et à l’extérieur de l’habitat (tuyau inox double paroi + isolant).

Le tout est fermé soit par une dalle réfractaire, soit par une plaque de fonte, soit par une plaque vitro céramique. 


ÉTAPES DE CONSTRUCTION

FORMULE DE STAGE

Vous venez passer 5 jours à construire votre poêle et vous repartez avec. Il ne reste qu’à l’installer chez vous et à en profiter … mais pas seulement. Il vous faudra aussi en faire profiter les autres !

Une fois que vous savez (comment le construire, que ça marche bien …) il vous appartient de faire savoir à votre voisin, c'est-à-dire à transmettre … Cela signifie que vous vous engagez moralement, en échange de ce que vous avez reçu, à participer à l’encadrement du prochain stage sur ce thème.

Si cela ne vous inspire pas, vous pouvez faire tourner la roue de la solidarité de plein d’autres manières : proposer un autre stage, contribuer à l’améliorer (par exemple aider à finaliser le guide "Construire son poêlito" qui est en cours de rédaction pour servir de support pédagogique au prochain stage) ou assurer un service pour l’association  (communication, gestion, graphisme, film … ou toute autre idée qui vous vient selon vos compétences).

COUT

En 100% neuf hors coût du bidon et du tubage il faut compter :

-          160 € pour le Pito 60

-          280 € pour le Pito 120

-          360 € pour le Pito 200

Pour le stage de 3 à 5 jours (selon formule du moment) il vous en coûtera 200€, adhésion à l’association incluse (frais d'hébergement et de repas à prévoir selon le lieu).

Pour comparaison vous aurez avec un Pito 200 un poêle équivalent à un poêle à inertie scandinave (coût moyen 3000€) pour environ 500€ … Evidemment il n'y a pas le parement en pierre ollaire ... Mais vous avez les mêmes performances d'accumulation !

Vous devrez ajouter à cela le coût du tubage pour l’installation de l’appareil, soit 250 à 500€. Consultez le guide de construction pour d'avantages de détails.

Evidemment aller faire un tour en déchetterie une nuit de pleine lune vous permettra d’économiser quelques euros …

LA SUITE DANS LE GUIDE COMPLET DE CONSTRUCTION ...
Comments