Contactez-nous‎ > ‎

La Ringuette - Le jeu, Règlements

  • Vous êtes intéressée? Vous voulez vous inscrire pour la prochaine saison? Comment faire?

Vidéo sur la Ringuette


SUJETS:









Ce sport fut inventé en 1963 par Sam Jack à North Bay en Ontario. Pendant les dix premières années, on y a surtout joué en Ontario et au Québec, mais par la suite le sport s'est développé à travers le Canada. Aujourd'hui toutes les provinces et les territoires du Nord-ouest y jouent. La ringuette est aussi jouée dans plusieurs pays tels que le Canada, la Suède, les États-Unis, la Finlande, la République tchèque, la Russie et bien d'autres. Le Canada possède la plus grande communauté avec plus de 50 000 participants et participantes.
 
Seulement six joueuses de chaque équipes peuvent être sur la glace au même moment. On voit habituellement; un centre, deux ailiers, deux défenseurs et une gardienne de but. Par contre, une équipe peut avoir à jouer en désavantage numérique lorsque qu'elle se voit décerner une pénalité (ou plus). Le nombre de joueuses permises ne peut cependant pas descendre plus bas que trois.

Une équipe peut retirer sa gardienne de la glace pour la remplacer par une joueuse de plus. Si la gardienne est retirée et que le jeu revient dans la zone défensive de l'équipe en question, une joueuse (une seule) peut prendre la place du gardien dans son demi-cercle. Au moment où la joueuse est là, elle doit suivre les mêmes règlements que la gardienne de but.

Les différentes joueuses peuvent se remplacer à leur banc à n'importe quel moment durant la partie.

Une équipe est habituellement composée de 11 à 15 joueuses (20 lors de championnats mondiaux).

Une partie de ringuette conventionnelle dure 30 minutes (deux périodes de 15 minutes). Cependant, on y joue 40 minutes (deux périodes de 20 minutes) lors de partie de niveau élite à partir de la catégorie Junior (14-15 ans).

La partie se déroule à temps arrêté, sauf si l'écart de point est de sept buts ou plus.

Les joueuses disposent de deux minutes de réchauffement et de une minute entre les périodes. Ces temps augmentent lors de parties de la Ligne Nationale de Ringuette.

Une équipe peut également demander un temps mort de trente seconde calculé par le shot clock s'il y en a un. Le shot-clock est désormais obligatoire pour tous les niveaux à partir d'atome, au Québec.

Les joueuses n'ont pas le droit de transporter l'anneau à travers les lignes bleues. Elles doivent faire avancer l'anneau en la passant à une coéquipière. La joueuse ne peut pas toucher l'anneau de l'autre côté de la ligne bleue avant que quelqu'un de son équipe ou l'équipe adverse y touche.

Une joueuse ne peut pas passer l'anneau à travers les deux lignes bleues du même coup. Si c'est le cas, une joueuse de l'équipe adverse devra toucher l'anneau avant que n'importe quelle joueuse de son équipe aie le droit de le prendre.

La gardienne peut faire passer l'anneau de l'autre côté de la ligne bleue, mais son équipe devra attendre cinq secondes avant de pouvoir le reprendre.


La ligne de ringuette désigne la ligne en haut des cercles de mises en jeux en zone offensive et défensive. Elle délimite la zone Any-three-in. Seulement trois joueuses de chaque équipe, plus la gardienne de l'équipe défensive, sont permises à l'intérieur de cette zone. Il y a deux exceptions : 1.Quand l'équipe défensive a deux punitions (ou plus), dans ce cas seulement deux joueuses peuvent y entrer. 2.Quand l'équipe offensive a retiré sa gardienne, alors une joueuse en plus peut y entrer. Il peut arriver qu'une équipe retire sa gardienne et ne place aucune joueuse de plus sur la glace, de cette façon on peut faire entrer une joueuse de plus dans la zone Any-three-in et si le jeu revient, la gardienne peut tout de suite retourner dans son but.

Si plus de trois joueuses se trouve dans la zone Any-tree-in offensive, l'arbitre devra compter cinq secondes après la fin de l'effraction durant lesquelles l'équipe en faute ne pourras pas prendre possession de l'anneau. Si une équipe commet cette effraction en zone défensive le résultat est une pénalité.


Le demi-cercle est la zone réservée à la gardienne de but qui est définie sur la glace devant son filet. La gardienne est la seule à pouvoir y entrer. Si une joueuse passe dans ce demi-cercle, elle et son équipe devront attendre cinq secondes avant de pouvoir toucher à l'anneau, sinon l'anneau ira à l'autre équipe.

Quand l'anneau s'arrête dans le demi-cercle elle devient jeux de la gardienne. La gardienne a alors cinq secondes pour le remettre en jeux avec son bâton ou en le lançant. Elle n'a cependant pas le droit de le lancer avec sa main en dehors de la zone défensive. Si la gardienne ne remets pas l'anneau en jeux après cinq secondes, l'anneau va à l'équipe adverse pour une mise en jeux dans sa zone.

La gardienne peut jouer l'anneau en dehors de son demi-cercle, mais seulement avec son bâton. Si elle la prend avec sa main à l'extérieur, elle recevra une pénalité.


Le shot-clock est un tableau électronique posé sur les baies vitrés qui fait un décompte de trente secondes (le même principe qui est utilisé au basket-ball). Il n'est utilisé qu'à partir de la catégorie Atome (10-11).

L'équipe en possession de l'anneau a donc trente secondes pour organiser son attaque à partir du moment où elle touche à l'anneau. Pendant ce temps elle doit obtenir un lancer sur la gardienne adverse. Le shot-clock revient à trente secondes à chaque fois que la possession de l'anneau change d'équipe ou quand il touche la gardienne adverse (même si elle ne réussit pas à le contrôler).

-Si l'équipe reste avec la possession de l'anneau sans lancer au but pendant plus de trente secondes, le shot-clock sonne et l'anneau va à l'autre équipe.


Les pénalités à la ringuette ont le même concept qu'au hockey, avec une exception notable : les contact physiques ne sont pas permis. Les pénalités sont divisées en pénalités mineures, pénalités majeures et pénalités de match ou d'inconduites.

Pénalités mineures : Donner de la bande, mise en échec, coup de bâton, donner de l'épaule, retenir, accrochage, bâton élevé (la pénalité est décernée dès que le bâton s'élève plus haut que les épaules), faire trébucher, contact physique, obstruction, retarder la partie, trop de joueuses sur la glace, conduite antisportive et substitution illégale. Dans ce cas la joueuse prise en défaut doit aller sur le banc de pénalité pour deux minutes et son équipe joue avec un déficit d'une joueuse. La pénalité prend fin si l'autre équipe marque un but (s'il y a deux pénalités, la première décernée prendra fin), sauf dans le cas de pénalité à effectuer entièrement tel que l'antisportif ou les punitions de 4 minutes.

Pénalités majeures : Habituellement données pour de sérieuses effractions, jugées dans le but de blesser. Ces pénalités durent quatre minutes et ne prennent pas fin si l'équipe adverse marque.

Pénalités de match ou d'inconduites: Expulsion du match. Pour des effractions majeures comme paroles offensantes envers un officiel. L'équipe en faute ne joue pas en désavantage numérique.

Une pénalité n'est pas décernée tant que l'équipe prise en faute ne prend pas le contrôle de l'anneau, dans ce cas le jeu continue. Dans le cas d'une pénalité mineure, la pénalité sera annulée si pendant ce temps un but est marqué par l'équipe adverse, sauf s'il sagit d'une pénalité pour conduite anti-sportive. Celle-ci doit être purgée en totalité. Elle empêche également les autres joueuses punies de quitter le banc car la pénalité pour conduite anti-sportive prévaut sur les pénalités subséquentes.

Lorsqu'une joueuse se présente en échappée et qu'une joueuse de l'équipe adverse tente de l'arrêter par des moyens qui sont interdits, l'officiel pourra alors décider de donner un lancer de pénalité. La joueuse non fautive aura l'anneau au milieu de la patinoire et devra tenter de marquer un but contre la gardienne adverse, elle n'a cependant pas le droit de revenir sur ses pas.

Une équipe ne peut avoir que deux pénalités à la fois. Si une équipe obtient une troisième pénalité (ou même plus), la joueuse en question va s'asseoir sur le banc des pénalités, par contre son temps ne commence pas tant qu'une des deux autres pénalités indiquées au tableau se termine. Une équipe doit toujours avoir un minimum de trois joueuses sur la glace (peu importe le nombre de pénalités). Si en sortant du banc des pénalités une joueuse mettait son équipe avec trop de joueuses sur la glace, elle doit attendre un arrêt de jeu pour pouvoir sortir (exemple si l'équipe a trois pénalités, lorsque la première se termine il y a toujours deux pénalités donc l'équipe se retrouverait à quatre joueuses alors qu'ils n'ont seulement droit qu'à trois). L'équipe devra alors retirer une joueuse de la glace.

Une équipe qui a deux pénalités a seulement droit à deux joueuses dans la zone Any-three-in. La troisième joueuse peut cependant rester dans la zone défensive.


Les premiers hors-jeux sont ceux associés à un non respect d'un cinq secondes de l'arbitre (Cinq secondes sans que ton équipe aie le droit de toucher à l'anneau). Ils arrivent dans plusieurs situations : Passer dans le demi-cercle de la gardienne, quatre dans la zone Any-tree-in offensif, la gardienne a fait passer l'anneau de l'autre côté de la ligne bleue. Ensuite il y a les autres hors-jeux comme : L'anneau ne circule plus, mettre le patin sur l'anneau, toucher à l'anneau des deux côtés de la ligne bleue, toucher à l'anneau pendant un dégagement interdit, le filet est déplacé, l'anneau touche le filet protecteur, la gardienne n'a pas remis l'anneau en jeu en cinq secondes, une équipe ne respecte pas le shot-clock.

Lorsque un hors-jeu survient, on remet l'anneau à l'équipe non fautive. La mise aux jeux s'effectue dans la moitié d'un des cinq cercles de mise en jeux. La joueuse dispose de cinq secondes pour faire une passe, elle ne doit pas dépasser les limites du demi-cercle et aucune autres joueuses n'a le droit d'y entrer. Si une de ces règles n'est pas respectée, on remet l'anneau à l'autre équipe. La joueuse qui effectue la mise en jeu a le droit de lancer au but.


Lors de partie de la saison régulière, il n'y aura pas de prolongation (la partie se termine nulle). La prolongation aura lieu aux parties jouées en tournois (dépendant de son importance) ou dans des parties comme dans les séries de fin de saison.

La prolongation dure 5 minutes à cinq contre cinq et si l'égalité perdure, on organisera des tirs de barrage (comme au hockey). L'équipe qui commence la prolongation avec l'anneau et/ou qui effectue le premier tir de barrage est tirée au sort. Lors de finale de tournois on de championnat quelconque, la prolongation dure 15 minutes (ou 20 minutes pour les équipes qui jouent dans ce format) à cinq contre cinq. Si à la fin de ce temps aucun but n'est marqué, une autre période suivra (et ainsi de suite). La partie se termine lorsqu'un but est marqué.


L'équipement requis pour une joueuse de ringuette est le suivant :

-Bâton de ringuette
-Patins
-Jambières
-Gaine
-Pantalons (remplace les bas de hockey)
-Gants
-Protège coudes
-Épaulettes
-Protège cou
-Casque
-Visière ou grille
-Protecteur buccal
-Chandail

•Les bâtons de ringuette ont beaucoup évolué durant les dernières années. Ils possèdent des bouts effilés en bois, en métal ou en plastique, spécialement conçu avec des rainures pour faciliter le contrôle de l'anneau, la force et la précision des lancers. Un bâton de ringuette doit être solide pour résister aux coups de bâton des adversaires lorsqu'elles tentent d'enlever l'anneau. C'est pourquoi beaucoup privilégient encore les bâtons de bois (de type Ring-Jet, le bâton le plus utilisé). Toutefois, plusieurs modèles assez récent fait en aluminium ou en composite se trouvent sur le marché.

•La gaine est en fait une culottes de hockey beaucoup plus minces, elles ressemblent beaucoup à ce qu'on utilise en Roller hockey.

•Les pantalons se portent par-dessus la gaine et les jambières. De plus en plus on voit des équipes porter des pantalons spécialement fabriqués pour le roller hockey.

•Les épaulettes sont obligatoires jusqu'à l'âge de 16 ans. Par la suite la joueuse décide si elle désire jouer avec ou sans épaulettes. Certaines joueuses préfèrent jouer sans car elles ont plus de mobilité et elles améliorent ainsi leur lancers. Depuis quelques années on a trouvé une alternative. On voit de plus en plus ces chandails avec des petits pads à l'intérieur, selon un principe déjà utilisé encore en roller hockey.

•Les grilles de hockey ne peuvent pas être utilisées car le bout d'un bâton de ringuette peut y entrer. Alors, une grille de ringuette est spécialement fabriquée avec des triangles pour remplacer les carrés. Une joueuse de ringuette ne peut pas jouer avec une demi visière (même dans la Ligue Nationale).

•Le protecteur buccal est obligatoire seulement dans la ringuette de niveau élite à partir de benjamine (12-13 ans) à cadette (16-17-18 ans).

L'équipement requis pour une gardienne de but est le suivant :

-Bâton de gardien de but
-Patins de gardien de but
-Jambière de gardien de but 
-Culotte de hockey
-Plastron 
-Bas (facultatif)
-Casque de gardien de but
-Chandail
-Bouclier  
-Mitaine 

•Ce que la gardienne porte dans la main qu'elle attrape est à son choix, il y a plusieurs options pour elles. En plus de la mitaine elles peuvent, entre autres, utiliser un gant. Ce gant est rempli de pads et il facilite les remises de la gardienne (elle peut aisément prendre l'anneau pour la lancer). Par contre, il est très peu utilisé dans la ringuette de haut niveau, car les lancers sont trop forts et la gardienne pourrait se faire mal. Ensuite il peut arriver qu'une gardienne joue avec deux boucliers, de cette façon elle peut facilement lancer l'anneau tout en gardant plus de surface dans son but (en plus de mieux protéger sa main). Dernièrement, la compagnie Nami a conçu une mitaine spéciale qui ressemble à une mitaine conventionnelle, mais la main de la gardienne peut bouger comme elle le fat dans un bouclier.

•La gardienne choisi si elle préfère les bas de hockey ou les pantalons que portent les joueuses (elle les porte en dessous de sa culotte de hockey).

•Comme les joueuses, la gardienne doit avoir une grille fait de triangles.


La ringuette ressemble au hockey par l'équipement et la surface de jeu, mais les règles et l'approche du jeu diffèrent. Au hockey, on a besoin de concentration pour manipuler la rondelle. À la ringuette, la difficulté est de piquer l'anneau. Piquer l'anneau c'est de placer le bout de son bâton au centre de l'anneau (habituellement en mouvement) pour en prendre le contrôle. Lorsque l'anneau est en possession d'une joueuse il est plus facile à contrôler qu'une rondelle, ce qui rend le travail de l'équipe défensive plus ardu. Pour enlever l'anneau à une adversaire il faut lui donner un coup de bâton sous le sien (les coups sont acceptés dans le premier tiers du bâton, souvent d'une autre couleur sur les bâtons, si le coup est plus haut une pénalité peut être décernée). De plus les lignes bleues obligent les équipes à faire des passes. Ces derniers règlements font que la ringuette est un jeu concentré principalement sur la vitesse, les passes et le jeu d'équipe. Une équipe ne peut pas dépendre de une ou deux joueuses dominantes. L'absence de mise en échec et la facilité à contrôler l'anneau force les joueuses à patiner plus vite pour reprendre contrôle de l'anneau ou le garder, ce qui augmente considérablement le tempo de la partie. Plus de contrôle de l'anneau donne aussi des scores plus élevés, même si un anneau est plus gros qu'une rondelle. C'est pour toutes ces raisons que la ringuette est officiellement appelée le sport d'équipe le plus rapide sur glace.


Il y a plusieurs niveaux de jeu à la ringuette, placés en catégorie d'âge. Les divisions d'âges ont récemment été renommées par Ringuette Canada pour la saison 2009-2010. Elles sont maintenant désignés par U, du terme anglais under, qui veut en fait dire moins de.

-Les catégories sont :

  • U9 aussi appelé Moustique. Pour les moins de neuf ans. C'est un programme pour les débutants, dans cette catégorie les garçons peuvent jouer avec les filles.
  • U10 aussi appelé Novice. Pour les moins de dix ans. Les joueuses moustique qui présentent d'importantes habiletés peuvent directement y monter. Les catégories sont Novice A, B et C.
  • U12 aussi appelé Atome. Pour les moins de douze ans. Les catégories sont Atome A, B et C.
  • U14 aussi appelé Benjamine. Pour les moins de quatorze ans. Les catégories sont Benjamine A, B et C.
  • U16 aussi appelé Junior. Pour les moins de seize ans. Les catégories sont AA, A, B et C.
  • U19 aussi appelé Cadette. Pour les moins de dix-neuf ans. Les catégories sont AA, A, B et C. Aux quatre ans il y a aussi des équipes de AAA qui désignent les équipes qui représente chaque province aux jeux du Canada.
  • 19+ aussi appelé Open. Pour les dix-neuf ans et plus. Les catégories sont Open A, B et LNR (Ligue Nationale de Ringuette).
  • Juvénile A, B, C (19 à 23 ans).
  • Intermédiaire A,B,C (21 ans et plus).
  • Sénior (30 ans et plus).

La LERQ (Ligue élite de ringuette du Québec) est une ligue qui rassemble les meilleures joueuses de niveau U14 A, U16 AA et U19 AA à travers le Québec et le nord de l'Ontario. Dans les catégories AA on retrouve des équipes régionales qui rassemblent plusieurs associations. Une saison de la LERQ présente environ vingt parties pas équipes. À la fin de la saison on donne des prix aux meilleures pointeuses, défenseurs et gardiennes de but. La saison se termine par un championnat provincial et l'équipe gagnante représente par la suite le Québec aux championnat canadien. Par contre, les équipes de l'Ontario ne peuvent pas se présenter à ce championnat. Les équipes ontariennes AA présentes dans la LERQ sont Ottawa, West Ottawa, Nepean et Gloucester. Les équipes québecoises AA sont : Montréal, B.L.L (Bourassa, Laval, Lanaudière), Rive-Sud, Outaouais, Laurentides, Richelieu-Yamaska, L.S.L (Lac Saint-Louis). Les autres régions du Québec ne présentent pas un niveau de jeu assez élevé pour se joindre à la LERQ. Les équipes de benjamine A de la LERQ sont : Ottawa, Nepean, Gloucester, West Ottawa, Des Moulins, Repentigny, Laval, St-Bruno, Ste-Julie, Rousillon, Gatineau, Saint-Eustache, Blainville, Pointe-Claire, 4-Cités, Pierrefond, Beaconfield-Kirkland.


En 2004, la Ligue Nationale de Ringuette a fait son entrée. Elle regroupe les meilleurs joueuses de 19 ans et plus au Canada