L'Histoire du Badminton

 

Historique du badminton
Nommé poona en Inde, dont il est originaire, le badminton fut importé en Grande-Bretagne par des officiers de l'armée des Indes et joué à Badminton House, résidence du duc de Beaufort, dès 1873. C'est là, en effet, que le jeu fut pratiqué pour la première fois, d'où le nom qu'il devait recevoir par la suite.

En 1878 était fondé à New York le Badminton Club qui est le plus ancien club de badminton. Le développement du jeu fut rapide, et, dès 1893, la Badminton Association était créée en Grande-Bretagne. Le club de Bath codifia ce jeu de volant en 1887. La Badminton Association, fondée en 1895, organisa en 1899 le premier tournoi international de Westminster. L'Angleterre et l'lrlande remportèrent très souvent ce tournoi, mais les pays scandinaves et l'Indonésie l'ont, par la suite, remporté également.

 
 
Le premier club français de badminton : le Dieppe Badminton Club

Il n'y a pas d'histoire sans histoires....

Christian Crémet, maître Es histoire du volant, nous fait l'honneur de nous conter les anecdotes qui ont compté et fait l'histoire du badminton en France et au delà de nos frontières dans cette nouvelle rubrique...
Voici donc pour ce premier volet, la naissance du plus vieux club de France : Le Dieppe Badminton Club.

 

Dieppe possède au début du 20ème siècle (la Belle Epoque !) un des plus beaux casino de France. Il est d’usage de passer la belle saison dans cette cité balnéaire quand on est français. Quand on est anglais aussi : Winston Churchill vient souvent jouer au golf et y fait la connaissance en 1905 de Clémentine, sa future épouse. La ville compte 3000 résidents anglais permanents. On joue au volant aussi dans les classes populaires. En témoigne cette photo datant de 1905, où une fillette tient une raquette et un volant à la main près de la grotte (gobe en patois local) où vivent ses parents marins pêcheurs.

Alors pourquoi pas un club ?

31 octobre 1907 : Création de l'Association "Covered Lawn-tennis and badminton Club". Inauguration officielle d'un terrain de tennis couvert et de deux courts de Badminton. Les joueurs pourront même jouer le soir car le vaste hall est éclairé à l'électricité, précise le journal local !


La vie s’organise dans le club, entre gens du beau monde, reconnaissons-le. On se coopte entre membres et on mange des petits gâteaux en regardant les autres jouer. L’âme du club est le secrétaire John Yeo-Thomas, un sportsman comme on dit à l’époque. Il pense rapidement à organiser une grande rencontre franco-anglaise. Il est vrai que les steamers traversent déjà le Channel en 3 heures. "The badminton Gazette" de novembre 1908 insiste sur la nécessaire présence de joueurs anglais pour ce premier tournoi, précise que les conditions de jeu sont réunies, que la salle peut recevoir un millier de spectateurs, et ajoute même-garantie de sérieux supplémentaire- que le Maire de Dieppe est président d'honneur du club.

L’affaire est annoncée en première page du journal local (a-t-on fait mieux depuis ?). La compétition aura lieu du vendredi 27 au dimanche 29 novembre 1908. Le premier vainqueur des "Internationaux de France" sera Mr Chesterton qui après avoir dominé Mr George Alan Thomas en demi-finale battra Mr Comyn en finale sur le score de 15/11-15/9 ! Victoire chez les dames de Miss Margaret Rivers Larminie contre Mme Taylor (11/1-11/6).
L’habitude est ainsi prise et ces "Internationaux de France", première compétition jouée en dehors du sol britannique, se poursuivront jusqu’au premier conflit mondial.

Curiosité : on joue avec des volants en plumes bien entendu, mais made in France. Il s’agit du fameux volant « tonneau » (barrel en anglais) dont la qualité est reconnue même par les joueurs anglais. Une précision encore. Ce George Alan Thomas, demi-finaliste, n’est autre que le futur premier président de l’IBF, le créateur de la Coupe … Thomas. Il apparaît sur la photo au dernier rang au centre avec sa veste rayée.

 

 
 
Aujourd'hui, en 2009 notre fédération compte maintenant plus de 130000 licenciés, et chaque année les adhérents sont de plus en plus nombreux.
 
Comments