Liens utiles bouddhisme
 retour en page d'accueil : articles, documents et textes courts de Marc Bosche
 

Liens utiles et ressources sur le Web

Pour aller de la fiction… vers la réalité...

sélectionnés par Marc Bosche





Suggérez-nous vous aussi des liens utiles en utilisant ce formulaire confidentiel (cliquer sur le lien):
http://s142585174.onlinehome.fr/tinc?key=TV5RGmwW&formname=contacts
Votre suggestion de sites à parcourir n'apparaîtra pas directement sur nos pages, elle sera transmise confidentiellement au webmestre. Votre adresse e mail sera ainsi préservée, elle ne sera ni publiée, ni communiquée à des tiers.

L’auteur et éditeur de ce site d’auto-fiction ne peut assumer aucune responsabilité éditoriale quant aux liens qui sont proposés sur les pages de ce portail, n’en contrôlant pas les contenus, ni n’en connaissant les arrières-plans éthiques ou organisationnels. Ces liens sont simplement indiqués à titre informatif, en laissant à chaque lecteur le soin d’exercer le discernement nécessaire. Le fait qu’un lien soit inclus ne signifie pas que le webmestre ait une sympathie ou un accord de pensée concernant le contenu du site vers lequel une Url pointe.

Je remercie Sa., Sé., Th., Mi., Ro.,Te. et tous ceux, comme toutes celles qui apportent ces idées de liens utiles.

searching for help information

Liens internes : plan du site "bouddhismes"

Le site
http://bouddhismes.info une rencontre imaginaire du bouddhisme & de l'Occident, comporte ainsi un éventail d'articles en ligne qui proposent un débat francophone en matière de bouddhisme et surtout d'euro bouddhisme. Sont abordées par le webmestre du présent forum, et sous la forme de fiction spéculative,  les questions classiques de l’attachement (bouddhismes & dépendance), de l’aversion (bouddhismes et violence) et de l’ignorance (bouddhismes & débat).

Vous retrouverez ci-dessous tout le menu proposé aussi en haut du présent site, sous la forme d’une table des matières (plan du site)  précise et détaillée :

 

[le plan du site bouddhismes :]

Bouddhismes & dépendance

Vers un euro bouddhisme désenchanté

Le principe de plaisir et le principe de réalité dans la démarche spirituelle

Une réfutation raisonnée du dogme bouddhiste est possible

Les paradoxes et les ambiguïtés de Sa Sainteté le Dalai Lama

Des pratiquants parfois désenchantés après 20 à 30 années de découverte du milieu

Des craintes de nouvelles dépendances subtiles : la dimension "addictive" éventuelle

Quelques dérives sont notées au sein des pratiques sociales au nom du bouddhisme

Des scandales regrettables ont émaillé l'histoire récente du bouddhisme en Occident

A quoi peut servir un mandala du tantrisme bouddhique ? Quelques spéculations.

 

Bouddhismes & violence

Vers des dérives des pratiques courroucées

La question de la perversion du lien et de la violence perverse

Et si une personnalité violente s'emparait des pratiques courroucées des protecteurs ?

Cas supposés de violences rituelles commises dans un contexte tantrique bouddhiste

Les droits des victimes d'abus et les démarches qui peuvent être accomplies

Liens utiles, ressources en ligne, sites web de références, pages web à consulter

A Patchwork of contributions in English with quotes and critical links

 

Bouddhismes & débat

Vers une prise de conscience Internet en temps réel

Echos, retours, feed-back sur le site bouddhismes en provenance du Web

AddictTest : jeu. Evaluez (ceci est un jeu) le caractère addictif d'une organisation

Découvrir les textes de Frère Félix et son interview croisée avec le webmestre du site bouddhismes

Livres de Marc Bosche au format PDF à télécharger

Espace Dazibao. Réagissez au contenu du site et publiez votre graffiti en ligne !

Le contact avec le webmestre et les archives en ligne du forum bouddhismes & dépendance

 

[Ci-dessus : le plan du site bouddhismes]

 

 

Liens externes : ressources en ligne sur le Web

livres

P D F / Marc Bosche
études sur le bouddhisme, le bouddhisme tibétain & le néo bouddhisme

Marc Bosche a adopté pour le temps d'une recherche en immersion totale la robe des moines novices afin de découvrir le milieu secret et codé du tantrisme bouddhique.

Le vieux moine tibétain en exil qui a accueilli le chercheur dans sa lamaserie européenne était l'un des tout derniers lamas, d'avant la présence chinoise, formé dans les ermitages himalayens d'altitude.

L’auteur évoque dans sept publications (livres et études) successives les impressions, les conclusions et les hypothèses de cette recherche. Ses ouvrages sont en accès libre et texte intégral sous html et pdf à partir de la plateforme de téléchargement légal (cliquer sur le lien ci-dessous).

Charger, ouvrir et sauvegarder d'un double-clic ces livres & documents sur votre ordinateur en préservant leur mise en page.

Les consulter hors connexion, les lire confortablement, les imprimer, les envoyer en document attaché d'e-mail grâce au format PDF.

Accéder à la microplateforme de téléchargement légal des livres et études en pdf et html

(texte intégral, accès libre, légal & gratuit)

Etant l'ayant-droit de ces textes, et ayant conservé l'entièreté des droits d'auteur, il permet à chacun de les lire, de les copier pour l'étude, la consultation personnelle et l'usage non commercial.
Il y a également dans cette sélection deux romans, à lire donc pour le divertissement plus que pour l'étude !
On peut contacter l’auteur directement  à sa 
 boîte aux lettres.

Wikipedia

Il faut bien citer ces liens essentiels dans cette rubrique consacré aux ressources :

l'article de l'encyclopédie collaborative Wikipedia sur le bouddhisme.

L'histoire du bouddhisme est présentée dans une page à part contenue dans cet article de Wikipedia.

Un lien intéressant  de Wikipedia concernant les sectes :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Secte

J'ai trouvé intéressants les quelques critères proposés par la notice de l'encyclopédie collaborative pour définir la notion controversée de "secte" :

"Voici quelques critères :

manipulation mentale des adeptes ;
centralisation du pouvoir aux mains d'une personne avec autorité charismatique, par exemple un gourou, ou d'un cercle restreint ;
organisation pyramidale ;
extorsion de fonds ;
incontestabilité de la doctrine.

En outre, certains y ajoutent d'autres critères, peut-être moins répandus :

contrôle du milieu : tentative de contrôle des sources d'information et des interactions sociales externes des membres, encouragements à arrêter les relations avec toute personne externe ;
infaillibilité et doctrine sacrée : présentation des idées du groupement comme l'unique vérité et le seul accès au salut, dissuasion de toute réflexion critique sur la doctrine ;
mysticisme : rapprochements entre des événements et des causes surnaturelles ;
pureté : référence à un idéal inatteignable qui réglemente les actes des membres en les amenant à toujours plus d'effort ;
autoritarisme : pouvoir fort du gourou et culte de la personnalité ;
doctrine secrète (ésotérisme) : enseignements secrets dont la divulgation au monde extérieur est strictement interdite ;
élitisme (ésotérisme) : mise en valeur des membres comme supérieurs ;
brimades et/ou confession forcée en cas de violation des règles établies ;
bannissement : interdiction de tout contact avec des anciens adeptes (concept semblable à l'excommunication). "

De nombreux liens permettent de définir les notions. L'ensemble est concis et clair.

 

LA page "Tintin au Tibet" de Daniel Weyl, et les onomatopées du Capitaine Haddock que Th. nous a fait découvrir.
http://perso.wanadoo.fr/daniel.weyl/Daniel/HADDOCK.htm

Mille sabords le lien renvoie vers une analyse amusante et indispensable de la linguistique du capitaine Haddock ou L'ABOMINABLE HADDOCK AU TIBET par Daniel Weyl !

Extrait : "Le "POOAA" sacrilège de la trompe cérémonielle embouchée par curiosité infantile (p. 61). En revanche, le capitaine est incapable d'émettre le moindre son d'alarme lorsque l'arrivée du Yéti échappe par négligence à sa vigilance (p. 56). Mais, retournement redoublé, le yéti surpris par le " POOOT " fracassant du même se mouchant est pris de panique (p. 60). L'infantilité est donc inséparable du traitement primitif des sons qui lui confère une sorte de caution métaphorique. "

 

Les sites incontournables de la critique positive

Vous pouvez explorer à votre convenance ces quelques sites, dont certains comportent des forums (american-buddha) ou sont fréquemment actualisés :

http://www.trimondi.de ce site en allemand et en anglais comporte des traductions de plus en plus nombreuses en français. Nous vous conseillons de prendre votre temps pour découvrir ce portail. Voici par exemple une page du site (anglais) consacrée à June Campbell la traductrice de Kalou rinpoché.
Le livre le plus connu des époux Trimondi est disponible en ligne en texte intégral : the shadow of the dalai lama (en allemand et en anglais). Plusieurs chapitres de ce livre sont désormais traduits en français sur leur site. Nous en avons fait une brève note de lecture en français (avec quelques liens utiles) à cette adresse :
http://notes-de-lecture.blogspot.com.

http://www.flameout.org/flameout/gurus/ (un site de référence en anglais sur les dérapages des gourous et maîtres à penser, y compris dans le tantrisme bouddhique...)


http://www.american-buddha.com/site.map.htm#SITE%20MAP (en anglais) Attention : il faut désormais s'identifier (s'inscrire en indiquant un email et un mot de passe) pour accéder aux contenus en ligne.


http://www.bouddha.ch/ (un très intéressant site francophone d'un moine zen suisse, sans langue de bois)

http://encyclopedie-du-bouddhisme-1.blogspot.com/ (un essai autographe écrit récemment sur ces questions, texte intégral en ligne, en français, la version PDF peut également être téléchargée partir de ce lien.)

                                                                                                                                 

NOUVEAU ! "Charismatic gurus"

(En anglais) L’éditeur de ce lien est Derek Bishop  l’auteur d’un site bien  connu dédié à l’expérience de la kundalini le « singing mountain website » http://singingmountain.org/. Auparavant basé à Hawaii, et maintenant installé dans la région de Los Angeles, Derek est un webmestre sympathique et cultivé qui au quotidien exerce la profession d’enseignant spécialisé auprès de personnes handicapées. Il prévient ici chacun des déconvenues en relation avec des gourous abusifs et invite chacun à privilégier l’expérience personnelle. Selon lui l’intercession d’un maître n’est pas indispensable à l’expérience de Kundalini. On peut lui écrire en anglais à son e mail indiquée sur le site. Il n'est pas un expert du bouddhisme, mais s'intéresse aux phénomènes spontanés de Kundalini.

[Notons que si Kundalini fait référence à un concept issu des yogas hindous, ce terme existe aussi dans le tantrisme bouddhique sous le nom de kandali (yoga de kandali souvent traduit par tumo yoga, sans que l’on sache si cette traduction est parfaitement appropriée) pratique dite aussi « de la chaleur interne » qui fait partie intégrante des yogas de Naropa de la tradition Kagyupa.]

http://singingmountain.org/y2005mar26a.html

 

 

NOUVEAU ! « Stripping the gurus »

(En anglais) Un désormais classique site de critique des "gourous". Aux Etats-Unis la liberté de culte fait qu’il est difficile d’élaborer des stratégies visant à contenir le développement des phénomènes sectaires. En revanche des webmestres ne se gênent pas pour pourfendre les dérives individuelles des maîtres abusifs. Ce site est sans doute d’un style un peu trop concis pour explorer attentivement les sujets proposés, il lance cependant des provocations à la réflexion. Plusieurs pages dans ce site concernent des dérives éventuelles du bouddhisme :

http://www.strippingthegurus.com/index.html#stgtoc

              

                                                                                                                                

L’ombre du plus grand

Après avoir signé leur grand livre the shadow of the dalai lama déjà présenté par un lien au début de ce fil de discussion, Victor et Victoria Trimondi ont poursuivi leur investigation avec un courage certain en publiant un nouvel ouvrage Hitler, Buddha, Krishna, Une alliance funeste, du Troisième Reich à aujourd´hui dont le titre est déjà en soi provocation à la réflexion ! Cet ouvrage éveille naturellement beaucoup d'intérêt en Allemagne. En France il sera sans doute accueilli très fraîchement par les milieux du bouddhisme himalayen. L'ouvrage n'est pas traduit en anglais ni en français, mais des éléments en sont déjà disponibles, dont cette présentation (cliquer sur le lien) sur leur intéressant site.

Sans avoir eu encore la possibilité de lire l'ouvrage, j'ai déjà eu l'occasion de partager avec l'un de ses deux infatigables auteurs, ma première impression (je devrais dire ma première réaction) inévitablement superficielle : il me semble qu'il y a un risque de syllogisme, ou de raisonnement syllogistique, dans la démarche qui consiste à dénoncer peu ou prou l'association historique des réferentiels du national socialisme et du tantrisme bouddhique. Bien que je ne connaisse pas précisément ces sujets, j'ai pu exprimer aux auteurs (qui eux les connaissent très bien) ma réserve à ce sujet : les amis du Tibet, les défenseurs du bouddhisme tibétain aujourd'hui et les pratiquants de ce dernier sont le plus souvent des personnes aux convictions sociales et humanitaires affirmées. Il serait donc paradoxal de présenter exclusivement le tantrisme bouddhique comme une idéologie guerrière et dominatrice, même si certains aspects plus discrets ou secrets posent question en effet. Cependant compte-tenu de l'ampleur de la recherche menée par les auteurs, ils méritent d'être lus avec attention, le travail historique qu'ils ont fait impose le respect. Et le fait qu'ils bravent sans complexe la pensée molle et consensuelle selon laquelle le tantrisme himalayen est toujours du côté de la "positive attitude" n'est pas le moindre de leurs mérites.
En découvrant cette page de
présentation le lecteur aura sans doute à faire la part des choses et remettre à leur juste place les éléments présentés (en particulier en songeant que plus de 60 ans ont passé). Il me semble que même si les auteurs ne parviennent pas tout à fait à nous faire partager leur conviction, ils nous rappellent des faits historiques qui méritaient en effet de ne pas être oubliés et d'être ainsi précisés au nom du devoir de mémoire.
La réserve qui est mienne est qu'une religion peut être interprétée de diverses manières, de la plus humaniste à la plus fondamentaliste, de la plus pacifique à la plus guerrière. Nous le savions déjà avec le christianisme : chaque religion est plurielle. Que des personnages sinistres comme Himmler aient adhéré à leurs manières à la vision eschatologique du tantrisme himalayen ne dit rien, ou presque rien, sur les sympathisants actuels de ces traditions. Nous ne pouvons pas les mettre dans le même panier sans effectuer un amalgame ou leur appliquer un stéréotype. Ce serait injuste.

Cependant, ces précautions oratoires ayant été prises, l'avertissement de Victor et Victoria Trimondi mérite d'être écouté, sans doute d'abord par les adeptes de ces traditions himalayennes adaptées à l'Occident, de manière à s'assurer que l'Histoire ne se répétera pas, et d'éviter à l'avenir que se reproduisent des dérapages tragiques.
En cela la contribution cruciale des auteurs nécessitait bien un lien sur cette page ressources. Leurs opinions leur appartiennent en propre et ne reflètent donc pas nécessairement les nôtres. A chacun de se faire la sienne.
Pour les internautes qui lisent l'anglais, cette
autre page de présentationsur le site des auteurs donne davantage de détails. Enfin un chapitre du shadow of the dalai lamaétait déjà consacré (toujours en anglais) à la délicate question des éventuelles "relations" (mais quel sens donner à ces termes entre guillemets ? ) de sa sainteté le dalaï lama avec quelques ténors de "l'extrême droite".

En France, s'il est un jour traduit, le nouveau livre des époux Trimondi pourrait faire l'effet d'un électrochoc comparable à celui qu'a été la publication de the shadow of the dalai lama en anglais. Déjà plusieurs chapitres (et d'autres articles) sont disponibles (depuis peu) en français à ce lien :

http://www.trimondi.de/francais/articles.fr..htm

On peut encourager chacun à les lire attentivement, car ils sont très documentés.

L'ouvrage en allemand comporte un chapitre sur les faits de collaboration graves pendant la période 1941-1944 reprochés à un ancien érudit français, scénariste de film et écrivain spécialiste du tantrisme hindou, de l'ésotérisme et du bouddhisme tantrique : Jean Marquès-Rivière. Ce dernier est notamment l'auteur du désormais classique ouvrage : A L'OMBRE DES MONASTERES THIBETAINS, [Orient Editions Victor Attinger, PARIS 1929, avec photo "Assemblee de Lamas à Chang Hou", 189 pages]. Ne connaissant pas ces faits nous ne pouvons bien entendu confirmer ou infirmer ces assertions qui s'avèreront de toute façon embarrassantes pour l'image du tantrisme bouddhique en France s'il se confirme que cet auteur a contribué à des persécutions dans la minorité maçonnique, voire à des déportations de Juifs qui étaient en son sein (on parle parfois d'un millier de déportations). Nous avons retrouvé plusieurs confirmations de ces assertions sur des pages et sites Web consacrées à l'histoire de la franc-maçonnerie durant la guerre de 1939-45. En voici un exemple : "En 1943, le film « Forces occultes » sort sur les écrans. Le scénario de ce moyen-métrage de cinquante minutes a été réalisé par deux ex-frère : Jean Marquès-Rivière et Jean Mamy (sous le pseudonyme de Paul Riche). Ces hommes se sont tournés du côté des nazis dès 1941 et se sont dépensés sans compter pour éliminer toute résistance au régime de Vichy. Marquès-Rivière fuit la France dès la fin de la guerre sentant que ses positions ne lui éviteraient pas la peine capitale. En effet, il fut condamné à mort par contumace."

On peut lire aussi les autres articles en français du riche portail de Victor & Victoria Trimondi.

                                                                                                                               

            

Voie non sans danger ?

Une page intéressante de présentation du boudhisme tibétain est signée par Laurent Deshayes, chercheur au CHRIA de l’université de Nantes. Nous en avons extrait une brève citation pour information, qui évoque les risques d'incompréhension et les erreurs d'interprétations dans ces voies. Comme notre citation est nécessairement tronquée, chacun est invité à consulter l'intégralité de cette page Web.

" [...]Cette voie spirituelle n’est pas sans danger car, en elle-même, elle porte les germes de nombreuses confusions, dont le secret qui la recouvre n’est pas le moindre. Au Tibet, comme ailleurs en Asie, elle connut ses débordements, nés d’une lecture superficielle de son enseignement. Le principe selon lequel bien et mal, vices et vertus sont d’une « unique saveur » peut laisser supposer que toute action est possible. En 1042, lorsque le maître indien Atisha arriva au Tibet, il eut la surprise de découvrir que quelques pratiquants des tantras, coupés des lignées de transmission traditionnelles depuis environ un siècle, avaient pris au pied de la lettre ce que les textes disaient : leur comportement pouvait dépasser l’entendement, le meurtre ou le viol leur était parfois familier. Or, le discours des tantras se place dans une perspective ultime ; c’est pourquoi les maîtres qualifiés insistent sur l’absolue nécessité d’une solide assise reposant sur le renoncement, l’éthique et l’altruisme. Le piège est d’autant plus grand que l’histoire des pratiquants du bouddhisme tantrique abonde en événements merveilleux où s’entremêlent expériences mystiques et anecdotes parfois grivoises [...] donnant l’impression que la liberté de mœurs peut conduire à la liberté spirituelle.
L’effet est séduisant et peut laisser supposer que la voie tantrique est plus accessible que les autres collections d’enseignements proposés par le Bouddha. Ce serait confondre la fin – la vérité absolue – et les moyens – la vérité relative. [...]"
Copyright
Laurent Deshayes-2004.

Quatre autres articles du même auteur, documentés et informatifs, sur l'histoire du Tibet sont également disponibles sur le même site.

                                                                                                                                

Le Tibet avant la présence chinoise

Comment était le Tibet d'avant la présence chinoise ? Ce n'était pas le paradis de Shangri-La raconte Michaël Parenti sur cette page qui constitue un véritable réquisitoire historique contre les idées toutes faites sur le pays des neiges.

 

                                                                                                                                  

Controversée ?

Glânée sur le Web cette adresse de discussion sur une organisation d'origine japonaise, établie aussi en Occident, et qui se réclame du bouddhisme. L'intérêt de ces quelques échanges est la confrontation des points de vue entre ceux qui sont extérieurs, ceux qui se situent à l'intérieur et ceux qui en sont partis... Les conclusions d'un chercheur en sciences sociales sont également incluses dans la discussion.

Il est loisible de consulter le rapport en ligne de la commission parlementaire d’études sur les sectes par exemple qui cite l'organisation à plusieurs reprises :
http://www.assemblee-nationale.fr/rap-enq/r2468.asp.

Chacun peut aussi taper le nom de l’organisation dans un moteur de recherche pour accéder à divers contenus, certains favorables d'autres non. Par exemple sur
http://www.prevensectes.com une page complète de liens, comportant des témoignages, est disponible et peut être consulté pour se faire une idée plus informée :
http://www.prevensectes.com/soka.htm
Par exemple en ouvrant un de ces liens on trouve cette page avec les expériences d’anciens adeptes :
http://www.prevensectes.com/soka1.htm#1
Vous pourrez aussi consulter l’article de Gilles Debernardi dans le Dauphiné Libéré :
http://www.prevensectes.com/soka8.htm qui avait irrité l’organisation au point qu’une action en diffamation avait été entreprise contre le journaliste. La demanderesse a été condamnée à 15000 F au civil en 2001 et vous pourrez lire également le jugement qui est disponible en ligne avec l'article :
http://www.prevensectes.com/soka10.htm

Un autre mouvement parfois controversé

Precision : l'AOBO est la branche francaise du FWBO, qualifié de secte par certains :

http://pema.free.fr/fwbo.php3
http://www.ex-cult.org/fwbo/fwbofiles.htm
http://www.lioncity.net/buddhism/index.php?showtopic=2619

             

Et encore quelques autres :

Ce site se propose de présenter quelques "mouvements contestés dans le bouddhisme".
Ne manquez pas l'entretien sans langue de bois avec le Gyalwang Drukchen dont le lien est donné sur le site ci-dessus.

                 

Henry Chia (Ngawang Geleg) et son utile  vigie de mouvements controversés

http://www.buddhaline.net/annuairedubouddhisme/contestes.html

                    

Autre tradition contestée

Se réclamant éventuellement du Nyigmapa : http://www.aroter.org/

Quelques liens mettant en cause cette tradition controversée :
http://www.lioncity.net/buddhism/index.php?showtopic=7046&pid=94347&mode=threaded&show=&st=&#entry94347
http://groups.google.fr/group/alt.religion.buddhism.tibetan/browse_thread/thread/f84298085ad04853/a2729f4b309b54ad?lnk=st&q=ARO+gter&rnum=1&hl=fr#a2729f4b309b54ad

Je suis allé sur le site principal de l’organisation. Les "lamas"y apparaissent en photo sur la pagequi leur est consacrée, il s'agit apparemment d'Occidentaux drapés dans des vêtements colorés et en somme plutôt pittoresques. Cependant leur site existe déjà en plusieurs langues dont le français ce qui signifie que probablement cette initiative comporte une stratégie de développement à l'international.

En explorant la discussion sur un des liens critiques je suis tombé sur cette autre organisation dont le nom sonne un peu comme un oxymoron, ou à tout le moins comme un paradoxe : le
celtic buddhism.

Le bouddhisme celtique... Cet intitulé laisse rêveur...

            

Dorjé Shukden

Le forum SanghaRimé publie cet intéressant fil de discussion consacré à l'expérience vécue d'une personne qui a été en contact avec le nouveau mouvement religieux (n.m.r.) qui vénère Dordjé Shukden :

http://sangharime.com/viewtopic.php?t=380&highlight=

en anglais sur le meme sujet tout un fil de discussion passionnant :

http://www.lioncity.net/buddhism/index.php?showtopic=147

Il ne s'agit pas d'un simple post avec ce lien mais d'un fil de discussion très étoffé, doté de nombreux liens renvoyant vers des documents source, essentiels pour comprendre le développement de l'affaire Shukden au sein de l'école Gelugpa. A explorer en prenant son temps, car il y a a un assez riche matériau de lecture.

L'affaire du meurtre de Lobsang Gyatso et de 2 autres moines du Dalai lama expliquée avec beaucoup de détails et resituée dans l'histoire du Tibet en exil. (document en anglais)

http://www.legalaffairs.org/issues/May-June-2003/feature_kerasote_mayjun03.msp

 

       

Deux autres sites de critique positive à consulter :

http://www.monde-solidaire.org/spip/forum.php3?id_article=652&id_forum=4613&retour=article.php3%3Fid_article%3D652

 
http://www.geocities.com/Athens/8063/index.html

Quant à ce dernier site il comporte un utile annuaire des centres bouddhistes bien détaillé m'a-t-il semblé et surtout des notices intéressantes du webmestre, souvent brillantes, impertinentes et amusantes (le sommaire, les articles).

Récemment ce site nous a été à nouveau conseillé, en particulier pour la pertinence de ces analyses concernant Kagyu Ling et l'image controversée d'un de ses lamas...

La référence à Introvigne et sa citation à la fin du sommaire m'ont surpris et gêné, car le personnage est aujourd'hui si controversé avec ce que la presse a appelé des "liaisons dangereuses". A cause de cette référence conclusive qui me laisse sur une impression ambigüe, j'émets donc une réserve (appelons cela principe de précaution) pour ce lien.

Le site reste passionnant pour son développement sur le tristement célèbre château des soleils. Les récits que j'en avais lus sur Internet étaient d'ailleurs plus sévères que dans le compte-rendu fait dans cet article. Cela n'a-t-il pas valu à Orgyen Kunzang Chöling de figurer dans la liste des groupes épinglés par le rapport parlementaire dit "sur les sectes" de 96 ? L'organisation y figurait d'ailleurs parmi quelques autres "écoles" bouddhistes. J'en avais compté rapidement 6 qu'on pouvait aisément identifier comme se réclamant du bouddhisme (sur environ cent-cinquante répertoriés si mes souvenirs sont bons). Je crois qu'en Belgique aussi l'affaire a fait un certain bruit. Elle s'est éteinte parce que la personne qui était l'objet de cette enquête s'est éteinte et, avec elle, l'essentiel des poursuites. J'avais même lu que l'équipe d'inspection du pensionnat provençal, se serait émue de la présence d'une chambre capitonné et insonorisée, munie d'une sorte de couchette. Des enfants en pension auraient-ils été invités à recevoir des massages de la part du "maître" ? Que ces éventuels massages eussent été tantriques, vous le comprendrez, n'aurait pas réellement rassuré les inspecteurs et le juge des enfants. Mais je livre ces quelques anecdotes en italique sans avoir pu vérifier leur véracité, telle que je les ai lues rapportées sur le Web il y a longtemps déjà, et j'espère qu'aucune erreur ne s'y est glissée. En tout état de cause les procès verbaux de la justice belge (cour d'appel de Bruxelles) portent encore la trace de cette affaire :

"OKC a des démêlés avec la justice. Le gourou de la secte, Robert S. a été inculpé pour attentat à la pudeur fin août 1997. A l'âge de 14 ans, une plaignante dit avoir subi ses assauts sous prétexte d'échange d'énergie spirituelle."

Le site prévensectes, toujours bien informé donne
plus d'informations : " Pour rappel, Robert Spatz était apparu à la «une» de l'actualité en mai 1997, lors d'une série de perquisitions spectaculaires à son domicile et aux sièges de la secte, tant à Bruxelles qu'à Castellane (Alpes-de-Haute-Provence). Le dossier, au départ financier et fiscal, s'était élargi à l'été 1997 : un mandat d'arrêt avait alors été délivré à son encontre pour des faits qualifiés de viol avec la circonstance aggravante de l'autorité exercée sur la victime, et attentat à la pudeur sur mineur de moins de 16 ans. "

Le même Robert Spatz s'était également montré généreux envers la cause du dalai lama puisque il avait contribué à financer sa venue à Paris comme l'indique ce
documenttoujours disponible en ligne:

"D’autres transferts se font sur un compte ouvert au nom de M. Robert Spatz, qui n’y touche jamais ; il est alimenté par deux membres de la communauté qui travaillent aux Communautés européennes (ils versent 200 000 à 250 000 francs par mois). Ces sommes servent exclusivement à faire certaines dépenses relativement importantes en rapport avec le Tibet. C’est ce qu’on appelle les dépenses tibétaines.
Il y a eu une intervention financière lorsque le Dalaï Lama est venu à Paris, des interventions pour le Fonds d’entraide bouddhiste en France, une intervention financière aussi dans les éditions Padmakara qui sont une maison d’édition assez importante en France, qui publient des ouvrages bouddhistes."

L'argent n'a pas d'odeur.

                                                                                                            

Journal intime (avec des notations sur le mouvement présenté ci-dessus)

Cette personne a fréquenté une branche de ce nouveau mouvement religieux controversé du bouddhisme ci-dessus (blog pour les 16 ans et plus, le ton en est très libre).

http://longuesjambes1.skynetblogs.be/

Histoire : les Fougères 25-08-2005, 12:38:22
Histoire : le père de ma fille 26-08-2005, 15:06:33
Histoire : le très grand-français-au très-grand-nez 27-08-2005, 19:56:15
Histoire : le gourou 29-08-2005, 13:48:55 (Extrait ci-dessous)
Histoire : Beauregard 03-10-2005, 13:17:23
Histoire : le kidnaping (suite ) 04-10-2005 12:27:47
Histoire : Beauregard (suite ) 10-10-2005, 10:59:27

                                                                                                                                                            

Contre les dérives

Au cambodge, un exemple de bouddhisme institutionnalisé, qui tente de lutter contre les dérives (réelles) :
http://www.khmer-network.com/content/view/227/2/

                        

                                                                                                                                                             

Le Zen en guerre

Voici un lien que je mets aussi en RESSOURCES :

http://www.zen-occidental.net/nishijima/gudo3.html

Voici un bref extrait de cet article ci-dessus au titre d'illustration pour l'exemple :

"Si on vous ordonne de marcher : une, deux, une, deux! ou de tirer : bang, bang! C'est là la manifestation de la plus haute sagesse de l'éveil. L'unité du Zen et de la guerre […] se propage jusqu'aux confins de la guerre sainte qui est maintenant en cours." (Harada Daiun Sogaku, 1939)

"Les guerriers qui sacrifient leur vie pour l'empereur ne mourront pas. Il vivront éternellement. En vérité, on devrait les appeler des dieux et des bouddhas pour qui il n'y a ni vie ni mort. Là où il y a loyauté absolue, il n'y a ni vie ni mort." (Lieutenant-Colonel Sugimoto Goro)

"Depuis l'ère Meiji, notre école [Sôtô] a coopéré à la conduite de la guerre." (Déclaration de Repentance de l'école Sôtô, 1992)

La publication du livre de Brian Victoria, Zen at War (New-York, Weatherhill, 1997), publié en français sous le titre Le Zen en guerre 1868-1945 (Paris, Le Seuil, 2001), révélant la collusion des églises bouddhiques avec l'appareil militariste et nationaliste japonais depuis l'ère Meiji jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale a suscité de nombreuses réactions dans les milieux bouddhistes occidentaux."

              

                                                                                                                                

La lutte entre les deux prétendants au trône de karmapa

Comme nous sommes dans la rubrique ressources et liens utiles, je vous suggère de découvrir ce site que beaucoup connaissent sans doute déjà s'ils lisent l'anglais : http://karmapa-issue.org Il ne s'agit pas d'une présentation neutre de ces questions, mais militante. Et chacun découvrira aisément l'orientation du site à la lecture de ses pages. En revanche les auteurs qui publient sur le site connaissent très bien leur lignage et son histoire, même s'ils ne sont pas exempts d'un point de vue. Il s'agit de la branche du lignage Karma Kagyu dont le "karmapa" n'a pas été agréé par Sa Sainteté le dalaï lama.
Le site présente d'ailleurs longuement et avec enthousiasme un livre en anglais qui devrait sortir en novembre prochain (2005) et qui est favorable à ses thèses : "
Buddha's Not Smiling : Uncovering Corruption at the Heart of Tibetan Buddhism Today" par Erik D. Curren, [Alaya Press, broché, $19.95. ISBN: 0-9772253-0-5. Date de parution prévue: 15 novembre 2005]. Le titre dramatique annonce la couleur et atteste surtout que l'époque du ton consensuel du bouddhisme d'Hollywood est révolu ! Ce titre qui signifie quand même : "le bouddha ne sourit pas : une découverte de la corruption au coeur du bouddhisme tibétain aujourd'hui" (sic) semble à sa manière annoncer que ses sympathisants en Occident s'apprêtent à envisager dans les années 2000 des ombres au bouddhisme des neiges après avoir frissonné de désir pour "Shangrila" pendant les années 80. La longue revue libre du livre publiée par le site karmapa-issue est intéressante car détaillée, et on devra cependant interroger avec beaucoup de prudence, de circonspection et de discernement les éléments les plus spectaculaires qu'elle affirme. Même si nous ne connaissons pas précisément les faits évoqués dans ce déballage, il nous a semblé que certaines anecdotes rapportées ou suppositions égrenées ici ou là dans la note de lecture étaient assez surprenantes (pour ne pas dire peu vraisemblables ?). Rappelons que le fait que nous informions ici objectivement les visiteurs du forum de l'existence de ces liens ne vaut pas satisfecit quant à leur contenu ! Ce sera à chaque visiteur de se frayer un chemin dans cette jungle luxuriante d'affirmations avec la machette de son indispensable esprit critique.

Wikipedia consacre deux articles (en anglais et en français) à la controverse des karmapas, articles qui font le choix délibéré d'équilibrer les points de vue en les présentant sur le mode de la parité en quelque sorte.

article en français : http://fr.wikipedia.org/wiki/Controverse_Karmapa

article en anglais : http://en.wikipedia.org/wiki/Karmapa_controversy

                

                                                                                                                                                         

NOUVEAU ! Les Occidentaux en quête de voyage spirituel à Daramsala et la commercialisation du bouddhisme tibétain

Spirituality on Sale in India's Little Lhasa. Special Contribution. By Manpreet Singh.

Cet article en anglais du Seoul Times on line est un excellent papier en effet, avec un ton délicatement persifleur.

http://theseoultimes.com/ST/?url=/ST/db/read.php?idx=776

Merci à Mi. de nous avoir communiqué le lien.


Extrait : " Foreign tourists with freshly tonsured heads (some in newly acquired maroon Buddhist robes) make a beeline to attend philosophy and meditation classes. Squatting in the dimly-lit incense-smoked rooms, and struggling to chant in Tibetan language some ‘mantras' after the Lama's voice—is the scene they love to be in. [...]
The other private spirituality-shops that have mushroomed all over the town seek to rake moolah, religiously. Spiritual healers, Yoga and Reiki masters have also joined the bandwagon, lured by lucre.
"

                          

                                                                                                                                                        

Plus réjouissants :

Coup de pouce :

Vous en rêviez, ils l’ont fait : bienvenue chez Mérite et Patience. Un couple d’artisans… Deux artistes : http://www.meritepatience.com/

De l'objet rituel précieux à l'article de décoration, Mérite & Patience propose une gamme étoffée peu à peu. La raison d'être de ce projet : subvenir aux besoins de cette famille tout en continuant ses pratiques.

Une attention particulière est portée sur la qualité, tant au niveau de l'achat des matières premières qu'au niveau de la fabrication.

Mérite et Patience est une micro entreprise dûment enregistrée : Siret 48214446600018. Elle bénéficie à ce titre de la franchise de TVA (code 293B du code des impôts). La franchise permet de facturer HT et ainsi de faire bénéficier les heureux clients d'un avantage de 19,6% sur les prix. Le site Mérite et Patience est déclarée auprès de la CNIL sous le n° 1138862.

                                                                                                                                                         

Et sur le canon des textes en langue pali

C'est vrai, il faut bien revenir aux textes les plus anciens, c'est à dire au canon en langue pali, pour se faire une idée de l'enseignement du bouddha le plus proche de ses racines. Le pali est dit-on une langue qui est restée proche du dialecte magadhi. Ce dernier était parlé dans la région de Magadha, au Nord de l'Inde où circulaient le bouddha et ses moines. On suppose que le bouddha s'exprimait sans doute en magadhi. Le corpus bien préservé des textes en pali est donc une bonne idée pour revenir aux sources du bouddhisme (sans les altérations ultérieures des textes en chinois par exemple) :

http://www.canonpali.org/

 

Un livre en ligne, une autobiographie signée Dhamma Sami.

Cet enfant du siècle né en Suisse se découvre en recherche spirituelle. Son itinéraire est ainsi pittoresque et riche d'expériences, y compris celle de ses premiers pas dans la vie avec des soirées "dance". Dhamma Sami se raconte volontiers. A un âge juvénile le futur moine allait en discothèque affublé de vêtements branchés, qu'il choisissait pour leur capacité à réfléchir la lumière noire des spotlights. Ainsi paré il bougeait de longues heures sur la dance music. Ce livrel (on dit aussi un blook) atteste de la relative difficulté à trouver en Occident un instructeur authentique pour la pratique du bouddhisme :

"[L'ouvrage] retrace le parcours de l'auteur, au sein de diverses formes de bouddhisme présent en occident, pour constater qu'il est difficile de trouver ici de vrais instructeurs qualifiés et vertueux. "

http://www.dhammadana.org/livres/itineraire.htm

Le contraste des vocations est saisissant entre l'Europe et l'Asie, elles sont donc plus tardives et résultent d'aspirations contradictoires en Europe. On le constate quand on songe par exemple que dès l'âge de seize ans le jeune Népalais Ram Bahadur Bomjon (appelé aussi parfois le "little buddha" du Népal) méditait en 2006 plus de douze heures par jour, assis sous un arbre dans la forêt.

Sur le même site dhammadana, une page qui montre que certains autres moines sont un peu parasites dans leur propre système

http://www.dhammadana.org/livres/itineraire/121.htm

 

                                                                                                                                                                  

Forest meditation

Parmi sa sélection de sites sur les moines de la forêt (à droite dans la marge de son forum) ci-dessus) j'ai trouvé des liens intéressants qui marchent :

http://www.forestmeditation.net/

http://www.mettaforest.org/
Ce dernier lien est vers un joli monastère américain (Californie) inspiré de l'expérience thaï forest meditation : the metta monastery. Hmmm... Qui aurait bien envie de s'y promener ?

                             

THAÏLANDE “Loft Story” version pagode

http://www.courrierinternational.com/gabarits/asie_online.asp?ord_id=42

Les candidats d’une émission de télé-réalité partagent pendant trois mois le quotidien des bonzes. Le vainqueur sera celui qui aura su être le plus gentil.Cette information est atypique, très curieuse et intéressante.



                                                                                                                                                

                            

Un moine occidental qui a "brûlé ses robes" :

C. P0SE a fait la démarche de vivre en moine errant pendant trois ans en Inde, et de découvrir de l'intérieur le traitement réservé, selon lui, aux humbles et aux pauvres par la diaspora lamaïste en exil. 

Il semble avoir développé une vraie colère vis-à-vis du monde des rinpochés et voue aux gémonies les principales lignées sacerdotales d'origine tibétaine, en particulier la lignée Mindrollin (Mindroling ou Mindrölling) dans la proximité de laquelle il a vécu son ordination de moine. L'héritière spirituelle de cette lignée, Kandro Rinpoché (Khandro Rinpoché), qui est plutôt connue par ailleurs pour ses positions modérées, et en faveur des femmes, est ainsi la victime de cet auteur, qui la traite sans ménagement, en des termes à la fois excessifs et sans grande courtoisie sur la page Web "linked222" : "l'une de ces femmes, que je connaitrai personnellement, habile maquilleuse d'intention spirituelle, excécrablement politique : Kandro Rimpoche, héritière des clans Mindrölling et Karmapa-kagyu, diva fasciste rotarienne de la diaspora tantrique" (C. P0SE). Même au nom d'une critique sociale, même au nom d'une expression libre, personne de sensé ne peut approuver, ni valider les termes inappropriés et regrettables qu'utilise leur auteur.

La colère est piètre conseillère car, si elle tend à donner une certaine acuité à la critique proposée par son auteur, elle accentue aussi ses aspects caricaturaux. Kandro Rinpoché, si elle s'expose à une critique sociale, de par sa place en vue dans l'establishment du bouddhisme himalayen, n'est pas pour autant une "diva fasciste rotarienne de la diaspora tantrique" comme l'affirme de manière péremptoire C. P0SE. Cette formule n'a d'ailleurs pas beaucoup de sens, puiqu'elle ne s'applique pas à Kandro Rinpoché si on prend chacun de ces trois premiers mots au pied de la lettre. Rappelons pour mémoire que l'adhésion comme membre du Rotary Club était interdite aux femmes jusqu'en 1989 et que C. Pose n'a donc pas pu connaître une Khandro rinpoché rotarienne auparavant. Le mot "fasciste" devrait quant à lui être réservé à des usages d'une réelle évidence sociopolitique, car il perd tout son sens avec cet usage galvaudé. 

C. P0SE utilise volontiers la phraséologie de la "lutte des classes". Les termes de "réaction" et de "fascisme" apparaissent aisément et sans absolue nécessité sous sa plume un peu comme autant de "mantras", et sonnent donc bien souvent comme des incantations. Ses écrits situent le système sacerdotal d'origine tibétaine dans le camp des ennemis et  des "réactionnaires", ils condamnent sans appel ceux qui s'y intéressent de près ou de loin ou qui ont écrivent que les choses ne sont pas clairement tranchées et dichotomiques, sinon manichéennes. 

Son témoignage est utile aussi par ses ombres, par ses pleins moins que par ses déliés, pour comprendre la détresse qu'à pu engendrer un jour la confrontation d'un Européen avec les privilèges du système lamaïste. Il est intéressant à cet égard.

(lien :)http://linked222.free.fr/cp/ChristianPose.html

Note additionnelle de Marc Bosche à la rubrique ci-dessus consacrée à C. P0SE : Khandro Rinpoché n'est pas le lama que j'aurais quant à moi tendance à "épingler" en priorité, dans la mesure où elle représente avec dignité le monde traditionnel du tantrisme bouddhique dont elle s'est faite une interprète moderne. Ayant reçu tout à la fois une éducation de type occidental dans un collège catholique de soeurs en Inde et une éducation au bouddhisme tibétain donnée à la maison par son père Mindrolling rinpoché, elle dispose d'intéressants points de repères multiculturels. Il y a bien des lamas ou de nombreux aspects du système lamaïste qui seraient plus critiquables qu'elle à cet égard. Pour que les lecteurs comprennent bien que Kandro rinpoché n'est pas "une diva", dans le sens où on entend quelque personnage vaniteux, égocentré ou capricieux, il faut signaler qu'elle a été élevée dans le respect de strictes valeurs. Il y avait la vie en exil en Inde et ses conditions sociales, et un père qui veillait pendant son enfance à appliquer une sévérité certaine. Ainsi elle raconte qu'un jour (à l'âge des jeux d'enfants) après avoir aspergé la salle du temple des Mindrolling avec des bombes à eau, elle fut suspendue par les pieds à la fenêtre, la tête en bas dans le vide. Bien entendu nous ne trouvons pas que cette punition soit proportionnée ni acceptable, mais elle signale à tout le moins que ce n'était pas une enfant gâtée, qu'elle a même eu une éducation stricte, et  qu'elle n'était pas encouragée à se prendre pour une "diva". 

                                                                                                                                                 

Tibet myth & reality             

Tibet
Myth. Reality
The other side.


De nombreux articles de fond sur l'envers du décor tibétain, les ombres du bouddhisme tantrique himalayen et la propagande lamaïste aux Etats-Unis.
J'ai trouvé le ton parfois très incisif, voire orienté. Mais c'est un ensemble de ressources tout à fait passionnant avec par exemple les articles de Grain, un auteur de nationalité américaine appartenant par son origine à une autre minorité ethnique en Chine (Mongole) que la minorité tibétaine. Cet angle lui permet de regarder avec pénétration et sans langue de bois les stratégies de présentation du bouddhisme tibétain en Occident.

On pourra commencer la découverte de cette riche anthologie de textes en anglais, par... le premier article, signé par l'excellent Foster Stockwell, (qui a grandi comme fils de missionnaires à Chengdu, près du Tibet et connaît la Chine et le Tibet de l'intérieur), "Myth and reality" dont voici un bref extrait :

"From the beginning, the system of selecting Living Buddhas was open to abuse because it was easy for clever members of the monk selection committee to manipulate the objects presented to potential child candidates in order to make sure a particular child was chosen. In the case of the fourth Dalai Lama, the child selected was the great-grandson of the Mongolian chief Altan Khan. He was chosen at a time when the Gelugpa sect badly needed the protection of the Altan Khan's followers because the Gelugpa were being persecuted by the older Tibetan sects, who were jealous of the Yellow sect's rapid growth."

En voici un autre bref extrait, plus provocateur encore à la réflexion :

"The idea that most Tibetans are unhappy about what has happened in Tibet
and want independence from China is a product manufactured in the West and promoted by the dispossessed landlords who fled to India. Indeed, to believe it is true stretches logic to its breaking point. Who really can believe that a million former serfs - more than 90% of the population - are unhappy about having the shackles of serfdom removed? They now care for their own herds and farmland, marry whomever they wish without first getting their landlord's permission, aren't punished for disrespecting these same landlords, own their own homes, attend school, and have relatively modern hospitals, paved roads, airports and modern industries.

An objective measure of this progress is found in the population statistics. The Tibetan population has doubled since 1950, and the average Tibetan's life span has risen from 36 years at that time to 65 years at present.

Of course some Tibetans are unhappy with their lot, but a little investigation soon shows that they are, for the most part, people from families who lost their landlord privileges. There is plenty of evidence that the former serfs tell a quite different story.
"

Par Foster Stockwell.

                                                                                                                                      

Archives du forum On Nous Cache Tout, à découvrir :

Ce forum de discussion d'on nous cache tout (lien) comporte un fil très intéressant avec un vrai débat informé et contradictoire sur la rencontre du bouddhisme & de l'Occident.

Le fil occupe six longues pages, et devient de plus en plus passionnant au fil des feuillets. Les participants illustrent généreusement leurs propos de citations bienvenues et fort instructives, parmi lesquelles j'ai trouvé la page suivante.


               
Archives du forum Bouddhismes & dépendance, à découvrir :

http://bouddhismes.forumactif.com

[Note : l'éditeur du présent site a été aussi l'administrateur de ce forum aujourd'hui proposé en archives en ligne]

Le forum B&D a récemment archivé en ligne l'intégralité de ses échanges qui comptent une douzaine de fils de discussion, comportant un millier de messages souvent détaillés et documentés, d'une quarantaine de participants, autour des thèmes du bouddhisme et de son éventuelle dimension addictive.




Notre confrère Annuaire du bouddhisme, une riche ressource :

Le forum annuaire du bouddhisme, a été récemment refait à neuf. A la lecture, les liens sélectionnés s'avèrent variés et souvent intéressants. Voici les pages dont le lien m'a été amicalement communiqué et qui comportent l'accès à un riche éventail de sites et de publications sur le bouddhisme sur le portail d'annuaire du bouddhisme.

Listes, chats, forums, webring sur le bouddhisme
E-books (livres en ligne), ressources audio, video sur le bouddhisme
Ressources classées selon les 4 lignages tibétains Nyingma, Kagyu, Sakya et Guelug

 

Un fil de discussion de critique positive sur le bouddhisme tibétain y est toujours disponible :

http://www.buddhaline.net/annuairedubouddhisme/forum/viewtopic.php?t=67



NOUVEAU !
Le débat s'ouvre dans l'espace francophone

Un fil de discussion en ligne sur ce même  forum pose à nouveau de manière claire la question de déviance éventuelle des pratiques :

http://www.buddhaline.net/annuairedubouddhisme/forum/viewtopic.php?t=293

                                                                                                                             

Toujours sur ce portail :

"Le Mythe de la supériorité morale tibétaine"Par Tenzin Wangyal

http://www.buddhaline.net/annuairedubouddhisme/tibet_morale.html

Beau texte d'un Tibétain des nouvelles générations, Tenzin Wangyal, ancien élève du Tibetan Children Village, Tenzin vit actuellement aux Etats-Unis. Il fait parti de l'équipe de direction de l'association Students for a Free Tibet.

Je me permets d'en extraires ces quelques brèves citations pour inciter chacun à cliquer le lien :

"Bien que l'Occident ait fini par compendre que le Tibet n'était pas Shangri-La, nous Tibétains avons créé et alimenté le stéréotype d'un peuple moralement supérieur. [...] Maintenant [...] que les gens nous connaissent de façon moins superficielle, il est beaucoup plus difficile de maintenir cette image - après tout, nous sommes aussi humains et faillibles que n'importe qui d'autre.

[...] Tous les mythes s'éteignent un jour. Plus tôt nous nous regarderons dans le miroir, le mieux ce sera, car il est préférable de reconnaître un mirage pour ce qu'il est - une illusion d'optique - [...] tout ça pour quelque-chose qui n'a jamais existé.

En conclusion, nous Tibétains ne sommes pas les barbares que les Chinois ont voulu montrer au reste du monde, nous ne sommes pas plus les bodhisattvas que nous avons parfois prétendu être. [...] La tibétanéité n'est pas synonyme de droiture et de supériorité morale. Tout ce dont vous avez besoin de vous rappeler sont ces mots de Maya Angelou : "Nous sommes plus semblables, mon frère, que nous ne sommes différents"


par Tenzin Wangyal (extraits), traduction recueillie sur le site @nnuaire du Bouddhisme.

 

NOUVEAU !Autre article essentiel de Tenzin Wangyal, ses quatre vérités

http://www.buddhaline.net/annuairedubouddhisme/tibet_verite.html

« Les quatre ignobles vérités du bouddhisme tibétain »
Un article de Tenzin Wangyal.
(02/01/2006)

L’article a été également été traduit par Sandrine G. est mis à disposition sur leur portail par notre confrère @nnuaire du bouddhisme.

Extrait : « Nombre de nos tulkus (lamas réincarnés) sont capables de faire ce que Siddhartha Gautama (le bouddha historique) était incapable de faire - ils concilient très facilement leurs vies de luxe et de privilèges avec la pauvreté et la souffrance visibles hors des murs de leurs palaces. En fait, beaucoup préfèrent s'isoler eux-mêmes en restant dans leurs cocons confortables. Une fois reconnu, un jeune tulku hérite d'un labrang, ou domaine, consistant en propriétés, serviteurs et trésor. Il peut gaspiller ces ressources ou bien utiliser son aura religieuse charismatique pour générer une grandeur personnelle et amasser toujours plus de pouvoir mondain. Beaucoup de Tibétains perçoivent les tulkus comme des marchands de bouddhisme tibétain entreprenants, tels ceux qui savent vous convaincre que le diamant que vous tenez dans la main est un morceau de verre, que vous pouvez le jeter, et qui, une fois que vous avez tourné le dos, le ramassent, le nettoient et le mettent dans leur poche. »

Il faut découvrir le texte intégral de l'article : http://www.buddhaline.net/annuairedubouddhisme/tibet_verite.html pour comprendre quelles sont selon l'auteur les quatre principales faiblesses du bouddhisme tibétain.

 

                                                                                                                                  

 

Sur les noms propres  en tibétain

http://solhimal.free.fr/tibet_et_peuples/culture/signification_noms_tibetains.php

" De nombreux noms ont une signification qui dépasse le sens brut du mot et pour les comprendre, ils doivent être replacés dans un contexte social comme Kunkhyab "sauver tous les hommes".

L'origine des noms est parfois religieuse : Tenzin "détient la doctrine de la religion" ou Choephel "répandre le Dharma", d'autres sont de bonne augure : Tashi "bonne chance" ou évoquent le souhait de réussite sociale : Chomphel "promotion", Kalsang "vie prospère" ou Phuntsok "prospérité".

Des noms sont aussi liés au jour de naissance de l'enfant : c'est ainsi que Nyima est né(e) un dimanche tandis que Dawa, Passang et Pempa sont respectivement nés le lundi, le vendredi et le samedi. Namgang quant à lui est né le dernier jour du mois. '

              

                                                                                                                            

Sur La buddhamania, l’excellent www.bouddha.ch


http://www.bouddha.ch/budhamania.htm

Le site suisse francophone http://www.bouddha.ch, intitulé aussi Sâdhana (ne pas confondre avec son homonyme, sadhana.ca qui est dédié à Satya Sai Baba). Une belle page Web qui se lit avec intérêt et plaisir. Juste une brève citation extraite vers la fin de cet article, sur le tantrisme bouddhique (boudhisme himalayen) :

' On pourrait croire que ce " véhicule " convient mieux à une société en quête d'un " fast-food spirituel ", fascinée qu'elle est par ce côté attrayant de " Bouddha building ". Ces vues sont erronées, parmi tant d'autres que notre société occidentale " speedée et compétitionnée " à outrance se plaît à échafauder et " véhiculer " avec toutes les illusions et désillusions inhérentes. [...]

Toutes les divisions, postérieures à l'enseignement du vivant du Bouddha, vont à l'encontre même de l'Esprit réunifiant du Bouddhisme dans le sens où elles suscitent une tentation de suprématie et d'hégémonisme fondés sur une interprétation personnelle de tel ou tel point de doctrine de l'Enseignement du Bouddha. Elles créent la Dualité dans laquelle l'Intolérance peut s'y donner à coeur joie et l'on voit même çà et là, dans diverses ramifications pseudo- et bouddhiques, refleurir les sempiternelles et horribles maximes, telles: "Hors de ... point de salut possible; sans tantrisme, point d'Eveil ...! ". '

                            

                                                                                                                              

Bouddhisme tibétain en France

http://jmdevezeaud.free.fr/

Il s'agit d'un mémoire sur L’implantation du Bouddhisme tibétain en France. Un peu convenu et militant, il y a quand même une forme de prosélytisme qui est parfaitement perceptible dans ce mémoire.
Ce n'est pas le premier mémoire d'étudiant à l'université sur ces thèmes, je crois en avoir feuilleté un autre, peut-être deux, des mémoires de maîtrise, dont un publié je crois sur Internet.
Celui-ci est mieux construit et mieux rédigé que ces mémoires que j'avais déjà feuilletés, sans doute même très correctement écrit, mais il est aussi une sorte d'hagiographie au service d'une école particulière du bouddhisme (le bouddhisme tibétain) et plus précisément d'un réseau de centres aujourd'hui controversé à cause de ses positions en conflit avec sa Saintété le dalaï lama sur le choix du XVIIème karmapa.
Je peux comprendre les étudiants qui voudraient faire passer le message de leur conviction et de leur enthousiasme au travers d'un mémoire universitaire. Mais les professeurs à l'université qui acceptent de validertel quel ce type de mémoire ne vont pas tout à fait au bout de leur travail, car l'étudiant n'y est pas mis au défi d'adopter d'autres points de vue que le sien, de discuter et de débattre de ses idées et de ses choix méthodologiques.
Bien sûr pour une thèse de doctorat, un sujet traité ainsi sous un seul angle ne pourrait même pas arriver jusqu'à la soutenance, car le jury est composé de plusieurs professeurs, dont des spécialistes du sujet, et une hagiographie ne pourrait pas, en principe, être soutenue, fort heureusement. Le directeur de recherche rougirait d'infliger le manifeste militant d'un étudiant en lieu et place d'une vraie thèse à un jury d'universitaires.

Peut-on prétendre à l'objectivité, avec le ton impersonnel d'un regard extérieur, tout en étant devenu militant d'un mouvement religieux ? C'est possible, mais difficile, n'est-ce pas ? Cela ne va pas de soi.

Quand on se laisse "engloutir" par son objet de recherche, ce qui peut arriver, et ce qui est tout à fait acceptable, il faut le dire honnêtement en prévenir clairement le lecteur, et parler alors par exemple d'immersion totale, d'expérience de découverte participative du milieu étudié. Alors on écrit peut-être plus sincèrement à la première personne, avec le "je" qui indique que c'est bien de notre aventure personnelle qu'il s'agit, et non de vérités scientifiques qu'on énonce...

On ne peut pas à la fois être un disciple zélote et accomplir oeuvre universitaire sans cette honnêteté intellectuelle qui consiste à se montrer soi-même et à s'exposer au coeur du processus d'immersion.
Apparemment certains veulent jouer sur tous les tableaux : être des disciples obéissants et zélés, faire le mémoire de leur choix, promouvoir l'agenda de cette communauté d'élection au travers de leur mémoire, prétendre que c'est un travail scientifique. Le problème est qu'ils prennent les lecteurs pour plus imbéciles qu'ils ne sont !

La première victime, après le lecteur, c'est surtout le bouddhisme qui apparaît ainsi déformé en une sorte de caricature un peu sectaire, presque sans profondeur, dont quelques adeptes trop pressés semblent ici dans cette école, bien fiévreux, bien fébriles pour le justifier, pour le promouvoir et le défendre, alors qu'on ne leur reproche rien, qu'on ne leur dit rien. Ils n'ont rien à craindre. Alors de quoi ont-ils peur ?
Ils ne sont pas tranquilles, visiblement. Cela cache-t-il quelque chose ? se dit-on naturellement en feuilletant les pages d'un tel mémoire, et : pourquoi un tel empressement, une telle précipitation ? Auraient-ils quelque chose à vendre ? Si cette doctrine est si sage pourquoi ses adeptes le seraient-il si peu ?

Le boudhisme nous impressionne favorablement et simplement par les qualités des êtres qui l'ont adopté : leur silence, leur douceur, leur gentillesse, leur distance, leur détachement, leur sourire, leur gravité, leur humour, la sagesse de leur exemple, la valeur de leurs actes, etc. pas par une communication institutionnelle, fût-elle estampillée par l'université.
Cet étudiant fait fausse route en voulant nous convaincre. Il serait avisé d'impressionner par son silence.
Un vendeur de foire faisant la démonstration de la moulinette miracle me serait sympathique, et je m'arrêterais un instant pour l'écouter bonimenter les badauds. Mais le bouddhisme ainsi instrumentalisé, comme un objet de propagande devient quelque chose de sali, de déformé et d'inapproprié. C'est vraiment dommage.

En conclusion ce mémoire révèle davantage par ce qu'il ne dit pas mais qu'il trahit en filigrane, que par les banalités des brochures institutionnelles et la langue de bois des drouplas (frais émoulus de la retraite tantrique) dont il est nourri. On peut le lire ainsi avec profit.

C'est dommage que l'esprit analytique et la profondeur de la pensée de l'étudiant soient émoussés par l'adhésion communautaire, et que cette dernière empiète sur son projet de recherche et finisse par dévorer tout le mémoire ou presque. Mais il a le mérite d’exister.

                                                                                                                                  

 

Sur le dialogue interreligieux

http://www.scourmont.be/degive/tibet/tibet2.htm

Atypique et remarquable. Ce document est exceptionnel, parce qu'il s'agit d'un travail de fond, de nombreuses années de découverte d'un chrétien ayant fait l'effort de comprendre de l'intérieur je crois une autre religion, et d'autres civilisations situées à l'orient de la sienne. Ce qui paraît évident c'est que dans ce long essai son auteur est vraiment entré dans l'interculturalité, il a payé de sa personne en voyageant, en allant à la rencontre des communautés pratiquant le tantrisme bouddhique, tant en Europe qu'en Inde. Je suppose qu'avant d'abdiquer et de conclure par l'incompatibilité du modèle de non-moi bouddhiste (tibétain) et chrétien, il a dû espérer une découverte spirituelle, il a dû se demander si les Tibétains avaient, eux, la réponse aux questions qu'il ne trouvait pas dans sa propre église. Ce que je trouve admirable c'est le travail qu'il a accompli pour aller à la découverte de l'Orient, l'effort qu'il a consenti, et la mise en perspective des différents milieux, des différentes rencontres. Bref, même si je ne peux pas vraiment parler de ce document, puisque je ne le connais pas suffisamment, il témoigne quand même d'une véritable attitude de rencontre et de dialogue.

 

                      

Points communs & différences culturelles

http://membres.lycos.fr/cusi/fra/fra0067.htm

 

La perception du bouddhisme dans le catholicisme
http://www.pitaka.ch/cpe2.htm

Des liens y sont proposés sur le dialogue entre christianisme et bouddhisme : http://www.pitaka.ch/interfaith.htm

 

Homosexualité et bouddhisme ?

 Un nouveau lien venu cette fois de Wikipedia sur "Bouddhisme & Homosexualité" :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bouddhisme_et_homosexualit%C3%A9

Le Gay Zen Buddhist Web Site à Los Angeles a brièvement tenté d'offrir enseignement et pratiques sur la rencontre de l'homosexualité et du bouddhisme Zen :
http://members.aol.com/_ht_a/gayzenla/myhomepage/


Avec une page brève mais intéressante sur l'homophobie et les milieux du bouddhisme :
http://members.aol.com/_ht_a/gayzenla/myhomepage/homophobia.htm

 

Sexualités bouddhiques

Et pour ceux d'entre nous qui ne l'auraient pas encore lu, il y a bien entendu le désormais classique : Sexualités Bouddhiques de Bernard Faure (Professeur d'histoire des religions à l'université Stanford). Dont voici le résumé.

                  

Buddhanalyse

Le très beau site de Guillaume Lébène sur le bouddhisme & la psychanalyse (freudienne et jungienne) s'appelle bouddhanalyse. On y découvre des synthèses intéressantes sur la doctrine de Sakyamuni et une réflexion sur sa rencontre de l'Occident avec la psychologie des profondeurs.

 


                                                                                                                                             

 

NOUVEAU ! Shivaïsme du Cachemire, tantrisme, tantrisme bouddhique et Dzogchen : la vache cosmique

"Elle a quatres pattes : Le Shivaïsme du Cachemire, la Grande Complétude (Dzogchen), la Vision Sans Tête (Douglas Harding) et la Philosophie Intégrale (Ken Wilber). Avec ses gros et néanmoins agiles sabots, elle parcourt les mondes d'ici et d'ailleurs. Sur ce blog, vous trouverez à la fois des anecdotes personnelles sur la spiritualité en général, et plus particulièrement des réflexions sur la Reconnaissance (pratyabhijnâ), philosophie née au Xème siècle au Cachemire." (Arnagala)

Le très riche blog d'Arnagala nous invite à une exploration à la fois sincère, intérieure et intelligente, qui sait mettre en relation ces diverses expressions tradtionnelles, et en révéler les petis incidents critiques comme les vraies lignes de fracture. Ce journal souvent mis à jour est une mine à explorer. La nouvelle police noire sur fond  blanc est très lisible et la présentation améliorée récemment économisera vos yeux ! Après avoir lu la page d'accueil et ses messages récents, il faut piocher, avec délice, dans les thèmes des posts archivés indiqués en marge de droite.

 

La vache cosmique http://shivaisme-du-cachemire.skynetblogs.be/

                 
                                                                                                                                              

Extrait d'une intéressante page en anglais consacrée - en quelque sorte - au
"moving Zen" :
" The Abbot gathered his robes and entered the pit in front of the alter and began to perform sweeping hand gestures, chanting all the while. I watched transfixed as the Abbot told a story and painted a spiritual picture with his elegant hand gestures. Then, it hit me like a thunderbolt—the Abbot was doing mawashi uke and several times, pressed his hands, palm out in the same manner as we finish many of our Goju Ryu kata. Then, there was the Abbot’s hands finishing Shisochin—doing Tensho--Seisan. I heard a deep, “Toh” issue from the Abbot—not unlike a kiai, as he circled his hands in this seeming spiritual kata. I sat there shrouded by incense watching for the first time . . . something I had done hundreds or thousands of times . . . on the dojo floor.

This very powerful experience motivated me and launched me into a study of the relationship between kata and . . . ceremonial worship and thus, the relationship between the purpose or intent of karate-do and theosophy or religion. "

http://www.cybersurvey.com/kata.htm

 

                                                                                                                                                                

                

NOUVEAU !http://shantideva.net Shantidevaonline  (Ven. Dharmakara. The Shantideva Society)

Establishing a culture of peace and non-violence through the bodhisattva ideal

Providing not only a documented history, but also an anchoring point in the development of Buddhism, there were two different individuals within the Samatata territory of southeastern Bangladesh who were named "Shantideva" and both would leave their mark on Buddhism as it was practiced in the region.

The first to be mentioned in Bengal history, the "Acharya Shantideva" of Chan Ssu tradition, is the founder of the Avaivartika Sangha at Ashrama-Vihara in the 6th century and, as such, he should be considered the author of the Bodhicaryavatara in it's original composition of nine chapters, while his namesake, the later Shantideva who is identified as having been a student at the university of Nalanda in the 8th century, could only have expounded on the Bodhisattva ideal from the understanding of his predecessor and, as such, he should be considered the author of the post-dedication which would eventually become the tenth chapter of the Bodhicaryavatara.

In his soon to be published book, "The Kingdom of the Bodhisattvas", the Ven. Dharmakara (webmaster of http://shantideva.net) reconstructs history of the Deva dynasty from authenticated sources and years of personal research, painting a very vivid picture of their capital at Devaparvata (Skt., the mountain of the gods) [in southeastern Bangladesh] and it's commanding view of the mountains of Tripura.

While there are no questions about where Devaparvata was located, the ruins related to the residential compound of the Deva dynasty, as well as the riverway which encircled it, have been lost in modern times, but with the area slowly becoming a respected center for archaeological research, it is only a matter of time before the entire capital is unearthed and recognized as a cultural treasure.”

(Our heartfelt appreciation goes to Ven. Dharmakara who gave us permission to publish an excerpt of the main page of the Shantideva.net web portal. Une traduction automatique en français Babelfish est également disponible en ligne).

                

                                                                                                                                                          

                        

NOUVEAU http://www.angrymonkthefilm.ch/by Luc Shaedler)

Un road-movie et un voyage sur les traces du moine rebelle Gendun Choephel.

« Nous sommes à Shangrila, mystérieux toit du monde, siège de moines illuminés - une personne, une seule, y trouve beaucoup à redire: Gendun Choephel, moine mutin, qui quitte les ordres en 1934 à la recherche de nouvelles aventures. Un esprit libre et cultivé, précurseur de son temps, devenu modèle et espoir de toute une génération pour un Tibet libre. Un rebelle et un ardent critique de l’establishment qui donna du fil à retordre et échauffa les esprits des autorités tibétaines. »

« En parcourant la vie de ce moine peu orthodoxe, ce voyage filmique dans le temps nous permet de découvrir le Tibet ancestral tout en allant à l’encontre de bien des clichés. De nombreux enregistrements historiques, uniques et rares, sont montrés pour la première fois au grand public. Mais le film est loin de s’en tenir exclusivement au passé, il oscille délicatement entre tradition et modernité: des images d’archives de monastères et de caravanes de voyageurs sont mises en relations avec des scènes de discothèques ou avec des images d’autoroutes à Lhassa, sur les bords desquelles les pèlerins se prosternent, par exemple, pour pouvoir prier tout autour de leur lieux saints. »

Quelques extraits des citations du moine tibétain Guendun Choepel glânées sur ce site. Le moine décrit ici le Tibet féodal et lamaïste d'avant la présence chinoise :

« Au Tibet - tout ce qui est ancien et traditionnel, c’est l’œuvre de Bouddha. Tout ce qui est nouveau : L’œuvre du diable. C’est la triste tradition de mon pays »

« Les pauvres, aussi peu puissent-ils avoir, sont saignés aux quatre veines. »

« Jadis, on pensait aussi en Europe que le monde était plat. Ceux qui affirmaient le contraire, prenaient le risque d’être brûlés vivants. Aujourd’hui, personne ne doute plus, même dans les pays bouddhistes que la terre soit ronde. Au Tibet, on est les seuls à toujours affirmer que la terre est plate. »

(Merci à Mi. qui nous a communiqué ce lien.)

                

                                                                                                                                             

 NOUVEAU  forum sur le site bouddha.ch

J'ai parcouru le nouveau forum http://www.bouddha.ch/forum/ que propose désormais notre confrère le portail http://bouddha.ch

Très intéressant en tant qu'espace d'expression, avec déjà des contributions bien construites et documentées comme celles de Mr Jean Ledroit pour ne citer que lui. Un débat vrai, un ton sans langue de bois, bravo. Longue vie à ce forum que je référence de suite dans les liens utiles de http://bouddhismes.info

Quelque chose a changé sur l'agora bouddhiste francophone, la parole est en train de s'y libérer. C'est peut-être le premier pas indispensable qui n'avait pas encore été fait...

                   

 

                                                                                                                                                               

               

 NOUVEAU  GET GANGSTA OR DIE TRYIN': Why Young Tibetans Dress All Hip-hop

http://www.phayul.com/news/article.aspx?c=4&t=1&id=13374&article=GET+GANGSTA+OR+DIE+TRYIN'%3a+Why+Young+Tibetans++Dress+All+Hip-hop

Cet article bien écrit du jeune militant associatif tibétain Tenzin Wangyal nous montre des jeunes Tibétains en exil à la recherche d'une nouvelle identité en singeant le style et le vocabulaire gangsta (gangster) des jeunesses noires des ghettos. De plus en pus loin de nos images d'épinal en rouge et or.

                          

                                                                                                                                                            

NOUVEAU  notes from the road: India, China, and Tibet, 2006.

http://www.xeni.net/trek/
Ce blog superbement actualisé nous parle en particulier des tentatives de connecter la diaspora tibétaine au monde à l'aides des techniques du wifi et d'Internet. Une tonalité un peu prosélyte parfois (propagande discrète pour sa sainteté le dalaï lama), mais d'intéressantes images et nouvelles qui parlent d'un monde qui change.

                             

                                                                                                                                                            

LEGACY  La voix du disciple. Par Pierre Sogol, texte intégral sur blogspot.com.

Dans son livre en ligne l'auteur, qui signe du nom de plume Pierre Sogol, nous invite à ses intéressantes réflexions sur le sens du tantrisme bouddhique revu et corrigé par ces contemporains d'Occident qui s'en sont emparés pour l'adapter sur leurs terres. L'auteur qui a bien connu des "centres du dharma" fondés en France et en Grande Bretagne sait nous restituer avec talent l'atmosphère des "trente glorieuses" du bouddhisme. Avec humour et tact, mais sans jamais nous cacher l'essentiel de ses hypothèses, l'auteur laisse émerger impressions et souvenirs, rendant vivant ce voyage spirituel jusqu'à la conclusion de l'auteur qui clôt ce bel ouvrage en ligne : " Tant que nos contemporains auront de tels réflexes et se montreront aussi dociles, point n’est besoin d’épiloguer davantage, la « machine à décerveler » a de beaux jours devant elle... "

http://fauxdebutant.blogspot.com





 NOUVEAU Les textes en ligne de Frère Félix

Ton résolument neuf sur les weblogs de Frère Félix.

Laissons-le se présenter en quelques lignes : « Educateur d’enfants sourds à l’institut médico-pédagogique d’Illzach en Alsace, puis travailleur social dans un centre d’accueil de demandeurs d’asile de Mulhouse, je transmettais à l’OFPRA, Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides, les suppliques et les espoirs de familles de déracinés. J’entendais toutes sortes de récits sur l’arbitraire et l’abject. Dix ans auparavant, j’étais devenu un peu africain après avoir épousé la fille d’un haut fonctionnaire de l’ancien Zaïre, de surcroît chef coutumier de la région de Mbandaka. Les malheurs des pays pauvres ne sont pas toujours des fatalités. Mon travail me confrontait aux conséquences de l’opulence occidentale. C’était difficilement supportable. Entre 2001 et 2002, je parcourais inlassablement l’Asie. Mes pérégrinations me conduisirent dans un monastère himalayen assez isolé, dans le nord de l’Himachal Pradesh (Inde). Sa Sainteté Loungtok Tenpai Nyima, 33ème Abbé de Menri, quelques temps après mon arrivée, m’offrait de rejoindre la communauté monastique. » 

Frère félix nous parle d'érémitisme, des sens de la vie monastique qu'il connaît bien, de nourritures terrestres ou spirituelles... Plusieurs blogs thématiques sont mis à jour. Démarrer par sa page d'accueil :

http://bouddhanar.blogspot.com

Ou consulter la page qui lui est dédiée sur bouddhismes.info et lire l'interview croisée avec le webmestre :

http://bouddhismes.info/10.html
 

                                                                                                                                                

              

« Pourquoi j’ai renoncé à trouver ma religion, » critique argumentée / le développement d’une réfutation contemporaine du bouddhisme, par John Horgan

 

En anglais. Une tentative de réfutation argumentée du bouddhisme comme voie salvifique. Cet article de synthèse suggère aussi la fin de la mode naïve du bouddhisme aux Etats-Unis.

« Eventually, and regretfully, I concluded that Buddhism is not much more rational than the Catholicism I lapsed from in my youth; Buddhism's moral and metaphysical worldview cannot easily be reconciled with science—or, more generally, with modern humanistic values. »

Buddhist Retreat : Why I gave up on finding my religion.

By John Horgan, in : Slate online magazine / culturebox,
Posted Wednesday, Feb. 12, 2003.

Pour lire l'article :  http://www.slate.com/id/2078486

 

                                                                                                                                          

Pourquoi le bouddhisme a disparu d’Inde. Quelques hypothèses.

En anglais.To Undo the Scandal, Undo the Control” par Arun Shourie.

 

« Swamiji [Vivekananda] focussed on another factor about which we hear little today: internal decay. The Buddha -- like Gandhiji in our times -- taught us first and last to alter our conduct, to realise through practice the insights he had attained. But that is the last thing the people want to do, they want soporifics: a mantra, a pilgrimage, an idol which may deliver them from the consequences of what they have done. The people walked out on the Buddha's austere teaching – for it sternly ruled out props. No external suppression etc., were needed to wean them away: people are deserting Gandhiji for the same reason today -- is any violence or conspiracy at work ?

The religion became monk and monastery-centric. And these decayed as closed groups and institutions invariably do. […]

Swami Vivekananda, Sri Aurobindo and others who had reflected deeply on the course of religious evolution of our people, focussed on the condition to which Buddhist monasteries had been reduced by themselves. The people had already departed from the pristine teaching of the Buddha, Swamiji pointed out: the Buddha had taught no God, no Ruler of the Universe, but the people, being ignorant and in need of sedatives, "brought their gods, and devils, and hobgoblins out again, and a tremendous hotchpotch was made of Buddhism in India." Buddhism itself took on these characters: and the growth that we ascribe to the marvelous personality of the Buddha and to the excellence of his teaching, Swami Vivekananda said, was due in fact "to the temples which were built, the idols that were erected, and the gorgeous ceremonials that were put before the nation." Soon the "wonderful moral strength" of the original message was lost "and what remained of it became full of superstitions and ceremonials, a hundred times cruder than those it intended to suppress," of practices which were "equally bad, unclean, and immoral.... »

 

The Arun Shourie Site : (pour lire l'article)

http://arunshourie.voiceofdharma.com/articles/scandal.htm

                                                                                                                                             

                       

 NOUVEAU « La soumission n’a jamais mené personne à la libération. » Daniel Odier

Le lien suivant nous a très aimablement été communiqué par M.E. :

 

A découvrir dans Nouvelles Clés (en ligne), un entretien avec Daniel Odier  : http://www.nouvellescles.com/dossier/Croire/Odier.htm#bas

(Extrait) :

«  Nouvelles Clés : […]  beaucoup de maîtres exigent discipline et soumission, deux choses auxquelles vous semblez être allergique...
Daniel Odier : Ce ne sont que des enfants névrotiques en mal d’amour, des vampires, des anthropophages. La soumission n’a jamais mené personne à la libération. J’en ai vu de ces coquins pompeux qui surnagent grâce à la souffrance de leurs esclaves. Il faut ramper sur le sol pour leur adresser la parole, se soumettre à leurs caprices, s’incliner devant leur photo, écouter avec déférence leur radotage continu, subir leurs outrages. Il fut un temps où lorsqu’un maître radotait, il se trouvait quelqu’un de ses proches pour le ramener à la niche et lui fermer le clapet. Voilà ce que j’appelle un rapport sain, net et sans bavure. Un maître a besoin de travailler ; dès que ceux qui le suivent n’assument plus ce rôle créatif, ils le précipitent à la trappe du délire égotique.

N. C. : C’est une vision pour le moins originale.
D. O. : Rien de plus classique, c’est toute l’histoire du Ch’an, du Zen et du Tantra. Ce n’est pas en cirant les pompes des indigents qui dispensent un enseignement de seconde main que vous vous sortirez d’affaire. Cessez de vivre dans la peur, de surestimer ceux que vous avez choisis, entrez dans un rapport direct fondé sur la non-différence. Observez, dites ce que vous voyez, contestez ce qui vous semble contestable. Soyez généreux, aidez les maîtres à ne pas se laisser enfermer par l’adoration aveugle dont ils sont l’objet. Pourquoi la plupart des petits maîtres ont-ils l’aspect de perroquets empaillés couverts de poussière, de petits despotes entourés d’êtres moribonds ? C’est simplement que leurs disciples ne les ont pas renvoyés aux cuisines assez tôt. Jamais un être établi dans la vérité ne s’offusquera d’une remarque, d’une attaque en règle. Les disciples clouent les maîtres dans le ciel pour les y rejoindre au plus vite. Finalement, dans ce rapport névrotique, chacun tue l’autre. Sauvez ceux que vous aimez en ne leur laissant pas une seconde de répit. Aidez les maîtres à demeurer dans la nudité, réveillez les éveillés !

N. C. : Comment concevoir qu’un guide a besoin d’être réveillé ?
D. O. : La libération est une longue descente vers le cœur de votre être. Observez le guide et témoignez de votre amour en l’aidant à la vigilance. Dans le Tantra et dans le Ch’an, il est entendu qu’un maître cherche toujours celui de ses disciples qui a la capacité de le dépasser pour lui donner la transmission. C’est l’unique raison de la survie des lignées qui s’étendent parfois sur des millénaires. J’ai cru observer le contraire chez les petits maîtres qui tremblent dès qu’un être authentique pointe son nez dans leur repaire. Ils ne tardent pas à l’évincer avec la bienveillante collaboration des disciples qui participent à ce grand effroi. Essayez de railler ou d’émettre un doute poli devant l’un de ces charlatans et vous verrez à quelle vitesse vous allez être éjecté du groupe. La plupart des groupes spirituels ne sont que des associations de moribonds conventionnels au langage codé. Guidés par une momie, il glissent tout droit vers le conglomérat sectaire.

N. C. : Peut-il y avoir une réciprocité totale dans les relations avec quelqu’un qui enseigne ?
D. O. : Évidemment, c’est la marque de tout rapport humain non névrotique."

Lire l’entretien de Nouvelles Clés en ligne (propos recueillis par Marc Jaumarde) et obtenir des informations sur le livre de Daniel Odier : « Le Grand Sommeil des éveillés », aux éditions du Relié, 2000.  : plus d'info sur ce livre

Disciple de Kalou rinpoché en 1968, intéressé par le tantrisme bouddhique puis par le shivaîsme du Cachemire, Daniel Odier a notamment dirigé la collection "Voyageurs Immobiles", chez Jean-Claude Lattès. Parmi les titres de cette collection on note par exemple "Mahamoudra", de Guendune Rinpoché (1997). Mais Daniel Odier est aussi - et surtout - un écrivain prolifique à qui on doit (sous le pseudonyme Delacorta) le roman "diva" adapté au cinéma par Jean-Jacques Beneix. On trouvera une bibliographie de l'auteur à : http://fr.wikipedia.org/wiki/Daniel_Odier

 

 

                                                                                                                                                   

Nouveau ! Moteur de recherche expérimental Google Co-op :

"Etudes interculturelles sur le bouddhisme contemporain" :

Ce puissant moteur Google Co-Op Custom Search en version Beta est optimisé pour explorer les grands thèmes du bouddhisme contemporain à partir d'initiatives récentes d'expression sur le Web.

Il explore sélectivement le web avec la méthodologie Google en s'articulant en priorité sur une sélection de plus de 100 sites et pages Web sélectionnés par Marc Bosche parmi la page de liens utiles ci-dessus.

Il est optimisé pour des recherches tant francophones qu'anglophones même si sa page d'accueil est en anglais.

(Cliquer sur le lien ci-dessous pour accéder à la boîte de recherche et effectuer une recherche par mots-clefs en anglais ou en français :)

http://www.google.com/coop/cse?cx=005217880602524377800%3Ayf0sfpo3h14



Fictions spéculatives par Marc Bosche, copyright  28 mars 2006, dernière mise à  jour le 30 juillet 2006. Textes sous licence Creative Commons (copie autorisée pour usage non commercial). L'éditeur ne peut assumer aucune responsabilité éditoriale pour les liens externes proposés, ne connaissant pas nécessairement les arrières plans et les contextes des sites vers lesquels ces liens pointent depuis la présente page. Le fait de citer ces sources externes ne signifie pas que l'éditeur soit en accord avec toutes les opinions exprimées par ces sites externes vers lesquels des liens pointent.