Droits des victimes
 retour en page d'accueil : articles, documents et textes courts de Marc Bosche
 

Les droits des victimes des dérives sectaires

par Marc Bosche

 


"Vous avez des droits, et nous vivons dans un état de droit. N'oubliez jamais de prendre conseil, et d'envoyer un courrier au Procureur de la République. C'est le minimum, si vous désirez réparer un préjudice subi, ou venir indirectement en aide aux adeptes d'une institution qui abuserait de leur état de faiblesse ou d’ignorance, les maintenant dans un état de sujettion physique ou mentale. La loi du silence, l'acceptation de tout, conduisent à la continuation des délits." (extrait du site Web de l'Unadfi)

 

LUNADFI  défend les droits de la victime de dérives sectaires 

l'UNADFI, au niveau national, soutient les familles et des individus victimes, lors des procès qui mettent en cause des dérives sectaires et participe aux activités de la Miviludes qui coordonne la vigie des dérives sectaires au niveau interministériel. Localement, les ADFI offrent un accueil et une écoute des victimes dans les départements français sous forme de permanences, et tiennent à jour les informations qu'elles reçoivent. Ses bénévoles savent d'aileurs qu'ils sont particulièrement exposés aux activités d'intimidation des organisations dont ils reçoivent les victimes ou les familles des victimes.
L'UNADFI suit ainsi attentivement l'évolution des dérives sectaires dont elle est bien informée. Il est logique que les groupes incriminés, parfois dotés d'une certaine capacité financière, voire même d'une capacité financière certaine, tentent de faire obstacle à cette structure associative et essentiellement bénévole.

Il me semble que l'UNADFI (à moins que ce ne fût une ADFI locale) était d'ailleurs partie civile aux côté de la famille qui a obtenu réparation dans l'affaire du Néophare (suicide de disciple) cet été 2005 (jugement confirmé en appel). La peine de prison de 3 ans a été infligée en appel avec sursis pour le "maître spirituel" incriminé, mais les amendes et dommages et intérêts qui dépassent en tout 100 000 euros lui donneront l'occasion de méditer attentivement sur les conséquences de ses actes. Il risquait 5 ans de prison ferme. C'était la première application en France de la loi Abou-Picart qui permet de sanctionner l'abus de faiblesse ou d'ignorance sur des personnes en état de sujetion physique ou mentale. Cette récente loi Abou-Picart semble être un nouveau poil à gratter pour des organisations sujettes aux dérives sectaires (et surtout pour leurs maîtres à penser) qui protestent véhémentement sur le Net à son sujet.

Extrait du site de l'UNADFI :


U.N.A.D.F.I. : UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE DEFENSE DES FAMILLES & DE L'INDIVIDU
130 rue de Clignancourt
75018 PARIS
+ 33 1 44 92 35 92
Fax: + 33 1 44 92 34 57
http://www.unadfi.com/contact/
L'Unadfi a des antennes départementales, les Adfi, qui proposent des permanences d'accueil, leur liste est sur le site national de l'Unadfi.


Le site est aussi une riche source d'information sur l'actualité des dérives sectaires, et il peut être intéressant de le surfer en choisissant par exemple les pages où les informations sont classées chronologiquement, mois par mois. On découvre que chaque jour ou presque des nouvelles sont ainsi répertoriées et brièvement commentées.

D'un point de vue extérieur l'activité de l'UNADFI peut paraître un moyen de vigie du développement de nouveaux mouvements religieux, formations "ésotériques" ou alternatives et communautés new age. En réalité il faut bien admettre que c'est le soutien le plus efficace des personnes victimisées ou abusées par certaines dérives de certains de ces mouvements. Ces victimes, qui ont parfois subi un grave préjudice et ne savaient pas vers qui se tourner, trouvent avec l'UNADFI une écoute, un interlocuteur, de l'aide et de la compétence distinctive. En cela l'UNADFI est une précieuse intiative citoyenne qu'il faut soutenir et accompagner. Elle souhaite aujourd'hui se rapprocher des DDASS ainsi que du Ministères des Affaires Sociales pour mieux mailler son action avec celle des services de l'Etat.
Les nouveaux mouvements religieux qui attaqueraient l'UNADFI en justice auraient des raisons de découvrir en quoi leur initiative est une idée regrettable, voire l'avenir le dira, suicidaire. Ils risqueraient fort de perdre le statu quo qui leur permettait encore d'opérer dans le tissu sociétal, et d'enclencher un processus irréversible d'examen qui - loin de nuire à l'UNADFI - exposerait bien davantage encore leurs propres mécanismes confidentiels, leurs intérêts stratégiques discrets et néanmoins mercatiques, et cela encouragerait les services de l'Etat a regarder de plus près, voire de très près, la transparence et la légalité de leurs fonctionnements en éveillant davantage l'intérêt de la MIVILUDES, des services préfectoraux et des Renseignements Généraux, des URSSAF, des impôts, des services d'urbanisme, de la DDASS, etc.
Pour envisager ce genre de confrontation avec l'UNADFI, puis avec l'appareil des services de l'Etat, il faut arriver avec les mains très propres.

 

Défendre les droits des victimes

A la demande de personnes qui m'ont contacté et à toutes fins utiles pour les internautes, voici quelques adresses pour vous défendre ou défendre les droits de ceux qui seraient victimes par exemple d'un délit d'abus de faiblesse ou d'ignorance sur personnes en état de sujetion physique ou mentale. "L'expérience a montré qu'une démarche consistant, pour les pouvoirs publics, à qualifier de "secte" tel ou tel groupement et à fonder leur action sur cette seule qualification ne permettrait pas d'assurer efficacement cette conciliation et de fonder solidement en droit les initiatives prises. Aussi a-t-il été décidé, plutôt que de mettre certains groupements à l'index, d'exercer une vigilance particulière sur toute organisation qui paraît exercer une emprise dangereuse pour la liberté individuelle de ses membres afin d'être prêt à identifier et à réprimer tout agissement susceptible de recevoir une qualification pénale ou, plus généralement, semblant contraire aux lois et règlements. ." (extrait des directives du premier ministre, mai 2005, le texte intégral est présenté à la fin de ce message. )



Vérifiez que le mouvement dont un proche ou vous-même avez été victime n'a pas déjà été épinglé dans
le rapport de la commission parlementaire Gest-Guyard de 1996. On y notait quelques mouvements (j'en ai compté 6), se réclamant du bouddhisme parmi les 173 répertoriés.

G.E.M.P.P.I. : GROUPE D'ETUDE DES MOUVEMENTS DE PENSEE EN VUE DE LA PREVENTION DES INDIVIDUS
B.P. 2416
13000 Marseille cedex 2
+ 33 4 91 0872 22
+33 4 91 0872 22

GEMPPI (Groupe d'étude des mouvements de pensée pour la protection de l'individu)

C.C.M.M. : CENTRE DE DOCUMENTATION, D'EDUCATION & D'ACTION CONTRE LES MANIPULATIONS MENTALES - CENTRE ROGER IKOR -
3 rue lespagnol
75020 Paris
01.44.64.02.40

CCMM - Centre Roger Ikor (Centre de documentation, d'éducation et d'action contre les manipulations)


 

Contacts administratifs

gouvernement français / Administrations

MIVILUDES (Mission Interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires)
66, rue de Bellechasse
75007 PARIS FRANCE
01 42 75 76 08
Fax: 01 42 75 77 76
site internet :
http://www.miviludes.gouv.fr

MINISTÈRE DE L'EDUCATION NATIONALE CPPS /CELLULE CHARGÉE DE LA PRÉVENTION DES PHÉNOMÈNES SECTAIRES DANS L'EDUCATION
Monsieur l'Inspecteur
110, rue de Grenelle
75357 cedex 07 Paris
01.55.55.28.60
Fax : 01.55.55.06.50

MINISTÈRE DE L'EMPLOI ET DE LA SOLIDARITÉ
Adresser tout courrier à:
Mr. le Directeur de l'Action Sociale,
Ministère de l'Emploi et de la Solidarité
75696 PARIS CEDEX 14
Objet: Sectes/Dérives sectaires (à rappeler sur toute correspondance)

DELEGATION GENERALE A L'EMPLOI ET A LA FORMATION PROFESSIONNELLE
A contacter pour toute demande concernant un organisme de formation suspect
Délégation Générale à l'Emploi et à la Formation Professionnelle
Groupe National de Contrôle
7 square Max Hymans
75741 PARIS CEDEX 15
01 44 38 33 61 (secrétariat)


 

Contacts sur Internet

Vous pouvez également informer Mathieu Cossu et lui faire part d’une éventuelle mésaventure liée à une dérive sectaire si celle-ci est documentée et attestée. C’est le webmestre attentif du site Prevensectes :
http://www.prevensectes.com
(articles, actualités et témoignages. Site très informé et tenu à jour quotidiennement.)

http://psyvig.com/
« Psychothérapie Vigilance est au service des demandeurs de soin psychique et des victimes de psychothérapies déviantes ou abusives.»

Quelque mouvement qui se réclame du bouddhisme met en place actuellement un réseau de "psychothérapeutes". Si on vous propose leurs services, vérifiez qu’ils sont bien inscrits au
registre national des psychothérapeutes. Tous les médecins y sont inscrits de plein droit (ainsi que quelques autres professions reconnues). Vérifier à cette adresse.


 

La nouvelle Loi dite About-Picart de juin 2001 protège mieux les personnes :

« CODE PENAL (Partie Législative)

Section 6 bis : De l'abus frauduleux de l'état d'ignorance ou de faiblesse
Article 223-15-2

(Loi nº 2001-504 du 12 juin 2001 art. 20 Journal Officiel du 13 juin 2001)
(Ordonnance nº 2000-916 du 19 septembre 2000 art. 3 Journal Officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002)

Est puni de trois ans d'emprisonnement et de 375000 euros d'amende l'abus frauduleux de l'état d'ignorance ou de la situation de faiblesse soit d'un mineur, soit d'une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente et connue de son auteur, soit d'une personne en état de sujétion psychologique ou physique résultant de l'exercice de pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement, pour conduire ce mineur ou cette personne à un acte ou à une abstention qui lui sont gravement préjudiciables.
Lorsque l'infraction est commise par le dirigeant de fait ou de droit d'un groupement qui poursuit des activités ayant pour but ou pour effet de créer, de maintenir ou d'exploiter la sujétion psychologique ou physique des personnes qui participent à ces activités, les peines sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 750000 euros d'amende. »

Une peine de prison de 3 ans avec sursis (6 mois fermes) a récemment été prononcée à l'encontre du "maître à penser" dans une affaire de groupe spirituel (suicide d'un disciple, tentatives de suicides d'autres disciples). C'est la première fois que la loi de 2001 a été appliquée. Le jugement en appel a été prononcé début juillet 2005 et a confirmé le jugement avec une amende portée de 90 000 euros à 100 000 euros et 1500 euros de dommages et intérêts. Cette décision devrait faire jurisprudence.


 

Linfraction de travail dissimulé (source : Miviludes) :

« Elle a été créée, on l’a vu, par la loi du 11 mars 1997 et, remplaçant la notion de travail clandestin, elle permet une meilleure prise en compte par le juge des pratiques illicites.
En outre, le législateur a considérablement alourdi les peines sanctionnant le travail dissimulé, qui est passé du domaine contraventionnel au domaine délictuel : pour les personnes physiques, les peines peuvent aller jusqu’à 200.000 francs d’amende et deux ans de prison ; pour les personnes morales, elles peuvent être portées à 1 million de francs et être assorties de peines complémentaires telles que la dissolution de l’association ou de la société, le placement sous surveillance judiciaire, la fermeture temporaire ou définitive des établissements, la confiscation des biens qui ont servi à l’infraction (art. L. 362-6 du code du travail).
La panoplie ainsi considérablement renforcée doit permettre dorénavant au juge de sanctionner efficacement le travail illégal. La tendance des mouvements sectaires, que nous avons analysée, à abuser du bénévolat, rencontre donc, sur la base des nouvelles dispositions, un obstacle sérieux à son exercice. »


Le rapport de la commission parlementaire (1999) "les sectes et l'argent" présente plusieurs aspects précis de cette question du bénévolat dans les nouveaux mouvements religieux :

"Le point de départ réside généralement dans l'emploi de bénévoles, pratique très courante dans le domaine associatif, comme nous l'avons vu plus haut. Il y a recours abusif au bénévolat et dissimulation d'emploi salarié lorsque l'on trouve dans l'activité des bénévoles tous les éléments constitutifs du contrat de travail, à savoir : un travail, un lien de subordination entre celui qui le donne et celui qui l'exécute, enfin une rémunération.
[...] Dans tous les cas, le non-paiement de cotisations sociales ou la minoration de celles-ci vont naturellement de pair avec la dissimulation d'activité ou celle d'emploi salarié. La faiblesse du nombre de salariés déclarés par les organisations sectaires laisse craindre de telles dissimulations.[...]"


 

La politique actuelle de létat : « exercer une vigilance particulière sur toute organisation qui paraît exercer une emprise dangereuse pour la liberté individuelle de ses membres » Voici les directives du Premier Ministre :

« JO, 27 mai 2005
J.O n° 126 du 1 juin 2005 page 9751
texte n° 8
Décrets, arrêtés, circulaires
Textes généraux
Premier ministre
NOR: PRMX0508471C

Paris, le 27 mai 2005.

Le Premier ministre à Mesdames et Messieurs les ministres et secrétaires d'Etat, Mesdames et Messieurs les préfets

En créant, par le décret du 28 novembre 2002, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES), le Gouvernement a entendu réorganiser l'action préventive et répressive des services de l'Etat à l'encontre de ces agissements.

Après trente mois de fonctionnement de la MIVILUDES et à la suite du deuxième rapport annuel qui m'a été remis par son président, je juge utile de tirer les enseignements et de fixer les orientations qui suivent.

I. - Les principes de l'action menée par le Gouvernement

L'action menée par le Gouvernement est dictée par le souci de concilier la lutte contre les agissements de certains groupes, qui exploitent la sujétion, physique ou psychologique, dans laquelle se trouvent placés leurs membres, avec le respect des libertés publiques et du principe de laïcité.

L'expérience a montré qu'une démarche consistant, pour les pouvoirs publics, à qualifier de "secte" tel ou tel groupement et à fonder leur action sur cette seule qualification ne permettrait pas d'assurer efficacement cette conciliation et de fonder solidement en droit les initiatives prises.

Aussi a-t-il été décidé, plutôt que de mettre certains groupements à l'index, d'exercer une vigilance particulière sur toute organisation qui paraît exercer une emprise dangereuse pour la liberté individuelle de ses membres afin d'être prêt à identifier et à réprimer tout agissement susceptible de recevoir une qualification pénale ou, plus généralement, semblant contraire aux lois et règlements.

Ce souci de sécurité juridique, loin d'affaiblir l'action menée, ne fait que mieux garantir son efficacité.
Il est clair, toutefois, qu'une telle démarche ne peut être pleinement efficace que si les fonctionnaires et agents publics mènent, avec discernement, une véritable action de terrain :

- ils doivent s'attacher à rechercher et à identifier, dans leur périmètre d'attributions, toute activité, quelle que soit sa forme, susceptible de revêtir un caractère "sectaire", parce qu'elle place les personnes qui y participent dans une situation de sujétion ou d'emprise et tire parti de cette dépendance;

- cette activité doit alors être suivie avec une extrême vigilance de manière à prévenir tout agissement répréhensible et, s'il se produit, à engager sans délai l'action répressive.

Cette vigilance doit s'exercer en tenant compte de l'évolution du phénomène sectaire, qui rend la liste de mouvements annexée au rapport parlementaire de 1995 de moins en moins pertinente. On constate en effet la formation de petites structures, diffuses, mouvantes et moins aisément identifiables, qui tirent en particulier parti des possibilités de diffusion offertes par l'internet.

Cette vigilance est particulièrement cruciale à l'égard de certains groupes fondés sur une conception totalitaire et pratiquant un fonctionnement occulte, dont les agissements peuvent avoir des conséquences irréparables.

II. - Les modalités de l'action

L'action engagée doit être poursuivie grâce au dispositif, sans égal en Europe, mis en place tant au niveau national que local.

1. L'existence d'une mission interministérielle rattachée au Premier ministre permet la cohérence de l'action de l'Etat en coordonnant l'activité des services.

Le comité exécutif de pilotage opérationnel, qui réunit les représentants des administrations centrales les plus concernées, se réunit tous les deux mois. Je demande que ce rythme soit maintenu et que la représentation des services soit assurée de façon régulière et au meilleur niveau de responsabilité.

Le dialogue confiant et fructueux qui s'est noué sous la responsabilité du président de la MIVILUDES entre ce comité et le conseil d'orientation, qui réunit des personnalités qualifiées, doit être approfondi.

2. La même cohérence a été recherchée au niveau local avec l'institution, par une circulaire du ministre de l'intérieur, de " cellules de vigilance départementales " placées sous l'autorité des préfets.

Les missions de ces cellules seront transférées par décret en Conseil d'Etat, dans le cadre de la simplification des commissions déconcentrées, à un nouveau conseil compétent en matière de prévention de la délinquance, de lutte contre la drogue, contre les dérives sectaires et d'aide aux victimes.

Les préfets mettront en place au sein de chaque conseil un groupe de travail chargé de suivre spécifiquement les questions relatives à la lutte contre les dérives sectaires.

3. Certains ministères ont désigné des correspondants ou chargés de mission spécialisés. Je souhaite que chaque ministre se dote d'un tel responsable, à un niveau adéquat (cabinet, direction des affaires juridiques ou direction stratégique) avec des capacités de coordination et d'animation reconnues.

4. Les correspondants régionaux de la MIVILUDES désignés par les préfets de région ont reçu une mission générale de formation et d'information. Cette mission doit être confortée et élargie. Je souhaite en particulier que soit élaboré, au niveau régional, un document de synthèse permettant de suivre les évolutions, et que soit organisé, avec l'aide notamment du "Guide de l'agent public", un programme de formation interservices sur les dérives sectaires.

5. Les services compétents de police et de gendarmerie, ainsi que l'autorité judiciaire, constitueront des recueils de données actualisées, portant notamment sur le nombre et la nature des signalements, des plaintes, des enquêtes ou des condamnations en rapport avec des dérives sectaires.

6. Chaque département ministériel dressera un bilan annuel de ses actions pouvant figurer, en tout ou partie, dans le rapport du président de la MIVILUDES. Ce bilan devra porter sur les activités poursuivies, les actions de formation entreprises et les résultats obtenus au niveau local comme au niveau national. Le cas des enfants et des adolescents devra faire l'objet d'une attention particulière de façon à assurer la protection qui leur est due. [...]

[...] et le recours à des listes de groupements sera évité au profit de l'utilisation de faisceaux de critères. Je vous demande de procéder à cette mise à jour au plus tard pour le 31 décembre 2005.

  Le premier Ministre. »



 Sur le vif / Pour aller plus loin :

Suite à la publication des textes sur nos sites, nous sommes contactés par des lecteurs attentifs qui nous demandent conseil, soit pour se reconstruire après quelque expérience communautaire difficile, soit pour faire face à un abus de faiblesse ou d'ignorance dans un état de sujétion physique ou mentale, soit pour témoigner publiquement de leur expérience et épargner ainsi à d'autres les mêmes déceptions.

Nous sommes très sensibles à ces demandes. Mais il ne nous est pas possible, nous le regrettons, de nous substituer ainsi à des professionnels qualifiés de l'information, de la santé ou du droit. Nous suggérons donc aux personnes ayant besoin d'information ou d'assistance, ou souhaitant faire utilement partager leur expérience les quelques pistes suivantes :




Veille institutionnelle / gouvernement français. MIVILUDES. "
« Notre politique vis-à-vis de la mouvance New Age, explique un conseiller de la Mission Interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives à caractère sectaire (MIVILUDES), c’est l’information et la prévention à tous les niveaux. Lutter contre la naïveté , c’est au dessus de nos moyens.» Et la naïveté est aujourd'hui la chose au monde la mieux partagée. « Les gens ont peur de la mort, de la maladie… Ils n’acceptent pas ce que nos anciens acceptaient : une vie ordinaire. »" in France Soir du 17 juin 2006.
Article de Wikipedia :  
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mission_interministérielle_pour_la_lutte_contre_les_sectes



Site d'information mis à jour quotidiennement. Site PREVENSECTES. Pour essayer quand même de dissiper cette naïveté, au moins pour nous-mêmes, voici quelques rérérences bibliographiques en ligne trouvées sur ce site indépendant. Cette page de liens utiles concernant les techniques de manipulation mentale, et une analyse intéressante du phénomène de fascination pour les spiritualités orientales.



Assistance / Associations. Contacter l'UNADFI ou l'une de ses antennes régionales. Si vous-même ou un de vos proches, tout particulièrement un mineur, pensez avoir été victime(s) de dérives à caractère sectaire vous pouver contacter l'UNADFI une structure associative (qui intervient aussi à la MIVILUDES) comportant des antennes décentralisées (ADFI) en province et qui pourra vous conseiller efficacement.



D'autres Liens :

Nous avons trouvé sur Wikipedia quelques liens vers ces sites qui se proposent d’informer de diverses manières sur les dérives sectaires. certains ont déjà été cités ci-avant. Les voici à toutes fins utiles au cas où vous souhaiteriez plus efficacement communiquer votre propre expérience et éviter ainsi à d’autres d’être abusés.

 

Sites d'organismes officiels

 

CCMM - Centre Roger Ikor (Centre de documentation, d'éducation et d'action contre les manipulations)

CIAOSN (Centre d'information et d'avis sur les organisations sectaires nuisibles), centre fédéral belge créé par loi du 2 juin 1998 en faisant suite à une des recommandations de l'enquête parlementaire Belgique

FECRIS (Fédération européenne des centres de recherche et d'information sur le sectarisme)

GEMPPI (Groupe d'étude des mouvements de pensée pour la protection de l'individu)

 

Sites associatifs ou personnels

 

Non aux sectes, par Philippe Allard

Attention Enfants pour la défense des enfants et adolescents contre les agissements des sectes

VAP anti-sectes, études et analyses de certaines sectes moins connues (Le Patriarche, Tabitha's place)

SOS Dérives sectaires

Secticide

Prévention des phénomènes sectaires, document publié par l'Équipe de prévention intercatégorielle des conduites à risques (EPICAR) de l'Académie d'Amiens

Au nom de la liberté religieuse : les sectes, cheval de Troie des États-Unis en Europe, par Bruno Fouchero, Le Monde Diplomatique, mai 2001

Citations sur les sectes (auteurs, philosophes)

Forum sur les dérives des sectes

 

L’article complet de Wikipedia sur les phénomènes sectaires est à cet url : http://fr.wikipedia.org/wiki/Secte





Pour prendre contact avec les services internationaux et européens de police

Liens internationaux

Les organisations du tantrisme bouddhique et plus généralement les mouvements bouddhiques et néo-bouddhistes ont su depuis longtemps utiliser la fluidité et les possibilités que leur donne une implantation internationale, hélas y compris dans le cas de mouvements et de personnalités mises en cause pour des abus sur des disciples. Un scandale éclate dans un pays : peu importe, le leader contesté et son organisation se développent dans un autre état, où leur réputation ne les précède pas encore. Internet devrait favoriser l'information des élèves et leur éviter ces pièges. Si ce travail a déjà été accompli dans le cas des grandes organisations à dérives sectaires, il n'est pas encore commencé pour les dérives éventuelles du bouddhisme. Vous pourrez donc utilement renseigner ces sites et ces organisations européennes, qu'elles soient inter-gouvernementales ou associatives, si vous pensez avoir été victime d'un abus, de manière par exemple à ce qu'une organisation ou qu'un gourou poursuivis dans un pays pour ses délits ne puissent abuser d'autres disciples ailleurs.


Interpol

« Interpol is the world’s largest international police organization, with 186 member countries. Created in 1923, it facilitates cross-border police co-operation, and supports and assists all organizations, authorities and services whose mission is to prevent or combat international crime.

Interpol aims to facilitate international police co-operation even where diplomatic relations do not exist between particular countries. Action is taken within the limits of existing laws in different countries and in the spirit of the Universal Declaration of Human Rights. Interpol’s constitution prohibits ‘any intervention or activities of a political, military, religious or racial character.’ »

Criminal activity should, in the first instance, be reported to your local police department or your National Central Bureau (NCB). For further info, see our Police-Justice links.

If you still need to contact Interpol directly then please use the address, fax number or e-mails below.

INTERPOL
General Secretariat
200, quai Charles de Gaulle
69006 Lyon
France

Fax: (33) 4 72 44 71 63

envoyer un message à Interpol (communication et publications) : http://www.interpol.int/public/mail/mail3.asp?id=pii

envoyer un message à Interpol (oeuvres d'art volées) : http://www.interpol.int/public/mail/mail3.asp?id=woofar

envoyer un message à Interpol (empreintes) : http://www.interpol.int/public/mail/mail3.asp?id=fingerprints

envoyer un message à Interpol (profilage ADN) : http://www.interpol.int/public/mail/mail3.asp?id=denuac



Europol

« Europol is the European Law Enforcement Organisation which aims at improving the effectiveness and co-operation of the competent authorities in the Member States in preventing and combating terrorism, unlawful drug trafficking and other serious forms of international organised crime. »

Adresse postale :

Europol
P.O. Box 908 50
2509 LW The Hague
The Netherlands


Adresse physique :

Raamweg 47
2596 HN The Hague
The Netherlands

Contact :

Phone: +31 70 302 5000
Fax: +31 70 345 5896 

For general enquiries:
info@europol.europa.eu

For media enquiries, information requests, visits and events:
corporate.communications@europol.europa.eu

Site internet :

http://www.europol.europa.eu/



Pour informer et renseigner des sites européens et internationaux de prévention du sectarisme

Nous reprenons ici l'essentiel de la liste publiée sur le site européen de la FECRIS que nous remercions ici pour ces informations dont nous n'avons bien évidement pu vérifier toutes les sources qui sont de natures très hétérogènes.

Copyright de la publication suivante : FECRIS (Fédération européenne des centres de recherche et d'information sur le sectarisme)

Armenian:
National Spiritual Security

Deutsch:

Deutschland:
Innenministerium des Freistaates Bayern
Aktion für geistige und psychische Freiheit Bonn
Evangelische Zentralstelle für Weltanschauungsfragen, Berlin
Sekten in Sachsen (Pfarrer Gerald Kluge)
Datenbank "Religio", Jena
Kultinfo, Berlin
Senatsverwaltung für Schule, Jugend und Sport, Berlin
Tilman Hausherr, Berlin
Bericht der ehemaligen Enquete-Kommission des Deutschen Bundestages
Infodienst des Netzwerks ehemaliger Zeugen Jehovas in Deutschland
Manfred Gebhard (Ex-Zeuge Jehovas)
Kids e.V. (Kinder in destruktiven Sekten)
Wennn Glaube krank macht (Dr. Olaf Stoffel)
Der Missionar spezial (Gerhard Wahle)
Ausstiegsberatung Dipl.Psych. Dieter Rohmann, München
Odenwälder Wohnhof e.V:
Aussteiger der Boston-Bewegung
Aktion Bildungsinformation e.V., Stuttgart
Artikel 4 - Initiative für Glaubensfreiheit e.V., Bochum
INTERIM - Hilfe und Selbsthilfe e.V., Berlin
Schutzgemeinschaft gegen Sekten und Kulte (Bayern)
Evangelische Landeskirche in Württemberg
Sektenberatung Regensburg
Sekten-Info Essen e.V.
Katholische Sozialethische Arbeitsstelle
Evangelische Zentralstelle für Weltanschauungsfragen
AUSSTIEG e.V.
Aufklärungsgruppe Krokodil
Promed e.V. - Verein gegen unlautere Praktiken im Gesundheitswesen
NAK - Ausstiegsproblematik

Österreich:
Gesellschaft gegen Sekten- und Kultgefahren
Bundesministerium für soziale Sicherheit, Generationen und Konsumentenschutz
Sektenstelle des Landes Niederösterreich
Kult & Co, Tirol
Eso-Informationsdienst Steiermark
Referate für Weltanschauungsfragen der katholischen Diözesen in Österreich
Netzwerk -Verein für Sekten und Kultfragen, Graz/Villach
Frau El Awadalla (Buchautorin)
WAP Sekten Info
Ilse Hruby
Gerd Borchers (Ex-ZJ)

Schweiz:
www.sekten.ch online info & beratung
Katholische Arbeitsstelle "Neue religiöse Bewegungen"
Ökumenische Beratungsstelle Luzern
Evangelische Informationsstelle Zürich
Information über Religionen und rel. Bewegungen
rel-news
InfoSekta, Zürich
SADK, Düdingen
Peter Widmer
Hugo Stamm
ASDFI

English:
FAIR, UK
Cult Information Center, UK
Dialogue Ireland
Tax-exempt Child Abuse and Neglect?
Apologetics Index
FACTNET
Arnaldo Pagliarini Lerma
American Family Foundation
Free Minds
Wellspring Retreat & Resource Center
Christianity Today
Watchtower News
Infocult - Infosecte, Kanada
Freedom of Mind (Steven Hassan)
Cult Information and Family Support Inc., Australia
Safe Passage Foundation
Moving On (ex-CoG),
Re-Entry Therapy, Information & Referral Network, UK

Espagnol:
Atención e Investigación de Socioadicciones, Spanien
Fundación S.P.E.S, Argentina

Français:
UNADFI, France
Attention Enfants, France
Mathieu Cossu, France
Roger Gonnet, France
GEMPPI, France
Secticide - defénse et protection contre les dérives sectaires, France
Contacts et Informations sur les Groupes Sectaires, Belgium
Infocult - Infosecte, Canada
ASDFI, Suisse

Italiano:
Kelebek (Dr. Miguel Martinez), Italia
Sects, Religions & Spirituality (Dr. Raffaella di Marzio), Italia

Nederlands/Vlaams:
SIMPOS, Nederland

Russian:
Center for Religious Studies, Russia
Center of New Religious Movements Studies, Belarus

Skandinavisk:
Dialog Center International, Aarhus, Danmark
FRI - Foreningen Redd Individet, Oslo, Norge
Stiftelsen Liv i Frihet, Hokksund, Norge
FRI - Föreningen Rädda Individen, Hägersten, Sverige
Per Kornhall, Ex-Livets Ord, Sverige

Ukrainian:
Family and Personality Protection Society



[Fin de la liste publiée sur le site de la FECRIS : FECRIS (Fédération européenne des centres de recherche et d'information sur le sectarisme)]






Fictions spéculatives par Marc Bosche, copyright  28 mars 2006. Textes sous licence Creative Commons (copie autorisée pour usage non commercial). L'éditeur ne peut assumer aucune responsabilité éditoriale pour les liens externes proposés, ne connaissant pas nécessairement les arrières plans et les contextes des sites vers lesquels ces liens pointent depuis la présente page. Le fait de citer ces sources externes ne signifie pas que l'éditeur soit en accord avec toutes les opinions exprimées par ces sites externes vers lesquels des liens pointent.