MÉDIATION PAR LES PAIRS
Définition
La médiation est un processus qui permet, lors d’un conflit, l’intervention de personnes extérieures et formées, pour dépasser le rapport de force et trouver une solution sans perdant ni gagnant.

Elle vise à remplacer la violence par des mots.

Babeth Diaz et Brigitte Liatard-Dulac caractérisent la médiation scolaire par les pairs comme une médiation PAR, POUR, AVEC et ENTRE les jeunes. En effet, les adultes ne peuvent être mis en cause ni faire l’objet d’une médiation puisqu’ils n’ont pas le même statut. La place des adultes est toutefois une question qu’il faudra se poser lors de la construction du projet dans chaque établissement. En effet, les adultes sont indispensables dans la mise en oeuvre et la régulation des espaces de médiation au sein d’un établissement.

(Cliquez sur l'image pour télécharger la plaquette de formation)

Pourquoi la médiation ? Les enjeux

La médiation scolaire par les pairs s'est développée en France, en particulier à la suite des travaux de J.P. Bonafé-Schmitt dans les années 90. 

Ce dispositif est un élément de réponse au malaise scolaire et à l'existence d'une violence endémique dans les établissements. Pour Bonafé-Schmitt, « Cette crise de l'institution scolaire comme lieu de socialisation se double d'une autre crise, celle des modes de régulation des conflits... les établissements scolaires fonctionnent sur un modèle qui laisse peu de place à l'institutionnalisation des conflits... ceux-ci sont le plus souvent niés et appréhendés comme un dysfonctionnement, une déviance, rarement vécus d'une manière positive. »

Pourtant , pour G. Simmel « le conflit est une forme de socialisation qui participe à la structuration de nos sociétés. Le conflit contribue d’une certaine manière à la régulation sociale, à inventer de nouvelles normes et règles de vie en commun ».

Aujourd’hui, le droit, tout comme la justice, sont de plus en plus appelés à réguler les conflits et cela ne laisse pas beaucoup d’espace à la parole de chacun.

Choisir de former des élèves médiateurs, c’est instaurer la parole comme mode prioritaire de résolution des conflits. C’est tout simplement donner un espace à la parole au sein de l’établissement.

La médiation est un processus de gestion des conflits mais ne représente pas une mesure disciplinaire en soi. Elle constitue une alternative au modèle disciplinaire mais n’est pas incompatible avec la sanction. La médiation vise à créer un nouvel espace de gestion des conflits. Cet espace repose sur une redéfinition des rapports entre élèves et entre élèves et adultes. La mise en place de tels espaces ne se décrète pas ; elle nécessite un accord, une adhésion minimum de l’ensemble des acteurs de la communauté scolaire.

Pour cela, le projet de médiation scolaire par les pairs a besoin à la fois d’une institutionnalisation (projet d’établissement) et d’une inscription dans le temps.

Cette notion de temps nous permet d’aborder la médiation scolaire comme un processus éducatif et un mode d’apprentissage sur la durée. C’est un changement de représentation à l’égard des modes de gestion des conflits.

Exemple d’apprentissages

  • Développer les capacités de communication, les modes de raisonnement
  • Acquérir un esprit critique
  • Prendre en considération les points de vue de chacun sans prendre parti
  • Apprendre l’écoute sans jugement…

L’institutionnalisation de la médiation scolaire par les pairs est tributaire de l’implication d’un groupe d’adultes (chef d’établissement en premier lieu, équipe éducative, élèves et parents). C’est un projet qui ne relève pas de la culture dominante (mode disciplinaire avec droit et justice) mais plutôt d’une contre-culture.

Pourtant aujourd’hui les initiatives dans ce domaine sont nombreuses (communication non-violente, méthode ESPERE de Jacques Salomé, initiatives de paix et de non-violence…). Les relations interpersonnelles, la communication deviennent un enjeu dont l’UNESCO s’est emparé lors de la définition des compétences scolaires nécessaires à tout jeune.

Difficultés, objections, peurs

La médiation scolaire par les pairs engage tous les acteurs en profondeur et risque d’être perçue comme une activité supplémentaire et chronophage, et donc de provoquer certaines réticences. Il s’agit de tenir compte de ces réticences et d’argumenter sans agressivité selon les objections. Elles peuvent être de plusieurs ordres :

  • le découragement : - " A quoi bon..."
  • le manque de temps : -" On n'a pas le temps..."
  • le fatalisme : - " On ne peut rien y faire, cela a toujours existé..."
  • le recentrage sur sa matière  - " Je suis là pour enseigner..."
Les peurs sont moins souvent exprimées mais existent :
  • la réputation de l’établissement (parler de médiation laisse à penser qu’il y a des conflits et des problèmes…) 
  • le partage du pouvoir (lourde responsabilité sur les épaules des jeunes, l’élève va jouer au petit chef…l’adulte va perdre son pouvoir…) 
  • la peur du conflit 
  • se remettre en question (cela peut déstabiliser)

Pour les élèves, les peurs existent aussi : le jugement des autres, perdre la face, ne pas être à la hauteur, passer pour un chouchou, la peur des représailles…

Pour Babeth Diaz et Brigitte Liatard-Dulac, le véritable antidote à la peur reste la confiance en soi ; et la formation y contribue fortement.

Conclusion

La médiation est donc bien un projet à long terme, un espace qui vise à remplacer la violence par les mots, c’est-à-dire à restaurer la citoyenneté. C’est un processus éducatif à part entière qui doit faire partie d’une démarche inscrite au projet d’établissement et qui concerne tous les acteurs du système éducatif, d’où la nécessité de les sensibiliser.

C’est un projet ambitieux qui contribue à une vision non-violente des relations humaines, c’est un véritable pari sur l’avenir.