Economie de l'Attention

Recherches

Kevin Mellet Chercheur au Laboratoire SENSE, Orange Labs - Chercheur associé à EconomiX
Emmanuel Kessous
Moustafa Zouinar
Dominique Boullier Université Rennes2, Lares - un article dans la revue Réseau en 2009: Les industries de l'attention: fidélisation, alerte ou immersion.

Recherches sur l'attention

Blog de Jean-Philippe Lachaux - Directeur de recherche à l'INSERM - Le cerveau attentif

Plusieurs intervention de Jean-Philippe Lachaux à l'occasion de la sortie de son ouvrage "Le cerveaux attentif" (sur Amazon)

lu sur le blog de Jean-Philippe Lachaux :

"
Elle me permet d’attirer votre ... attention, sur plusieurs émissions de radio auxquelles j’ai eu la chance de participer récemment pour parler du thème qui m’est cher. Voici les liens si cela vous intéresse :


Sur France Inter, La Tête Au Carré : l’impact du numérique sur le cerveau, 17 octobre 2011. 


Sur RFI, Autour De La Question : à quoi sert l’attention ? le 13 juin 2011


Sur France Culture, Science Publique : notre attention est elle maîtrisable ? le 25 mai 2011


Sur le web, vous pouvez aussi lire deux tribunes concernant les contraintes que les nouvelles technologies imposent à notre attention, sur les sites du Figaro et du Monde :


Les smartphones modifient-ils le fonctionnement du cerveau


SOS, cerveau en surchauffe !


Acteurs logiciel

A propos de l'attention

Alexis Mons en 2009 à propos de la parution de l'ouvrage de Chris Anderson "Free": Chris Anderson et l'économie de l'attention

Richard MacManus dans ReadWriteWeb en 2007: Attention Economy: All You Need to Know

Un Slideshow de Philippe Couve: L'économie de l'attention en 2008.

Observation de mon attention

Je choisis pour porter mon attention sur certains supports. Ainsi elle ne porte jamais sur la TV, je ne regarde pas le JT, je ne regarde presque aucune émission TV, sauf "La nouvelle star" qui captive suffisamment mon attention pour que je n'ai pas raté une émission en 2007, 2009. Je consomme ce type d'émission comme un feuilleton, si je rate un épisode, l'émission perd de sont intérêt. Aussi je m'organise pour voir toutes les émissions. 

Je ne porte pas attention à la radio. Ma connexion est trop aléatoire, je pioche quelques infos, parfois... C'est tout.

Abonnée à Télérama, je ne porte pas beaucoup d'attention à la culture.  Je me contente souvent de regarder mon filtre sur les cinéma de mon quartier, avec comme critère de choix la notation de Télérama. Je ne lis pas les critique, je préfère le site en ligne, qui ne me donne que l'information pertinent sur la principale activité culturelle: le cinéma. Abonnée à quelques chaine cinéma sur le cable, Téléram ame permet certains soir de choisir un film. 

Je ne porte que peu d'attention au fil d'actualité de mes 300 contacts Facebook. J'ai constitué une liste des personnes pour lesquelles il est important pour moi de suivre leur actualité, plutôt famille et amis très proches, et je me contente souvent de porter mon attention sur leurs news.

Je ne porte pas attention régulièrement aux news de mes comptes Twitter. Je préfère mon filtre informationnel, basé sur les sources que j'ai choisi. Moins d'ouverture, moins de découverte, moins de Sérendipité mais efficace.

Mon agrégateur RSS sur Google reader contient de nombreux fils. Des fils de news, mais aussi des fils sur les photos de mes amis Flickr, ce qui me permet de suivre les nouvelles publications dans un outil unique. Mes fils de news sont classés dans des dossiers, et je vide certains dossiers sans les lire en cas de surcharge. J'essai toujours de ne pas avoir de news non lues, même si pour atteindre cet objectif je dois en zapper certaines. L'accumulation de nouvelles à lire, est déprimante. 

Je porte une attention délibérée aux blogs de mes amis, jusqu'à un certain point... Si la fréquence de publication est trop élevée, ou le contenu débilitant, j'arrête... Pas complètement sûre qu'à ce stade ils soient toujours mes amis.
Les blogs que je suis ne sont pas tous liés à mon activité professionnels, certains découverts par hasard m'accrochent, pas toujours définitivement. Je supprime l'aonnement lorsque le contenu me parait répétitif. 

Je suis abonnées aussi à quelques podcast de France Culture notamment l'émission de philosophie de Raphaël enthoven que j'écoute dans les transports, et à la salle de sport.

Lorsque je me connecte sur Twitter je dispose d'une photographie instantanée d'un flux; cette approche par sondage de l'information, me perturbe. Je peine à ne pas être fidèle et à ne pas lire tout ce qu'une personne publie, une question de cohérence, d'approche globale, holistique, de raisonnance entre ces différents tweet.. Un contexte, enfin quelques chose qui me manque, et qui fait que je crains de ne pas comprendre l'information, cat non replacée dans son contexte.

Je lis mes mails avec attention, je me contente de lire le titre du mail facebook sans l'ouvrir si le message n'est pas personnel, ou vraiment ciblé.
Je parcours les mails de récapitulation des activités des groupes auxquels je suis abonnés sur LinkedIn et Viadéo. Je ne me connecte pas chaque jour sur ces plates-formes.

J'ai abandonné mise en oeuvre de Google analytics, et autres mesure d'audience. En 2004 lors de la création de mon premier blog, je surveillais les mots clés qui permettaient de lire mon contenu. L'expérience me montre que c'est illusoir. Il est préférable de produire du contenu, plutôt que de perdre du temps à mesurer qui le lit. toute production de contenu, est une occasion de prendre du recul par rapport à une information, et de valider de nouvelles connaissances. La publication a une valeur en soi, indépendante de l'audience.

En tant que consultante, les contrats que je peux avoir avec des entreprises proviennent de mon réseau de connaissance, de mes prestations live, et non de l'information que je suis à même de publier sur le web. Ces informations constituent une carte de visite qui sera parcours par celui qui a besoin de mes talents. Celui qui est abonné à mon fux RSS, est plutôt un acteur qui partage les mêmes préoccupations que moi, qui va donc échanger avec moi sur mes pratiques, mais qui ne va pas me permettre d'attirer l'attention d'un commanditaire.

Ressources

A lire ou télécharger sur cette page le livre blanc rédigé par Alexis Mons et Manuel Diaz pour groupeReflect www.groupereflect.net

Un article sur le filtrage collaboratif de l'information : Le nouvel âge de l'information personnalisée de Benoît Raphaël

ċ
AttentionMarketing_groupeReflect.pdf
(8433k)
Sylvie Le Bars,
23 juin 2010 05:46
ą
Sylvie Le Bars,
24 mars 2011 05:35
Comments