Statistiques



Site scientifique à but non lucratif créé par Riad BALAGHI et Mohammed JLIBENE chercheurs à l'INRA (Maroc)

Au Maroc, plus de 50% des précipitations sont concentrées sur seulement 15% de la superficie du pays avec une variabilité spatiale et temporelle considérable. Les précipitations moyennes annuelles sont de 352 mm (période de 1988 to 2004), variant de 723 mm au nord (à Tanger) à 71 mm au sud (à Lâayoune). Le volume annuel des précipitations est évalué à 150 km³ en moyenne (en multipliant la superficie du pays par les précipitations moyennes), variant de 50 to 400 km³ selon les années.

 

Distribution spatiale et temporelle de la pluviométrie (mm) au Maroc illustrée par quelques stations météorologiques (Balaghi, R. Données source: DPV)

 


L’évolution des rendements au cours des années, suit celle du volume pluviométrique, une observation qui a été constatée il y a bien longtemps. Le graphe ci-dessous illustre bien cette liaison.  L’exemple de blé tendre à l’échelle nationale est donné. Une augmentation de la pluviométrie annuelle par rapport à la campagne précédente est accompagnée d’une augmentation du rendement, et vice-versa, une diminution de la pluviométrie annuelle s’accompagne d’une diminution du rendement.  Il y a une corrélation positive proche de 80% entre pluviométrie annuelle et rendement. Cependant, il y a quelques exceptions à cette règle.  Durant les campagnes 1983-1984 et 1989-1990, le rendement a chuté alors que la pluviométrie a augmenté.  A l’inverse, durant les campagnes 1992-1993 et 1997-1998, les rendements ont augmenté malgré une chute de pluviométrie.  Ce qui démontre l’importance de la distribution de la pluviométrie au cours du cycle de la plante.

Evolution du rendement en grain du blé tendre et de la pluviométrie au Maroc (Balaghi, R. Données sources: DPV et DPAE)