Le semis des céréales



Site scientifique à but non lucratif créé par Riad BALAGHI et Mohammed JLIBENE chercheurs à l'INRA (Maroc)


Choix du semoir

Il est préférable d'utiliser un semoir mécanique parce qu'il permet un peuplement homogène qu'on peut contrôler. Le semoir mécanique distribue la semence le long des lignes parallèles espacées de 7 à 20 cm, selon les cas. Ce n'est pas une répartition idéale, mais la meilleure pour un semoir mécanique.

Certains semoirs disposent d'une seule trémie pour la semence, mais d'autres en possèdent deux, une pour la semence et l'autre pour les engrais.

Le semoir de semis direct développé à l'INRA dispose de deux trémies reliés au soc par des tubes permettant l'emplacement de la semence à 5 cm dans le sol et les engrais à 3 cm plus bas.


Date de semis

Le plus tôt sera le mieux

Les semis sont souvent effectués après les premières pluies d'automne qui surviennent généralement en octobre. La venue des premières pluies rassure les agriculteurs, permet l'émergence des mauvaises herbes que les travaux de sol éliminent par la suite, et rendent le sol plus meuble et donc facile à travailler. Les semis sont effectués en général entre novembre et décembre. Mais des semis tardifs sont aussi réalisés.

La date de semis a un effet déterminant sur les niveax de rendement. Les semis précoces permettent d'atteindre des niveaux de rendement supérieurs à ceux des semis tardifs. Le semis tardif expose la culture aux sécheresses de fin de cycle et, parfois, au risque de Chergui. Pour tirer profit du semis prcoce, il est nécessaire de recourir au désherbage chimique pour éviter l'envahissement par les mauvaises herbes après les premières pluies. Toutefois, si le semis précoce n'est pas possible, il faudra recourir aux variétés les plus précoces pour rattraper le temps perdu et éviter ainsi les sécheresses de fin de cycle.

Si la pluie tarde à venir en début de saison, les graines conservent leur faculté germinative en absence d'humidité. De plus, l'agriculteur a une deuxième chance de refaire le semis en cas d'échec, contrairement au semis tardif.

Si l'on se réfère à la distribution de la pluviométrie, la date optimale du semis se situerait entre le début et la moitié du mois de novembre dans la majorité des régions céréalières au Maroc.


Choix de la variété

Les variétés qui s'adaptent au semis tardif sont celles qui sont précoces comme Potam et Jouda pour le blé tendre, Cocorit et Marzak pour le blé dur.

 

Dose de semis

La dose de semis doit être raisonnée de manière à assurer un peuplement pied optimum. La densité de peuplement optimale pour chaque région dépend de son climat.

Les agriculteurs préfèrent forcer la dose pour compenser les pertes au semis et à la levée. Des doses de 180 à 250 kg à l'hectare sont pratiquées. Si le semoir est bien réglé et si le semis est bien fait, des doses de 120 à 150 kg sont suffisantes. Toute quantité supplémentaire pourra être économisée.


Très important: à la levée il y aura beaucoup de plantules qui vont s'éliminer au fur et à mesure que la culture se développe, à cause de la compétition entre plantes, de sorte qu'à la maturité, il y aura toujours un peuplement épi inférieur au peuplement plantule au départ, même avec du tallage. La dose peut être réduite davantage, jusqu'à 60 kg/ha, si on tient compte du tallage qui a eu lieu malgré les températures basse de l'hivers qui freinent la croissance.

 

Les variétés diffèrent par leur grosseur de grain. Une dose fixe de semence donnera plus de graines germées pour une variété à petite graine que pour une variété à large graine, à un taux de germination identique. Le poids du grain et le test de germination sont mentionnées pour les semences sélectionnées. Les tests de germination peuvent être effectués par l'agriculteur.

 

Le calcul de la dose de semis s'effectue sur la base de la connaissance de la faculté germinative, du poids de 1000 grains et de la densité de peuplement voulue:

 

 

Choix des semences

Il est conseillée d'utiliser la semence sélectionnée et traitée. Si l'agriculteur n'en a pas les moyens, il doit utiliser la semence sélectionnée, au moins une année sur trois, ou une semence traitée. On pourra se permettre de renouveler la semence à une fréquence plus grande si on économise sur la dose de semis. Les risques d'une semence non traitée et non certifiée sont énormes: la fonte de semis, le retour des maladies systémiques (charbons, caries, helmintosporioses), les mauvaises herbes nouvelles et d'autres problèmes. Cependant, toutes les variétés sont sensibles aux charbons et caries. Il faut donc utiliser la semence traitée.