Dossiers‎ > ‎Prise d'eau‎ > ‎

Prise d'eau de Thetford dans le Grand lac Saint-François

inf'EAUpotable Outil d'information dédié entièrement au projet d'alimentation en eau potable à Thetford Mines.


Documents et correspondances:

Photos et notes du chantier par Normand Baker, Porteur du dossier Prise d’eau


Chantier























21 novembre – suivi des travaux de la station de pompage


Me voilà de retour après une longue interruption pour l’été. Trois bonnes raisons ont fait en

sorte que cette pause a été assez longue la première étant que l’été les gens étaient sur place et

pouvaient constater d’eux-mêmes l’évolution des travaux. La deuxième raison était que j’ai dû

travailler la majorité de l’été ayant accepté un court remplacement qui s’est prolongé jusqu’a tout

récemment. Enfin la dernière et la plus importante à mes yeux est que j’ai voulu consacrer mes

heures de loisirs à autre chose que mon ordinateur pour profiter de l’extérieur.


Travaux sur le lac


Les travaux de la prise d’eau immergée se poursuivent à un rythme qui me semble assez lent.

Ils doivent se terminer avant l’arrivée des glaces. Selon le calendrier directeur que j’ai en

main, ils auraient dû être terminés à l’heure actuelle. Selon ce que j’ai pu observer à distance,

(cf photos # 152 à 155) la conduite a été installée sur les pieux et fusionnée avec la conduite

de la station de pompage déjà dans le lac suite au forage de l’automne dernier. Il ne resterait

donc que l’installation d’une structure d’acier, d’un coffrage et bétonnage pour se terminer par

l’installation de la crépine et la démobilisation des équipements.


Travaux à la station de pompage


De leurs côté, les travaux à la station de pompage semblent suivre l’échéancier prévu. En effet,

le radier de béton, les murs du puits de pompage, les fondations du bâtiment sont complétés. On

peut aussi remarquer que l’aménagement du site a pris sa forme définitive (cf photos # 156 à

158). La prochaine étape va consister à élever la structure d’acier. Selon l’ingénieur responsable

des travaux, cette étape pourrait débuter prochainement.


Travaux de la conduite d’adduction


Ces travaux sont enfin terminés. Ils ont été de loin des plus perturbant et le détournement de

la route 112 est venu compliquer grandement la situation déjà assez pénible. De plus ils ont

laissé des séquelles qui sont loin d’être réparées. Bien qu’on nous ait promis la meilleure des

collaborations, j’ai dû intervenir à plusieurs reprises, avec l’aide des représentants de notre

municipalité, pour que les responsables des travaux corrigent certains effets néfastes de leurs

interventions. Je dois d’ailleurs remercier Yves Samson notre échevin, Martin Cadorette, le

directeur générale, Martin Daigle responsable des travaux et notre maire Gilles Gosselin. Ce

dernier a même pris la peine de venir sur place et de prendre des notes sur chaque problème

rencontré.


Suite à des remarques des riverains et à une expérience personnelle, j’ai demandé que les

responsables des travaux viennent d’urgence corriger une situation extrêmement dangereuse

causée par les travaux dans le secteur des courbes près du Lac Rond. Des correctifs ont

finalement été apportés mais il a fallu utiliser des moyens extraordinaires pour y arriver.

C’est une situation anormale qui ne laisse présager rien de bon pour la remise à niveau du chemin


et de la piste cyclable et je m’explique. Lors de la rencontre entre les responsables de la ville de

Thetford, le représentant de la firme TGC, les représentants de la ville de Coleraine et moi-même

qui a eu lieu suite à ma demande d’intervention urgente, j’ai été à même de constater le niveau de

discussion et le type d’approche que nous réserve dorénavant les représentant de Thetford dans

ce dossier. Nous aurons l’occasion de nous en reparler à coup sûr mais je peux vous dire pour

l’instant que pour la ville de Thetford leur position est qu’ils ne sont responsables que de peu

de choses. Selon eux, les responsables sont d’abord le détournement de la route 112, la ville de

Coleraine et la tempête Irène qui s’est ajoutée. Tout cela est vrai, en partie du moins. De plus je

comprends qu’il y a un jeu de négociation normal dans ces circonstances.


Cependant là où je n’accepte pas les explications des représentants de Thetford c’est quand on

les place devant des situations problématiques, ils nous répondent qu’ils ont tout filmé avant ,

qu’ils vont regarder cela et évaluer s’ils doivent corriger. D’autre part, ils nous refusent l’accès à

ces documents auxquels ils font référence. Avant le début des travaux, la ville de Thetford nous

assurait de leur pleine et entière collaboration et cela en toute transparence. Depuis, c’est tout le

contraire qui se produit.


Notre piste cyclable a vieilli d’au moins 10 ans durant la durée des travaux c’est-à-dire qu,elle

est actuellement dans l’état où on l’aurait retrouvée dans dix ans sans aucun travaux d’entretien.

Pourtant, Thetford n’admet pas cette situation. Ils se contentent de nous dire qu’ils vont remettre

le tout dans l’état préalable aux travaux ce qui laisse sous-entendre, qu’ils vont <patcher> au lieu

de réparer réellement. Notre piste cyclable est à toutes fins pratiques détruite. Elle doit être refaite

à neuf sur la section où les travaux ont été réalisés.


En ce qui concerne le chemin du Barrage comme tel, le détournement de la route 112 est venu

compliquer radicalement la problématique. Pour ceux et celles qui croient que le ministère du

transport va nous refaire une route neuve et que la ville de Thetford va nous refaire une toute

nouvelle piste cyclable je dois les avertir qu’ils risquent fortement d’être déçus.


Devant une telle situation, il faut se tourner vers une solution à plus long terme qui impliquerait

la reconstruction complète, incluant la piste cyclable, du chemin du Barrage. Pour cela, il nous

faudra travailler très fort de concert avec nos autorités municipales et les autorités provinciales.

C’est un dossier que l’ARC devrait entreprendre dès maintenant.


3 août – Les barges sont sur le lac

 

Les barges sont arrivées sur le lac cet après-midi. Mélanie Jean a pris quelques photos de cette installation. On peut voir sur les photos # 145 à 151 la même grue qui était utilisée sur le terrain de la station de pompage. Cette grue va servir à enfoncer une série de pieux, lesquels vont retenir la nouvelle portion de conduite d’eau au fond du lac sur une distance de 300 mètres.

 

Les bateaux remorqueurs vont circuler sur le lac afin de  transporter les pieux à l’aide d’une  barge. À partir de maintenant, il sera nécessaire de redoubler de prudence pour se promener dans le secteur de la pointe aux bouleaux jusqu’à la rivière Ashberham et ce, particulièrement le soir puisque les installations sur le lac ne semblent pas très éclairées.

 

Un gros merci à Louis Demers qui a amené notre photographe Mélanie Jean en kayak pour lui permettre de prendre de meilleurs photos.


30 juin -  Évolution des travaux
 
Tout d’abord je tiens à m’excuser pour le retard dans l’information concernant tout le projet de la prise d’eau. Contrairement à la majorité, je travaille tout  l’été et j’ai moins de disponibilités.
 
Station de pompage
 
Les travaux sur le terrain de la station de pompage se déroulent normalement. Après avoir installé les pieux et le mur berlinois, on vient de terminer le radier de béton c’est-à-dire  l’assise de béton qui va soutenir le mur du puits (voir les photos # 136 à 141)  .  Les formes pour construire le mur du puits sont déjà sur place. On va éventuellement procéder à leur installation et couler le béton du puits par la suite (voir photo # 142). C’est une opération qui devrait s’étendre sur un mois environ.  Ce n’est donc qu’à l’automne, en septembre, qu’on devrait procéder à la construction des fondations des bâtiments.
 
Prise d’eau sur le lac
 
Jusqu’à maintenant les travaux sur le lac ont peu occasionné d’inconvénients aux estivants. Cependant, comme vous pouvez le voir sur la photo # 143  , les travaux vont occuper une grande superficie soit environ 1500 pieds par 500 pieds. Toute une série de mesures et d’éclairage seront mis en place afin d’assurer la sécurité des embarcation qui auront à circuler dans le secteur. On leur demande de ne pas circuler dans l’aire des travaux car des plongeurs y seront en action. De plus, plusieurs équipements seront ancrés ou circuleront sur le lac comme  une barge en acier , des pontons en bois et en aluminium (barges), barge de transports, deux bateaux remorqueurs, une chaloupe et une barge de transport pour amener les pieux sur place (voir photo # 144) .
 
Conduite d’adduction
 
Les travaux avancent à grands pas et ils devraient être terminés pour la portion du chemin du Barrage au courant du mois d’août. Les inconvénients ont été majeurs dans ce dernier cas. Les entraves à la circulation  ont été nombreuses et amplifiées par le détournement de la route 112. Ce dernier désagrément risque de durer encore quelques années.
 
Malgré une surveillance étroite des travaux, certains ont remarqué des sédiments qui se sont écoulés vers le lac. Il y a en même dans le ruisseau situé entre les deux grosses courbes près du lac Rond. Ce ruisseau, propice à la pêche à la truite, se déverse dans la rivière de l’ord qui elle se jette dans le Grand Lac St-François.  Votre président et moi-même sommes intervenus à plusieurs reprises auprès de notre échevin M. Yves Samson. Ce dernier travaille étroitement avec notre municipalité  pour que tout soit fait dans le respect de notre environnement. C’est un travail constant qui demande beaucoup de vigilance. Ceux et celles qui ne croient pas à l’utilité de notre association devraient revoir leur position  car on peut compter les heures de bénévolat en terme de centaines d’heures,  uniquement pour ce dossier !

27 Mai – Nouvelles de dernières heures

Route 112 déviée
Depuis ce matin, la route 112 a été à nouveau déviée en raison de fissures. Nous ne connaissons pas actuellement si ce détour n’est que temporaire ou s’il sera permanent jusqu’à la construction d’une nouvelle voie de contournement. La construction de cette nouvelle voie pourrait prendre plusieurs années. La ville de Thetford a accepté d’arrêter les travaux sur le chemin du barrage pour la fin de semaine. Le trafic léger est dévié vers Vimy Ridge alors que le trafic lourd est dévié vers le chemin du Barrage. C’est la seule information que nous avons pour l’instant. Nous vous tiendrons au courant de tout développement à ce sujet.

Info transports - Québec 511 - Route 112

Travaux sur le chemin du Barrage
En conséquence, tous les travaux sur le chemin du Barrage sont suspendus pour la fin de semaine afin de faire place à la circulation lourde. Qu’arrivera-t-il lundi matin ? Nous ne le savons pas mais nous pouvons penser que la route 112 ne sera peut-être pas ouverte à nouveau lundi. Subirons-nous à la fois les travaux et la circulation lourde ? C’est le pire scénario envisageable mais possible pour l’instant.

Travaux à la station de pompage
Les travaux à la station de pompage sont dans une deuxième phase soit celle du creusage d’un puits avec installation d’un mur berlinois. Cette phase des travaux est beaucoup moins bruyante que la première phase et donc très vivable. (cf #132 - 133 )

Accident sur le lac
Dimanche dernier un bateau a malheureusement accroché la conduite d’eau sur le lac. Au moment où je vous écris ces lignes des plongeurs s’affairent à installer des poids sur la conduite d’eau pour la ramener en profondeur où elle ne sera plus dangereuse. Ils ont bonne confiance de terminer le travail aujourd’hui sinon ils doivent installer une signalisation supposément visible. (cf # 134 – 135)


13 mai – Des développements

 

Mercredi le 27 avril, la ville de Thetford Mines a tenu une conférence de presse pour dévoiler la maquette de la future usine de traitement de l’eau qui sera située sur le rang des Campagnards (cf. photo #128). Sur cette même maquette, on peut voir la future station de pompage (cf. #129). Vous me pardonnerez la faible qualité des photos étant donné que je ne suis pas un professionnel.  Comme on peut le voir, la station de pompage aura deux étages d’une dimension d’environ 10 X 12 mètres. L’extérieur sera constitué de tôle émaillée et de maçonnerie de béton.  La hauteur du bâtiment n’était pas disponible mais en raison du niveau  à partir duquel on va construire la station, elle ne devrait pas être trop apparente. Les couleurs , les matériaux et le logo sont ceux de l’usine de traitement de l’eau.

 

Les travaux à la station de pompage

 

Les travaux à la station de pompage se poursuivent. On en est à l’étape de la construction d’un mur berlinois lequel permettra de creuser un puits d’environ 11 X 11 pieds sur 30 pieds de profondeur.  Le mur berlinois est constitué de pièces de bois retenues par des poteaux qu’on implante dans le sol. Il permet de creuser directement à la verticale car le mur retient les côtés du puits afin d’éviter qu’ils ne s’affaissent durant l’excavation et le bétonnage du puits. Cette opération d’enfoncement des poteaux est très bruyante. (cf. |130 – 131).  Elle devrait cependant se terminer sous peu. L’étape suivante consistera à creuser le puits. On assistera alors à une valse de camions qui transporteront  le matériel excavé. Par la suite ce sera l’opération bétonnage pour la quelle je n’ai pas de renseignements précis sur son début mais ils vont durer au moins jusqu’en octobre 2011. Encore là, ce sera un va-et-vient  de bétonnières.

 

 

Le bruit

 

Certaines personnes me demande si les opérations sont bruyantes. La réponse est OUI !  Est-ce que ça va demeurer bruyant durant les travaux ?  Ma réponse c’est OUI !  Il y a une très grande différence entre les travaux effectués en hiver et ceux réalisés en période estivale. Le bruit est nettement plus perceptible et plus dérangeant. Le pire bruit à date est celui de l’enfoncement des pieux car c’est un bruit répétitif. D’ailleurs, des travaux d’enfoncement de pieux auront lieux sur le lac et ce à compter de juin. En effet, il reste environ 300 pieds de conduite à installer dans le lac. Cette conduite reposera sur des pieux afin d’éviter qu’elle ne s’enfonce dans les sédiments du fond du lac. Donc, l’opération d’enfoncement de pieux sur le lac sera nettement plus bruyante que celle qui a cours présentement sur le terrain de la station de pompage en raison de la facilité avec laquelle le son voyage sur le lac. Alors pour ceux et celles qui désirent se reposer et relaxer durant leurs vacances, je vous invite à tenir compte de tous ces éléments perturbateurs qui auront cours tout au long de l’été et même plus. En plus du bruit, il faudra faire avec une circulation difficile sur le chemin du barrage en raison  des travaux pour la conduite d’adduction (cf. plus loin dans le texte), circulation de camions de toutes sortes, piste cyclable abîmée et souvent salie par les opérations,  circulation sur le lac entravée par les opérations d’installation du dernier tronçon de la conduite d’eau.

 

 

 

La conduite le long du chemin du barrage

 

Les travaux pour l’installation de la conduite d’adduction le long du chemin du barrage reprennent à compter de lundi le 16 mai prochain. Ils débutent par le dynamitage du fossé à partir du rang des cerfs en se dirigeant vers la carrière. La circulation sera ralentie et arrêtée lors des dynamitages. Par la suite, la firme TGC poursuivra l’installation de la conduite elle-même.  Ces travaux vont durer au moins jusqu’en octobre 2011.

 

 

La conduite marine

 

Les travaux de la conduite marine débuteront quelque part en juin et se poursuivront jusqu’en octobre 2011. Ils consistent à installer une dernière portion de conduite sur des pieux  tel que décrit précédemment.  Il faut donc s’attendre à ce qu’une la circulation sur le lac sera  entravée par ces travaux.

 

 

Finalement, les travaux vont se poursuivre même durant les semaines de la construction à moins d’avis contraire car plusieurs corps de métier n’ont pas l’obligation de prendre des vacances durant cette période. Alors inutile de vous rappeler une extrême prudence lors de vos déplacements sur le chemin du Barrage,  sur la piste cyclable ainsi que sur le lac.


20 avril -Deuxième phase station de pompage

 

On est passé à la 2e phase des travaux à la station de pompage. Selon ce que j’ai appris,  on rencontre certaines difficultés en raison de rochers rencontrés lorsqu’on enfonce des tuyaux dans le sol.  C’est à l’intérieur de ces tuyaux qu’on a va couler du ciment sur lequel va reposer un coffrage de bois nommé mur berlinois. 

 

Ce mur va permettre de creuser un puits de 11 x 11 pieds jusqu’à 30 pieds de profondeur. À cette profondeur, on va creuser une galerie horizontale pour aller rejoindre la conduite d’eau en provenance du lac permettant ainsi le branchement d’une conduite reliant les pompes qui seront situées en surface dans la station de pompage.

 

Une parenthèse ici concernant le bruit que pourrait engendrer la station de pompage. La ville de Thetford a demandé une expertise à un consultant concernant toute cette question du bruit et de son impact sur les riverains. La ville de Thetford nous a transmis le rapport de cette expertise que nous avons soumis à des experts pour valider les informations.  Ce qui ressort de tout cela, c’est que les mesures qui seront mises en place devraient permettre de rendre la station de pompage pratiquement silencieuse en opération normale. Évidemment, lorsque la génératrice d’urgence fonctionnera, nous allons l’entendre. Cependant la génératrice ne fonctionnera que lors d’entretiens préventifs ou en cas de manque d’électricité. On a quand même prévu toute une série de mesures afin de diminuer au maximum l’impact du bruit engendré lors du fonctionnement de la génératrice. Donc, nous pouvons dire que nous ne devrions subir qu’un minimum d’impact dû au bruit engendré par la station de pompage.  Quant à l’aspect visuel de cette station, là c’est une toute autre histoire et je suis le premier à le déplorer. J’espère qu’on pourra reboiser la façade du terrain afin de retrouver un peu l’aspect forêt qui prédominait avant ces travaux.

 

Un autre élément qui a fait l’objet de nombreux échanges ce sont les sédiments engendrés par les travaux tant à station de pompage que dans le fossé pour la conduite d’eau le long du chemin du Barrage. Des mesures ont été mises en place pour contrer le déversement de sédiments dans le lac. On a installé des bermes filtrantes avec trappes à sédiments sur les deux chantiers. Ces mesures font l’objet d’une surveillance de la part de la firme responsable de la surveillance des travaux. Comme cité précédemment, plusieurs échanges ont eu lieu sur le sujet afin de nous assurer que les mesures prises étaient adéquates et efficaces. De nouveaux contrôles seront ajoutés à ceux existant. Là encore, je me dois de souligner l’excellente collaboration de toutes les parties impliquées et la volonté ferme de tous d’éviter, dans la mesure du possible,  tout impact négatif à l’environnement. 

 

Pour en revenir aux travaux proprement dits, Hydro-Québec est venu installer lundi le 18 avril, 3 transformateurs et a procédé au branchement de l’entrée électrique de la station de pompage. Le tout s’est fait  très rapidement grâce à un nombre important de ressources humaines et matérielles.

 

Les photos  #120 à 127 donnent un aperçu de ce qui est décrit précédemment.  Sur la photo #120, on aperçoit la préparation de l’équipement servant à enfoncer les tuyaux pour la construction du mur berlinois. Sur cette même photo, vous pouvez apercevoir, dans la partie inférieure droite, une berme filtrante à laquelle  on a ajouté de la paille  et une estacade en amont pour retenir tout contaminant qui serait accidentellement perdu lors des opérations. Cette estacade n’est pas installée avec les autres bermes puisqu’il n’y a pas de travaux pouvant occasionner ce genre d’incident.

 

La photo #121 nous montre l’état de préparation du terrain avant l’enfoncement des tuyaux. Sur les photos #122 à 124, on peut voir l’opération qui consiste à enfoncer quelques-uns des tuyaux qu’on aperçoit mieux sur la photo #124.  Imaginez-vous que la grue soulève un poids qu’elle laisse retomber sur le tuyau pour l’enfoncer. Cette opération dure environ 10 heures par jour et ce n’est pas encore terminé.  Malheureusement pour moi, mes activités font en sorte que je suis à la maison durant toutes ces heures … j’ai vraiment hâte que cette étape soit terminée car j’ai la tête qui fait boum, boum, boum.  On peut apercevoir sur les photos #125 à #127 l’installation des trois transformateurs par les gens d’Hydro-Québec.



11 avril 2011 -  Première phase terminée

 

La 1ère phase soit les travaux de décapage sur le terrain de la station de pompage sont pratiquement terminés (voir les photos # 115 à  119). De nombreux voyages de dix roues se sont effectués durant cette première phase . L’entrepreneur s’apprête à passer à la deuxième phase soit le creusage d’un puits d’une profondeur de 30 pieds ou 10 mètres. Il sera situé aux alentours des deux tuyaux que l’on voit sortir de la terre sur les photos # 117 à 119. Aujourd’hui lundi, l’équipement nécessaire au creusage du puits commence à arriver. Dès que le creusage commencera, j’essaierai de prendre des photos de l’opération et je les mettrai dur le site comme à l’habitude .  J’aurais bien aimer vous fournir d’autres photos aériennes pour avoir une vision d’ensemble du terrain mais il va falloir attendre que mon neveu revienne faire un tour par ici.



1er avril  Ce n’est pas un poisson

 

Hier j’ai eu la chance de prendre des photos en survolant les travaux à la station de pompage. Je vous transmets donc quelques-unes de ces photos. Si jamais certains d’entre-vous reconnaissaient votre résidence et que vous désiriez obtenir le fichier numérique de la photo, adressez-moi une demande et il me fera plaisir de vous le faire parvenir.

 

La photo #98 est une vue terrestre à partir du chemin du terrain de la station de pompage.  La photo #99 nous permet de situer où se déroulent les travaux soit à gauche de la grange rouge ce qui vous permet de situer le lot quand vous circulerez sur le chemin du barrage. Les photos #100 à  108 inclusivement vous montrent une vue aérienne des travaux sous différents angles.

 

Je dois un gros merci à mon neveu Stephan Roy  qui m’a permis de prendre ces photos aériennes. Il me fait voler régulièrement d’ailleurs.  Stephan est membre des forces canadiennes où il est technicien pour les F-18 à la base de Bagotville. Il est en attente d’un déploiement en Sicile pour accompagner nos F-18 qui opèrent en Libye.

 

Les photos #109 à 114 nous font voir le pilote et son appareil. L’avion, un ultra-léger bi-places, a été entièrement monté par Stephan. Vous ne le croirez peut-être pas mais quand il vient par ici, il décolle de la ville de Saguenay, vole au-dessus du parc des Laurentides, traverse le fleuve St-Laurent à la hauteur de l’île d’Orléans et vient atterrir en face de ma résidence sur le lac en hiver ou à l’aéroport de Thetford en été.  Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, c’est très confortable et sécuritaire de voler avec cet appareil en autant que le pilote soit un expert comme Stephan.

 

Encore une fois merci à Stephan.



Lundi le 28 mars – Début des travaux sur le terrain de la station de pompage


L’entrepreneur CRT (photo #95) a commencé  les travaux préparatoires (photos #96 et #97)au site du poste de pompage et devrait débuter le décapage du terrain dans la semaine du 4 avril. Depuis la semaine dernière, les employés de la firme revalident l’arpentage du terrain de même que ses abords. J’essaierai de vous tenir informés tout au long de cette nouvelle phase du projet.

 

Quant au creusage de la conduite d’adduction, les travaux devraient reprendre à la mi-avril. J’ose espérer que les conditions météorologiques ne suivront pas la même logique qu’auparavant sinon nous risquons d’avoir encore bien du mauvais temps.

11 mars  Station de pompage

 

Si les astres sont alignés, entendez par là si les conditions météo le permettent, les travaux d’excavation débuteront vers la mi-avril sur le terrain de la station de pompage tel que prévu dans l’échéancier.

 

À cet effet, l’entrepreneur responsable de ces travaux est à la recherche d’un endroit pour recevoir le terrain excavé. Cet endroit doit être situé dans un rayon maximum de 5 km de la station de pompage c’est-à-dire 5 km en ligne droite et non pas 5km par voie terrestre. Par exemple 5 km à vole d’oiseau nous mène jusqu’au Mont-Adstock. Donc, si quelqu’un a besoin de remplissage, contactez M. Denis Labbé à la municipalité de Thetford Mines au 418-335-2981.

 

La fin d’avril risque donc d’être très active sur le chemin du Barrage.



8 mars – Dame nature refuse de collaborer

 

Décidément dame nature refuse de collaborer avec l’entrepreneur responsable de l’installation de la conduite d’adduction le long du chemin du Barrage. Lundi les travaux devaient reprendre après une pause de trois jours alors que nous avons connu la plus grosse tempête de l’hiver. Mardi, le temps était superbe mais il y avait trop d’eau qui s’écoulait où on devait creuser et on annonce de la pluie plus tard cette semaine.

 

La décision a donc été prise de reporter les travaux vers le 15 avril, si dame nature collabore. En conséquence, le chantier est complètement fermé jusqu’à nouvel ordre, même le forage est arrêté. On peut dire que mère nature n’était vraiment pas de leur bord. Vous ne verrez plus de travaux le long du chemin barrage et la circulation ne sera plus perturbée, du moins pour un certain temps, mais ce n’est que partie remise.



3 mars – C’est confirmé

 

Le chantier pour l’installation de la conduite d’adduction le long du chemin du Barrage a été déménagé aujourd’hui. Donc à compter de lundi le 7 mars, le vendredi étant jour de congé pour l’entrepreneur, le chantier principal sera situé entre les deux grosses courbes situées près du Lac Rond.

 

Alors soyez vigilants près du rang des Cerfs et à l’approche de ces deux courbes.

 


2 mars – Déplacement des travaux

 

Les travaux pour la pose de la conduite d’adduction le long du chemin du Barrage, phase A, seront déplacés probablement à compter de lundi prochain soit le 7 mars. En raison du roc rencontré qui retarde les travaux de creusage, l’entrepreneur a décidé de déplacer le chantier vers le lac Rond soit entre les deux grosses courbes se situant avant le lac Rond lorsqu’on se dirige vers Thetford.  Cela permettra à l’équipe de forage et dynamitage de faire son travail adéquatement  sans retarder les travaux de creusage.

 

Conséquemment, il y aura deux chantiers le long du chemin du Barrage soit celui situé entre les deux grandes courbes près du lac Rond et celui situé près du rang des Cerfs. De plus l’entrepreneur m’a signalé que les automobilistes faisaient preuve d’imprudence près du chantier en passant à une vitesse non sécuritaire. La voie de passage est très étroite et les équipements lourds  se déplacent constamment. La patience est donc de rigueur. Veuillez  tenir compte de ces changements lorsque vous aurez à vous déplacer sur le chemin du Barrage et n’hésitez surtout pas à en faire part à vos connaissances qui ne recevront pas ce courriel mais qui ont à y circuler.



23 février 2011 -  Les travaux se poursuivent

  

Les travaux d’installation de la conduite d’eau se poursuivent le long du chemin du barrage. Ils s’étendent sur une longueur d’environ 1, km.  Le chantier a maintenant dépassé le rang des Cerfs, anciennement le rang B (voir photos 87, 88) et entame la première côte en direction de Thetford immédiatement après le rang des Cerfs. Il est important de redoubler de prudence à l’approche du secteur  car il y a parfois du dynamitage (voir photos 89 à 92 ). De plus, différents véhicules lourds se déplacent en dehors du chantier comme tel, soit en dehors de la zone identifiée. Il y a même parfois une pelle mécanique qui dégage les bornes d’arpentage bien avant le chantier alors qu’aucune pancarte ne le signale.  Cette situation est particulièrement dangereuse pour les automobilistes car la pelle est cachée soit par une pente soit par une courbe. Je vous recommande la plus grande des prudences si vous circulez dans le secteur durant la semaine.



14 février – Bonne St-Valentin

 

Bonne St-Valentin à tous et à toutes !  Les travaux pour la conduite d’adduction se poursuivent normalement malgré la neige. L’entrepreneur avait choisi de retarder les travaux en raison des problèmes causés par la neige mais voilà que depuis qu’il a décidé de les reprendre, la neige tombe comme elle n’avait pas tombé de l’hiver … Je vous rappelle que c’est la firme T.G.C. inc. qui a le contrat pour la phase A du projet soit les premiers 5,8 km. Cette même firme a aussi obtenu le contrat pour la phase B du projet qui est sensiblement de la même longueur. L’échéancier de cette phase est de mai à octobre 2011.  Souhaitons que la neige ne s’acharne pas sur cet entrepreneur jusqu’en octobre prochain …

 

 Les riverains s’inquiètent, à juste titre, des sédiments qui pourraient s’écouler dans le lac en raison des travaux. J’ai vérifié à nouveau avec le surveillant du chantier et j’ai obtenu la même réponse que je vous avais transmise le 9 décembre soit installation de bermes filtrantes ainsi que de trappes à sédiments. Six nattes filtrantes ont été installées jusqu’à maintenant soit une au premier ponceau rencontré et 5 à la sortie des eaux d’écoulement en provenance des terrains. De plus, on remet en place le couvert végétal lors du recouvrement de la conduite d’adduction. Il m’apparaît que prend les précautions nécessaires pour éviter, dans la mesure du possible, le déversement de sédiments dans le lac.

 

Je vous tiendrai au courant de toute évolution lors du déroulement de cet important chantier.



8 Février: Phil nous l’avait dit !

Phil la marmotte nous a prédit dernièrement que nous aurions un printemps précoce et ça semble être le cas car la firme T.G.C. inc. reprend ses travaux d’implantation de la conduite d’eau lundi le 7 février.

La machinerie lourde est arrivée jeudi et vendredi dernier (voir photos 82 et 83 sur le site de notre association  http://www.arcglsf.com/  ) en vue de la reprise des travaux. Donc soyez avisés que la circulation sur le chemin du Barrage sera à nouveau perturbée par la présence  de tous ces équipements au cours des prochains  mois et ce jusqu’à la fin juillet si tout se déroule comme prévu.

Entre-temps,  on est en train d’enlever les arbres à l’endroit où sera construite la station de pompage ( voir les photos 84 et 85 ).  

Par ailleurs, les riverains ont reçu une invitation de la municipalité de Thetford Mines pour une rencontre d’information jeudi le 17 février prochain à 19 heures au Club Aramis de Thetford concernant le projet d’alimentation en eau. Dans cet envoi, était jointe la carte du corridor routier utilisé par les travaux entre la station de pompage et l’usine. On y trouve aussi les différentes étapes de même que les firmes responsables et l’échéancier des travaux. Cela me semblait très intéressant et je me suis permis de numériser cette feuille, même si la qualité n’est pas très bonne, afin que vous puissiez la consulter . Vous la retrouverez donc à la photo numéro 86.

Certains d’entre vous ont demandé si on remettait un couvert végétal dans le fossé afin de filtrer les sédiments. Selon l’information que j’ai eue,  on a prévu remettre un couvert végétal une fois la conduite installée.

Surveillez le prochain envoi pour  plus d’information portant entre autres sur les mesures prises pour éviter le bruit engendré par la station de pompage.


16 décembre : Arrêt temporaire des travaux

Les travaux d’installation de la conduite d’eau le long du Chemin du Barrage ont été arrêtés de façon temporaire. En effet, durant la période des fêtes, les travailleurs de la construction ont un congé de trois semaines. Par ailleurs, en raison des conditions hivernales, les travaux ne reprendront qu’au printemps. On estime qu’à ce moment-là, il devrait rester environ 10 semaines de travail pour cette phase, la phase A, qui ne couvre que les premiers 5,8 km.

Quelque part cet hiver, l’appel d’offre des soumissions pour la phase B devrait sortir. Cette phase couvrira le secteur à partir du 5,8 km jusqu’au secteur rejoignant la phase C. Cette dernière phase est réalisée par Les constructions de l’Amiante inc. sur une longueur d’environ 4,5 km.


10 décembre :  on remballe !

 

Vendredi le 10 décembre, le forage est terminé et l’équipe de forage procède au démantèlement des installations (photo72) lequel s’est terminé lundi midi le 13.  En même temps, le bateau-remorqueur vient chercher la barge pour la ramener au barrage pour être démonter et mise sur un camion.  Si vous vous rappelez, il faisait particulièrement froid ce matin-là et le lac commençait à geler. (photo 73)

Étant donné que la glace atteignait jusqu’à 4 pouces d’épaisseur à certains endroits,  la progression de la barge fut très lente. On a dû utiliser la pelle hydraulique sur la barge pour casser la glace tout au long du parcours ce qui a entraîné un retard de 6 heures dans le parcours jusqu’au barrage (photos 74 à 80) où l’attendait patiemment l’énorme grue nécessaire pour sortir la barge et le remorqueur du lac. (photo 81). Un merci particulier à Clermont Vachon qui m’a fait parvenir les photos 74 et 75 de la barge lorsqu’elle est passée devant chez lui. D’ailleurs plusieurs personnes ont pu voir cette parade un peu exceptionnelle sur le lac.



9 décembre : Le forage est une réussite !

La première chose que j’ai faite ce matin a été de me rendre sur le site de forage pour voir si on avait réussi à tirer la conduite d’eau du lac jusque sur le site de la station de pompage. Dans le texte du 8 décembre, je vous écrivais qu’à 19 heures j’entendais encore la foreuse qui tirait allègrement sur la conduite d’eau. Quelques minutes après avoir transmis mon texte à Louis Demers le webmestre de notre site Internet, je me suis rendu compte que je n’entendais plus ronfler la foreuse. C’est exactement à cette heure que la conduite d’eau a émergé de la terre avec une heure d’avance sur le temps estimé. C’est donc dire que l’opération s’est déroulée sans anicroche. Il était plus que temps car le lac commence à geler et la nuit prochaine le mercure devrait descendre à – 16 ou –18 C.

Sur les photos 62, 63 et 64 vous pouvez voir cette fameuse conduite d’eau qui émerge du sol, c’est ce gros tuyau noir quelque peu enneigé. Sur la photo 65, on voit la tête conique qui était attachée à la conduite d’eau et qui a permis de tirer cette dernière dans le trou de forage. Donc ce matin, on était en train de ramasser les équipements (photo 66) comme une des deux pompes.

En plus du ramassage, les travailleurs ont du retourner sur le lac afin de lester la partie de la conduite qui sort dans le lac pour la submerger au fond. (photo 67 pesées de béton ). De plus, on a passé une torpille dans la conduite d’eau pour s’assurer qu’il n’y a aucun débris à l’intérieur avant qu’on fixe une crépine à l’extrémité submergée. C’est toujours à l’aide de la vaillante foreuse (photos 68, 69) placée à un angle de 14 degrés que le tout s’est effectué. Donc au cours de la semaine prochaine, cette première phase des travaux devrait être complètement terminée.

En ce qui a trait aux travaux d’excavations, le tout démarre plus lentement. Aujourd’hui on commençait à prendre un rythme plus accéléré. On vise effectuer 400 pieds d’excavation par jour. Les photos 70 et 71 nous montrent le résultat final après la pose de la conduite sous le fossé. Des personnes voulaient savoir si on prenait les précautions nécessaires pour éviter que des sédiments ne se retrouvent dans le lac suite à l’excavation et à quel endroit on transportait les surplus de terre. Voici l’information que j’ai obtenue d’un des surveillants de ce chantier :

a) la terre excavée qui est en surplus est transportée à la carrière située entre le Grand Lac et le lac Rond. Cette carrière va reprendre du service et ils ont besoin de remplissage pour la construction d'un bâtiment.

b) des bassins de sédimentation, plus précisément des bernes de filtrage composées de pierre d'un filtre, sont prévus pour éviter que des sédiments ne coulent vers le lac.

En terminant, j’aimerais remercier toutes les personnes qui m’ont adressé des commentaires positifs pour cette chronique et je salue particulièrement celles qui suivent cette information même en Thaïlande (ils ont raté notre première tempête et ils vont rater les premiers grands froids…)
 

8 décembre : Le forage est terminé !

 

Le forage dans le lac s’est tellement bien déroulé qu’il s’est terminé aujourd’hui mercredi le 8 décembre. La conduite d’eau qui reposait dans le lac au barrage a été amenée par le remorqueur jusqu’à la barge vers 15 heures (voir les photos 55 à 58).  À cet endroit, elle a été reliée à la tête d’alésage de la tige de forage. Sur la photo #58, on peut voir sur la barge, à la gauche de la pelle mécanique, la tête d’alésage et sortant de l’eau, la conduite de polyéthylène d’une longueur d’environ 1800 pieds. On a dû la couper puisqu’on avait prévu une longueur excédentaire au départ. Malheureusement lors de cette opération, un travailleur a été blessé mais il semble qu’il se porte bien maintenant. L’accident, tel qu’il m’a été raconté, aurait pu avoir de sérieuses conséquences. C’est un travail très dangereux.

 

Une fois rendue sur la barge, on a attaché la conduite d’eau à la tête d’alésage. (photos 59 et 60). Sur la photo # 60, on peut même voir un éclair de soudage sur la pointe de la conduite d’eau. Par la suite, la pelle mécanique a jeté à l’eau la conduite d’eau attachée à la tige de forage à 15 heures 45 minutes. On prévoit environ 4 heures pour tirer la conduite  jusqu’au site de la future station de pompage. Au moment où je vous écris ces lignes, 3 heures se sont déjà écoulées et j’entends toujours la foreuse travailler pour tirer la conduite. Donc, si tout s’est bien déroulé, je pourrai vous dire demain le 9 décembre que la conduite d’eau est en place. Je vous ferai part alors de la suite des opérations.

 

Du côté de l’excavation le long du Chemin du Barrage, le travail se poursuit normalement. Certaines personnes m’ont demandé quel était le trajet de cette conduite. Vous pourrez le visualiser sur la photo #61. Je vais tenter de vous décrire, le mieux possible, le trajet en question.

 

Le trajet de la conduite d'eau  part du lot 645 sous le fossé du Chemin du Barrage du côté Nord jusqu'aux courbes avant le lac Rond. À cet endroit, la conduite traverse le chemin du côté droit jusqu'au Chemin de l'aéroport. De là, elle remonte  jusqu'au Chemin du Lac à la truite qu’elle emprunte jusqu'au Chemin du 9e Rang où elle tourne vers la gauche pour remonter jusqu'au Rang des Campagnards sur la droite. Sur cette route, elle rejoint un réservoir d'eau de la ville de Thetford.



6 décembre: Beau temps, mauvais temps...

Les travaux d'excavation du fossé le long du chemin du barrage ont débuté. Toutes sortes d'équipements lourds sont arrivés très tôt ce matin et ont été déployés le long du chemin. Inutile de vous dire que la circulation est fortement entravée par tout ce remue-ménage. Le responsable du chantier m'a appris que la mauvaise température leur causait bien des problèmes particulièrement aux camionneurs. Vous pouvez aller les premières photos de ce nouveau chantier du # 41 à 48 inclusivement. Nous allons suivre ce nouveau chantier et tenter de vous tenir à jour constamment. Continuez à nous suivre sur le site de l'ARCGLSF.


29 novembre: Les travaux de forage sont stoppés. 

En effet, les foreurs ont rencontré du roc non prévu au départ de telle sorte que les têtes de forage prévues ne conviennent pas à la tâche. La compagnie a donc dû faire venir par avion du Texas de nouvelles têtes de forage adaptées à cette situation particulière.
Bien qu’il n’y ait pas eu de forage aujourd’hui, on a pu voir des gens sur la barge en train de préparer la tige de forage. Nous avons ajouté de nouvelles photos où on peut voir des hommes s’affairer autour de la tige de forage qui attend sa nouvelle tête.

D’autres photos montrent le va-et-vient continu des travailleurs qui transportent toutes sortes d’équipements. On peut voir aussi l’énorme débroussailleuse qui prépare le terrain avant le creusage pour la conduite d’eau qui va passer sous le fossé le long du chemin du barrage.


28 novembre: Le forage avance à grands pas

L'échéancier initialement prévu pour le forage est de 8 semaines. Cependant, M. Douglas Henderson ingénieur chargé de projet m'a répété qu'il voulait terminer le travail avant Noël. Au rythme où vont les choses, il se pourrait fortement qu'il réalise son objectif. Dimanche le 28 novembre, la première phase du forage a été complétée. En effet, la foreuse a atteint la partie du lac visée et est sortie au bon endroit. Lundi le 29 novembre, des plongeurs viendront pour attacher une nouvelle tête de forage, laquelle servira a grandir le trou à partir du lac. Si cela est possible, je vais tenter de prendre des photos des plongeurs. Lorsque cette tête sera revenue au point de départ du forage, on va la remplacer par une tête plus grosse et ainsi de suite dans mouvement d'aller retour jusqu'à ce le tunnel atteigne 42 pouces de diamètre.

L'opération de forage est très bruyante mais elle se déroule de jour. La nuit, on entend une génératrice qui fonctionne 24 heures sur 24 mais c'est acceptable puisque à cette période-ci de l'année, on ferme nos fenêtres pour dormir. Par ailleurs, les opérations de forage sont temporaires et si nous sommes chanceux, elles devraient être terminées à temps pour le temps des fêtes.

Par ailleurs, la municipalité de Thetford procède à une analyse de l'eau des puits des riverains. Cela permettra d'évaluer s'il y a un impact sur nos puits. Enfin, je vous disais que les voleurs seraient attirer par ces travaux, eh bien croyez-le ou non, on a volé en plein jour, sur la route, le losange orange qui indiquait aux automobilistes de ralentir car il y avait un tracteur qui procédait au déchiquetage des arbres sur l'emprise des deux côtés de la route. L'opérateur du tracteur a eu la surprise de ne plus retrouver son affiche lorsqu'il est revenu à son point de départ. Ça prend du culot quand même ! Alors continuez à ouvrir les yeux et n'hésitez pas à rapporter à la S.Q. tout ce que vous trouverez suspect.


22 novembre: Première levée de terre

Conférence de presse concernant la construction de la prise d’eau et du poste de pompage au Grand lac Saint-François. Cette conférence de presse s’est tenue sur les lieux mêmes de la future station de pompage en présence de nombreux invités dont le maire de Thetford Mines M. Luc Berthold, le maire de St-Joseph de Coleraine M. Germain Daigle, nos deux députés ministres pour M. Laurent Lessard et M. Christian Paradis.

Le projet est évalué à 70 millions de dollars assumés par les trois paliers de gouvernement. Nous assistons donc à la première phase du projet qui consiste à exécuter le forage dirigé entre le futur puits de pompage et le Grand lac Saint-François et installer une conduite d’amenée d’eau brute d’une longueur de 2 400 pieds. Ces travaux ont été confiés à la firme Les forages souterrains Nella inc. pour un montant de 1 682 192 $.

Par ailleurs, les firmes TGC inc. et Les constructions de l’Amiante inc. se sont vu confier la responsabilité d’installer une conduite d’adduction en fonte ductile d’une longueur de 15 kilomètres pour un montant de 3 278 608 $. Ces travaux devraient débuter dans les prochains jours. La conduite sera installée dans le fossé longeant le chemin du barrage jusqu’au Lac à la truite.

La deuxième phase des travaux consistera en la construction d’une conduite en fond marin supportée par des pieux. C’est lors de cette phase que l’on procèdera à la construction du bâtiment du puits de pompage. Ces travaux devraient être terminés avant l’été 2011.

La troisième et dernière phase du projet nécessitera un appel d’offres prévu au printemps 20111 et visera le côté mécanique et le procédé incluant les pompes ainsi que la construction du bâtiment du poste de pompage.

Enfin, nous vous recommandons la plus grande des prudences aux personnes qui auront à se déplacer sur le chemin du Barrage car il y aura de nombreux camions et autres équipements lourds qui vont y circuler au cours de la prochaine année. 


15 novembre:

Les travaux sont débutés pour l’installation de la conduite de la prise d’eau. Cette conduite d’un diamètre de 30 pouces est faite d’un polymère flexible et d’une durée de vie pratiquement illimitée. Afin d’obtenir une conduite continue, on fusionne sur place les sections. Toutes ces sections fusionnées auront une longueur de plus de 2 000 pieds. Elles sont assemblées au barrage Allard. Une fois fusionnée, la conduite, flottante malgré son poids de 110 lbs au pied, sera transportée sur le lac à l’aide d’un bateau-remorqueur jusqu’à l’endroit où elle sera installée sous terre.

Une barge sera donc ancrée sur le lac à cet endroit. On y verra une pelle hydraulique qui servira à tirer les équipements de forage dans un mouvement de va-et-vient afin de réaliser un passage suffisamment grand pour permettre de passer la conduite d’eau jusqu’au terrain de la future station de pompage situé au numéro 645. On fera appel à des plongeurs afin d’aller relier sous l’eau les différents équipements.

Une foreuse sera installée sur le terrain de la station de pompage. Dans un premier temps , elle creusera un trou de 8 pouces de diamètre pour être agrandie par la suite jusqu’à 42 pouces. Par la suite, la conduite d’eau sera tirée à partir du lac jusqu’au terrain de la station de pompage.