5. Tonus musculaire


Le tonus musculaire est le niveau de tension d'un muscle au repos.

En général, il prépare le muscle à répondre rapidement à des commandes volontaires ou réflexes. Le tonus musculaire des muscles extenseurs des jambes, par exemple, aide au maintien de la posture lors de la position debout. En gardant les muscles prêts à résister à l'étirement, le tonus des muscles des jambes empêche que le balancement qui survient normalement lorsque l'on se tient debout ne devienne trop important. 
Durant les activités telles que la marche ou la course, la tension de base des muscles des jambes sert aussi à emmagasiner l'énergie mécanique, ce qui a pour effet d'améliorer les propriétés de ressort du tissu musculaire.

Le tonus musculaire dépend du niveau de décharge, au repos, des motoneurones alpha. L'activité des afférences fusoriales Ia, responsables du réflexe d'étirement, est l'élément majeur contribuant à ce niveau tonique d'émission. Le système efférent gamma règle (par son action sur les fibres intrafusales) le niveau d'activité au repos des fibres Ia et détermine le niveau de base de l'activité des motoneurones alpha en l'absence d'étirement musculaire.

En clinique, on estime le tonus musculaire d'un patient en examinant la résistance de ces membres à l'étirement passif. Le tonus musculaire est affecté de manière variable selon le site de lésion du système nerveux.

Lésion du système périphérique


Une lésion soit des motoneurones alpha, soit des afférences Ia amenant les informations sensorielles à ces motoneurones, se traduit par une hypotonie (réduction du tonus musculaire).

Lésion des noyaux gris centraux

Une telle lésion provoque une hypertonie extrapyramidale, dite plastique, observable en clinique par le phénomène de la roue dentée.

Lésion des voies motrices descendantes