a 1a : : Compte-rendu de l'assemblée générale de la régionale, 7 octobre 2017

Présents : Eric Alary, Catherine Reynaud, Eudes Girard, Arlette Pature, Annie et Philippe Zwang, Simon Maudry, Bernard Vigouroux, Gérard Hugonie, François da Rocha (bureau national, vice-président), Franck Collard (bureau national, président).

 

1- Discussion entre instance régionale et instance nationale de l’APHG.

Cette AG a été marquée par la venue de Franck Collard, nouveau président de l’APHG depuis janvier 2017 et (comme pour l’an dernier en 2016) la présence de François da Rocha, l’un des deux vice-présidents de l’APHG. La venue de Franck Collard a été l’occasion d’un dialogue fructueux et d’un échange de vues entre les membres de la régionale et la direction nationale. 

Le moment de l’AG est l’occasion d’instituer un dialogue renforcé, déjà esquissé par la mise en place des « missi dominici » en 2016, entre les régionales et la direction nationale, dialogue qui n’occulte aucun sujet ou difficultés. Franck Collard souligne d’emblée le moment particulier qui est le nôtre marqué à la fois par les réelles difficultés de recrutement de l’APHG et la nécessité de défense de nos disciplines dans un contexte de réformes à venir dans le cadre de ce nouveau quinquennat (notamment la probable disparition de l’Histoire Géographie à l’écrit du Baccalauréat en série S).

 

L’APHG s’appuie cependant sur quelques avancées indéniables à mettre en avant : elle a été agréée par le Ministère de l’Education nationale par arrêté du 28 avril 2017 au titre des associations éducatives complémentaires de l’enseignement public ; un dialogue plus confiant et fructueux semble s’ouvrir avec le nouveau ministre Jean Michel Blanquer.

Ainsi nous pouvons espérer qu’une collaboration avec l’Inspection Pédagogique Régionale représentée notamment par Christine Lécureux dans notre région, puisse se mette en place ;  

collaboration qui jusqu’à présent n’a malheureusement pas pu être possible. De fait, de nombreux IPR ne considèrent pas l’APHG comme un partenaire, certains font exception, notamment au sein de l’Académie de Champagne Ardenne. Franck Collard incite les APHG régionales à être des forces de propositions, d’actions pédagogiques ou de formations sur le terrain tout en cultivant sa spécificité. 

 

De fait par rapport aux associations concurrentes comme les Clionautes et dans une moindre mesure Aggiornamento, l’APHG reste fidèle à quelques marqueurs identitaires que Franck Collard a rappelé : le pluralisme, la diversité des situations d’enseignement que nous pouvons vivre, la démocratie interne, les véritables rencontres qui peuvent avoir lieu entre différentes de instances de l’APHG (comme aujourd’hui), notre approche dépassionnée et refusant toute approche idéologique des légitimes questions que soulèvent l’Histoire, le refus de toute instrumentalisation de l’Histoire.

 

Dans le dialogue qui s’instaure Eric Allary souligne que l’intérêt de l’élève doit est au cœur de nos préoccupations et de nos démarches. La formation continue des enseignants contribue aussi d’une certaine façon à cet objectif sur le long terme. L’intérêt de l’élève n’est-il pas d’avoir des enseignants bien formés et à la pointe des questions ?

La question du prix d’adhésion pour nos jeunes collègues est posée. Un tarif spécial de 9 euros sera proposé comme pour 2016/2017 pour les étudiants dans les ESPE. Les collègues en tout début de carrière (inférieur à l’échelon 5) se voient proposer un tarif de 34 euros ce qui revient avec la déduction fiscale de 66% à un coût réel d’adhésion de 11 euros.

Des considérations sur l’évolution du corps enseignant et sa sociologie suivent alors. De fait le rapport à l’institution a sans doute changé et l’esprit corporatiste (au bon sens du terme) qui avait fait les heures de gloire de l’APHG dans les années 1970 / 1980 ou début des années 1990 a bel et bien disparu. Gérard Hugonie s’interroge alors : si l’APHG ne répond plus à un besoin des collègues quel sens cela a-t-il de la faire perdurer? Pourquoi des jeunes collègues s'y inscriraient-ils si elle ne leur apporte pas des services concrets?  Franck Collard répond que l’APHG est aussi une force institutionnelle qui permet d’interpeller les pouvoirs publics.       La question revient sur l’intérêt de contacter les jeunes collègues et les étudiants en Master des Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF) au sein des ESPE. Pour ce faire la tentative de créer des cafés-histoire en lien avec les programmes des concours pourrait être tentée. Si le site internet de l’APHG a été considérablement renouvelé grâce au travail de Marc Charbonnier, webmaster de l’association et secrétaire général-adjoint, il est suggéré qu’il pourrait proposer des ressources en ligne pour les collègues…Le problème est de trouver le temps de les produire.   

 

2- Rapport moral

Bernard Vigouroux est vivement remercié pour la sortie de mai 2017 à Vendôme et à Lavardin. L’APHG Centre est bien représentée au sein de l’ONAC grâce à Simon Maudry. L’APHG Centre intervient également au niveau du concours de la Résistance dans les départements du Cher et du Loir et Cher grâce à Simon Maudry, Phillipe Desmoulières et Bernard Vigouroux. La relance du concours de la Résistance en Indre et Loire est en revanche envisagée notamment auprès de Madame Lécureux. Le principe d’une nouvelle carte blanche lors des RDV de l’Histoire 2018 est adoptée d’autant plus que, grâce à une convention entre l’APHG Centre et les RDV de l’Histoire, l’intervention est gratuite.

Le rapport moral d’Eric Allary est adopté à l’unanimité.

 

Rapport financier

Phillipe Zwang expose avec clarté le rapport financier. Le compte d’exploitation pour la période du 1/10/2016 au 30/09/2017 est légèrement négatif (- 108 euros) ; résultat qui s’explique par l’augmentation des frais de tenue de compte. Le bilan financier est adopté à l’unanimité.

 

Questions diverses

Les cafés géo sont désormais gérés par l’association Confluence, association des étudiants géographes de l’université de Tours et non plus par l’université populaire de Tours, en pleine introspection. L'association des doctorants, qui intervenait dans l’organisation des cafés géo, est quant à elle dissoute. L’APHG renouvelle son soutien financier aux cafés Géo de Tours.  

La réunion des commissions de l’APHG est fixée au samedi 2 décembre à Paris à la Sorbonne. L’APHG Centre est représentée au sein de la commission Europe. Dans ce cadre sera proposé un projet de stage autour des institutions européennes à Strasbourg prévu pour octobre 2018.

  

Sorties à venir : « à la Périphérie du Centre » 2018 et 2019.

Une sortie sur le terrain à la périphérie de la région Centre autour de Saint Amand-Montrond sera proposée : la date du samedi 26 mai 2018 est mise prioritairement en avant ; j’organiserai cette sortie. Le samedi 5 mai est vaguement évoqué ainsi que, de façon encore moins probable le 2 juin. Il sera surtout nécessaire de prendre contact avec l’APHG Auvergne et l’APHG Limousin pour renforcer éventuellement le groupe. Je le ferai. 

Pour 2019 à une suggestion de François Da Rocha qui propose que nous prospections vers la région de Dreux où nous n’avons jamais encore été, Simon Maudry, qui a longtemps enseigné dans cette région et y a gardé des contacts, répond avec enthousiasme et propose à son tour de réfléchir à mettre quelque chose en place. Je pourrai l’aider dans cette tâche.   


Eudes Girard, secrétaire de la Régionale



Comments