la situation

Quel est le problème?

Alors que 
  1. la justice italienne vient de reconnaitre le lien entre téléphonie mobile et tumeur crânienne (voir Le Monde du 26/10/2012), 
  2. le député Jean-David CIOT vient de déposer une Proposition de loi relative à la régulation de l'installation des antennes relais de téléphonie mobile
le groupe de téléphonie mobile SFR à fait le choix de mettre en service en décembre 2011 une antenne relais à quelques dizaine de mètre d'un groupe scolaire: le groupe scolaire de Barral à Seynod (74).

Pour en juger par vous même, voici la vue de l'antenne SFR depuis la cours de récréation:



A peine plus loin, une seconde antenne est aussi visible depuis la cours de récréation...



Afin de mesurer cette proximité, vous pourrez localiser sur la carte ci-dessous les deux émetteurs GSM, la crèche ainsi que les écoles maternelle et primaire de Barral.

(carte interactive disponible ici)
 

Suite à l'inquiétude grandissante des parents et à la difficulté de communication avec les opérateurs, une étude a été demandée auprès d'un organisme indépendant, le Criirem, mandaté pour toutes les mesures effectuées par la ville d'Annecy. 

Le Criirem a confirmé que les inquiétudes parents étaient fondées. Voici un extrait des conclusions de ce rapport (disponible dans son intégralité dans la section les rapports d'experts):


Pour résumer la situation, les valeurs mesurés dépassent d'un facteur 3 à 4 la valeur limite de 1V/m. Sachant que de plus en plus d'études mettent en avant la dangerosité des rayonnements électromagnétiques, il ne parait pas raisonnable d'exposer des enfants à des telles valeurs. 

A titre d'information, la version actuelle de la proposition de loi du député CIOT confirme que la situation est inquiétante puisque l'article 34-9-3 propose tout simplement d'interdire les antennes relais a proximité des écoles:

 Article L. 34-9-3 
« Aucune antenne relais de téléphonie mobile n’est installée à proximité d’un établissement scolaire, d’un établissement d’accueil d’enfants de moins de six ans, d’un établissement hospitalier et d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Le périmètre au sein duquel s’exerce cette interdiction est défini par décret en Conseil d’Etat après avis de l’Agence nationale de sécurité alimentaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. 

La seule recommandation du Criirem est de travailler les fenêtres fermées. Cette recommandation est d'autant plus savoureuse lorsque l'on sait que l'école de Barral a de gros problèmes de qualité de l'air au point qu'un autre rapport d'experts a mis en avant des taux de formaldéhydes 5 fois supérieurs à la normale : il faudrait donc fonctionner fenêtres ouvertes.


Nous allons donc devoir choisir, en tant que parents, les maux que nous allons réserver à nos enfants: une exposition hors norme aux formaldéhydes ou une exposition aux ondes GSM.

On ne sait que choisir!

Contactée à plusieurs reprises, la mairie est consciente du problème mais ne donne plus suite...
Comments