Tophe / Batteur / Membre Fondateur d' ANNAÏCK

Nom : Christophe

Anniversaire : le 5 août

Instrument : batterie

Formation musicale : autodidacte

Expérience musicale : No Smoke, ANNAÏCK

Autre instrument : djumbé

Loisirs : croquis

Trois artistes préférés : Cranberies - Noir désir - Doors-velvet

Trois films préférés : The Doors - La bamba - La soupe aux choux.

CHRISTOPHE :

Il né au milieu d’un frère et de trois sœurs, son père est arbitre et lui déteste le Football. Il s’éclate dans les bois avec ses copains puis s’ intéresse un peu au sport, la gym en particulier . Il finit par accepter de jouer de la batterie avec Jérôme et Sylvain dans la salle de la fanfare à ANGRES.

Puis au SQUAT à côté de groupe comme LARSEN et BABY BOOM

S’en suit la présence dans le groupe NO SMOKE pendant 2 ans

Christophe Prince, décédé le 15 Septembre 2010 à 37 ans.

Christophe était le batteur fondateur d' ANNAÏCK. Il a donc contribuer à poser les premières pierres qui érigerons l'histoire du groupe et son profil trace la partie haute du premier logo d' ANNAÏCK

il avait fort apprècié de jouer aux cotés de Laurent mais aussi de Pierrick, Greg, Fred, jéjé et Salva.

C'était le témoin de Sylvain quand celui-ci s'est marié avec Annaïck en 2006. C' était son cousin, en tout cas c'est toujours comme cela que ce fut dit et considéré de toutes parts. Sylvain et Tophe partagait le même chemin pour aller au lycée on appellait ça la voyette. Aussi en compagnie de Raynal ils sont aller en trio pendant de bonnes années faire de la gymnastique à Liévin où ils entrainaient des jeunes à cette discipline. C'est à peu près a cette époque que l'un et l'autre ont continué la musique rock blues heavy métal improvisée au fond d'un sous-sol à Angres. Tophe était un fervant fan de Noir Désir et il idolait Jim Morisson. Le Squat comme un bon nombre l'appelait était le lieu où il fit un bon nombre de rencontres, d' après midi et de soirées. C' était au sous-sol du foyer des jeunes, Tophe y avait trouvé une certaine aisance et y avait partagé beaucoup d'amitié.

Tophe avait joué pour un bon nombre de concerts et était à l'origine des titres ZARBIE et Daughter, il a participé au tournage du tout premier Clip d' ANNAÏCK "Tant de nuits" écrit par Salva. Cela avait eu lieu au bois de Carieul.

Après il eu son logement et ses chats. La vie éloigna Tophe d' ANNAÏCK on ne sait même plus pourquoi mais il garde une grande place tant dans notre histoire que dans notre coeur et celui de ses proches.

*** Témoignage

"On a passé, en quelques années, un temps fou ensemble". Il avait de bons amis musiciens ou non musiciens. La musique ce n'était pas son truc au départ mais il y a offert son caractère bien trempé et une façon de jouer qu'il lui était bien personnelle. Il était autodidacte, il jouait avec ses trippes et avec beaucoup d'écoute." Sylvain.

*** Témoignage

"J'y pense souvent à chcouz'…

pour ma part… c'était vraiment un mec bien.. je lui ai dis des tonnes de fois d'avoir confiance en son jeu, il me faisait pensé à un batteur autodidacte avec un jeu à lui, même s'il tapait des fois à côté mais c'était un charme,une sorte d'originalité, il était simple, et nos cerveaux embués nous ont souvent fait rire…

bref, j'aurais aimé vraiment continuer à être son bassiste, je pense qu'on s'entendait bien autant musicalement qu'amicalement… pour moi, c'est toujours mon pote, j'espère qu'il le sait… en tout cas même Elia et hélène qui ne l'ont vu que deux fois le regrette en tant que gentilhomme" Salva.

***

***Témoignage

"salut une pensée a un copain avec qui on a passé des bons momments de rIgolades tes un mec avec un grand coeur on ne t oublies pas GREG"

***

Anecdote : Après avoir commencé à apprendre la guitare avec GG et Greg dans le garage des parents de Sylvain. Tophe et Sylvain c'étaient mis d'accord pour que Tophe puisse avoir une batterie pour apprendre et jouer en groupe. C'est donc à deux qu'ils partirent avec une renault 14 dorée siège en sky noir, ils allèrent acheter une batterie à Lens-Accordéon place du Quentin. En rentrant dans le magasin ils regardent un peu ce qu'il y avait et surtout ce qu'il y avait dans les prix qu'on pouvait. on choisi alors un premier prix, une maxtone noire qui était bien jolie. ils la payent et de sorte à pouvoir la charger, Sylvain alla bouger la voiture et c'est là qu'en faisant une marche arrière la voiture se trouve soulevée et coincée sur un plot de chaine en béton d'une cinquantaine de centimêtre de haut. Voila qu'ils avaient une belle batterie toute neuve dans la voiture mais la voiture il leurs fallu la pousser à plusieures reprises pour la décoincer et pouvoir repartir. Quelles Frayeurs

Anecdote : Les cousins ne jouaient plus qu'à deux et ils cherchaient un local sympa pour répéter. Christophe connaissait deux copines qui proposaient alors de leur prêter un garage déjà assez grand et dans lequel il etait possible de faire un peu de musique. Ce garage n'était pas trop encombré et les murs étaient en bon état, le seul hic, c'est qu'il y avait une fourgonnette de garée dedans et que celle-ci était malheureusement immobilisée. L'idée était venue d'isoler les murs et de démonter la fourgonnette pour n'en garder que le plancher sur les roues. Comme ca ils pourraient s'en servir comme plateforme pour mettre la batterie de Tophe. il vidèrent et nettoyèrent un peu se qui trainé, puis il partirent acheter des rouleaux de laine de verre fort épais ("fallait du bon !") pour les plaquer contre les murs et au plafonds en maintenant le tout avec du fil de fer. Tout cela en plein été, c'est bien chaud. déjà c'était assez folklo, ca prenait du temps mais il y avait une bonne ambiance et ils s'imaginaient déjà entrain de jouer avec quelques copains et copines pour écouter à leurs cotés. Vint alors l' atelier ferraille, le démontage du veau. ah ! pendant la première heure tout allait vraiment bien ils en démontaient pas mal. Après ca s'est compliqué un peu mais un maximum de pièces avaient enfin quitté le garage et du veau il ne restait que la carcasse. Ils s'arretèrent là quelques jours. Il leur fallait désormais découper toute la coque supérieure du véhicule. Ils allèrent alors acheter une tronçoneuse à disque un engin monstrueux qu'ils n'avaient jamais eu l'occasion de manipuler. Le temps de s'affranchir avec la découpe, ils commencèrent par les ailes du veau qui ne risquait pas lui de s'envoler. C'est ce qui arriva par contre à Sylvain lorsque qu' après s'être découpé les ailes il tomba sur un os en voulant s'attaquer au montant des portières. C'est lui qui prit un peu la porte, lorsque la tronçonneuse, en un disième de seconde, se bloqua dans le montant, fit un quart de tour et catapulta Sylvain dans le mur, deux mêtres en arrière, d'un bon coup dans le ventre. Le gars resta assis vautré pendant deux heures, KO technique ! et les deux zouaves eurent à baliser pendant trois jours en pensant à une hémoragie interne. Le doute passé sur l'état de santé de Sylvain, les portes du garage restèrent définitivement fermée et la tronçoneuse valsa de colère et rancune dans la Souchez. (Quelqu'un l'a récupérée à leur place elle n'y était plus le lendemain).

Les rouleaux de laine de verre y sont peut-être même encore en place là-bas.