Efficacité et efficience en Réadaptation

Evaluation des résultats cliniques: efficacité ou performance?

"Les vérités les plus précieuses sont celles que l'on découvre en dernier, mais les vérités les plus précieuses sont les méthodes" Nietzsche

L'évaluation globale et intégrée des systèmes de santé. Contandriopoulos Université de Montréal +++ diaporama version française+++
diaporama (attention bilingue) 
Groupe de travail sur la performance clinique

 Cliquer ici
La domination légale à direction administrative bureaucratique” Max Weber (1921)Cliquer ici

La performance organisationnelle des organismes publics de santé, Claude Sicotte; François Champagne; André-Pierre Contandriopoulos

Cliquer ici
A performance assessment framework for hospitals: the WHO regional office for Europe PATH project J. Veillard, F. Champagne, N. Klazinga, V. Kazandjian, O. A. Arah and A.-L. Guisset 
Cliquer ici

Les hôpitaux magnétiques : un hôpital où il fait bon travailler en est un où il fait bon se faire soigner Magnet hospitals: a hospital with good working and care conditions Brunelle Y

Cliquer ici
De l’usage de concepts gestionnaires dans le champ de la santé Le cas de la qualité hospitalière Étienne Minvielle 
Cliquer ici
Les apports du balanced scorecard à la recherche de la performance. (Kaplan et Norton; voir aussi typologie des systèmes de contrôle d'Ouchi 1979)Cliquer ici
Les indicateurs de l’offre et de la demande de soins en santé reproductive http://doc.abhatoo.net.ma/doc/IMG/pdf/indicateurs-Chap5.pdf

LES PALMARES, UN BUSINESS RENTABLE, UNE AFFAIRE SERIEUSE (F. Pierru)

Benchmarking: histoire et usages d’un dispositif de gouvernement par les nombres Coordonnateurs: Isabelle Bruno (CERAPS, Lille 2) Emmanuel Didier (CNRS, CESDIP) 

LES CLAIRS-OBSCURS DE LA FORME PALMARES L’exemple de la carrière des palmarès hospitaliers Frédéric Pierru (CNRS-IRISES)

Cliquer ici

Cliquer ici

Cliquer ici

Coordination pour la mesure de la performance et l'amélioration de la qualité hospitalière COMPAQH 2 Inserm
Manifestement, on n'est pas dans le même paradigme...

Cliquer ici
Accessibility, continuity and appropriateness: key elements in assessing integration of perinatal services.Cliquer ici
La responsabilisation du patient dans un contexte de télésoins à domicile
Cliquer ici
L'expérience de Kaiser Permanente: attention un des modèles de management intégré des soins très étudié par les décideurs à lire absolumentCliquer ici

Collectif de recherche sur l'organisation des services de santé de première ligne au Québec : Rapport détaillé

1) L’équilibre entre l’accessibilité et la continuité. Plusieurs participants ont rappelé, à l’appui des résultats présentés, que les problèmes d’accessibilité, bien que très médiatisés, s’expliquent probablement davantage par un ensemble de facteurs, dont le manque de continuité. En conséquence, les solutions qui visent à régler uniquement les problèmes de l’accessibilité sont vouées à l’échec.
2) L’intégration des médecins. Les participants ont insisté sur l’importance de considérer le médecin comme un acteur important pour le succès des transformations. Certains facteurs institutionnels sont signalés comme de possibles obstacles à l’intégration des médecins, notamment le manque de lien organisationnel fort et le mode de rémunération. suffisante, autant dans les projets portant sur l’intégration des services que dans les transformations en cours. Ceci fait l’objet d’une préoccupation majeure, d’autant plus que la création des réseaux locaux ne garantit pas leur intégration formelle.
3) Une première ligne non adaptée aux problèmes complexes. L’évolution démographique et épidémiologique caractérisée par le vieillissement des populations et l’augmentation de la prévalence des maladies chroniques fait en sorte que la 1e ligne, qui s’est développée pour traiter des épisodes courts de maladies aiguës, est moins adaptée à la prise en charge de problèmes complexes qui nécessitent, en outre, la collaboration de plusieurs professionnels, rattachés parfois à des organisations différentes. Cette question en a également soulevé une autre, celle du modèle d’organisation de la 1e ligne à privilégier.
4) Le modèle d’organisation de la première ligne. Plusieurs participants se sont posés la question suivante : quel modèle clinique peut répondre le mieux aux besoins de la population ? On s’est demandé s’il fallait investir davantage dans les services spécialisés, plus productifs et plus efficaces, que dans une 1e ligne qui ne suffit pas à la tâche.
En d’autres termes, on opposait le modèle hospitalocentrique, basé sur les soins spécialisés et privilégiant la gestion de la maladie (« disease management ») au modèle communautaire érigé autour de la 1e ligne et inspiré de la gestion par cas (« case management »). Est-ce que le modèle hospitalocentrique serait mieux adapté au milieu urbain, riche en soins spécialisés mais défavorisé au chapitre de la 1e ligne, et le modèle communautaire au milieu rural ?Dans la mesure où ces deux types de réseaux, par maladie ou par population, sont appelés à coexister, la question fondamentale est plutôt de savoir comment ils vont coexister et surtout, s’articuler entre eux pour faciliter le cheminement des patients.
5) Les différences urbaines/rurales.

Cliquer ici
Soins de première ligneCliquer ici
Prise en charge des escarres - Mise en ligne du rapport de phase (diagnostic et plan d'action) MEAHCliquer ici
Discharge planning from hospital to homeCliquer ici

Services for reducing duration of hospital care for acute stroke patients +++ Early Supported Discharge Trialists à lire absolument

Main results: Outcome data are currently available for 11 trials (1597 patients). Patients tended to be a selected elderly group with moderate disability. The ESD group showed significant reductions (P < 0.0001) in the length of hospital stay equivalent to approximately 8 days. Overall, the odds ratios (OR) (95% confidence interval (CI)) for death, death or institutionalisation, death or dependency at the end of scheduled follow up were OR 0.90, 95% CI 0.64 to 1.27, P = 0.56, OR 0.74, 95% CI 0.56 to 0.96, P = 0.02 and OR 0.79, 95% CI 0.64 to 0.97, P = 0.02, respectively. The greatest benefits were seen in the trials evaluating a co-ordinated ESD team and in stroke patients with mild-moderate disability. Improvements were also seen in patients' extended activities of daily living scores (standardised mean difference 0.12, 95% CI 0.00 to 0.25, P = 0.05) and satisfaction with services (OR 1.60, 95% CI 1.08 to 2.38, P = 0.02) but no statistically significant differences were seen in carers' subjective health status, mood or satisfaction with services.

Authors' conclusionsAppropriately resourced ESD services provided for a selected group of stroke patients can reduce long term dependency and admission to institutional care as well as reducing the length of hospital stay. No adverse impact was observed on the mood or subjective health status of patients or carers.

Cliquer ici

Therapy-based rehabilitation services for stroke patients at home Authors' conclusions
Therapy-based rehabilitation services targeted towards stroke patients living at home appear to improve independence in personal activities of daily living. However, the evidence is derived from a review of heterogeneous interventions and therefore further exploration of the interventions is justifiable.

Cliquer ici
Hospital at home versus in-patient hospital care Authors' conclusions
Despite increasing interest in the potential of hospital at home services as a cheaper alternative to in-patient care, this review provides insufficient objective evidence of economic benefit. Early discharge schemes for patients recovering from elective surgery and elderly patients with a medical condition may have a place in reducing the pressure on acute hospital beds, providing the views of the carers are taken into account. For these clinical groups hospital length of stay is reduced, although this is offset by the provision of hospital at home. Future primary research should focus on rigorous evaluations of admission avoidance schemes and standards for original research should aim at assisting future meta-analyses of individual patient data from these and future trials.
Cliquer ici
Therapy-based rehabilitation services for patients living at home more than one year after stroke protocole en cours à suivre...Cliquer ici
Occupational therapy for patients with problems in activities of daily living after stroke Authors' conclusions Patients who receive occupational therapy interventions are less likely to deteriorate and are more likely to be independent in their ability to perform personal activities of daily living. However, the exact nature of the occupational therapy intervention to achieve maximum benefit needs to be defined.
Cliquer ici
Speech and language therapy for aphasia following strokeCliquer ici
Speech and language therapy for dysarthria due to non-progressive brain damageCliquer ici
Interventions to promote collaboration between nurses and doctorsCliquer ici
In-hospital care pathways for stroke protocole en cours à suivre...Cliquer ici
Clinical pathways: effects on professional practice, patient outcomes, length of stay and hospital costsCliquer ici
Physiotherapy treatment approaches for the recovery of postural control and lower limb function following strokeCliquer ici
Electrical stimulation for preventing and treating post-stroke shoulder painCliquer ici
Electrostimulation for promoting recovery of movement or functional ability after strokeCliquer ici
Electromechanical-assisted training for walking after strokeCliquer ici
Supportive devices for preventing and treating subluxation of the shoulder after strokeCliquer ici
Repetitive task training for improving functional ability after strokeCliquer ici
Treadmill training and body weight support for walking after strokeCliquer ici
EMG biofeedback for the recovery of motor function after strokeCliquer ici
Force platform feedback for standing balance training after strokeCliquer ici
Constraint induced movement therapy for upper extremities in stroke patients protocole en cours à suivre...Cliquer ici
 Cliquer ici
Multi-disciplinary rehabilitation for acquired brain injury in adults of working ageCliquer ici
Interventions for motor apraxia following strokeCliquer ici
Cognitive rehabilitation for attention deficits following strokeCliquer ici
Cognitive rehabilitation for memory deficits following strokeCliquer ici
Cognitive rehabilitation for spatial neglect following strokeCliquer ici
Multidisciplinary rehabilitation for adults with multiple sclerosisCliquer ici
Exercise therapy for multiple sclerosisCliquer ici

Occupational therapy for rheumatoid arthritis Authors' conclusions
There is "gold" level evidence that occupational therapy can help people with rheumatoid arthritis to do daily chores such as dressing, cooking and cleaning and with less pain. Benefits are seen with occupational therapy that includes training, advice and counseling and also with advice on joint protection.

Cliquer ici
Occupational therapy for multiple sclerosisCliquer ici
Services for helping acute stroke patients avoid hospital admissionCliquer ici
Setting and organization of care for persons living with HIV/AIDSCliquer ici
 Rééducation et lombalgies en 2007 Serge Poiraudeau Service de médecine physique et réadaptation, Hôpital Cochin, AP-HP, Université Paris 5 Cliquer ici
  
Effectiveness of intermediate care in nursing-led in-patient unitsCliquer ici
Nursing record systems: effects on nursing practice and health care outcomesCliquer ici
  
La question du handicap en Seine-Saint-DenisCliquer ici
Comments