L'enquête Marchal

Vosges 1844
Deux enfants meurent dans la neige...

https://sites.google.com/site/amisduhautfourneau/marchal/PICT0022.JPG?attredirects=0

La stèle commémorative près du Tanet
Licence Creative Commons

L'enquête Marchal de Olivier MOUROT est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Avertissement

Les pages qui suivent constituent le récit chronologique de la recherche que j'ai entreprise à partir de 1996 sur un fait divers survenu en mars 1844 dans la montagne vosgienne lorsque deux jeunes périrent dans une tourmente de neige au retour d'une virée en Alsace. Les faits bruts eux-mêmes ne présenteraient rien d'extraordinaire n'était l'existence sur le lieu de la découverte de leur corps; d'une stèle érigée à leur mémoire. Cette volonté commémorative est très semblable à celle qui fait aujourd'hui tristement fleurir au bord de nos routes, ces écriteaux mémoriels apposés par les familles au lendemain de l'accident de voiture qui provoqua la mort de leurs enfants. Celui-ci est en grès, esseulé sur la crête de la montagne et remplit toujours son rôle: cette recherche en est la preuve.

Cette enquête historique qui repose essentiellement - on l'imagine bien - sur la collecte des diverses mentions de cet événement dans les livres d'Histoire locale, s'est racontée en direct sur Internet de 1996 à 2002. J'y faisait appel aux contributions des internautes. La démarche était assez novatrice lorsque je l'entrepris. A ses débuts, bien peu de français disposaient d'un accès Internet et, lorsqu'ils en disposaient, c'était à la vitesse incroyable de 14600 bauds. La France était connectée oui, mais au Minitel. Ce me valut que mes premiers lecteurs furent surtout québécois ! Pourtant, au fil du temps, c'est grâce à ce procédé que cette enquête s'est étoffée lorsqu'un proche de Mme Rataire, ancienne maire de Gérardmer qui avait autrefois entamé de son côté une recherche historique semblable, lui en communiqua une copie. Mme Rataire me transmis alors tous les éléments en sa possession relatifs à cet événement qui - vous le verrez - me firent bien progresser.

D'une autre personne cette enquête doit beaucoup : il s'agit de Jacques Brultey de Fraize, rencontré un peu par hasard lors d'un de mes déplacements et que je qualifierais de militant de l'Histoire locale. Lui, sa famille et ses amis de la société d'histoire ont nourri abondamment cette recherche et, ce qui l'enrichit, de son contexte. Ce que je produis ici est au moins autant le fruit de leurs recherches que des miennes.

Accaparé par de nouvelles activités (la tête ailleurs en quelque sorte), j'en abandonnai en 2002 la publication en ligne en même temps que s'éteint l'appétit pour poursuivre une enquête dont je n'entrevoyais pas ce qu'elle pourrait produire de nouveau, même s'il subsiste encore des zones d'ombre marginales (je vous laisse les découvrir ;-).

Et puis en 2014, profitant de la création de ce site consacré à la gestion du refuge par lequel tout a commencé - pour ce qui me concerne - et mes activités redevenues un peu moins prenantes, j'y vis l'opportunité de remettre en ligne ce texte et de l'étoffer quand l'occasion et mes loisirs me le permettraient.

Depuis sa création en 1996, les ressources numériques ont évidemment beaucoup évolué et mon modem d'autrefois ne se retrouve plus, à son tour, qu'au musée (et c'est pas dommage). Mais comme il serait aujourd'hui ridicule de réutiliser les minuscules vignettes GIF qui illustraient ce récit à son origine, le déploiement de Gallica (le site de la BNF) ouvre de nouveaux accès aux livres et documents du domaine public. Ainsi en est-il de plusieurs ouvrages introuvables jusqu'à il y a peu et dont je peux donc aujourd'hui vous proposer la lecture, mais et de loin, pas encore de tous.

Enfin et pour conclure - provisoirement toujours - si la lecture des pages qui suivent vous en donnent le goût et vos propres investigations, la possibilité, n'hésitez pas à contribuer à votre tour ne serait-ce que pour peindre le décor de cette histoire par ailleurs librement distribuable dans le respect de la licence Creative Commons à des fins non commerciales.

Bonne lecture !

Olivier Mourot
1996- 2015
omourot@gmail.com