HISTORIQUE DU 22e BCA

 

ARCHIVES ET DOCUMENTS 22°BCA

"Encore un biffin....."

LOI MODIFIANT L'ORGANISATION DES 
BATAILLONS DE CHASSEURS A PIED
 

Après une existence éphémère en 1855/1856,
le 22ème Bataillon de Chasseurs à Pied renaît en novembre 1870 pour la défense de PARIS assiégé.
En septembre 1871, il fusionne, au sein de l’Armée de Paris, avec le 22ème Bataillon de Chasseurs à Pied de Marche,
créé le 26 Décembre 1870 à Cherbourg au quartier du fort de Querqueville.

En 1875, le 22ème BCP rejoint MORLAIX, puis LYON en 1886
d’où il va procéder aux premières expérimentations alpines en TARENTAISE.
A la noël 1888, il devient 22ème Bataillon Alpin de Chasseurs à Pied
et constitue le 2ème Groupe Alpin avec une batterie d’artillerie de montagne.
Chaque été, il va s’entraîner à la guerre en montagne dans le BEAUFORTIN.
En 1890, il s’installe à
ALBERVILLE.

 
 
 
 
 NOS ALPINS par TEZIER textes de Henri SECOND 1898
 
 
 
LA GRANDE GUERRE :
                              Consultez le site: http://www.chtimiste.com/ 
          
         Garnison en 1914 : Albertville 
       
         1914: Alsace. Vosges (Mandray, Tête de Béhuoille, Fouchifol, le Bonhomme, Wissembach).
        
Au mois d’août 1914, arrivé aux portes de COLMAR, il s’illustre ensuite dans les VOSGES où il va gagner
       sa  première citation à l’ordre de l’Armée au prix de 192 tués (dont son chef de corps)
et plus de 500 blessés en l’espace d’une quinzaine de jours. 

1915: Vosges (Wissembach, Croix-le-Prêtre). Alsace, (Metzeral, Barrenkopf, Linge, Schratzmaennle, Reichacker).

Au cours de l’été 1915, ce sont les folles attaques dans les Vosges où le « 22 » va gagner sa troisième palme (22 août)
Il est le premier corps de l’Armée française à avoir obtenu 3 citations à l’ordre de l’Armée en 12 mois.


1916: Alsace (Hilsenfirst, Linge). Violu. La Béchine. Somme (chemin creux de Maurepas,
St-Pierre Waast). alsace (Hartmann).
Au mois d’août 1916, le « 22 » participe à l’offensive de la SOMME et en novembre, sa division (la 46ème) est dépêchée au secours de l’ITALIE.


1917: Loire. Côte 108. Chemin des Dames (Les Casemates, Vauclerc). Italie (Monte-Tomba).
Belgique (Dickebusch). Champagne (Perthes-les-Hurlus).
Picardie (Fescamps, Tilloloy). Ligne Hindenburg (ferme Tilloy). Canal de la Sambre

Revenu en France, en avril 1918, le 22ème BACP est jeté sur le front
pour colmater les brèches dans les FLANDRES, puis en CHAMPAGNE.
Mais à partir du mois d’août, c’est l’offensive de PICARDIE, la percée de la « Ligne HINDENBURG » ou le « 22 » gagne sa 4ème palme et c’est enfin la marche en avant jusqu’au 11 novembre.

En plus de 4 ans de guerre, le 22ème BACP a obtenu la fourragère aux couleurs de la médaille militaire
au prix de 1424 tués
(dont 2 chefs de corps)

 
CLIC MONUMENTS A LA MÉMOIRE du 22°BCA et du 62°BCA
 
L’ENTRE DEUX GUERRES :
Après une période d’occupation en RHÉNANIE (région d’AIX LA CHAPELLE) en 1920,
le « 22 » est choisi pour protéger le plébiscite de rattachement du SCHLESWIG-HOLSTEIN au DANEMARK.
Le
20 juin 1920, le « 22 » débarque à Nice où il est magnifiquement reçu par la ville.
En 1923, le « 22 » va passer 7 mois dans la RHUR, puis il reprend ses activités montagne.


LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE :

clic  LAUDATOR TEMPORIS ACTI ( Horace)
"APOLOGIE DU TEMPS PASSE".....

Magnifique ouvrage de croquis réalisé par le dessinateur artistique Maurice LERUTH en cadeau à son ami François DORY.
Cet ouvrage relate "en images" les souvenirs communs de ces deux amis qui servaient comme sergents au 22°BCA de 1936 à 1940!!!
Un grand merci à Monsieur Bruno DORY, son fils , qui nous a offert une reproduction de cet ouvrage et autorisé à le diffuser....à savoir également, que le grand père de l'épouse de Mr Bruno Dory a servi comme chef de bataillon au 22°BCA et a participé à la victoire de Narvik!!!


1939-40
:
à lire : DE NICE A LA MARNE et LA BATAILLE DE L'AISNE et NUL NE CRAINS et 62°BCA EN 1940
Le 20 mai 1940, le 22ème BCA est jeté sur les ponts de l’AISNE, puis à partir du 9 juin,
ce sont les violents combats autour de FISMES. Les pertes sont lourdes.
Le 11 juin, c’est le repli sur la MARNE
et ensuite la retraite harassante dans l’indescriptible débâcle d’une Nation en fuite vers le Sud…
A l’armistice du 25 juin, seuls 125 chasseurs sur un effectif de 1050 ont réussi à rejoindre MILLAU.
Effrité, le gros du bataillon a été fait prisonnier. Le 22ème BCA méritait mieux !
Il est dissous le 1er août 1940.


LE 62°BCA

1944-45 :
à lire: BATAILLON CORNICHES 22
Il faut attendre la libération d’ août 1944, pour voir la création d’un bataillon FFI « corniches22 »
qui sera employé en défense côtière dans le quartier de ROQUEBRUNE-CAP MARTIN.
Lors de la réorganisation de janvier 1945, il fusionne avec le bataillon FFI « ESTEREL 9 »
pour former le bataillon 22/XV qui deviendra un bataillon du 3ème RIA (mars 1945)
APRÈS-GUERRE :
Le 1er avril 1951, à NICE, reconstitution du 22ème BCA.
Son groupement d’instruction s’installe à MENTON.


LE BATAILLON DE MARCHE DE LA 6° DEMI BRIGADE
NOVEMBRE 1954 - JANVIER 1955
 
 
ALGÉRIE :
 
Après avoir fourni plusieurs renforts pour l’AFN,
le 22ème BCA embarque pour le MAROC
(septembre 1955) mais il laisse son centre d’instruction à NICE.
En janvier 1956, il est dirigé sur l’ALGÉRIE. D’abord dans le secteur de MICHELET, puis celui de BOUIRA (juin)
Dispersé en postes, il accomplira avec succès sa mission de guerre et de pacification
jusqu’à l’Indépendance (5 JUILLET 1962);
 En 6 ans de guerre, il a perdu 5 officiers, 8 sous-officiers et 39 chasseurs ou harkis,morts pour la FRANCE.
Il sera rapatrié le 31 janvier 1964 (certains ont même pris le maquis, refusant d'abandonner leurs hommes....)
et dissous à SISSONNE.
Le « 22 » renaît à NICE , le 1er mai 1964, d’abord sous la forme d’un groupe de commandos
puis il reprend sa dénomination de 22ème BCA, le 1er juillet 1969.
Il est dissous le 1er juillet 1976.
Six ans plus tard, le 5 décembre 1982, il revoit le jour, à NICE, comme 22ème BCA de réserve
pour être dissous au mois de février 1997.
 
LE 22°BCA EN 1938/1940
 
62eme bataillon de chasseurs alpins :
"Toujours à l'honneur, souvent à la gloire".