Histoire et faits d'armes de l'aviso Francis Garnier F730

  1. Comment l'Eritréa va devenir le Francis Garnier …

Ex-Eritréa, Aviso Italien , indicatif de coque A 04, construit en juillet 1935 à Castellammare. Italie Transféré à la France en exécution du traité de paix le 12 février 1948.
L'Eritréa Aviso coloniale de la Marine Royale Italienne.

Départ précipité d'Ethiopie
Ce bâtiment a connu pendant les premières années de guerre, une étonnante aventure:
Le navire était basé à Massawa (Massaoua), port d'Ethiopie en Erythrée, au moment de l'assaut des Britanniques et des Français libres contre l'Erytrée.
L'Erithrée ( mer Rouge) était une colonie italienne de 1890 - 1941.
Alors que faute d'un rayon d'action suffisant, les torpilleurs ne pouvaient espérer s'échapper.
L'Eritréa ainsi que 4 sous -marins et 2 croiseurs auxiliaires, reçurent l'ordre de forcer l'escadre britannique, de sortir de la mer Rouge et de gagner le Japon.
Le 18 février 1941, l'Eritréa appareillait pour son voyage hasardeux de 9500 Milles avec 330 tonnes de mazout dans ses soutes et chargé de surcroît de 800 fûts de combustibles logés un peu partout sur les différents ponts
Son déplacement normal qui est de 2172 tonnes atteignait 3275 tonnes.
Il réussit à passer Périni et le détroit de Bab el Mandeb, (détroit entre l'Afrique et l'Arabie qui réunit la mer Rouge au golfe d'Aden), sans donner l'éveil à un croiseur auxiliaire Anglais, puis, à un Aviso aperçu très loin.
Après une navigation sans histoire au Sud de l'Equateur, à l'écart des grandes voies de transit maritime, il parvint le 3 mars dans les parages de Timor.
Là , il se camoufla en aviso Portugais, gréa un mat tripode et allongea son château.
Son stratagème réussit .
Dans le dédale des îles , au cours de la journée du 11 mars, un quadrimoteur Hollandais vint le survoler, le prit pour l'aviso Portugais " Juaa de Lisbona " et s'éloigna.
Le 13 mars l'Eritréa était dans le Pacifique
Le 22 mars au matin ,il jetait l'ancre devant Kobé, Japon

Séjour au Japon
A cette époque le Japon était neutre, pou éviter l'internement, l'Eritréa fit valoir la nécessité urgente de révision de ses moteurs. L'opération le mena jusqu'au mois d'août 1941.
Il se rendit ensuite à Shanghai, où il resta (à l'exception d'un séjour à Tsin -Tao) jusqu'au mois de juin 1943.
Pressentant les rapports tendus de l'Italie avec les Germano-Nippons, son commandant , le capitaine de Frégate IANUCCI, avait fait remplir de mazout les soutes à eau en vue de s'échapper à nouveau en cas de besoin et de gagner Buenos-Aires. Avec 540 tonnes à bord, il pouvait couvrir 20.000 milles.

Mais, les événements évoluèrent pour lui, de façons différentes.
Au début de Juin 1943, il reçut l'ordre de gagner Singapour pour y accueillir les sous -marins Italiens arrivant d'Europe et de les escorter dans le Détroit de Malaga.
Il descendit vers le Sud le 25 Juillet entre Singapour et Sabang pour rencontrer le sous-marin ''Guiliani''. L'Eritréa apprit alors la chute du gouvernement Fasciste Italien.
Dans le courant du mois d'Août , la situation se tendait de plus en plus .
Les Japonais ( qui avaient laissés partir le sous-marin ''Capellini'' chargé de caoutchouc, le retinrent à Sabang ), et invitèrent l'Eritréa a aller le chercher pour le ramener à Singapour.

Et l'Eritréa va rejoindre les Alliés
Le 5 Septembre, le bâtiment, alors en mer, intercepta vers 14h00 , une annonce de l'agence Reuter, annonçant l'armistice.
3 heures plus tard, un télégramme de Rome ordonnait à tous les bâtiments Italiens de rejoindre les ports Anglais ou les ports neutres ou de se saborder.
Sans hésiter l'Eritréa rasant la côte de Malaisie et se dérobant à la faveur des grains tropicaux, déboucha le 11septembre dans l'Océan Indien.
Le 14 septembre, il arrivait à Colombo et devenait " cobelligérant " avec les Alliés.


  1. Le Francis Garnier …Marine Nationale Française
  • 1948

en exécution du traité de paix, il est transmis à la France
-12 février. La Force X en prend possession
-01.06. 1948 Remise en état.
Carénage de plusieurs mois aux appontements " Milhaud " et au " Mourillon ". Toulon
ADMISSION au Service ACTIF
-Baptisé " FRANCIS GARNIER ". Indicatif de coque F 730
-Armement modifié
-classé aviso-escorteur 1ère classe

  • 1949

AFFECTATION au PACIFIQUE
-05.04.1949 Départ de Toulon
Détaché dans le Pacifique Sud où il accomplit plusieurs missions en Polynésie et en Océan Indien
-15.04 au 18.06 Djibouti. Réparations avaries auxiliaires
-25.06 au 02.08 Diego-Suarez
-30.09 Papeete
après avoir fait escale à Tamatave. La Réunion. Freemantie. Sydney. Auckland.


-08 au 25.10 Missions de maintien de l'ordre dans les îles de la Société ( période électorale), après avoir armé les Vedettes de port avec l'équipage. V.P 51 et V.P 52
-07.11 au 10.11 Mission à Mooréa
-15.11 Mission hydrographique 'Lydie' dans les Tuamotu à Apataki
qui utilise la Vedette V.P 52.
-17 au 28.11 accompagné du TIARE.(patrouilleur). Il transporte le Gouverneur des Etablissements français en Océanie (EFO ) et le Commandant de la Marine à Papeete
Puis virée dans les îles Australes
-08.12 Récupère la mission hydrographique débarquée à Apataki
-12 au 23.12 Mission hydrographique à Tikehau, Touamotou
28.12 Papeete

  • 1950

Au cours de cette année, l'activité du bâtiment se résume comme suit :
-04 au 19.01 Tournée dans les Tuamotou et les Marquises avec le Gouverneur des E.F.O
Il détermine la position du banc CLARK
-13 au 18.02 Exercice avec le Tiaré prés des îles de la Société.
-23.02 au 12.03 Carénage à Auckland
-16.03 Nouméa
-24 au 25.03 Propagande dans les îles autour de Nouméa
-30.03 Exercice prés des îles Loyauté
-03.04 Nouméa
-13 au 15.04 Propagande en Nouvelle Calédonie
-18.04 au 06.05 Mission aux Wallis, à Futuna, aux Fidji avec le Haut Commissaire de France.
-26.05 au 15.06 Mission aux Nouvelles Hébrides avec le Haut Commissaire de France


-19.06 Départ pour les Wallis
- 02.07 Papeete
-31.07 au 09.08 Ïles Tuamotou, Gambier avec le Gouverneur des E.F.O

-17.08 Appareille pour San Francisco
Rejoint l'escorte du convoi composé de la " Rance " et de 6 L.S.S.L destinés à l'Indochine avec lesquels, il arrive à Pearl Harbour
-26.09 Pearl Harbour
10.10 Appareillage pour Kwajalen où il séjourne avec ce convoi
19.10 au 20.10 Kwajalen
27.10 Retour à Nouméa

  • 1951-1953

Activité réduite dans les îles et retour à Toulon
-09.10.1951 Grand carénage Toulon
-1952-1953 Toulon, non endivisionné. Il est refondu
-05.09.1953 Quitte Toulon pour l'Indochine

  1. FLOTTE de Combat
  • 1953-1954

-09.11.1953 Indochine.
-1954-1955 Forces Maritimes Extrêmes Orient
-07 mai 1954 Dien Bien Phu tombe.
-27 juin 1954 le Francis Garnier et le Paul Goffeny appuient très efficacement de leurs tirs l'action de nos troupes engagées près de la montagne de " L'Epervier " au Nord-Est de Tuy-Hoa.
La pression exercée par l'ennemi contre notre dispositif de Tuy-Hoa nécessite en juillet la présence permanente devant ce petit port du Francis Garnier et du Paul Goffeny.
- 02 juillet, le Robert Giraud remplace le Paul Goffeny
-07 / 09 juillet, le Francis Garnier et le Montcalm effectuent des missions d'appui- feu qui stoppent une tentative d'infiltration de nuit des Viets dans le Nord de Tuy-Hoa



-23 au 26 juillet Après un séjour à Port Dayot, Il participe au large de CAMRANH à l'Exercice Midship
( ASM. Tirs , attaque de nuit) , avec le DUMONT d'URVILLE, !a GRACIEUSE , L'ARDENT, le GLAIVE et l'aviation
-27 juillet au 23 Août. Le Francis Garnier participe à l'évacuation du Tonkin du Corps Expéditionnaire
( hommes, matériel ) et de réfugiés vers le lieu de regroupement
Participent aussi, le Bois-Belleau, le Dixmude, leGloire, le Montcalm, le Golo, la Rance, et l'Odet
Retour au Pacifique
-29 octobre au 09 novembre. Le Francis Garnier ayant à son bord le Commandant en Chef des FMEO , et des parlementaires, accomplit une mission au Tonkin , puis achève sa mission à Pnom Penh.
-12 au 21 décembre. Indisponibilité de routine
  • 1955

-04 janvier au 12 janvier 1955. Exercice d'ensemble dans le Golfe du Siam.
-21 au 31 janvier1955 à l'occasion des fêtes du TËT , il participe à des exercices d'ensemble après avoir séjourné à Natrang.
-01 Avril au 16 mai 1955. Le Francis Garnier fait partie d'une " Task Force " occasionnelle organisée en vue de la protection des dernières étapes de l'évacuation du Tonkin, séjournant soit à Tourane , soit dans la région d' HaÏphong
-12 au 13.04 pendant cette période ci-dessus, le F Garnier prend part à l'exercice ROME
( interception de L.S.S.L cherchant à atteindre la côte ), avec l'Inconstant, la Capricieuse, et l'Ardent
-Début Mai. Retour à Saigon
-16 mai 1955, date définitive du départ du Tonkin des Forces Navales Françaises pour Saigon

  1. Affectation à la Force du pacifique



09 juillet , portant la marque du Commandant en Chef des FNEO. Il appareille pour la Thaïlande avec le bâtiment Commandant Duboc
-15 juillet. Bangkok. Visite officielle aux autorités Thaïlandaises
Puis, retour à Saigon, après une escale à Poulo Condor, après avoir transporté la Commission Mixte des Sépultures et la relève du 22ème R.I.C
-20 juillet au 1er Août, il appareille de Poulo au Condor pour entraînement individuel
-28 Août 1955, le Francis Garnier quitte Saigon pour diverses missions dans le Pacifique dont
une mission de transport d'un détachement à Nouméa
-17.09 Arrivée à Nouméa après escales à Biais (île de Shouten) et Manus (îles de l'Amirauté)
-01.au 04.10. Escale forcée à Auckland suite à une forte tempête
-12 au 17.10.1955 Papeete
Puis, îles Australes, Gambier et Touamotou. Sous le Vent. Transportant des personnalités
du gouvernement des Etablissements Français d'Océanie. E..F.O
Propagande importante par rapport à l'Australie et les USA qui veuelent s'approprier le Pacifique
-11.11 au 15.11 Huahiné. Il participe avec un Catalina à la recherche d'une pirogue disparue. Echec
-15.11au 27.11 Bora-Bora. Wallis. Futuna.
-28.11 au 30.11 Suva
-20.12 au 21.12 Puis , les Nouvelles Hébrides du Sud, à Port Vila, où il conduisit M Hoffhrer, Haut Commissaire de France et M Anthonioz, Commissaire résident aux Nlles Hébrides
23.12 Tana Exercice avec le Tiaré (signaux et évolutions )
24.12 Nouméa.
(Forte tempête pour rejoindre Nouméa)

-1955-1956-1957-1958 à ….1966
affecté aux Forces Maritimes du Pacifique.
  • 1956

-05.01.1956 le Francis Garnier quitte Nouméa pour Saigon
-10 au 13.01 Port Moresby
-13 au 15.01 Yule-Island. Dépose d'une plaque sur la tombe du Père Bourjade,
aviateur de la guerre 1914-1918.décédé en 1923.
Comme ces prédécesseurs l'Aldebaran en 1930 et le Dumont d'Urville en 1938 .
-23 au 26.01 Balik Papan (Bornéo)
Pendant la traversée de Balik Papan à Saigon est mise à profit pour reconnaître 2 îlots de l'archipel des Spratley et déceler toute présence étrangère.
Aucune présence étrangère n'est décelée dans les îlots Spratley et Itu-Aba
-30 au 31.01. 1956 Les Spratley
-03.02.1956 Saigon
-08 et 09.02 Exercice " Saturne " à Port Dayot, à tirs réels.
-Préparation pour grand carénage
-19.02 1956 Départ pour Uraga
La traversée est marquée par la reconnaissance le
-21.02 de l'île Boisée (Paracels)
-23 au 26.02 Escale à Hongkong

 

  1. Carénage au JAPON

-15mars 1956 au 08 Mars 1957. Grand carénage au Japon à Uraga docks Hiroshima. Fukuoka




-24 au 31 mars 1957 Appareillage pour Inchon / Corée du Sud
Visite au Camp de l'ONU à Inchon. Visite de Séoul
-31 mars Hongkong
-01.04 au 29.07 le Francis Garnier arbore la marque du CA Douguet.
Commandant les Forces Maritimes du Pacifique (FMPAC)
-08 Avril Manille
-17 Avril Saigon. Rapatriement d'Anciens marins en fin de campagne.
Récupération de matériel resté depuis le départ des Français du Vietnam
-20 Avril Singapour
-24 Avril 1957 au 02 Mai. Exercices Inter-alliés 'Astra' dans la baie de Sattahib. Malaisie
-03 Mai Bangkok.
-04 Mai 1957 Le Contre Amiral Toulouse de Lautrec rejoint le bord. Sa marque est arborée
Réceptions et visite officielle aux autorités Thaïlandaises
Délégation au cimetière en souvenir des Marins Français disparus de Kaoh-Chang ,en 1940
-08 Mai. Dili. Ïle de Timor
-11 Mai Singapour
-20 Mai 1957 Nouméa Port d'attache du Pacifique
-Diverses missions de représentation de la France dans le Pacifique :
- Australie
-Les Iles dont la Polynésie dans son ensemble.


INSPECTION AMIRAL Toulouse de Lautrec
               A droite le Commandant Lavolley (1957)

-La Nouvelle Zélande

  • 1958-1965 Missions Pacifique Sud

-25.01.1958 .. Missions océanographique : recherche Banc Minerve.
(sondage des fonds. Mise à jour des cartes marine…)
du
-1959-1960 Forces Maritimes du Pacifique .
-1959 Carénage à Diégo-Suarez
-01.01. au 25.01.1960 Madagascar et Océan Indien
-26.05.au 30.06.1960 Pacifique. Océanie
-01.07 au 31.12.1960 Pacifique
-1961 Forces Maritimes du Pacifique
-06.03. au 20.04.1961 Mer de Chine
-03.05 au 20.05.1961 Mer de Chine
-01.01 au 05.03.1961 Océanie
-24.04 au 02.05.1961 Japon
-22.05 au 30.06.1961 Océanie
-01.01.1962 / 1963 aux ordres de l'Amiral F M Pacifique
-01.01. 1964 Amiral FMP
-01.01.1965 C.E.P , bâtiment de base au Centre d'expériences du Pacifique

  1. Désarmement à Papeete

05.10.1966 Condamné….ÒQ 416



-05 octobre 1966 Le Francis Garnier est condamné
HALLALI du FRANCIS GARNIER
Ce vieil Aviso colonial, prise de guerre, a fait son temps, après avoir bourlingué sur les mers du globe et avoir combattu vaillament en Indochine.
Il rendra un dernier service. Il va servir de cible à la Force " Alpha "
Pauvre Francis, comme on le dit à Papeete, la Force Alpha n'en fera qu'une bouchée ! !
On prépare l'exécution capitale.
Pourtant , le commandant Hervio, chef d'Etat Major de l'amiral Thabaud, est un marin fort avisé. Il met en garde ses collègues Pachas : " un bateau de guerre vide, même en ferraille, est difficile à couler et peut-être
serait-il judicieux de le truffer de charges explosives aux bons endroits… "
On ne tient pas compte de cet avis. L'amiral Storelli, qui a sa marque sur le FOCH, convie quelques invités privilégiés à admirer l'estocade, au large de Vairao
Reportage d'un chroniqueur de l'époque
Il y eut d'abord un fort joli ballet de trois escorteurs d'escadre, avec branle-bas de combat, personne sur le pont…etc etc
O n essaya des tirs fusants : la coque immobile et vide du Francis à l'hallali réagit comme une jambe de bois à l'application d'un cataplasme.
On essaya le genre percutant, à bonne distance ; il s'ensuivit des trous, nombreux dans l'eau et peu dans la coque.
Le Francis disaient les observateurs, les plus poètes,-avait l'air de rigoler- il flottait gaillardement.

Leur tâche ainsi accomplie, les escorteurs rentrèrent à Papeete, laissant le FOCH régler l'affaire.
Les calculateurs électroniques , ordinateurs et autres , se mirent au travail. Les cannons de 100 tonnèrent : résultat discutable, d'autant que les compas gyroscopiques ne fonctionnaient pas.
On essaya donc les Etendards et leurs bombes de 400 et 250 kgs
Les manœuvres , décollage et appontage, se déroulèrent avec précision et minutie. La maestria habituelle.
Cependant au retour des avions, le Francis flottait toujours……
On envoya alors les Alizés, avec les bons vieux moteurs à hélices et les grenades contre les sous-marins.
Et ce fut, en effet par des armes destinées à un tout autre usage, que le Francis Garnier , ses tôles disjointes, renonça à survivre et se coucha, donnant fortement de lagîte jusqu'à ce qu'en fin , il disparaisse
-salué par une salve d'honneur-
C'est ainsi que finit glorieusement le FRANCIS GARNIER.
A l'inverse de la chèvre de M Seguin qui avait tenu tête au méchant loup toute la nuit jusqu'à l'aube.
Le Francis lui a tenu tête à la Force Alpha, toute la journée pour succomber au Crépuscule.
Comments