Alter Quintet  Venez nous voir dans un de nos prochains concerts




FacebookTwitterMore...


Fondé en 2006 et integré par Inocente Carreño, Alfonso Pacin, Anne Le Corre, Jean-Luc Pino et Romain Lécuyer, L’Alter Quintet s’est constitué au croisement des trajectoires de ces cinq musiciens : 

Anne Le Corre, issue de la tradition de chambre classique, rencontre à Buenos Aires Romain Lécuyer, autre français plongé dans le monde du tango profitant de son long séjour en argentine pour se mêler à l’univers de la musique traditionnelle et du jazz. Alfonso Pacin, argentin, rentrant des Etats-unis après avoir fini ses études au Berklee college of music, collabore régulièrement avec Jean-Luc Pino, vieux baroudeur de la scène du jazz parisien et de la musique du monde en France. Inocente Carreño, aristocrate de la musique vénézuélienne, violoniste virtuose et chef d’orchestre installé depuis longtemps à Paris, rencontre sur un bateau Alfonso Pacin pour jouer avec lui de la musique mexicaine dans un groupe mariachi. Anne Le Corre et Romain Lécuyer forment avec Alfonso Pacin le trio de musique argentine « De Madrugada ».

Finalement, et pour fermer le cercle, ces cinq musiciens décident un jour d’entreprendre la merveilleuse aventure de créer un ensemble à cordes qui ne jouera pas la musique prévisible qu’on attend mais qui, fidèle à l’ouverture musicale originale de chacun de ses membres, suit le chemin exaltant de la dissidence. Enfin, avec la conviction des passionnés, ils arrivent à trouver des espaces invraisemblables dans des calendriers saturés pour pratiquer ce joyeux rituel : créer un imaginaire commun en exprimant par les cordes les rythmes étonnants des musiques traditionnelles sud-américaines, le « feeling » du jazz, la magie du quintet à cordes…


Le quintet n'a cessé depuis sa formation en 2006, d'expérimenter et de repousser les limites du genre.

"La Dérive du quintet", un album sorti en 2007, traduit fidèlement cette volonté de mélanger cultures et expériences. 

Abordant la chanson, les musiques traditionnelles d'Amérique latine et plus particulièrement celles d'Argentine, mais aussi le jazz, ou encore le tango, l'Alter Quintet s'ouvre sur une sonorité unique au-delà des étiquettes.

L'Alter Quintet se produit depuis, tant sur les scènes "world " que sur les scènes jazz ou de musique classique.

Sa première collaboration "trans-genre", débute avec Raul Barboza, maître de l'accordéon argentin. Après un enregistrement (« Dos Orillas »), suit une tournée en France et en Amérique du Sud (Brésil/Argentine).

A l'hiver 2008, c'est une création symphonique d'Alfonso Pacin, pour quintet à cordes, orchestre et chœur et qui voit le jour : la « Cantata Gaucha ». Une œuvre profane, qui propose une visite de l'univers spirituel et mystérieux de l'Amérique du sud. Cette œuvre a été dirigée par Inocente Carreño, premier violon du quintet, mais aussi chef d'orchestre dans le domaine de la musique classique. S'ensuivent plusieurs représentations à Paris (Hôtel de ville, église Saint-Marcel), dont une notamment sous la pyramide du Musée du Louvre, qui fait l'objet d'un enregistrement.

A l'été 2009, à l'occasion d'une résidence d'artistes, à La Carrière du Normandoux, près de Poitiers, l’Alter Quintet entreprend une nouvelle rencontre: il s’agit cette fois-ci du guitariste brésilien Nelson Veras. Cette collaboration se déclinera de deux façons : tout d’abord par l’enregistrement d'un disque à paraître bientôt, et ensuite par la production sur scène de cette nouvelle formule toute en légèreté, mue par une profonde richesse émotionnelle.

 En 2010 la rencontre avec le poète/chanteur Frédéric Pagès donnera lieu au spectacle et à l’album « Entre délices et terreur » (produit et distribué par Lettre Océan).

En 2011 c’est la collaboration avec le trio « Aca Seca », étoile montante de la nouvelle musique traditionnelle argentine, qui va amener l’Alter Quintet encore une fois dans l’Amérique du Sud pour une belle tournée dans les plus importantes villes de l’Argentine.

En 2012 une création, à l’Opera de Lyon avec le « Diana Baroni trio » donne lieu au spectacle et à l’album « La Macorina, Carnet de voyages du Nouveau Monde », produit par Papilio et distribué par Harmonia Mundi)

Finalement en 2013 c’est l’album « Pampeana » qui verra le jour. Ce deuxième album solo témoigne des dernières rencontres humaines et artistiques de l’Alter Quintet (Nelson Veras, Juan Quintero, Horacio Castillo), ainsi que de sa vocation d’expérimenter et de repousser ses propres limites.


 Violin 


  Inocente Carreño 

Né à Caracas, Inocente Carreno, fils du célèbre compositeur vénézuélien du même nom, a simultanément marié la pratique du violon avec la direction d’orchestre. En 1977 il obtient le premier prix de violon au conservatoire supérieur de musique de Caracas.

Violoniste de l’orchestre symphonique du Venezuela, il fait ses débuts de chef d’orchestre avec la même formation. Ses rencontres avec le violoniste Jean-Jacques Kantorow et le chef d’orchestre Sergiu Celibidache seront décisives pour la suite de sa carrière musicale.

En France il a travaillé avec l’orchestre Lamoureux, la Camerata de Versailles, la Sinfonieta de Chambord, l’Opéra de Massy. Actuellement il travaille avec l’orchestre de chambre Français et depuis la saison 2002-2003 Inocente Carreño est Directeur artistique et musical associé de l’Orchestre et Choeur de L’AP-HP.

Inocente a fait partie, tant au Venezuela qu’à Paris, de nombreuses formations de musique populaire Vénézuélienne et sud-américaine.

 Violin, Guitare,   Voix

   Alfonso Pacin  
Né  en Argentine, fils de la pianiste concertiste Evelina Aitala, Alfonso commence de bonne heure l’étude du violon au conservatoire. Très jeune, il est membre de la “Orquesta juvenil General San Martin” de la ville de Buenos Aires et de la “Orquesta sinfonica municipal de Olavarria”.

Plus tard, il entreprend des études de philosophie. Il s’intéresse à la musique traditionnelle argentine et parcourt le pays en tant que guitariste accompagnateur de nombreux artistes populaires de grande renommée.

En 1995 il obtient une bourse pour poursuivre ses études au Berklee College of Music où il travaille la composition et obtient le diplôme de l’école avec mention Magna cum laude.

En 1999, invité à faire un doctorat de philosophie et musicologie à la Sorbonne, il s’installe à Paris où il développe une activité intense et reconnue. Musicien accompli, Alfonso Pacín a parcouru les scènes du monde avec les plus grands artistes de la musique populaire argentine et internationale, tels que Tito Puentes, Mercedes Sosa et Stéphane Grapelli.

Il est actuellement compositeur, arrangeur et interprète du trio La Tregua et de l’Alter Quintet,  formation avec laquelle il crée avec l’artiste de renommée Raul Barboza le spectacle « Entre deux rives ». En 2008 il réalise la création pour orchestre symphonique, chœur et quintette à cordes de la « Cantata Gaucha » à l’auditorium de l’Hotel de Ville de Paris et dans la Pyramide du Musée du Louvre.
 
   Alto








   Anne Le Corre 

Après des études de guitare classique et d’alto, Anne Le Corre se forme pendant 5 ans au Centre Régional de Formation pour Trio et Quatuor à Cordes organisé en Poitou-Charente par l’ARDIAMC et le Trio à Cordes de Paris.

En 1993 elle découvre la littérature argentine puis le tango, sous ses formes musicale et chorégraphique. À partir de cette date, elle se consacre à ce genre musical, approfondissant sa formation au cours de nombreux voyages en Argentine.

Elle fonde en France le trio de tango «la Murga» avec qui elle joue en France, en Allemagne, au Danemark et en Suède.

Suite à sa spécialisation et à son intérêt la pédagogie, elle crée L’association Octaèdre qui développe en 10 ans tout un réseau d’ enseignement musical du tango argentin, sous forme de stages, d’orchestres-école (ateliers permanents / échanges avec l’orchestre-école de Rosario en Argentine), interventions dans les conservatoires ( Cayenne, Fleuris-Mérogis, Epinay-sous-Sénart, Le Mans ). Cette association, qu’elle dirige, travaille en permanence avec une dizaine d’autres intervenants spécialisés dans la musique du tango argentin.

Parallèlement elle danse le tango argentin depuis 1993.

En 2003, elle fonde le quartet de tango « Linea Tigre » puis, peu après, le trio « De Madrugada » avec Alfonso Pacin et Romain Lécuyer, groupe plus ouvert sur la musique argentine en générale.

 Violon Ténor

  Jean-Luc Pino

Le jeune Jean Luc Pino, apprend le violon avec son père, lui même violoniste professionnel. Plus tard il se tourne vers le jazz et fait ses premières armes avec  Gilles Naturel, N’guyen Lê et Mario Canonge.

Lauréat du «Concours de jazz de La Défense» en 1983, avec le groupe Ultramarine, il enregistre en 85 le premier album du groupe « programme jungle ».

Son goût pour le métissage et les différentes cultures le conduit tout naturellement à naviguer, entre jazz, musique latine, caraïbe, et autres.

Il enseigne le violon jazz, au CIM à paris depuis 1985 et joue, enregistre, compose ou arrange pour les formations suivantes :

Il enseigne le violon jazz, au CIM à paris de 1985 à 1991 et joue, enregistre, compose ou arrange pour les formations suivantes :

Ultramarine (jazz-fusion-caraïbe) de 1983-88. Enregistre l’album «Programme Jungle».

La Charanga Sazon (cubaine) de 1983 à 1986.

Trio Bex-Pino-Teslar (jazz) de 1987à 1989. Enregistre l’album «Triple Idiome».

La Manigua (salsa/son) de 1986à 1988. Enregistre l’album «Mambo».

La Charanga Nueva (Vénézuéla) de 87 à 2005. Enregistre les albums «con la nueva», “espiritualmente”, “baila mi charanga”.

Le 11-Tet De Violon Jazz (jazz) de 1992 à 1995. Enregistre l’album «le onzetet”.

Le Groupe Malavoi (Martinique) de 1991 à 1997. Enregistre les albums:»matébis», «an maniman», «shéshé».

Pinosonido (jazz latin-caraïbe) de 1989 à 2001. Enregistre l’album «pinosonido».

Babacar Y Sabor Inter (Sénégal/son) de 1998 à 2005. Enregistre les albums: « bartolo », «musica négra»

Lindsay (jazz séga-Ile Maurice) de 2003 à 2005. Enregistre l’album «ombre et lumière».

W-Quartet (jazz) de 2003. Enregistre l’album “au milieu de nulle part”.

Barbara Luna (chanson argentine) de 2002 à 2005. Enregistre l’album: “somos”.

Sekou Kouyate (chanson malienne) de 2004. Enregistre l’album “fassan diaraby”.

Camerata Ambi-Gua (musique de chambre) de 2004-. Enregistre l’album “la cambiada”.

David Murray (jazz) de 2005. Enregistre l’album “projet pouchkine”.

       Contrebasse

    Romain Lécuyer

Romain est né à Nantes en 1979. Il étudie la guitare au CNR de Nantes puis avec Roberto Aussel. Après l’obtention d’un DEM en 1999, Romain découvre les musiques actuelles et improvisées. Il opte alors pour la contrebasse qu’il étudie depuis 1995 et participe à divers stages et résidences de musique improvisée : en 1999 avec la Compagnie Lubat, en 2000 avec François Corneloup, en 2001 avec Bruno Chevillon.

Il met en pratique cet apprentissage au sein du « Péril Jazz Quartet », groupe de jeunes musiciens nantais. Parallèlement, Romain s’initie aux « musiques actuelles » en participant à une résidence avec Julien Lourau. Il va alors intégrer deux projets nantais : l’un de hip-hop acoustique, le « Karré Magik » ; l’autre de musique funky, le trio« Mix-City ».  Il réalisera avec eux de nombreux concerts et des enregistrements.

Fin 2001, un voyage en Argentine déterminera de nouveaux choix musicaux. La découverte du Tango l’incite à s’inscrire à l’ « Escuela de Musica Popular » d’Avellaneda où il y étudie, outre le Tango, le Folklore argentin. Puis il entre à l’« Orquesta Escuela de Tango », dirigée par le maestro Emilio Balcarce dont l’ambition est de transmettre aux jeunes musiciens l’esprit et les particularités du Tango.

De 2002 à 2004, l’orchestre se produit régulièrement dans de nombreuses salles et théâtres de Buenos-Aires et enregistre un disque chez Epsa Music : « Bien Compadre ». Il participe également au renouveau des enregistrements publics de la « 2 por 4 », radio de Tango de Buenos-Aires, avec des maestros invités de renom, tels que Nestor Marconi, Julian Plaza, Victor Lavallen, Mauricio Marcelli...

Pendant cette période et jusqu’en 2005, Romain développe une intense activité musicale en Argentine comme accompagnateur de Tango et entreprend de nouveaux projets avec Kelo Palacios, guitariste et compositeur de Folklore et avec le Trio Confluencia qui se produira en France en 2005 et éditera son premier disque la même année chez « Acqua Records ».

De retour en France fin 2005, Romain intègre le Quarteto Cedron en 2006, ainsi que l’orchestre Tanguisimo.. Il cherche à promouvoir avec l’association « Buenos-Aires Musiques » les échanges entre musiciens français et argentins et sensibilise les enfants à la culture argentine en organisant des ateliers et des concerts éducatifs. Depuis 2006, Romain participe comme intervenant aux orchestres-écoles de Tango, dirigés par Anne Le Corre.





Comments