L'éthique du hacker

29 septembre 2015 - Alexandre Berger

Le terme hacker est utilisé pour désigner un contournement des règles de sécurité en informatique aux vilaines intentions.Voilà le principal problème, avoir de mauvaise intentions. Si le hacker avait de bonne intention derrière la tête, ce serait de l'art et un beau travail, mais ce qui en découle est que destruction.

Si les hackers respecteraient le code d'éthique ci-dessous, le travail d'un hacker serait plus pertinent.

Hackers : Heroes of the Computer Revolution par le journaliste américain Steven Levy, en 1984, a permis la diffusion du code d’éthique du hacker.

Code d’éthique du hacker

  1. Vous devez obéir à l’impératif de la pratique : l’accès aux outils qui permettent de comprendre le fonctionnement du monde devrait être total et illimité.
  2. Toute information devrait être libre et gratuite.
  3. Méfiez-vous de l’autorité et faites la promotion de la décentralisation.
  4. Les hackers devraient être évalués par leurs actions et non par des critères factices comme les diplômes, l’âge, l’origine ethnique ou la position hiérarchique.
  5. Vous pouvez créer de l’art et de la beauté avec un ordinateur.
  6. Les ordinateurs peuvent améliorer vos vies.
  7. Comme la lampe d’Aladin, l’ordinateur peut vous obéir au doigt et à l’œil.

Source : INF 6107 Le Web social, 7.3.1 L’« éthique hacker ».

Si la communauté des hackers s’oppose aussi à l’autorité et la structure hiérarchique implantée en entreprise. Elle prône une reconnaissance accordée en fonction des agissements plutôt que selon l’expérience et l’éducation. Bref, un hacker utilise souvent des bouts de code sans trop savoir ce qui fait et n'est pas capable de construire mais seulement de détruire. Est-ce que son existence est-elle souhaitable ? À des fins de sécurité, peut-être que oui, mais en général, un bon développeur est en mesure de déceler les mèches de sécurités de son logiciel et de les corriger soit même. Bref, c'est mon avis, quel est là votre ?

Comments