Circulation d'information

29 septembre 2015 - Alexandre Berger en référence à : Chef d'entreprise Magazine N°19 - 01/06/2007 - Houda El Boudrari

FAITES CIRCULER L'INFORMATION EN INTERNE

Communiquer la bonne information, au bon moment et à la bonne personne ne s'improvise pas. Une question de méthode mais aussi d'état d'esprit.

© FOTOLIA

Bruits de couloir, potins d'ascenseur et autres rumeurs chuchotées pendant les pauses cigarette empoisonnent régulièrement la vie de votre entreprise? Ce sont là les symptômes avérés d'un problème de communication interne. «S'il n'y a pas d'information, on la crée», prévient Jean-Philippe Cathelin, directeur du cabinet A Conseil, spécialisé en communication interne. Outre la diffusion d'un climat délétère, un déficit de communication interne se répercute sur le fonctionnement de l'entreprise au quotidien. «Il peut arriver que deux commerciaux appellent le même client le même jour, faute de concertation entre eux», pointe Jean-Philippe Cathelin. Même si tout le monde se connaît, se croise à longueur de journée ou partage le même open space, l'information ne circule pas forcément dans le bon sens.

EMMANUEL DEBUYCK, dirigeant de Sioux

Nous échangeons nos rôles une journée par an afin de mieux comprendre les contraintes de chacun.

A partir d'une trentaine de salariés, vous ne pouvez plus faire l'économie d'une réflexion sur votre communication interne, affirme en substance Robert Haehnel dans son livre Je communique (Gualino Editeur). «La communication n'est pas un état naturel, elle doit être organisée», insiste, de son côté, Jean-Philippe Cathelin. Il ne suffit pas de lancer à vos collaborateurs un magnanime «ma porte est toujours ouverte» pour vous rendre accessible.

«Les salariés des PME communiquent plus facilement avec leur dirigeant mais il s'agit souvent d'une communication superficielle, analyse Gérard Régnault, consultant et auteur de Communication interne dans une PME (Editions L'Harmattan). La plupart d'entre eux se plaignent à la fois d'une surabondance de données et d'un manque d'informations pertinentes et utiles, qui les concernent et les aident concrètement à faire leur travail.» A fortiori dans les PME à forte croissance, qui étoffent leur effectif sans adapter leur organisation. Or, ce qui est valable pour une «famille» de 20 personnes ne l'est plus pour un «clan» qui en compte 100.

Des newsletters et des événements réguliers. La société Week-endesk, qui a doublé son effectif entre 2005 et 2006, en sait quelque chose. Son directeur général, Axel Bernia, aujourd'hui aux commandes d'une affaire de 130 salariés, n'a commencé à plancher sur le sujet qu'il y a quelques mois: «Nous agissons sur deux axes majeurs: la circulation de l'information, à travers l'édition de newsletters mensuelles qui synthétisent l'actualité de chaque pôle de l'entreprise, et l'animation, via l'organisation d'au moins quatre événements annuels, pour garder une proximité entre l'équipe dirigeante et l'ensemble des collaborateurs.»

Comments