UTMB CCC 2007

Les grandes métamorphoses                                                                                                     Chamonix, 24, 25, 26 Aout 2007 

Il est des week ends qui semblent durer, durer...une vie. Ou des bouts de vies différentes, si différentes qu'elles nous semblent un peu étrangères. Métamorphoses c'est le mot qui me vient à l'esprit. Welcome aboard!

D'abord le camp de base de Bons en Chablais (à 800 m d'altitude!), chez mes charmants hôtes Didier, Violaine et le petit Camille constitue une bonne entrée en matière. Assez loin de Chamonix (1h de voiture) afin de ne pas être trop influencer par la UTMBmania qui sévit gravement en ce moment. Je goûte à l'air bien plus vivifiant que celui de la méditerranée, le soleil m'a suivit jusqu'ici car les semaines précédentes ont été très pluvieuses. La météo s'annonce comme la plus clémente depuis l'histoire de cette épreuve en 2003, le Mont Blanc se pare d'un manteau neigeux tout frais, un bijou à regarder sans modération. Chose que je vais appliquer à la lettre au risque d'avoir un torticolis à gauche du cou. Pourquoi à gauche parce que le mont blanc sera à notre gauche pendant le tour! Ah oui je ne vous ai pas prévenu mais le plan c'est ça:

http://www.ultratrailmb.com/page.php?page=presentation

"Sept vallées, 71 glaciers, 400 sommets... le massif du Mont Blanc fascine.
Faire le tour du Mont Blanc, c'est découvrir un univers incomparable, celui de la haute montagne impressionnante et magique ; c'est partager le rêve éternel des pionniers, c'est traverser le jardin féerique de Gaston Rebuffat et des récits de Roger Frison-Roche et découvrir la géographie intime des sommets: l'arrondi du Mont Blanc, l'arête de Bionnassay, la Noire de Peuterey, la Dent du Géant, la paroi des Grandes-Jorasses, les pointes sud et nord de l'Aiguille du Tour, l'Aiguille Verte, la verticale des Drus...."

Rassurez vous je ne fais que le demi tour (Courmayeur à Chamonix, 86 km 4500m D+), pour l'instant l'heure est à l'inspection minutieuse des sacs. Ceux ci doivent comprendre le matériel obligatoire (pêle mêle: couverture de survie, lampes frontales, piles de rechange, bande de strapping, veste imperméable etc...) iindispensable pour retirer le dossard à Courmayeur (Italie). D'ailleurs la lecture du règlement et du roadbook est une épreuve en elle même: pas moins de 60 pages d'explications, de plans en tous genres sont nécessaires pour intégrer le minimum d'informations cruciales et souligne quant à l'évènenment hors norme de par sa longueur et sa dureté dans le landernau du trail. La logistique, le ballet incessant des acteurs sur 4 jours (coureurs, touristes, bénévoles, presse, organisateurs, et autres VIP...) donnent immanquablement le tournis.

En attendant de plonger dans ce maelstroem, nous prenons une bonne respiration au frais.
UTMB 22-08-07tuned
Nous voici à Chamonix, sous un soleil radieux. Une queue impressionnante pour le téléphérique de l'aiguille du midi nous promet un week end chargé de touristes dans cette belle petite ville où je reviens avec plaisir après un le raid north face de 2004.

UTMB 22-08-07 (13)tuned

La statue du docteur Michel Paccard nous rappelle que nous sommes entourés d'hommes et de femmes ayant dédiés leur vie à la montagne (auteur de la 1ere ascension du Mont Blanc le 8 Aout 1786).
UTMB 22-08-07 (15) tuned
Je trouve avec plaisir Koline, Philippe, Emmanuel sur la stand des Ufos (magazine Ultrafondus). Sachant ma propension à prendre des photos, Yoyo me branche sur Phil pour obtenir une accréditation presse inesperée. Bref, tout roule bien et quelle fut ma suprise de voir que le package presse contient, outre le badge presse sésame passe partout sur l'épreuve, des "perks" attrayantes (sacs, frontale petzl etc..) . J'ai l'impression d'être un gosse découvrant les cadeaux au pied du sapin. Merci Phil ;)))

UTMB 22-08-07 (23)  tuned
Au fond, Scott Jurek des US (un top gun dans son genre) discutant avec Phil (peut être de la Western States Endurance Run ? ).

UTMB 22-08-07 (36)  tuned

Ici à Courmayeur, peu avant le départ (et même un peu après l'heure la faute à un tunnel du Mont Blanc un peu plus encombré que prévu) Violaine fait la distribution de crème solaire.

UTMB CCC 24-08-07   (13)tuned

Sur la ligne de départ évidemment un monde fou, ci desssous Julien (casquette rouge), notre meilleure chance de l'équipe kikourou (il a remporté le trail du TGV devant l'icône népalaise Daichhiri Dawa Sherpa à son premier trail)

UTMB CCC 24-08-07   (29)tuned

L'ambiance est électrique, ici les compétiteurs ne frappent pas des mains mais lèvent leurs bâtons tels des épées à l'orée d'une campagne de guerre. Toutefois si l'excitation est palpable, je sens une certaine humilité face aux 86 km et 4500 D+ qui nous attendent. Ci dessous Le Bulot, concentré menton sur la paume des bâtons, semble adresser une prière silencieuse.

UTMB CCC 24-08-07 (39)tuned

Dédicace du Bulot à la communauté de kikoureurs qui nous suivent en live (grâce au tracking UTMB aux points de passages disposés tout au long du parcours) à partir du site kikourou. Live que l'on "revit" toujours avec plaisir une fois rentré au bercail.


Le départ est donné avec une demi heure de retard, je suis bien placé grâce au Bulot qui me fait une place juste derrière la banderole. Je joue aussi du fameux sésame presse pour m'immiscer devant la scène et ainsi revêtir l'identité du reporter en quête de photos privilégiées. Ca part vite, trop vite, mon cardio atteint les 160 puls/min alors que je devrais être à 145. Mais chacun sait qu'il faut se presser avant les sempiternels bouchons, annonciateurs de la rude montée vers Bertone. Le parcours dans les petites rues de Courmayeur est plaisant mais chaud, j'ai un oeil sur le cardio, je prends des clichés histoire de refroidir le moteur et la tête. A la fin d'une prise de photo vers l'arrière, je me retourne et me prends ... un mur d'une maison dépassant un peu sur le bord de la route. Le gag ! Plus de peur que de mal car heurté à 2km/h, mais ça surprend.

UTMB CCC 24-08-07   (49)tuned
Dans le vif du sujet dans la montée de Bertone, le rythme est élevé et je crois contrôler en ne dépassant pas les 155 puls/min et les 1000 m/h. Mais il faut reconnaitres à la place que j'occupe (environ 250ème) je me fais doubler de partout. Cependant je suis dans les temps des 15h (ce qui correspond à la 130ème place!) d'après l'estimateur d'allure de Rémi et de Thierry. Le calcul de Rémi est plus théorique tandis que celui de Thierry, résolument tourné vers le concret, s'appuie sur les statistiques de l'an dernier. Ce qu'il faut retenir, c'est que, en moyenne, les compétiteurs finissent à 40% de la vitesse de départ ! Pas besoin d'être Hawking pour deviner qu'une vitesse la plus constante possible est l'optimum. Donc je prévois un temps final de 15h,un temps d'arret d'une heure au total, et une vitesse de fin de course à 70%. Hop j'imprime et plastifie le tout, voilà une précieuse aide qui permet d'avoir tous les temps de passages et même les vitesse ascensionnelles !

Il ne manque plus que la météo à intégrer dans le calculateur, car pour le moment je cuis dans cette montée et ce n'est pas vraiment prévu dans excel ça?
UTMB CCC 24-08-07   (81)tuned
UTMB CCC 24-08-07 (97)tuned


L'hélicoptère nous suit dans notre progression, ses pales font un bruit assourdissant malgré la distance. Les pauvres spectateurs sont victimes du souffle de celui-ci faisant virevolter dans les airs d'un seul coup sac plastiques et autres déchets. Autant pour la propreté éthique mis en avant par l'organisation, 5 secondes ont suffit à éparpiller plus de détritus que j'en ai vu tout au long de la course...



UTMB CCC 24-08-07   (104)tuned
Bonatti (km 12, 2020m) ci dessous, je zappe comme prévu , 2h02 pour arriver ici, tip top ce qui était écrit (277ème).
UTMB CCC 24-08-07   (119)tuned
Arnuva (km 17, 1796m, 280ème), je retrouve avec plaisir Patrice (un des organisateurs et surtout infatigable speaker du fabuleux trail GR73)
UTMB CCC 24-08-07   (136)tuned

Direction le grand col Ferret, le point culminant du parcours (2537 m), j'ai un peu trop mangé à Arnuva, surtout du jambon cru... Je crois que je n'aurai pas dû. Le mode d'attention "étroit interne" (d'après notre spécialiste Ufo de préparation mentale Francois Castell) c'est bien mais "le large externe" c'est mieux pour prendre des photos.
UTMB CCC 24-08-07   (184)tuned
L'ascension est lente voire pénible pour moi, j'ai pas de souci au niveau souffle (le cardio montre un rythme tout à fait correct aux alentours des 150 puls/min), mais j'ai les cuisses lourdes. Je dois certainement payer mon manque d'entrainement en course à pied de ses deux derniers mois. Des petites blessures à répétitions qui m'ont fait tour à tour décliner les participations aux Off du ventoux, trail du canigou et 6000D. J'ai dû compenser en nageant et en faisant du vélo jusqu'au dernier moment (grosse charge d'entrainement entre J-15 et J-9). Grosse satisfaction quand même de savoir que la douleur au pied droit semble stabilisée, je ne pense pas abandonner à cause de cela. En parlant d'abandon, à 300m de la tente jaune, signal du sommet, un concurrent devant moi s'accroupit et commence à vomir. Un petit check pour savoir si il va bien, mais l'altitude a eu raison de son estomac, pfft si près du but.... Quant à moi je bascule au sommet (km 21, 322ème 10minutes de retard sur l'objectif) et entame la loooooonnnngue descente (17 km) qui mène successivement à la Peule, la Fouly puis Praz de Fort.
UTMB CCC 24-08-07 (210)tuned

Autant de marques intermédiaires qui me font prendre conscience d'une baisse de régime importante, je perds régulièrement des places et du temps sur l'objectif des 15 h. Plus sérieux mon cardio m'indique que mes pulsations diminuent elles aussi, 145,140 puis 135. J'ai perdu la vista et le plaisir s'en ressent dès que le plat ou les montées du relief apparaissent. Je bois régulièrement et m'alimente correctement mais j'ai l'impression que le syndrome trail de Signes ou de Mimet s'est mis en marche aussi (JM+ chaleur + durée au delà de 3-4h = total meltdown). A l'approche de la base de vie de Champex (km45, 1477m), je ne marche plus très droit, j'ai mal à la tête et au coeur, si le spectre de l'abandon existait il serait entrain de danser de joie autour de ma carcasse fatiguée. Pourtant je n'ai jamais envisagé d'abandonner, je devais être trop "stone" pour ça, par contre je me demandais comment j'allais pouvoir finir! Vous voyez la différence? Shazaam! La métamorphose opère de nouveau et j'ai un éclair de lucidité à l'approche de Champex: je sors mon APN pour filmer les courageux spectateurs venus nous encourager. Oté quelle ambiance!



Tounik (un kikoureur) m'a devancé et m'a pris en photo (bien que sur le coup j'en ai absolument aucun souvenir). Preuve édifiante sur mon état ...avancé..et je suis poli.


Champex La base de vie porte bien son nom, la première chose que je fais c'est de m'allonger près de la salle de repos, puis je fais les comptes "15h on oublie, le cardio on oublie (je l'enlève), la pause de 15 minutes on oublie (j'ai du prendre 40 minutes), Courmayeur 7h demain matin* on oublie". Bref une petite mise à niveau mentale s'impose afin de se libérer l'esprit et accepter une nouvelle situation. Les compteurs remis à zéro, mon cerveau reboot: faim, soif, les réflexes reprennent le dessus et cette routine me permet de surnager avec un cerveau bien embrumé. Je rencontre pas mal de kikoureurs dont Tounik qui me dit qu'Albanais est dans le coin et qu'il repartira dans quelque temps aussi , je n'ai pas la force de chercher dans cette salle bondée et surchauffée. Un bon plat salvateur de pâtes se révèle être d'un réconfort hors du commun. Je suis requinqué moralement et même physiquement, boudiou ne serait-ce qu'un problème d'alimentation ! Je repars rasseneré quelque peu de Champex (désormais 395 ème mais je m'en fous royalement à ce moment) et prêt à affronter la terrible montée de Bovine (+700m D+ en 4,8km), juge de paix de l'épreuve (rien que ça!). J'ai même fière allure devant le lac de Champex.

*on verra ça à la fin ;))

UTMB CCC 24-08-07 (270)tuned


Je marche tranquillement, digérant sagement le repas. Mais rapidement "Bovine sort ses épines", des racines, des rochers forment des marches énormes très irrégulières qui cassent le rythme des compétiteurs. Pour ma part, je suis scotché à 500-600 m/h soit nettement en dessous de mon rendement habituel (800-1000m/h), mais à ce moment ce n'est qu'un paramètre de plus à intégrer à l'équation. Je me fais doubler par une foultitude de concurrents, je m'écarte conscienscieusement du chemin pour les laisser passer, peu de remerciements j'entends sauf de la part de groupes qui arrivent à bavarder. C'est pas grave, nous sommes tous dans le dur et après 10h de course la politesse est un luxe que seul les plus frais peuvent se permettre. Mon altimètre AXN 300 (merci pour le cadeau d'anniversaire la famille !) va se révèler un allié précieux dans cette infernale montée. Fidèle à mon habitude mentale de discrétiser les difficultés, je coupe l'ascension par tranche de 100 m de dénivelé. Puis je m'accorde une pause sur un confortable rocher pour boire, grignoter (crème de marron, noix de cajou hummm merci Koline pour les conseils diététiques) et prendre des photos des marcheurs (d'ailleurs la lampe frontale Led Lenser micro chip en plus du flash marche pas mal du tout pour éclairer les sujets la nuit :-))) et enfin je m'auto-congratule d'un <<Yessss 1400m atteint allons rallier le 1500m maintenant>> Le pire c'est que c'est efficace, j'enfile les petites victoires comme les perles sur un collier. Collier constituant un bon rempart d'ondes positives face à l'adversité. Dans cette environnement presque hostile, les rencontres sont rares mais précieuses, j'en garde une insolite pour Phil. Un bon petit thé au ravito en haut de Bovines pour fêter l'évènement de mon passage (418ème, 10h30 de course).

UTMB CCC 24-08-07   (277)tuned

La descente après Bovine reste un mystère encore pour moi, où a commencé l'envoutement ou la transformation ? Serait-ce la lune ? Or quand l'esprit du photographe disparait faute de lumière, il ne reste plus qu'un coureur. En descendant vers le col de la Forclaz, mon esprit s'imprègne, s'approprie les lieux, je cours enfin sans douleur et sans entrave. J'utilise un état ressource de ma trousse à outil de grigri mentaux, cela me dope littéralement. La descente technique, qui me rappelle les pentes du sud, est avalée avec une aisance insolente. D'habitude j'ai toujours une petite appréhension de jour, mais ici et maintenant est une révélation. Je n'ai pas peur, mon differentiel de vitesse avec les autres concurrents est au moins de deux, le faisceau de ma led lenser éclaire de 1,5 à 10m devant moi et Ô miracle les pieds trouvent eux mêmes les endroits repérés une demi seconde auparavant par le halo blanc lumineux de la diode laser. Je suis bien et je m'éclate à jouer au Pac Man. Musculairement, les quadriceps ne souffrent absolument pas car j'ai le corps bien en avant, seul des tensions aux niveaux des ischios me rappellent de prendre des comprimés de sporténines anti crampes. Les passages de plat sont un peu rébarbatifs mais le nouvel Akuna descendeur n'en finit pas de se métamorphoser. Sous le ciel étoilée, au milieu de clairières sombres dévoilées par le faisceau blanc de ma frontale, mes modes d'attentions à leur maximum, je tiens à la main mes bâtons diosaz raid 700 pointes en avant et porte mes manchons tattoo. Est ce vraiment le cas ? Je sens une plutôt une lance dans mes doigts, mes bras sont ornés de tatouages tribaux, je me vois tel un guerrier Masai dessiné par un Hugo Pratt ayant trop bu pour me placer ici, en montagne, à la place de la savane africaine. C'est ainsi métamorphosé que je cours pour courir sans réfléchir, juste être ici, juste être.

J'arrive à Trient avec un moral et physique intact, j'arrive même à faire rire les jolies bénévoles du poste de BIP.

UTMB CCC 24-08-07 (310)tuned

Lumière, chaleur, couleur... un retour à la civilisation me tire de mon auto-hypnose, je suis de nouveau dans la course. Je demande des nouvelles de la tête de course: écoutez ma réaction !

Je repars de Trient revigoré par la belle victoire de Julien. Peu après la sortie du ravitaillement je croise un couple qui s'embrasse amoureusement avant d'attaquer les Tseppes . Même dans la nuit noire, je jurerai que l'éclat de leur baiser illumine, un bref instant, notre chemin. Je me prends (de loin) pour Doisneau et les convainc de recommencer pour que je puisse prendre une photo pour le mag. Merci Mickael V., à croire que ce baiser furtif fut un inépuisable réservoir d'énergie car il finit loin devant moi à Cham.

UTMB CCC 24-08-07 (297)bistuned

Si la course Courmayeur Chamonix est moins prestigieuse que son ainée, les "pattern" sont similaires: j'observe volontiers autour de moi que le traileur n'est pas seul face à l'adversité. C'est presque un projet collectif où ami, compagnon, mari, femme et enfants tiennent une place primordiale dans notre coeur et notre mental. Un astre brillant et chaud dans notre univers mental, fait d'images et de sensations que l'on active et déplie quand le corps se rebelle et le moral s'effrite.

J'aborde les Tseppes plus confiant, un bénévole ne m'a t il pas avoué sur le ton de la confidence que cette montée est plus constante, moins anarchique que Bovine. Las, dès les premiers lacets je suis toujours confronté à notre chère gravité classique newtonienne (pas de passage dans l'hyper espace j'en ai bien peur!). Rebelote, la routine "100 m de dénivelé et une pause pour fêter l'évènement" s'avère nécessaire, tous les traileurs que j'ai dépassé avec impertinence m'enrhument de nouveau. Je les encourage et leur dit qu'on se verra dans la descente. En haut, vers Catogne, la magie (noire?) opère encore, abracadabra...Vous connaissez la suite. Il est des nuits où la lune aime se jouer des mortels... Moi qui d'habitude est plus un grimpeur que descendeur, je ne saisi pas ce qui m'arrive. Comme si mon sens du danger était inhibé, je trouve tout ludique, mon pied dérape et je manque de me fracasser, bah! pas grave les quatre où cinq appuis suivants servent à rétablir l'équilibre instable mais suffisant. Tel un équilibriste avec son bâton, mes bras ont leur propre vie et dansent autour de moi au gré de mes déséquilibres.

Je dépasse un traileur avec une lumière frontale rouge, l'instant d'après j'entends un cri et je distingue des pieds sur le chemin tandis que le rouge éclaire les arbres. Bref il me faut dix mètres pour m'arrêter et revenir porter secours au malheureux. Plus de peur que de mal, il a un mal fou à remonter sur le chemin. Je continue mon chemin en essayant de me convaincre que la vitesse me protège de la chute.

Vallorcine, je suis toujours optimiste quant à mon état de forme, mon nouveau profil de descendeur me sied bien car il ne reste plus de grosses montées et mes jambes sont en bon état. A présent je ne fais que remonter au classement, je ne cours pas en montée mais sur le plat et dans les descentes. Tout est facile, c'est la fête à Pac Man si chère à Yoyo ! Jusqu'à Cham je gagnerai ainsi plus d'une quarantaine de place. Je me suis fait doubler par un seul traileur en la personne d'un Bulot survolté.

A propos de Chamonix, c'était assez calme vers 5 h 30 du matin. Je finis comme une balle, et goûte à l'arrivée avec une joie contenue (17h01, 343ème) car je sais que la journée ne fait que commencer! L'Akuna Masai disparait avec la nuit et l'Akuna reporter numéricus se dit qu'il y a encore du taf.

Le ravito est vite expédié, il faut que je me dirige dès à présent aux sacs pour me changer et repartir au plus ivite sur l'UTMB. Ah oui je ne vous l'ai pas dit, mais le programme reporter UFO comporte une option suivi "live embedded" UTMB à partir de Courmayeur samedi 7h du matin. Un petit "reality check", me fait prendre conscience que le planning a du plomb dans l'aile, la faute au 2h de galère entre le km30 et km45.

La bonne nouvelle est que le cerveau a l'air de fonctionner, je (cours, hum non, trottine, hum non) claudique jusqu'à la salle de massage où Nathalie (stand bénévole, encore merci à elle) a entreposé mon PC sous clef. Puis, récupère mon sac de rechange au gymnase. A présent, c'est l'impro totale il faut trouver du jus pour mon PC, mobile, APN, PDA, antenne GPS, pace maker (non je déconne;-). Chargé comme une mule je vais à la recherche de la fée éléctricité. C'est finalement près du dortoir que je trouve mon bonheur, une prise multiple "rhaaa lovely" comme le dit si bien Gotlieb. Une mention spéciale à tous les bénévoles de ne pas m'avoir (dit que j'étais) pris pour un fou ce matin là à chercher plutot du courant que d'aller prendre une douche et se piauter comme tout homme sain d'esprit et de corps le ferait.

Une fois mes petits joujoux numériques au ravito, je m'accorde enfin une pause pour me changer et m'assoir tranquillement. Plus que 1heure à attendre la pleine charge, le hall est exposé froid (portes ouvertes) et je me blottis autant que je peux en position foetale. Curieux d'avoir le plus froid maintenant...

Il est déjà 7h, que dois je faire? Rallier Courmayeur vers 9h et accompagner comme prévu les kikous et Ufos sur cette partie du parcours. Même si j'ai bien fini la CCC, le "meltdown" avant Champex a refroidi méchamment mes prétentions à refaire Courmayeur - Champex. De plus j'ai déjà couvert d'un point de vue photographique cette partie. Je décide, non sans une petite prière d'excuse à ceux qui voulait me voir à Courmayeur, d'aller directement à Champex en tête de course et voir la montée de Bovine de jour. Je repose mes affaires (PC + sac) au massage.

Avant d'embarquer aux navettes, je discute avec debizej (Jérôme) auteur d'une belle course (86ème, 14h13), il part sur Courmayeur retrouver sa voiture.

UTMB 25-08-07tuned

La route qui mène à Champex est longue, sinueuse à souhait. Toutefois j'arrive à somnoler entre deux virages en tête d'épingle. Près de 2h30 de petites routes sont nécessaires pour rallier la base de vie de Champex. J'arbore mon badge presse bien en évidence, signe de ma dernière métamorphose, mais mon accoutrement de traileur déclenche un réflexe quasi pavlovien des badauds: une salve d'applaudissement immérités me gênant au début. J'ai beau expliquer que je fais le reporter mais apparemment ça leur fait plaisir, ça me va. Après c'est comme la célébrité on s'y fait ;-))).

Il est 10h30, les premiers arrivent en vue de Champex, (je suis un peu redescendu en sens inverse pour prendre des bon shots). Je reconnais les Dawa, Olmo, Jacquerot mais je dois avouer que nombreux visages du top 15 me sont inconnus. Dommage ce n'est que plus tard que les noms connus de Millet, Guillon etc..ont pu être raccrochés à une personne.
UTMB 25-08-07 (9)  tuned
Daichhiri Sherpa ci dessus avait l'air facile, Sam (Bonaudo, on se connait j'ai fait quelques reportages pour son trail de signes) en passant me demande "combien de Sherpa?" , je lui répond laconiquement 12'. Et le voilà qui s'auto invective "rhaaa j'ai perdu du temps, allez Sam". Bref il n'a rien lâché car il a finalement réussi à ravir la 4ème place à Daicchiri.

UTMB 25-08-07 (13)  tuned

J'ai vu auparavant Mermoud devançant le toujours vert Marco Olmo (58 ans), celui ci une lueur malicieuse dans les yeux, l'air ravi du joli tour qu'il va faire aux "jeunots". En effet peu après Champex le leadership ne lui échappera plus. Je discute ça et là avec d'autres gars de la presse, il font des bouts de film pour "l'ours", une sorte de pool d'images où viennent piocher différents grand médias. Intéressant de voir l'autre coté du miroir. Peu après le passage impressionnant de Nikki (Kimball), je décide de repartir (non sans avoir mangé un bout) vers Bovine.

UTMB 25-08-07 (49)  tuned

Comme je marche les compétiteurs me demande souvent si ça va, ou si j'ai besoin d'aide. Même les meilleurs ont les bons réflexes ça fait chaud au coeur. Certains insistent pour me prendre en photo à l'image de ce solide hongrois Oliver Lorincz aux trousses de Val (il finit 7' derrière!).
UTMB 25-08-07 (56)  tuned
J'ai croisé Val alors que j'avais une mise au point GPS, pas le temps de le prendre en photo, je me rattraperai plus tard. Le GPS me permettra de géolocaliser mes photos pour une exploitation sur google earth par exemple.

UTMB 25-08-07 (83)  tuned


UTMB 25-08-07 (94)  tuned
Un troupeau d'Ufos me dépasse allègrement à la faveur d'un franchissement de rivière, il s'agit entre autres de Coureur solitaire, Yoyo, Dur dur. Ils avancent bien et surtout ils sont solidaires dans l'effort.

UTMB 25-08-07 (110)  tuned

Voilà ci dessus le type de "marche" qui fait mal dans cette montée. De jour on se rend mieux compte. Passé la zone de combat, les paysages environnant sont à couper le souffle. Karine garde le sourire malgré le retard conséquent sur l'Italienne et surtout sur Nikki.

UTMB 25-08-07 (135)  tuned

UTMB 25-08-07   (143)tuned

Pas grand chose à ajouter, sauf peut être que vous pouvez voir ces images et beaucoup d'autres sous google earth en téléchargeant ce fichier KML.


UTMB 25-08-07 (145)  tuned

UTMB 25-08-07   (160)tuned
Le ravitaillement à Bovine de jour, je discute bien avec les bénévoles pour la seconde fois de la journée...Je tombe par hasard sur deux jeunes femmes (Muriel et Désirée) qui font de la randonnées depuis le col de la Forclaz. N'étant pas fringant au niveau jambes, je grimace d'avance à l'idée de devoir revenir à Champex par Bovine en descendant. Je saute sur l'occasion pour leur demander si elle suive la course. Effectivement, j'apprends que Muriel est la femme d'Eric B. alias Coureur Solitaire. Ca tombe pile poil je tape l'incruste, tout soulagé de pouvoir continuer ma route jusqu'au colde la Forclaz. De plus je pourrai suivre la progression des Ufos sur les derniers km en faisant des sauts de puces en voiture :))) Merci Muriel !
UTMB 25-08-07 (164)  tuned
Je laisse, sans regrets, l'ascension des Tseppes et autres descentes scabreuses pour une autre fois.
UTMB 25-08-07 (188)  tuned

A vallorcine, Valery, toujours fringant, même si il disait le contraire, nous a fait forte impression.
UTMB 25-08-07 (199)  tuned
J'étais aussi surpris par la volonté de certains qui, malgré les blessures, allaient au bout d'eux mêmes au delà du raisonnable. Cet anglais par exemple avec le dos spectaculairement tordu, suite à une chute, a rallié l'arrivée sous nos yeux ébahis.

Mais le meilleur est pour la fin avec la troupe d'ufos plus Clierzou63, une fois de plus le mental solidaire des Ufos a fait des merveilles.
UTMB 25-08-07 (246)  bistuned
Je vois L'Dingo à l'arrivée, il y a quelque chose qui cloche mais bizarrement sur le coup je n'arrive pas à mettre le doigt dessus. Pour ma part je suis bien éreinté, je retrouve avec plaisir Cyril qui a accompagné Yoyo et Cie depuis les Tseppes.

UTMB 25-08-07 (252)  tuned

Après l'excitation de l'arrivée et du travail bien fait, je n'ai qu'une envie, prendre une bonne douche et dormir. L'Dingo m'apprend qu'il a fait une hypoglycémie, vous savez celle dont on se remet? Eh bien lui c'était l'autre type. Même le doc n'a rien pu faire pour lui. Or à le voir à coté de moi, il a l'air correct ??!?? C'est sûr il doit être frustré mais il met tout son coeur à aller supporter les uns et les autres. Il a même pris mon APN dimanche à 3h du matin pour allez voir Agnès, Il m'a pourtant secouer et j'ai dû lui répondre "mmrmrggrfff" depuis le lit de camp.

Ci dessous Steve et L'Dingo

UTMB 26-08-07 (3)  tuned

C'est avec plaisir que je découvre les photos prises, ici le Sanglier et Sandrine
UTMB 26-08-07 (1)  tuned
Au petit matin, L'Dingo me secoue pour aller accueillir Phil, Mathias et la Souris. Je joue des coudes pour arriver dans l'aire d'arrivée et endosser une dernière fois l'habit de reporter. Je n'ai plus d'empreinte digitale à l'index tellement j'ai pris de photos.

Phil et Runstephane finissent groupés, il ont fait le plein d'émotions et l'ont bien retranscrit ici et et méritent leur thé Darjeeeling?

UTMB 26-08-07 (25)  tuned

La Souris et Mathias en finissent à leur tour.
UTMB 26-08-07 (39)  tuned

UTMB 26-08-07 (63)  tuned

Les habituelles arrivées qui font chavirer les coeurs se succèdent! Notamment celle d'un traileur tout seul, marchant l'air de rien, une fois la ligne passée, se mettant à craquer et sangloter à chaude larmes sans pouvoir s'arrêter. Même l'inénarrable speaker (ceux qui ont subi ses calembours douteux s'en souviennent) n'a pas su quoi dire. Très grand moment d'empathie collective démontrant, si besoin est, que cette course est de la race des plus grandes.

UTMB 26-08-07 (72)  tuned
Cette année 62% de finishers, c'est exceptionnel ! Il a fait beau certes mais il faut le faire!
UTMB 26-08-07 (88)tuned


http://www.flickr.com/photos/akunamatata/sets/72157601768003150/

et le diaporama
http://www.flickr.com/photos/akunamatata/sets/72157601768003150/show/

Akuna