Trail du Ventoux 2006

Trail du Ventoux 2006 Mont Chauve & Cameraman alias "Ours hirsute"                                  19 Mars 2006

J'attendais avec impatience ce 19 mars pour le premier gros trail de la saison (40 km). Je me faisais une joie de pouvoir gravir le bien nommé "Mont Chauve" (aka le Ventoux) pour une fois à pied et non plus sur un vélo. Malgré une semaine écoulée pas franchement idéale comme préparation physique (rhume et sinusite), j'étais prêt mentalement à crapahuter dans la neige.

Un coup d'œil à la météo la veille me conforte dans l'idée que ce dimanche va être humide et froid. Bad luck, 2eme trail de suite fait sous le mauvais temps après le trail du gros cerveau! Peuchère, c'est plus ce que c'était le sud.

Lever 5h du matin, vite préparer le petit thé qui va bien à la Jacq qui a eu la gentillesse de m'accompagner sur ce trail (elle fait en marchant le petit parcours en libre). 6h départ pour Bedouin sous une pluie fine. Je me dis intérieurement "A quelle altitude neige t'il au Ventoux, 1100, 1200m ?". Déjà mercredi dernier les organisateurs ont prévenu sur leur site web d'une modification du trace en haut (4 km) suite aux chutes de neiges importantes de la semaine.

Nous arrivons sans encombre au domaine de belezy, parking, accueil tout est bien en place pour accueillir les quelques 650 trailers (succès qui ne se dément pas: la liste était close depuis debut Mars!).

En allant du parking à l'accueil, je distingue seulement une partie du Ventoux. Ca a l'air bouché à partir de 800m, des randonneurs me confirment que si il y avait du brouillard ou des problemes de visibilité, la partie haute du tracé ne pourrait se faire (trop dangereux, eh oui on est en montagne).

Confirmation dans la salle de retraits des dossards:

Sans titre

De 40 km on passe à 37 km, et surtout on ne va plus au sommet! Adieu les 1912 m culminant du massif, il va falloir se contenter des 1450 m du Chalet Reynard. Déception passagère car de toute manière, j'avais décidé depuis longtemps de me faire plaisir sur de trail en prenant des photos et ...le temps tout simplement de voir le paysage.


  Néanmoinsil bruine un peu, il fait froid aussi, comment s'habiller
surtout si il neige la haut? ça risque de rapidement d'etre un souci.
Je prend le K-Way respirant qui va bien dans mon sac raidlight, j'ai pris aussi la boussole, portable + couverture de survie. Eh oui on est jamais trop prudent.

un petit café pour la route

Sans titre

Nous retrouvons avec plaisir Cyrille (Kikoureur émérite) que l'on avait laisse sur le trail du Mercantour. Pas la peine de le suivre car il n'est pas là pour faire de la figuration, et il a les moyens de ses ambitions le bougre!

Sans titre

Le depart est donné par M. le maire à 9h pétantes, déjà les premiers s'échappent à vitesse grand V. Pour ma part je reste prudemment au milieu du paquet, bien au chaud. Jacq est partie d'un bon pas en
avance sur le parcours du 22km. Je la retrouve 15 mn plus tard au niveau du 1er cameraman (il y en aura d'autres postés tout le long de la course, le film de la course sera sans doute bien complet). Une
Jacqueline, toute retournée, me crie "le monsieur (i.e. le cameraman alias le directeur de la course) a menacé de me foutre dehors s'il me voit sur le parcours". Le directeur aboie et la Jacq panique et passe
outre quand même...Ouais bien agressif le bonhomme... Surtout que Jacq est en mode "pleine autonomie".

Pour compenser l'agressivité de l'ours, le tracé du bas est somptueux

Sans titre

Sans titre

le ciel est toujours bouché, mais a priori au dessus de 800 m la vue est degagée nous dit l'organisation.

Sans titre

Nous abordons une partie spectaculaire, une traversée, tout a fait inattendue, faite de gorges etroites sculptées par les eaux. S'il y avait eu un soleil radieux on aurait pu se croire a Antelope Canyon.


(Arizona).

Sans titre

il ne faut pas être trop gros pour espérer passer!

Sans titre


Sans titre

Je ne regrette pas d'avoir apporté mon APN.

Le premier bouchon arrive au bout de 45 minutes! Passage technique de cordes. C'est un gros gros bouchon, les trailers piaffent d'impatience, certains doublent et se font copieusement hués. Ils vont se foutre sur la gueule ma parole. Je lance un "Non au CPE, tous en grève" cela en déride quelque uns, mais l'attente est longue 10 - 15 minutes. Tout ça pour ça, une petite corde de 4 m et une escalade niveau 4+, bref le trailer moyen est plus doué avec ses jambes qu'avec ses bras.

Sans titre

Sans titre

sortie de la "voie"

Sans titre

puis les pierriers classiques

Sans titre

enfin on passe la couche basse des nuages, la végétation se fait plus petite. J'ai l'impression de bien courir a ce moment, une succession de montées - descentes me permet d'étaler ma technique de trail (je double pas mal de trailers). Bref ça gaze et je prends un pied pas possible. Ouais, "je vais lui prendre son pied moi", c'est ce qu'a du se dire la petite et perfide racine planquée sur le chemin.

Résultat: tel Michalak hier au Millenium Stadium, je fais un plaquage exceptionnel sur un ballon imaginaire toutefois dans une boue bien réelle... ou comment passer de statut super mouflon à "gros naze prétentieux qui se vautre sur un chemin même pas dur".

Positivons:
1- plus tu chutes, plus tu progresses
2- "Monsieur Dusse, ce qui ne va pas, c'est le planter de bâton ! "
j'aurai du prendre mon bâton....

on commence a voir un peu plus au loin désormais.

Sans titre

On atteint les premières traces de neige

Sans titre

certains ont pris le parti de la sécurité en achetant les Yaktrax au stand de départ. Mais pas moi, j'ai fait du ski de fond, j'ai le sens de l'équilibre sur la neige moi... J'attaque une belle plaque de glace avec la confiance d'un pétomane que même une diarrhée n'effraie pas...

Au bout d'1 mètre, je sens un pied partir, pff même pas peur! Je pose prestement une main a terre (ou plutôt glace) puis deux mains (M...e l'APN goûte a la neige aussi). Je maitrise, et telle une araignée au fond du bidet, oupsss c'est vrai qu'on est en pennnnnnnnte, miss gravité fait son effet et me voila bien "hein tintin ?" (à prononcer à la Pascal Sevran). Je serre les fesses y'a rien qui presse.

Ou plutôt si une brave dame, voyant l'animal revenir vers elle, pousse un cri d'effroi. Plus de peur que de mal, je touche terre sans dommage visible, finalement pas de victime collatérale (sauf mon amour propre).

Ravito de la bifurcation 37/22 km

Sans titre

J'opte pour le parcours de 37 km qui nous fait aller vers le chalet Reynard via la combe de la Grave.

Question: Pourquoi nomme t'on la combe "Grave" ?

Parce que, pendant 3 km, chacun regardait ses groles d'un air austère et grave. Réellement personne ne pipait mot, concentrés afin d'éviter les trous de neige de 30 cm laissés par les randonneurs de la semaine
dernière. Bref passage très....Ch..t, peux pas courir, ai plus de souffle a cause de l'altitude et du vent froid. On voit que du blanc, j'ai des phosphènes dans les yeux, réverbération ou hypoglycémie? On est dans les limbes...

la fin de la combe Grave

Sans titre

Enfin du plat, certes enneigé, mais au moins on peut faire semblant de courir pour se réchauffer. On arrive sur la route, le col est fermé (sans blague!)

Sans titre

  ça descend fort, on sent la bonne soupe!

Sans titre

La potion magique !

Sans titre

Je crois que j'ai un peu abusé de la soupe, des madeleines et du chocolat. Je suis scotché et j'ai plus envie de courir, pourtant ce n'est que de la descente maintenant. 12 km de descente, ca devrait passer sans encombre mais... je suis trop barbouillé pour tenter pleinement la descente tout schuss. Je m'arrête toute les 10 minutes pour la pause pipi et j'ai des nausées.

Je rallie l'arrivée tant bien que mal avec un compagnon d'infortune, une petite note d'optimisme a la fin nous rend le sourire: nous arrivons avec le soleil (et il s'est fait attendre)!
Jacq était arrivée depuis 1h! Cyrille depuis 1h30 !! J'ai mis 6h15.. plus c'est long plus c'est bon.
Daniel a fait la dernière descente de 10 km a fond les ballons: 40 min!

Sans titre

On a finit (Jacq, Cyrille et ses potes) dans la tente au ravitaillement d'après course, sandwich et yaourts, dommage que le froid persistant nous a forcés a plier bagage plus tôt que prévu.

la video officielle en stream est ici

la version telechargeable est ici