Réfugiés en Algérie, des camps oubliés sous intempéries quand l'Europe est inondée de nouvelles populations !

Depuis 1976, des réfugiés Sahraouis campent en Algérie et on en parle peu. Même les inondations causées par les pluies torrentielles, depuis le 23 octobre 2015 qui ont détruit les réserves alimentaires, sont inexistantes dans les médias, alors que ces intempéries ont frappé pendant 2 jours de suite. Les camps situés dans la région de Tindouf, près de la frontière avec le Maroc et le Sahara occidental, sont sur les bras d'Algérie, alors que la dégradation des conditions de vie se détériorent subitement. 

Intempéries, à Tindfouf, touchent les camps des réfugiés Sahraouis.
Les circonstances du déferlement massif sur l'Europe de populations du Sud, sont opportunes pour citer la place du plus vaste pays du continent africain, depuis la partition du Soudan en juillet 2011, dans l'accueil de populations expatriées par la misère ou les guerres. 
L'Algérie a toujours été une terre d'accueil. C'est aussi l'occasion de rappeler une autre arrivée massive, lors d'une froide nuit de mars 1939, des espagnols anti-Franquistes à Oran. Voir, notre sujet ICI.

Le conflit de l' ancienne espagnole, de 266 000 km2, située au Nord-Ouest africain, oppose le royaume du Maroc à une population, nomade sur ce territoire, complètement oubliée de solution, à l'instar de la Palestine, malgré les résolutions de l'ONU. Les réfugiés, quelques 100 000 âmes, qui ont fui l'occupation marocaine parce qu'ils refusent, en vertu d'une autodétermination inscrite par l'ONU dès 1965, vivent un exil que la diplomatie internationale ne résout pas. Leur présence en Algérie est supportée, sans que la monarchie de l'ouest maghrébin n'arrive à les persuader de revenir et se soumettre à son administration.  

Un article sur le climat actuel

Dans l'urgence, le HCR et ses partenaires ont commencé à fournir, après les dernières diluviennes, une assistance à environ 25 000 personnes, dont les maisons, de campements précaires, sont quasiment parties. Le gouvernement algérien et d'autres organisations comme le Programme alimentaire mondial et l'agence de l'enfant des Nations Unies, le HCR, fournit la nourriture et de l'eau potable. 
L'agence prévoit également de construire de nouveaux abris de fortune.
Les zones désertiques d'Afrique du du Nord, qui sont appelées dans leur ensemble le "Sahara" son
t peu pluvieuses, ce qui génère chez les populations qui y habitent, moins de prévention. Leurs habitudes de sédentarisation, ou de campement, ne tiennent pas compte des climats à fortes précipitations. Alors quand il  pleut, des désastres frappent les communautés locales. Des africains et même des syriens sont réfugiés d'Algérie, c'est une autre inoubliable histoire...
Sur le plan politique et du conflit où l'Algérie se trouve, avec quelques 100 000 réfugiés, 
sur les  531 000 habitants (chiffres de 2010) du Sahara occidental, sur son sol. Ce pays voisin à un conflit étranger, est impliqué par la force des circonstances. Faut-il jeter ces déracinés et où ? Quand la solidarité est, aux yeux du Monde, une exigence de voisinage, l'Algérie est obligée...
La politique et l'Histoire : les clés de cette situation :

En 1967Mohammed Bassiri fonde le (Harakat Tahrir Saqia al-Hamra wa Wadi al-Dhahab) mouvement de libération du Seguia el-Hamra et Oued ed-Dahab, précurseur du mouvement pacifique du PolisarioLe 17 juin 1970, des manifestants, conduits par ce leader sahraoui, déposent  une pétition au gouverneur général du Sahara espagnol à Laâyoune. Quand la manifestation se dispersait, la police espagnole a tenté d'arrêter les meneurs. Ces derniers résistent, le gouvernement fait intervenir les Tercio Africanos qui tirent sur la foule, faisant 11 morts. S'en suivent lors des jours d'après, des centaines d'arrestations dont Bassiri qui disparaît en prison, vraisemblablement assassiné ou torturé à mort.
En 1971, El-Ouali Moustapha Sayed, un groupe d'étudiants Sahraouis vivants à Rabat envisage la possibilité de libérer le Sahara occidental par la force en refusant toute ingérence marocaine. En 1973, les autorités de la nouvelle occupation venue du voisin du nord, interviennent pour dissoudre son groupe et Sayed fuit dans le désert. 
 Le 10 mai 1973, le Frente Popular de Liberación de Saguía el Hamra y Río de Oro ou Front Polisario est fondé à Aïn Bentili (Mauritanie) afin de contraindre l'Espagne par la force de renoncer à la colonisation mais aussi en opposition au rattachement avec le Maroc et la Mauritanie. 

Akhbar D'Zaer El-Mouhim

El Mouhim à partager

Les billets sur un fait du jour, proposés par le rédacteur en chef, déplacent l'actualité en terrain de polémique. 
Un coin où se range, tel sur meuble à étagères, une lecture rapprochée des événements sélectionnés par la fraîcheur. Ils se retrouvent le lendemain dépassés, pourtant un moindre souffle est un marqueur.


Votre réponse à notre mini-enquête MERCI

Premiers résultats de notre mini-enquête et notre article.
Enregistrez-vous pour participer à nos sondages.  

Participer à nos sondages