L'Bled Politique‎ > ‎

ALGÉRIE : UN FRANCAIS TUÉ LORS DES EMEUTES

EMEUTES EN ALGÉRIE : UN BEHRINOIS TUÉ

L’Algérie enterre ses morts, comme ici à Bou Smaïl, à l’ouest d’Alger, après les manifestations contre la vie chère qui ont dégénéré dans plusieurs villes du pays. Photo AFP

Moussa Iberraken, originaire de Behren-lès-Forbach, est décédé dimanche pendant ses vacances à Ighzer-Amokrane, dans des circonstances troubles, en marge des émeutes qui ont touché ces derniers jours l’Algérie.



Moussa Iberraken, 42 ans, était parti passer quelques jours de vacances à Ighzer-Amokrane, en Kabylie, dans la maison familiale.

Le vendredi 7 janvier, ce père de deux enfants, natif de Behren-lès-Forbach, s’est retrouvé au cœur des manifestations qui ont touché durant cinq jours l’Algérie. Pris au piège dans une émeute, il a été poignardé à plusieurs reprises. Il est décédé dimanche des suites de ses blessures dans un hôpital de cette région à l’est d’Alger, dans la wilaya (département) Bejaïa.

Vendredi après-midi, d’après le témoignage de Louisa, sœur de Moussa et ancienne conseillère municipale de Forbach, le quadragénaire « était sorti en ville pour s’acheter des cigarettes. Il ne participait pas du tout à la manifestation ».

La maison de la famille Iberraken se situe à quelques pas du commissariat de police, cible privilégiée des manifestants.

Pour l’heure, les proches de Moussa ne savent pas dans quelles circonstances exactes il est décédé. Il a été poignardé de plusieurs coups de couteau en pleine rue.

« Un geste purement gratuit »

«  Pour nous, c’est un meurtre, un geste purement gratuit. On parle d’une bande de jeunes qui lui sont tombés dessus mais on ne sait pas pourquoi. Ici, c’est un peu la loi du silence, personne ne veut témoigner et la police est bien trop débordée pour s’occuper de retrouver ses agresseurs. »

« Il y a eu beaucoup de violences en ville où d’ailleurs le commissariat a été brûlé. Heureusement, depuis aujourd’hui cela s’est calmé », explique Louisa jointe, hier, par téléphone à Ighzer-Amokrane où elle est partie rejoindre ses parents pour s’occuper des obsèques de son frère.

Moussa Iberraken sera inhumé en Algérie.

Elle témoigne encore : «  Il a été poignardé vendredi, le jour de son anniversaire, mais il est mort dimanche dans un hôpital où affluent de nombreux blessés . Contrairement à ce que veut bien nous dire la télévision, il y a eu beaucoup de victimes lors de ses émeutes. »

Moussa Iberraken était natif de Behren-lès-Forbach, où il a grandi et joué au sein du club de football local. Depuis quelques années, il habitait à Cannes où il était commerçant. L’annonce de sa disparation a suscité une vive émotion, hier, à la cité de Behren où vivent encore ses parents.

Claude DI GIACOMO.


POUR LIRE L'ARTICLE DANS SON CONTEXTE

 

Comments