Nathalie MARTY

 





-Débute l’aïkido en septembre 1995
-5ème Dan  
-Brevet d’état en 2010 (major de promotion)




Je débute l’Aïkido assez tardivement, à l’âge de 25 ans, après avoir décidé d’arrêter le sport de compétition.

Après m’être entraînée pour « la gagne », d’abord enfant à la gymnastique sportive en section sport-études à l’Entente d’Avignon, puis adolescente et jeune adulte au basket (ESA/La Barbière), je m’inscris à l’Aïkido que je rêvais de pratiquer depuis mes 10 ans !

Et oui, c’est à cet âge que je découvre cette discipline à l’occasion d’une démonstration dans une salle du quartier de Saint-Ruf à Avignon. Je suis d’emblée conquise en voyant évoluer une pratiquante magnifique, Hélène FONTAINE (épouse de Jean-Luc FONTAINE, 7ème Dan, qui sera mon premier professeur). Àl’époque, j’ai une nouvelle occasion de renouer avec l’Aïkido. J’apprenais la danse moderne-jazz avec Laurette FOUQUET. Ma chorégraphe invite un de ses amis aïkidoka à partager un projet mêlant l’aïkido et la danse. 

Cette envie d’essayer l’Aïkido finit par se concrétiser en 1995. Dès ma première saison d’apprentissage, ce goût devient une véritable passion.
À partir de ma deuxième année de pratiqueje ne me contente plus de mes 4 à 5 entraînements hebdomadaires. Je prends un immense plaisir à partir en stage le week-end avec quelques copains de club. Ces moments de partage et de convivialité avec d’autres pratiquants seront une grande source de motivation et d’enrichissement. 


Je rencontre lors de ces nombreux stages en Provence, Languedoc, Rhône-Alpes, etc…, plusieurs Chargés d’enseignements nationaux. Je fais la connaissance notamment de Luc BOUCHAREU (Professeur 6ème Dan, Shihan à Aix-en-Provence) dont j’apprécie l’aïkido dynamique, physique, et joyeux 


Mais, ma rencontre la plus importante sera celle avec Christian GAYETTI, 7ème Dan, Shihan, que je suivrai longtemps dans ses stages de Ligue ou privé, avant de le choisir comme professeur en 2006, pour sa pratique et l’approche qu’il a de l’aïkido, sa personnalité et sa philosophie. 

 

Je dois également beaucoup au regretté Serge SOLLÉ (6ème DanCEN-Président de la Ligue de Provence) qui me coopte au sein du Comité directeur de la Ligue où je siègerai à ses côtés en tant que Secrétaire Générale. Il arrive aussi à me convaincre de présenter le Brevet d’Etat. 


Dans ma vie d’aïkidokate, un autre fait marquant sera ma découverte du Japon lors de quatre voyages d’un mois. Cette expérience à lAïkikaï Hombu Dojo à Tokyo est très enrichissante et suscite de nombreuses réflexions sur l’engagement corporel, la fluidité et la dynamique des déplacements, l’échange réciproque entre les 2 partenaires tori et aite


Aujourd’hui, les entraînements assidus, l’enseignement de cet art martial, la promotion de l’aïkido notamment auprès des jeunes filles et des femmes, rythment le temps extraprofessionnel disponible, pour ma plus grande joie et mon épanouissement !