Patrimoine‎ > ‎Patrimoine-militaire‎ > ‎

Fort Dorsner

Référence : 90052301
Commune : Giromagny
Localisation : Route d'Auxelle, D12, chemin irrégulièrement entretenu à partir du cimetière, à la sortie du village
GPS : 47.7305 / 6.8130
Description : fort d'arrêt faisant partie du rideau défensif "Séré de Rivières" de Haute-Moselle. Prévu pour abriter en temps de guerre une garnison allant jusqu'à 649 hommes servant jusqu'à 50 pièces d'artillerie. Il fut le premier fort de ce type à recevoir en 1880 deux tourelles "Mougin" pivotantes sur 360 degrés et équipées chacune de deux canons de 155. Son plan de forme trapézoïdale couvre une superficie de 2,5 hectares et s'organise autour de la cour profonde et de forme octogonale originale. La maçonnerie est en grès rose local, certaines salles voûtées sont de très belle apparence.
C'est un élément capital du patrimoine sous-vosgien et un atout sur les plans touristique et culturel.

Etat : entretenu. Restauré en partie, ruiné par endroit. Un avant-projet de sauvegarde lourd a fait l'objet d'un rapport très détaillé sur l'état du fort et sur les travaux à effectuer pour assurer sa pérennité (voir liens ci-dessous)
Date : construction de 1875 à 1880 - aménagements en 1888 (poudrière souterraine) et 1915 (abri-caverne pour la troupe).
Visible : entrée et fossés depuis le pont d'accès en dehors des visites. Visites libres (de début juillet jusqu'aux journées du patrimoine, mi-septembre, les dimanches et jours fériés) ou guidées (avril à octobre, sur rendez-vous).

Histoire
Voir les deux articles de Ralph DELAPORTE publiés dans
La Vôge n°36 et La Vôge n°38 
Chronologie :
1871 : traité de Francfort, la frontière avec l'Empire allemand passe à moins de 6km de Giromagny
1873 : le Comité de Défense retient le projet d'une ligne de fortification proposé par le général Séré de Rivières   
1875 : premier coup de pelle sur la Tête du milieu, mamelon dominant l'intervalle entre le pied des Vosges et la place forte de Belfort
1880 : les travaux se terminent par la mise en place des deux tourelles "Mougin". Il prend le nom d'un général du premier Empire, Jean Philippe Raymond Dorsner
1888 : l'évolution de l'artillerie impose le renforcement des points faibles et l'aménagement de magasins-cavernes
1913 : construction de deux observatoires bétonnés
1914-1915 : renforcement des caponnières et creusement des abris souterrains.
1914-1918 : le fort se trouve à 25km du front et ses canons restent muets
1918 : la garnison quitte le fort qui sert alors de magasin
1940, 18 juin : contourné par les forces allemandes et incapable de faire face, le fort se rend.
1941 : destruction des deux tourelles pour récupération du métal par l'occupant
1944 : les Allemands abandonnent le fort après avoir fait sauter le stock de munitions
1944-1986 : inutilisé par l'Armée, qui en est encore propriétaire, l'ouvrage est envahi par la végétation et se dégrade inexorablement
1987 : la commune de Giromagny rachète le fort, des bénévoles s'emploient à le nettoyer.
1988 : le drapeau tricolore flotte à nouveau sur le fort. Début du chantier de restauration.
1990 : création de l'Association du Fort Dorsner (A.F.D.)
1992 : réhabilitation de la caponnière double.
1993 : premier accueil du public.
1995 : inscription à l'inventaire des Monuments Historiques.

Liens
wikipédia
: article très succinct 
Le fort Dorsner sur le site Fortiffsere excellente vulgarisation   
Le fort Dorsner sur le site Lieux insolites description du fort très abordable 
Bonne description du Fort Dorsner sur le site Index de la Fortification Française de 1874 à 1914 
Téléchargement du dossier de présentation de l'étude technique du fort de Giromagny sur le site de la Caponnière. Un résumé du document technique.
Téléchargement du dossier technique de l'étude technique du fort de Giromagny sur le site de la Caponnière (26Mo), document très complet.


 Le fossé de gorge à gauche de la porte d'entrée
 Vue du Ballon d'Alsace depuis la tourelle est

 La cour intérieure vue du dessus  
 Le tunnel d'entrée dans la cour

Vue à basse altitude de l'entrée et de la cour (ph. Bruno BERTIN)
  Cour latérale Est


 Reconstitution d'une chambre dans la salle d'exposition : un lit à quatre places.
 Reste d'enduit de parement dans un couloir de la caserne de gorge.








 Escalier d'accés à la tourelle Mougin Est
 Accès aux dessus côté Sud-Ouest

 Premier étage, couloir-magasin nord. A droite rambarde du puits d'une tourelle.
 Premier étage, emplacement de chambres des troupes. A droite, ouvertures donnant sur la cour

 Rez-de-chaussée, base du puits du monte-charge de la tourelle Est  
 Rez-de-chaussée, puits de la tourelle Est débouchant à l'air libre. 

 Premier étage, puits d'une tourelle. Au sol, à gauche, trace des rails utilisés pour déplacer les munitions.  Emplacement de la tourelle Est. Une partie du chemin de roulement (rail circulaire) est visible dans le bas de la photo.

 Vue à basse altitude de la caponnière double. Le fossé diamant est bien visible (ph. Bruno BERTIN)  Une chambre de tir de la caponnière double équipée d'un canon de "12 culasse".

 Abri-caverne Est. Les arceaux métalliques cintrés supportait un faux-plafond destiné à capter les infiltrations d'eau.
 Chambre et bureau du commandant du fort dans la caserne de gorge.










Comments