AGER JARENSIS



868_ s. l. [Lyon ?]

     Rémi, évêque de Lyon, dote d'une communauté de clercs les basiliques des martyrs Saint-Irénée et des saints évêques et confesseur de Saint-Just de Lyon, à la suite de la restauration du lieu par le chorévêque Audoin. L'évêque fixe à 20  le nombre de chanoines pour cette communauté double, à raison de 14 à Saint-Irénée et 6 à Saint-Just, et confirme à Audoin les biens acquis par la communauté, à savoir la villa de Brignais et son église Saint-Martin et des dépendances,  dans le pays de Gier, l'église de Saint-Jean(-Touslas ?), la moitié de celle de Saint-Vincent, la dîme de Genouilleux dans les Dombes, ainsi que le faubourg de Saint-Just et des vignes à la porte urbaine de celui-ci.

A. Original perdu.
B. Copie XVe siècle, utilisée par Guigues aux AD69, dans le fonds de Saint-Just, 12G, non repérée jusqu'ici.

a. M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, vol. 1, n° 3, p. 6-8, d'après B.

Indiqué. G. Paradin, Mémoires de l'Histoire de Lyon, Lyon, 1573, p. 108.

     Anno DCCCLXVIII, constitutio pia et pietatis studio prefecta, domino episcopo Remigio sedem Lugdunensem gubernante et tenente(1), decrevit ut apud beatisssimos martires Yreneum et socios eius, et sanctos episcopos et confessores Christi, Iustum et qui alii in sacra basilica ipsius requiescunt(2), congregatio servorum Dei collocaretur, que devota veneratione sanctis locis perpetuo deserviret et ad laudem omnipotentis Dei ibi assidua permaneret. 
    Cum igitur ipsa loca preciosorum martirum memoriis illustrata negligencia quorumdam, quibus Deus, si possibile est, parcerit, pene fuissent ad ruinam deducta, et que prius fureat rebus serviciis et edificiis lucupleta jam ex hac ista(a) funditus viderentur, pontifices civitatis iustius amore superno incitati ut reparentur et resarcirentur secundum possibilitatem [...] ; tamen quia ut ita fuerant hoc possibile(b) erat, quippe cum locorum res indicione et potestate aliorum manerent, agere et perquirere ceperunt, et factum est ut post alios qui pigrius quam decuerat, vitam venerabilibus locis studium adhibuerant, venerabilem et omni pietatis et religionis opere strenuum virum Auduinum nomine ibi prelatum et officio corespiscopum(3) statuerent et ordinarent, qui solicius amore Dei inflamatus, structuris intentus, licet cum quadam difficultate et enim rebus [...] pertenuis ecclesias sanctorum et habitationes commanencium clericorum ad culmen et pulchre honestatum ex maxima parte jam perduxit. In quo sancto opere solicitus semper impiger desudare non cessat, eodem autem divino amore inflamatus et quod tam pie peragit nullom modo sat-[...] sibi in honorem Dei videns, cim reverendissimo pontifice urbis ipsius precibus elaboravit, ut isdem reverendus episcopus bonitate sua eidem concederet ut de ipsis eisdemque rebus, de quibus servicium obsequium pontificibus ille acthenus fecisset, aliquam delegaret, unde clerici sanctorum locorum aliquam consolationem pro tempore habere possent, ut tali beneficio incitati ad servicium Dei serventius pararentur ; quod isdem pontifex libentissime indulsit.
     Considerans viri Dei pietatem et in omni opere bono serventissimam assiduitatem et quod rem omnino, quam ipse pontifex ultro per se absque mora ordinare debuisset, quippe cum circa sanctorum locorum structuram et officium cura vigilans eidem perpetuo manere, postpositis secularium cupidatibus, semper debeat, ut ei diximus, non modo libenter assensit ; verum et numerum clericorum in congregatione studio pietatis et religionis fundatam designavit XX scilicet ut assidui in officio Dei fierent, qui perpetuo rebus illis alerentur, ut XIIII in una sanctorum ecclesia, reliqui sex in altera officium sacrum complerent, aut si aliter eis un commune melius videretur. 
      Prefatus autem vir Dei Auduynus(3) benedictione et licencia pontificali in voto confirmatus, ad partem clericorum hoc pro se deputavit, credens amplius venerabilem episcopum suum in hoc pietatis opere seputando provisurum, ut per eum loca sanctorum et habitacula servientium sanctis multiplicati ad laudem Dei fructuosius cresceant, villam scilicet Briniacas cum ecclesia in honore Sancti Martini constructa(4), nec non et Berbesilis(5) atque Laurencianis(6) villis ibi ascpicientibus, et in Garensi ecclesiam in honore Sancti Johannis(7) cum omnia que Hugo quondam ecclesie Sancti Yrenei pro remedio anime sue comendavit, et de ecclesia Sancti Vincencii(8) medietatem, decimas de Genoliaco(9), villam Sancti Iusti(10), vineas a porta Sancti Iusti sicut tres vie circondant(11), et quicquid suo tempore illo in hoc studente sancto martire Yreneo vel sancto Iusto confessore eorumque ecclesiis condonatum fuit, vel quod boni homines ultra pro anima sua in rebus ibidem contulerunt, helemosinam etiam ex integro et omnia que illis Dominus largiri dignatus fuerit communionem sibi tantum inde reservatum, ut omni tempore servientes victum et vestitum habentes benedicerent et laudarent Deum in memoriis gloriosorum sanctorum et pro pontifice sancto urbis et ipso etiam, qui in hac pietate devotus extitit, omnique clero et populo Dei studiosius et letus orare valerent. 
    Hanc etiam constitutionem amore pietatis perfectam pontifex sibi scripto ablatam manu sua, ut in perpetuo firma et stabilis fieret, roborare studuit, ac suis abbatibus et presbiteris ac reliquis clericis subscribere precepit, addens in fine ut quicumque tam sanctum opus destruendo deinceps in pejus mutare, dampnationem et iudicium futurum incurreret et in occulis omnipotentis Dei reus fieret.

     (a) hac ista remp. par jam exhausta dans Paradin / (b) impossibile Paradin.

    (1) Remigius episcopus, Rémi, saint évêque de Lyon, (852-875). /(2) basilica sancti Iusti / (3) Auduinus, corespicopus, Audin chorévêque (ap. 855-†870), souscrit au concile de Valence, mentionné dans l'obituaire cathédrale ; Léobin, lui succède.  /(4)  villam scilicet Briniacas cum ecclesia in honore Sancti Martini constructa, il doit s'agir de Brignais, Rhône, cant. Saint-Genis-Laval, comm. et son église paroissial, anciennement dédicacée sous ce vocable. / (5) Berbesilis, nom de terroir non identifié. (6) Laurencianis,  nom de terroir non identifié.  (7) et in Garensi ecclesiam in honore Sancti Johannis, plutôt que Saint-Jean-Bonnefond, Loire, cant. Saint-Etienne-Nord-Est-2, comm. il doit s'agir de Saint-Jean-Touslas, Rhône, cant. Givors, comm.  / (8)  ecclesia Sancti Vincencii medietatem, Saint-Vincent, Rhône, cant. Mornant, comm. Saint-Laurent-d'Agny, hameau et chapelle en partie préromane. / (9) Genoliaco, Genouilleux, Ain, cant. Thoisey, comm., dépendance de Saint-Just de Lyon ; voir notamment E. Philipon, Dic. Top. de l'Ain, Paris, 1911, p. 188. Notons qu'ici que l'évocation d'une dîme parait précoce isolé, en ajoutant à cela le caractère excentré du droit par apport au reste de la liste,  il pourrait s'agir d'une brève interpolation. / (10) villam Sancti Iusti, probablement le faubourg de Saint-Just à Lyon. / (11) vineas a porta Sancti Iusti sicut tres vie circondant, voir n. précédente que confirma l'évocation ici d'une porta.



[c. 970]_ s. l.

aA. Bernard (éd.), Cartulaire de l'abbaye de Savigny suivi du petit cartulaire de l'abbaye d'Ainay, Paris, 1853, n°203, p. 143.



1029, 30 janvier _ s. l.

    Arbert et sa femme, Isengarde, donnent ce que le dit Arbert a hérité de la propriété éminente de l'abbaye de Saint-Martin de Savigny, à savoir un manse et ses dépendances dans la villa de Cellieu, dans le pays Lyonnais, en terre de Jarez.

aA. Bernard (éd.), Cartulaire de l'abbaye de Savigny suivi du petit cartulaire de l'abbaye d'Ainay, Paris, 1853, n°705, p. 363-364.

     In nomine sanctæ et individuæ Trinitatis.
     Ego Arbertus cum uxore mea, cui nomen est Isengardis, dono aliquid de hæreditate mea quæ mihi advenit ecclesiæ Sancti Martini Saviniacensis monasterii(1), quo in loco abbas Iterius Deo servire videtur. Sunt autem res ipsæ sitæ in pago Lugdunensi, in agro Jarense: hoc est unum mansum in villa quæ dicitur Celsihiacus(2), et quantum ad ipsum mansum aspicit, usque in exquisitum; et in alium locum unum curtilum et quantum ad ipsum aspicit. Sane si ego, aut ullus propinquorum meorum et aliqua emissa persona, hanc donationem calumniari voluerit aut subtrahere de mensa fratrum, omnes maledictiones quæ in Libris continentur patiatur.
    S(ignum) Arberti et uxoris ejus, qui fieri et firmari rogaverunt. S(ignum) Vuidonis. S(ignum) Aviti. S(ignum) Umberti. S(ignum) Fulcherii.
    Data per manum Ayndrici monachi, tertio calendas Februarii, die Jovis, regnante Rodulfo rege.

    (1) ecclesia Sancti Martini Saviniacensis monasterii, Eglise auj. détruite du monastère bénédictin de Saint-Martin de Savigny, sise sous le bourg ancien de Savigny, Rhône, cant. Arbresle, comm. / (2) villa quae dicitur Celsihiacus, Cellieu, Loire, cant. La Grand-Croix, comm.  






Florilège 
d'actes des 
Comtes de Forez.



S.d. [1163-1166] _ s.l.

    Lettre de Gui II, comte de Lyon et de Forez (ap. 1136 et av. 1158 -1206), à Louis VII, roi des Francs (1137-1180) au sujet de l'entrée de ce dernier en Auvergne, puis à propos de l’agression  perpétrée par le comte Gérard Ier, comte de Vienne et de Mâcon (1157-1184), et les schismatiques visant à le dépouiller et à remettre son comté, dépendant de la Couronne, à l'Empereur germanique.


A. original perdu.

a. A. puis F. Duchesne, Historiae Francorum Scriptores, 1636-1649, ici vol. 4, 1641, p. 708-709, ep. n° CCCXCVI.
b. J. Menestrier, Histoire civile ou consulaire de la ville de Lyon, Lyon, 1696, Preuves, p. 40.
c. J.-B. Guillaume, Histoire généalogique des sires de Salins au comté de Bourgogne, vol. 1, Besançon, 1757, p. 63.
d. RHGF, vol. 16, n° CLXI, p. 49.
e. Chartes du Forez, n° 916.

    Reverentissimo Domino suo Ludovico Dei gratia Francorum Regi, Guigo Lugdunensium atque Forensium comes, salutem et debitam in omnibus fidelitatem.
    Miror plurimum, Domine mi Rex, cum vester sim, cum a vobis aptatus sim in militem, cum pater meus sub cura et tutela vestra me dimiserit, cum ad vos tota terra mea pertineat, quod de vestro in Arverniam adventuu nihil mihi mandastis. Ego tamen iam vobiscum in exercitu vestro essem, nisi comes Girardus et Lugdunenses scismatici cum armata manu in terram meam venissent. Venerunt autem non solum ut me si potuerint, exheredent, verum etiam ut comitatum meum, qui de Corona vestra est, ad Imperium Teutonici transferant. Hoc autem si fecerint, ad maiorem vestri contemptum ante oculos vestros et inter manus vestras facient. Nunc ergo, domine mi Rex, honori vestro et evasioni meae vestra Maiestas provideat. Precor ego, ut praesentium latorem de meo in omnibus negotio sicut me ipsum, si placet, credatis, et creditum exaudiatis.

Proposition de Traduction :
    A son très admirable seigneur, Louis, par la grâce de Dieu, roi des Francs ; Guy, comte de Lyon et de Forez, salut et fidèle dévouement en toutes choses. 
    Je m'étonne, qu'étant à tant de titres votre, mon seigneur Roi, qu'ayant été élevé en chevalerie par vous, mon père m'ayant remis à votre soin et tutelle, et du fait que toute ma terre vous revient, que vous ne m'ayez pas fait mandé à propos de votre entrée (adventu) en Auvergne. Ainsi, je serrais déjà dans votre armée, si ce n'était le comte Gérard [de Vienne, comte de Mâcon] et les schismatiques qui vinrent dans mes terres les armes à la mains. Or ils étaient venus, comme si ils en eurent la capacité, pour me dépouiller de mon héritage (exheredent), mais aussi pour transférer à l'Empire teutonique mon comté, qui relève pourtant de votre couronne. Et cela, si il le faisaient au mépris de vous, il le font par ailleurs devant vos yeux et entre vos mains. Que votre Majesté, désormais, pourvoie donc à votre honneur et à ma délivrance. Je vous demande, s'il vous plait, de croire et d'apporter crédit au porteur des présentes pour mon affaire en tout, comme si il s'agissait de moi.


1167 [du 9 avril au 30 mars] _ Bourges (in palatio nostro).

    Louis VII, roi des Francs (1137-1180), accorde à son "ami" (amicus), 
 Gui II, comte de Lyon et de Forez (ap. 1136 et av. 1158 -1206), lors de la visite faite à sa cour à Bourges, les châteaux qu'il tenait en seigneur de lui à Montbrison et à Monsupt, pour lesquels il fait hommage et foi. Le comte fait enregistrer au roi les autres châteaux de Montarcher, Saint-Chamond, de La Tour-en-Jarez, de Chamousset pour les lui remettre. Enfin le comte demande au roi, pour accroître son fief, les droits régaliens au sein des châteaux de Marcily, de Donzy et de ses dépendances, de Cleppé, de Saint-Priest-en-Jarez, de Lavieu et de Saint-Romain-le-Puy.


A. Original parchemin,  Chyrographe, expédition pour le Trésor des Chartes, AN, Cartons des rois, K24, n° 14 (anc. au Musée des Archives, vitrine 36).
A'. Original parchemin perdu, Chyrographe, en déficit au sein des titres du Bourbonnais en AN, P 1359, n°  696, autrefois scellé de cire jaune.

B.
Copie du XVe siècle  dans un registre du domaine de Forez de la Chambre des Comptes de Montbrison, passé au sein des titres du Bourbonnais puis à la Cour des Comptes, AN, P 1371², n° 2001 d'après A'.
C. Copie réalisée le 21 août 1560 sur requête du procureur du Roi, AN, J953, n°1, d'après A.

a. J. Mabillon, De re diplomatica, Paris, 1681, c. 428-429 d'après A.
b. J. Menestrier, Histoire civile ou consulaire de la ville de Lyon, Lyon, 1696, Preuves, p. 36 d'après B.
d. J.-M de la Mure puis R. Chantelauze (éd.), Histoire des duc de Bourbon et des comtes de Forez, vol. 3, 1869, n° 33, p. 270 d'après B
c. J.-L.-A. Huillard-Bréholles (éd.), Titres de l'ancienne maison ducale de Bourbon, vol. 1, Paris, 1867, n° 10, p. 5, d'après A.


Indiqué. A. Luchaire, Etude sur les actes de Louis VII, Paris, 1885, n° 537, p. 279.

    In nomine sanctae et individuae Trinitatis, amen. 
    Ego, Ludovicus, Dei gratia Francorum rex, volumus notum esse omnibus futuris sicut et presentibus, quod amicus noster Guigo(a), comes Lugdunensis et Forensis, nos et curiam nostram adiit pro negotiis suis, et tunc accepit de nobis castella quae nunquam prius de domino habuerat, scilicet : Montebrisonis(1)(b) et Montemseu(2)(c), et de eis homagium nobis et fidelitatem fecit. Gaudens etiam de hac cognitione nobiscum inita et impensius ad nos se volens trahere, in dominium nostrum misit et alia castella Montem Archerii(3), Sanctum Admondum(4)(d) et Turrem de Jarés(5)(e) et Chamossetum(6). Requisivit autem a nobis ius quod ex regia dignitate habebamus in castellis his : Marciliaco(7), Donzeu(8)(f) et ejus pertinentiis, et Claipeu(9)(g), et Sancto Praejecto(10), et Lavieu(11), et Sancto Romano(12), in augmento(h) feodi sui : et hoc nostrum ius, consilio fidelium nostrorum, salvo jure alieno, quantum ad nos pertinet, et concessimus et sigillo nostro firmavimus, subtus inscripto nominis nostri karactere(i). 
    Actum publice Bituricis, anno incarnati verbi MCLXVII°, astantibus in palatio nostro quorum apposita sunt nomina et signa, S(ignum) comitis, Theobaldi, dapiferi nostri, S(ignum) Guidonis, buticularii, S(ignum) Mathaei, camerari, S(ignum) Radulphi, constabulari. 
    Data per manum Hugonis, cancelarii.

   (a) Guido B. / (b) Montebrisonem B. / (c) Montem Seupt B. / (d) Admundum B/ (e Turrem de Jarez B/ (f) Donzieu B (g) Cleppieu B (h) augmentum B. / (i) caractere  B.

    (1) 
Montebrisonis sive Montebrisonem, Montbrison, Loire, sous-préfecture, anc. préfecture et principale résidence comtale. / (2)Monseu sive Montem Seupt, Montsupt, Loire, cant. Saint-Jean-Solymieux, comm. Boisset-Saint-Priest, châteaux ancien et chapelle castrale romane. / (3) Montem Archerii, Montarcher, Loire, cant. Saint-Jean-Soleymieux, comm. / (4) Sanctum Admundum sive Admondum, probablement Saint-Chamond, Loire,  chef-lieu de cant. / (5) Turrem de Jarés, La Tour-en-Jarez, Loire, Loire, cant. Saint-Héand, comm / (6) Chamossetum, Chamousset, auj. Saint-Laurent de Chamousset, Rhône, chef-lieud de cant., anc. château comtal/ (7) Marciliaco, Marcilly-le-Châtel, Loire, cant. Boën, comm. et site castral ancien sous des restaurations romantiques / (8) Donzeu sive Donzieu, Donzy, Loire, cant. Feurs, comm. Salt-en-Donzy, site castral et village en ruine. / (9) Claipeu sive Cleppieu, Cleppé, Loire, cant. Feurs, comm., ancien château comtal.  / (10)  Sancto-Praejecto, Saint-Priest-en-Jarez, Loire, cant. Saint-Etienne-Nord-Est-2, comm. / (11) Lavieu, Lavieu, Loire, cant. Saint-Jean-Soleymieux, comm. Chazelle-sur-Lavieu, site castral ancien. / (12) Sancto Romano, Saint-Romain-le-Puy, Loire, cant.Saint-Just-saint-Rambert, comm., site et village castral en ruine, prieuré préroman



Chartes problématiques

LA charte dite de "dénombrement" des biens, pseudo-copie du courant du XIIe siècle, qui interpole en insérant une liste de bien dans un serment antérieur.

A. Original perdu.

B. Pseudo-original, copie du XIIe siècle, AD69, G 1879, interpolant A, par l'insertion d'une longue liste de biens et de notices.
C. Copie du XVIIe siècle Montpellier)Bibliothèque interuniversitaire . Section Médecine, ms. H 256, Lugdunum sacroprophanum de Pierre Bullioud, vol.3,  f° 146, d'après B.

a. J. Menestrier, Histoire civile ou consulaire de la ville de Lyon, Lyon, 1696, Preuves, p. 6, d'après C.
c. M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, vol. 1, n° 9, p. 15-21, d'après C.